Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 N'écoute pas aux portes [solo avec Crim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lavi Ash
Encre Diluée
avatar

Messages : 465
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 18
Localisation : là où je suis

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: N'écoute pas aux portes [solo avec Crim]   Mer 1 Jan 2014 - 11:22


Depuis que j’étais arrivé à Maïlys, beaucoup de choses s’étaient passées. Des bonnes comme des mauvaises. J’avais à présent deux badges et je me rapprochais de plus en plus du volcan. Mais avec ces deux matchs d’arène, j’avais perdu de vue pourquoi j’étais venu sur île : retrouver mon père. La rencontre avec le Zodiac à l’alakzam m’avait rappelé à la dure réalité des choses. En plus d’avoir été naïf au point d’avoir fait évoluer son pokémon, je lui avais livré des informations sur Anacho. Autant dire que je n’étais pas fier de moi. Mais je ne pouvais rien faire, ce sbire me tenait à l’écart en menaçant mon père. Tss. Jouer sur les faiblesses, c’était tellement bas. Mais tellement caractéristique de la team Zodiac.

J’avais réfléchis pendant de longues heures, au point même où je ne dormais plus les nuits. Cette affaire me tracassait et j’avais beau retourner le problème dans tous les sens, je ne voyais aucun moyen de me sortir de ce bourbier. Enfin si, il y en avait bien un mais il était trop risqué. Honnêtement, j’en avais marre d’attendre que Nathaniël Reeves me recontacte. Ça prenait trop de temps et plus cela s’éternisait plus je m’éloignais de mon père. J’avais alors décidé de passer à l’action, à mes risques et périls, mais je ne pouvais plus attendre. C’était devenu insupportable.

Suite à l’altercation avec le Zodiac, je savais enfin que mon père était retenu prisonnier dans leur QG. J’avais fait un grand pas en avant mais une chose me bloquait : Le QG Zodiac était impossible à trouver. Personne n’y était entré sans y avoir été invité et personne ne savait précisément où il se trouvait. Autant dire que retrouver mon père allait être très très difficile. Mais pour ce faire, j’avais une idée. Et elle allait me mener à ma perte si ça ne marchait pas. Mais je le faisais en connaissance de cause. J’allais tenter d’entrer dans la Team Zodiac pour pouvoir m’infiltrer dans leur repère.

J’étais donc parti dans les ruelles de Mégapagopolis à la recherche de sympathisants de la team. Après quelques minutes à déambuler, je tombais sur un groupe dans une ruelle pleine d’ordures et aussi noire que la nuit. Les hommes portaient des masques, ce qui ne pouvait pas laisser de doute : ils étaient de la team. J’avais rangé mes pokémons dans leurs balls pour qu’il ne leur soit fait aucun mal. J’espérais juste qu’ils ne me les voleraient pas.

C’était l’heure de vérité. Soit ça passait, soit ça cassait. Je respirais un grand coup et pris mon courage à deux mains. Je lançais au groupe sur un ton qui, espérons-le, ne me trahirait pas :

« Hey, vous ! Vous êtes de la Zodiac, n’est-ce pas ?! Je veux faire parti de l’organisation ! »


Tous se retournèrent vers moi, interloqués. L’un deux, qui n’avait pas son masque se retourna complètement. Les autres voulurent parler mais il leur fit signe de se taire. Il s’avança dans ma direction. Mon cœur se mit à battre de plus en plus fort. J’avais peur, extrêmement peur, mais je ne devais pas le montrer. Le gars me jaugea du regard, j’avais l’impression qu’il lisait en moi. Il finit par enfin prendre la parole :

« Tu veux devenir un Zodiac, mon gars ? Et bien, il suffit de le demander. »

Non, ce n’était pas possible. Je ne pouvais pas entrer aussi facilement dans la team. Je ne pouvais pas croire qu’il suffisait de demander pour qu’on nous y intègre. Mon cœur voulait y croire, mais mon cerveau s’y refusait. Finalement, je ne pus m’empêcher de demander si c’était vrai :

« Vraiment ?! »


Le gars, qui s’était retourné vers les autres, reporta son attention sur moi. Il eut un sourire carnassier, un sourire de psychopathe. J’eus vraiment peur de ce qu’il allait faire. Je n’eus pas le temps de réagir, j’étais à terre. Mon ventre me lançait. Je compris alors qu’il m’avait frappé. J’en avais presque le souffle coupé. Le sbire se pencha sur moi, le sourire toujours aux lèvres. Il me dit sur un ton enjoué, heureux de se qu’il venait de faire :


« Tu crois vraiment que la team accepte des gringalets dans ton genre. T’as même pas assez de conviction pour nous faire croire que tu veux entrer dans la Zodiac. T’aurais mieux fait de ne rien dire et de ne pas venir nous voir. Maintenant, tu vas gentiment crever et nous laisser nous occuper de nos affaires. Ok ? »

Comment ?! Il avait dit qu’ils allaient me tuer ? Non … Non … Je ne pouvais pas mourir maintenant et surtout pas comme ça. Mais je n’arrivais pas à bouger, son coup m’avait bloqué la respiration. Et puis, la peur empêchait mes muscles de bouger. Je vis le zodiac se retourner vers ses compagnons et leur faire signe. Tous arborèrent le même sourire sadique. Ils se rapprochèrent de moi, certains mettant des poings d’Unys. Tous remirent leurs masques pour que personne ne les identifie. Ils allaient vraiment me tuer. Me battre à mort et me faire souffrir jusqu’à ce que je meure ? Non, ce n’était pas possible. Je ne pouvais pas mourir comme ça.

Le passage à tabac commença. L’un d’eux me releva de force et me frappa en pleine poitrine avec son poing de métal, un autre le fit à mon visage. Je sentais le sang qui coulait de mon front et de mon nez. Ma bouche en était emplie. Ça faisait un mal de chien, je m’écroulais à nouveau par terre. Alors les sbires commencèrent à me donner des coups de pieds. J’essayais de faire abstraction, essayais de m’effacer, de paraître mort. Peut-être qu’alors ils arrêteront. Le tabassage me parut durer des heures.
Je me sentais partir quand je vis quelqu’un arriver. La police ? Non, les sbires se seraient déjà enfuis. Là, ils étaient comme paralysés, comme s’ils venaient de voir un fantôme. L’un d’eux dit sur un ton d’effroi : Commandant ? Quelque chose apparu à ses cotés, je ne pouvais pas le voir distinctement mais j’étais sûr qu’il s’agissait d’un pokémon. L’homme ne dit rien mais son pokémon agit. Une vague de chaleur et de lumière pourpre se déversa sur mes assaillants. Ce fut la dernière chose que je vis.



~~~~~~

.:Lavi's battle theme:.

Étui à Badges:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crimson Lastdawn
Le sombre bélier/ Commandant Aries
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 24/06/2013
Localisation : QG de la team Zodiac

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: N'écoute pas aux portes [solo avec Crim]   Mer 1 Jan 2014 - 11:23


Le test avec Kenshin avait prit fin. Exténué par tant de combats, les deux commandants avaient décidé d’en arrêter là. Dans la masse de dresseur que Gemini et Aries avaient affronté, seuls deux s’étaient montrés convaincants. Deux jeunes ados de seize ans à peine avaient fait leur preuve et bénéficieraient à partir de maintenant d’une surveillance accrue de la part de la Team.

Plusieurs jours après les événements avec son collègue, Crimson était revenu à Mégapagopolis. Il avait reçu un ordre de mission émanant du Maître. Il devait aller visiter la patinoire de Mégapagopolis pour voir si les dresseurs rencontrés l’autre jour n’étaient pas en train d’affronter le champion. Et si c’était le cas, tout faire pour mettre fin au combat et ainsi mettre des bâtons dans les roues des challengers. Certes, un simple sbire aurait suffit pour accomplir cette mission mais Crimson avait peur que si jamais le sbire échoue et se fait repérer, le champion le mette hors d’usage.

Le commandant était donc allé à la patinoire mais aucun des deux blonds n’y étaient. Aries décida donc qu’il n’avait plus rien à faire ici et partit. Le commandant déambula dans les ruelles, loin des grandes artères. Il bifurqua sur la gauche et c’est alors qu’il entendit des rires plutôt étranges. Le Bélier se dirigea vers les bruits et tomba nez à nez avec un groupe de ses subalternes. Ils étaient en train de tabasser un jeune garçon que Crimson reconnu tout de suite : Le blond au minidraco. Aries ne réfléchit pas et fit sortir Kyu. Alors qu’un des sbires demandait, interloqué : ‘’Commandant ?’’, ce dernier fit signe à son feunard de déchaîner sa puissance. Le renard d’argent produit un incendie incroyable mais épargna le jeune garçon qui gisait au sol, inconscient.

Crimson se rapprocha de lui, ignorant les suppliques de ses sbires à moitié carbonisés, et l’emmena à l’hôpital. Le blond n’était pas dans en bon état et aussi le sombre Bélier fit au plus vite. Le jeune fut bien vite prit en charge par les médecins. Crimson aurait très bien pu s’en aller et oublier ce qu’il s’était passé. Mais non, il resta là, dans un couloir de l’hôpital à attendre.

Les pensées se bousculaient dans l’esprit du commandant. Pourquoi avait-il sauvé l’adolescent alors qu’il représentait une menace pour l’organisation ? Pourquoi avoir tué ses propres subordonnés ? Et surtout pourquoi avait-il ressenti de la compassion vis-à-vis du blond ? Le commandant resta là, pendant des dizaines de minutes, à tourner ces questions dans tous les sens et en essayant d’y trouver des réponses.

Finalement, le jeune garçon fut emmené dans une chambre et Crimson ne put s’empêcher d’aller le voir. Le commandant resta dans cette chambre à observer le garçon jusqu’à ce qu’il se réveille. Pendant tout ce temps, Crimson se dit que s’il n’avait pas été là, l’ado ne serait plus de ce monde. Il avait de la chance qu’Aries fût passé par là …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavi Ash
Encre Diluée
avatar

Messages : 465
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 18
Localisation : là où je suis

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: N'écoute pas aux portes [solo avec Crim]   Mer 1 Jan 2014 - 11:27

Il faisait sombre et humide. J’avais froid et peur. Je me sentais seul, plus seul que jamais. Comme si tout le monde m’avait abandonné. Je ne savais pas où j’étais mais cet endroit me semblait familier. J’étais déjà venu ici, c’était sûr. Je m’avançais dans la pénombre. Je criai quelque chose, un nom mais je ne m’entendais pas et ne savais pas qu’est-ce que je disais. J’avais de plus en plus peur. Où étais-je et qu’est-ce que je faisais là ? Pourquoi criai-je ? Qu’est-ce que je disais ? Je n’en savais rien, et ça m’angoissait plus qu’autre chose. Je m’avançais toujours plus. J’avais le sentiment que si je continuais de marcher, j’arriverais à comprendre les choses. Étrangement, cela marchait. J’entendis ma voix mais je ne comprenais pas encore ce que je disais. Je marchais encore et encore, ma voix devenait de plus en plus claire. J’avais aussi compris que j’étais dans une tour, une tour en ruine. La pénombre se fit plus noire et je m’écroulais. Les larmes coulaient à flot sur mes joues. Soudain, je me mis à crier aussi fort que je pouvais. J’entendis enfin ce que ma voix disait.

« Papa ! »

~~~~~~

J’ouvris les yeux brutalement, trop peut-être. La lumière agressa tout de suite mes pupilles et je dus bien vite refermer les yeux. Après une ou deux minutes, je me décidai enfin à ré-affronter la vive luminosité. Il fallut quelques temps pour que je m’habitue à la luminosité. Mais au final je pus observer là où je me trouvais sans grande difficulté. Je fus quelque peu soulagé. Je n’étais plus dans cette horrible tour. En fait, vu le blanc qui m’entourait et le fait que je me trouvais dans un lit, j’en conclus que je me trouvais à l’hôpital.

Que c’était-il passé ? Comment m’étais-je retrouvais à l’hôpital ? Je voulu alors me mettre assis mais une douleur au torse me cloua sur place. Aussitôt une voix venant d’un coin de la pièce survint :


« Tu ferais mieux de te recoucher. »


Cette voix m’était familière. Je l’avais déjà entendu, j’en étais sûr. J’obtempérais car la douleur était trop insupportable. Que c’était-il passé ? Pourquoi avais-je si mal ? Je me rendis alors compte que j’avais des bandages un peu partout. J’essayais de me souvenir de quelque chose. Des hommes, une ruelle, du sang, voilà tout ce que j’arrivais à me souvenir. J’avais un mal de crâne pas possible, aussi préférais-je demander à la personne plutôt que de m’infliger d’autres douleurs :


« Il s’est passé quoi au juste ? » dis-je sur un ton faible.

La personne, qui était un homme au vu de sa voix, remua sur son siège et déclara sur un ton doux mais non moins ferme :


« Tu ne te souviens pas. Pas étonnant. Tout ce que je peux te dire c’est que des gens s’en sont pris à toi. Je ne sais pas pour quelle raison mais je t’ai trouvé gisant dans cette rue, tu étais vraiment dans un piteux état. Je t’ai ramené à l’hôpital où tu as été soigné.. Maintenant est-ce que tu pourrais me dire ce que tu faisais dans cette rue et pourquoi des gens t’ont tabassé ? »


Ok … Maintenant tout s’expliquait et devenait un peu plus claire dans ma tête. J’avais été tabassé. Mais par qui ? Je fis un gros effort pour m’en souvenir et finalement parvins à m’en rappeler en partie :

« C’étaient des sbires de la Zodiac … Et ils m’ont frappé parce que … parce que … je voulais entrer dans leur organisation … »

Ça, c’était dit. Mais les mots me pesaient. J’avais honte de moi. J’avais espéré rentrer dans la team … Maintenant, je me rendais de ma folie. Oui, de ma folie. L’homme mit un peu de temps avant de répondre. Sûrement essayait-il de comprendre pourquoi j’avais fait ça. Il finit par me répondre sur un ton agressif :

« Tu as fait quoi ?! Pourrais-tu m’expliquer pourquoi ?! »


Mais pourquoi voulait-il en savoir tant ?! Est-ce que ça le regardait ? Non ! Ça ne regardait que moi et moi seul ! Pris de colère, je me relevais brusquement dans le lit, ignorant la douleur qui fusait dans ma poitrine et gueula presque du plus fort que je pouvais :

« Mais bon sang ! Pourquoi vous voulez autant en savoir ?! Je vous connais même pas et c’est parce que vous m’avez sauvé que je vais tout vous dire ! J’ai mes raisons et elles ne regardent que moi !… »


Je m’arrêtai soudain, venant de reconnaître mon interlocuteur. Je lâchais un ‘’vous ?’’ interloqué juste avant que mes blessures ne m’obligent à me recoucher. Il s’agissait du roux que j’avais combattu avec Dejan. Il se leva enfin et se planta juste devant mon lit. Impassible, il me rétorqua sur son même ton ferme :

« Arrête de t’agiter, tu as une ou deux côtés cassés et plusieurs autres fêlées. Ce serait dommage de te percer un ton et finir par crever ici alors que tu aurais pu le faire dans cette rue bien avant. Et oui, c’est moi, pour répondre à ta question. Maintenant j’aimerais savoir quelles sont tes raisons. »


La douleur était vraiment insupportable … J’avais mal, extrêmement mal. Finalement, je dus bien répondre à l’homme.

« Mon père a été enlevé par ces enfoirés. J’en ai la certitude ! Et … je voulais rentrer dans l’organisation pour pouvoir le retrouver et le faire s’échapper. »


Des larmes coulaient le long de mes joues. Pour la première fois depuis des années, je pleurais la disparition de mon père. C’était la première fois que je parlais de ça à un étranger et le chagrin, mêlé à la douleur, faisait que je ne pouvais m’empêcher de pleurer.

L’homme réfléchit pendant quelques secondes (qui me parurent des heures) et finit par me demander mon nom. Je le lui donnais en lui demandant pourquoi mais il ne me répondit pas. Enfin, il dit sur un ton beaucoup plus calme et doux qu’avant :


« Tu sais, tu n’arriveras jamais à entrer au QG, ni même à accéder là où il se trouve. Je pense que ta cause est perdue. Le seul moyen pour revoir ton père serait que la team le libère, or je pense qu’il y a très peu de chance qu’ils le libèrent en vie. C’est dur à accepter mais tu ne reverras sûrement jamais ton paternel. »


Cette tirade eut l’effet d’une bombe en moi. Comment était-ce possible de dire de telles choses ? Comment ? Et comment pouvait-il en être si sûr ? Je ne pouvais pas accepter ces paroles. C’était trop dur, trop affreux. Et surtout, c’était purement impossible. D’autant plus qu’un homme lambdas comme lui ne pouvait pas savoir tellement de chose sur la Zodiac. C’était indéniable, il savait quelque chose et il me le cachait.

« Comment … Comment savez-vous autant de choses sur la team ? »


Il fut interloqué par ma question. Il ne s’y attendait sûrement pas. Pour le faire avouer, je lui posai une autre question.


« Et puis pourquoi m’avez-vous sauvé ? »


Cela le désarçonna complètement. Pendant un moment, je crus qu’il allait me planté là sans me répondre. Qu’est-ce qui le faisait tant hésité à me répondre ? J’avais dis quelque chose de mal en soulevant ce point ?

~~~~~~

.:Lavi's battle theme:.

Étui à Badges:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crimson Lastdawn
Le sombre bélier/ Commandant Aries
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 24/06/2013
Localisation : QG de la team Zodiac

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: N'écoute pas aux portes [solo avec Crim]   Mer 1 Jan 2014 - 11:30

Pourquoi l’avait-il sauvé ? Cette question avait tant était redouté par Crimson. Il ne voulait pas que le blond le lui demande parce que justement il ne le savait pas lui-même. Pourquoi ? Le commandant avait retourné cette question pendant des heures en attendant que Lavi se réveille mais n’y avait pas trouvé de réponse plausible. Enfin, la seule qui pouvait expliquer un temps soit peu son geste était que le garçon était le fils d’Ash et qu’il ne devait pas lui être fait de mal pour le bien de la mission. Mais Crimson ne le savait pas quand il avait sauvé l’ado de ses agresseurs. Aries réfléchit pendant un long moment et finit par trouver une réponse qui écartait son appartenance à la team. La voix du commandant s’était faite moins dure, beaucoup moins dure :

« Pourquoi je t’ai sauvé ? Parce que je t’ai reconnu. Et que tu étais dans un état déplorable. Je ne pouvais pas te laisser comme ça. »


C’était dit. Mais à ce moment un souvenir resurgit dans l’esprit de Crimson, un souvenir de mort, une pensée qu’il avait voulu taire parce qu’elle lui pesait trop. Lui qui pensait avoir oublié ce qu’il s’était passé ce jour-là, et bien, il s’était lourdement trompé. Le Bélier se dit que s’il le disait à quelqu’un d’autre, le fardeau serait peut-être moins lourd à porter. Il respira un grand coup et continua :

« Et parce que tu me l’as rappelé. Tu m’as rappelé un garçon qui avait ton âge. Un jour, je l’ai blessé et je ne l’ai même pas aidé. Je suis parti comme si de rien était, le laissant seul dans ce manoir. Il est sûrement mort à présent, par ma faute. Et quand je t’ai vu, gisant dans cette ruelle, j’ai pensé à lui. Je n’ai pu me résoudre à t’abandonner comme je l’ai fait avec lui. »


Oui, la dernière phrase était vraie. Crimson avait bel et bien ressenti ce même souvenir refaire surface mais il avait préféré l’ignorer. Cet acte atroce était tellement ignoble, Crimson en avait honte. Même si cela faisait six ans que ça s’était déroulé, Crimson regrettait toujours ce qu’il avait fait.

Le regard affligé du commandant croisa celui de Lavi qui lui fit comprendre qu’il n’avait pas répondu à sa première question. Aries reprit de sa contenance ainsi que sa voix grave et détaché en lançant à l’adolescent :

« J’ai mes sources. Tu n’as pas à en savoir plus. Maintenant, tu devrais te reposer. »


Cette réponse ne plut pas du tout au jeune garçon. Il sortit de ses gons. Avait-il comprit que Crimson lui cachait son rôle au sein de la Zodiac ? Et si oui, avait-il comprit que le commandant détenait de précieuses informations sur son père ? Aries ne voulut pas prendre le risque que se mettre à découvert. C’était trop risqué. Le gosse s’agitait de plus en plus en criant. L’imbécile, il allait finir par se faire encore plus de mal s’il continuait comme ça.

Kyubî sortit de sa ball sans qu’on l’y invite. Crimson faillit engueuler son pokémon pour être sortit. En voyant cela, le jeune fit un court ‘’arrêt sur image’’ avant de rependre ses gesticulations et ses cris. Il allait finir par alerter les infirmières. Le commandant se rapprocha de l’adolescent et appuya sur son torse avec fermeté. Il tenait bon mais la douleur n’allait pas tarder à devenir insupportable (si elle ne l’était pas déjà). Crimson lui dit alors fermement :

« Il me semble t’avoir dis de rester allongé. »


Le garçon ne se calma pas, ignorant ses blessures il cria encore plus fort à l’intention d’Aries :


« Je ne me tiendrais pas tranquille tant que vous ne m’aurez pas répondu ! »


Tss. Quel gosse fatiguant. Le sombre Bélier appuya encore plus sur le torse de Lavi, ce qu’il lui coupa pratiquement la respiration mais aussi la parole. Bien maintenant qu’il ne pouvait plus rien dire, Crimson n’avait plus à s’inquiéter des infirmières qui allaient débouler bientôt. Mais malgré la pression qu’infliger le commandant, le dresseur essayait toujours de se débattre pour tenter de se libérer. Crimson soupira et sortit son ectoplasma de sa ball. Il lui dit alors sur un ton détaché :

« San, Hypnose. »

Et le garçon s’endormit aussitôt.

Bien cela était fait. Mais Aries craignait une chose. L’arrêt sur image du gosse montrait bien qu’il avait vu quelque chose vis-à-vis de Kyu. Avait-il vu le feunard dans la ruelle ? Avait-il comprit que Crimson était un des douze ? Si c’était le cas, le Bélier n’était pas dans la merde.

La procédure aurait voulu que Crimson fasse taire Lavi en le tuant. Mais Crimson n’y arrivait pas. Il ne pouvait tout simplement pas en finir avec ce jeune. Allez savoir pourquoi. Peut-être était-ce parce que Lavi lui rappelait trop celui du manoir et qu’Aries n’avait pas envie que la mort du blond pèse sur sa conscience.

Le commandant laissa alors Lavi Ash seul dans sa chambre. Il n’avait plus rien à faire pour ce garçon, lui avoir sauvé la vie était déjà amplement suffisant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: N'écoute pas aux portes [solo avec Crim]   

Revenir en haut Aller en bas
 
N'écoute pas aux portes [solo avec Crim]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Solo de batterie
» [Android] Stereomood : écoute de musique en ligne gratuite
» Un dictionnaire Lego
» Sortie solo avec mes 2 JouJou ...
» placard sur pignon avec portes coulissantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Megapagopolis-
Sauter vers: