Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Toxines et sarbacane. [Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sienne Ve'ilcar
As de Pique
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 04/06/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Toxines et sarbacane. [Alice]   Sam 26 Oct 2013 - 17:15

Et voilà. Elle était devant la porte du bureau/laboratoire, hésitant un peu à frapper, comme une petite fille devant la porte du bureau de la maîtresse. C'était tout bonnement pathétique !

Sienne avait essayé sa sarbacane en situation réelle, et c'était plutôt convaincant. Seulement, elle l'avait achetée pour une raison bien précise : pouvoir éviter de tuer des gens. Comme l'avait conseillé le commandant Scorpio, et bien qu'elle ait déjà envisagé cette option depuis bien longtemps, elle n'avait encore jamais pu la mettre en pratique. Seulement, elle avait terminé le stock de dards qu'elle avait achetés, puis volés en même temps que l'argent du paiement, au dealer qui lui avait vendu la sarbacane. Ben oui, gars, quand on vend des armes, on se prépare à se défendre...

Enfin bref. Elle voulait pouvoir produire elle-même un éventail le plus varié possible de drogues en tous genres pour mener à bien ses enlèvements, et pour supprimer les témoins éventuels de ses divers méfaits sans avoir à les tuer. Seulement voilà : elle n'avait ni expérience, ni connaissance en la matière... Aussi avait-elle décidé de s'en remettre à la personne la plus compétente dont on puisse rêver. La commandante Virgo, biochimiste et spécialiste en poisons et contre-poisons.

Si les rumeurs disaient vrai, il s'agissait d'un véritable génie. Et puis, point rassurant, il paraissait qu'elle était plutôt gentille avec les sbires... L'As de Pique n'avait jamais eu affaire à elle, mais elle était presque sure, au vu des autres commandants qu'elle avait rencontrés, que sa gentillesse devait cacher quelque chose de louche : on n'obtient pas le second poste le plus élevé dans une organisation criminelle en étant un enfant de cœur...

Enfin bon, Sienne, ma grande, tu n'es pas un fiotte à ce point ! FRAPPE À CETTE PORTE, BORDEL ! Tu as côtoyé sans ciller ou presque Adweyrin et miss Violeta, et tu trembles devant la porte de celle qui est réputée comme étant une bonne âme ? Tu vas finir par donner raison à la bande d'abrutis qui disent que tu es folle, à savoir 90% de la population, ou du moins, de ceux qui ont eu la chance de te rencontrer ! Tu ne vas pas leur faire ce plaisir, si ?

... Toc, toc, toc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice
Commandante Virgo / La Veuve Noire
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/01/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Dim 27 Oct 2013 - 11:48

Recluse dans son bureau, la Commandante était là, tapant des rapports au combien ennuyeux et monotones. Elle n'en pouvait plus d'écrire que Mme Machin était sortie à telle heure pour chercher ses enfants à l'école, que M. Truc était arrivé en retard car il avait eu un problème de réveil et autres stupidités dans le genre. Ce qui était agaçant et fatiguant. Même si faire des trouvailles pour le compte de la Zodiac ne l'enchantait guère, elle préférait encore s'occuper avec un travail intéressant que gonflant à souhait. Malheureusement, elle y était restreinte, à cause du chantage d'Ophiuchus. Elle était sur une pente dont l'inclination, telle une héroïne de roman d'amour tragique, où elle ne pouvait qu'aller plus bas, où elle ne pourrait que toujours chuter.

Et, en pleine besogne, elle ne s'attendait pas à être interrompue par la moindre personne. Elle avait stipulé à ses assistants de ne pas la déranger pendant qu'elle faisait ça, car elle voulait que cela prenne le moins de temps possible. Elle voulait en être débarrassée le plus vite possible. Elle était donc légèrement agacée par l'interruption qu'on faisait dans son travail. Si c'était le Capitaine Sirius, il allait recevoir un sacré savon. Il savait bien à quel point ça l'insupportait qu'un gradé ne respecte pas sa volonté. S'il avait ce stade, c'est qu'il avait été avéré qu'il avait un cerveau capable de réagir à n'importe quelle situation, même si c'était la fin du monde. Zut de crotte de flûte.

Un peu furibonde, la Commandante quitta sa pile de formulaires pour aller jusqu'à la porte, ne se gênant pas pour exprimer toute la haine qu'elle pouvait avoir pour ce dérangement intempestif.


« Oui ? »

Elle avait dit ça sur un ton particulièrement impérieux, ce qui ne convenait pas vraiment à la réputation qu'elle avait auprès de la population des sbires de la Team. Mais lorsqu'elle se rendit compte que la personne qu'elle avait en face d'elle était une parfaite inconnue, elle sourit alors avec embarras, avant de rajouter le plus gentiment du monde :

« Je peux faire quelque chose pour vous ? »

Elle eut à peine le temps de détailler l'allure de l'arrivante. Cheveux verts, fringuée n'importe comment, il était certain que si elle l'avait vue quelque part, elle l'aurait forcément reconnue. Elle portait une étrange tenue violette, qui était associée à des collants dépareillés, et avait surtout un masque étrange, puisqu'il ne pouvait pas venir de la Team. Celui-ci était très couvrant, et l'empêchait de connaître le visage de sa visiteuse, ce qui l'intriguait assez. Elle risquait de lui demander de le retirer, car elle détestait parler à des gens qu'elle ne connaissait pas. Et si elle ne savait pas à quoi ressemblait son visage, elle estimait que c'était ignorer une bonne partie de l'identité.

Elle tentait de se remémorer les Sbires dont ses collègues avaient pu parler, mais elle ne se souvenait pas d'une description qui lui ressemblât. A moins que ce ne soit Mlle Ve'ilcar. Un nom bien étrange, tout de même. Elle craignait qu'il ne fût inventé. Mais elle n'était pas la seule dans ce cas. Elle-même abusait de son titre, craignant de trop divulguer sa célébrité dans le civil. Si on découvrait sa couverture, elle allait directement en prison, sans passer par la case départ. Heureusement, elle avait obtenu la fidélité des scientifiques, vu qu'ils étaient embarqués dans le même bateau, et les autres sbires n'étaient pas souvent très au courant des personnalités scientifiques. Ce qui lui retirait une sacrée épine du pied.

~~~~~~

Triple-compte d'Elizabeth, évitez donc d'envoyer des MPs sur ce compte
Thème d'Alice
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienne Ve'ilcar
As de Pique
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 04/06/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Lun 28 Oct 2013 - 10:49

Aaaah, mais pourquoi elle s'inquiétait comme ça ? Elle n'avait pas tremblé comme une gamine qui a peur du noir quand elle était allée livrer Gem aux commandants Gemini ! Et pourtant, ils avaient de quoi vous mettre mal à l'aise, avec la sœur qui ne parle pas et le frère qui vous tourne autour avec ses airs de "t'as vu, j'suis plus puissant que toi" ! Non mais franchem-...

Le "Oui ?" qui marqua l'ouverture, assez violente, de la porte fit sursauter Sienne en même temps qu'il la coupa dans ses pensées. Il ne reflétait pas du tout la réputation de la commandante, et qui répondait de manière inquiétante à ses craintes : on ne peut pas être gentil et agréable sans cacher quelque chose, quand on fait partie de l'élite d'une organisation criminelle... Enfin. Au moins, il semblait qu'elle n'allait pas passer à la casserole tout de suite.

Cependant, l'expression de la Vierge rassura un peu le quartier-maître. Avec un peu d'imagination, on pouvait croire qu'elle l'avait prise pour quelqu'un d'autre... En tous cas, la première grimace d'agacement avancé se métamorphosa rapidement en un sourire embarrassé, avant qu'elle ne lui demande ce qu'elle pouvait faire pour elle. Bon, allez, Sienne, à toi de causer maintenant... Son absence de gêne et de timidité habituelle n'aidaient pas la sbire à comprendre son blocage inopiné. Peut-être était-ce parce qu'elle se faisait l'effet d'une petite fille que demande à une grande chercheuse en biochimie de l'aider à répondre à ses trois malheureuses questions de sciences pour l'école ? Enfin, elle n'allait pas rester là à avaler des mouches !


_Hé bien...

Bon, allez, Sienne, elle a accepté de t'aider ! Tu vas pas continuer à te prendre pour un pot de fleurs ! Ou un pot de gazon, on l'occurrence. Uhuhu. Un peu rassurée par sa propre blague dépourvue de drôle, la folle aux couleurs improbables se jeta à l'eau. Elle sortit sa sarbacane de sa poche, ainsi qu'un dard vide, et les tendit à son interlocutrice.


_J'ai fait l'acquisition de cette sarbacane la semaine dernière. Trois jours plus tôt, j'avais dû éliminer un témoin par la manière... hum... forte. J'ai horreur de ça. Tuer a une dimension un peu trop... définitive... à mon goût. Je veux donc pouvoir éliminer les témoins, quand il y en a, sans les tuer, en collant le bord... le bazar dans leur tête, ou en les empêchant de voir pour un temps, tout simplement. Pour cela, j'aurais besoin d'un assortiment de drogues, mais je suis incapable de les préparer toutes seules, alors... J'aimerais savoir si vous auriez le temps et l'envie de m'apprendre...

Et voilà. Être poli ne mangeait pas de pain, surtout quand on s'adressait à quelqu'un d'aussi puissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice
Commandante Virgo / La Veuve Noire
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/01/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Sam 2 Nov 2013 - 18:28

Alice entendit la requête de la jeune femme, et sourit intérieurement face à la candide timidité qu'elle semblait affecter. Ce n'était pas vraiment très courant dans la Team Zodiac, où la plupart des membres étaient juste d'anciens voyous qui avaient réussi à connecter leurs trois neurones et demi pour se dire que c'était un métier sans risques et où on gagnait de l'argent tout rond dans le bec tous les mois. Et les loubards de ce genre n'étaient pas très souvent de naïves demoiselles demandant gentiment et poliment (même si le s'il-vous-plaît était passé à la trappe). Ça faisait plaisir à voir, mais elle restait tout de même un peu sceptique. Plusieurs collègues et Joachim avait parlé de « ce sbire aux cheveux verts et en haillons », et n'en avait vraiment pas dit du bien. Alice se douta alors que sa réputation de gentille Commandante la suivait, et qu'elle avait même réussi à apaiser une véritable pile électrique selon les dires. Et à vrai dire, elle en était assez heureuse. Ne pas apparaître comme une marâtre auprès de ses congénères était important à ses yeux.

Et la requête n'était pas des moindres. Elle devait trouver une toxine qui drogue, donne des hallucinations, puisse paralyser et plonger les gens dans une grande confusion. Eh beh, elle avait de sacrées attentes, cette petite. Mais la chimiste-commandante n'en était pas à son coup d'essai, et elle savait à peu près ce qui composerait le mélange. Elle devait juste vérifier que les substances additionnées ne pouvaient pas provoquer des symptômes non voulus ou entraîner une mort par réaction allergique. Elle ouvrit alors grand la porte, laissant à la sbire le droit de rentrer dans le bureau de la Veuve Noire. Elle s'assit dans son fauteuil officiel, noir et violet, surmonté du signe zodiacal de la Vierge. Le tout était derrière un mur rempli d'éprouvettes, de flacons et d'erlenmeyers remplis de substances plus ou moins venimeuses. Si l'utilité qu'elle en avait été assez restreinte vu qu'elle avait son propre laboratoire juste à côté, il avait néanmoins été demandé par le Serpentaire pour impressionner les visiteurs et les collaborateurs et pour ne pas laisser une impression trop gentillette de la « redoutable » Veuve Noire. Elle ne s'inquiétait pas vraiment de sa propre image, vu qu'il n'était pas des plus courants qu'elle croise d'autres personnes que celle de l'aile scientifique qu'elle ne voulait pas vraiment effrayer et son équipe de combattants qui se fichaient éperdument de savoir si leur supérieure était effrayante ou pas. Ils intervenaient, point.

Fouillant dans ses notes et dans le lot de titanesques étagères au fond vert phosphorescent, elle avait du mal à voir, la pièce régnant dans une obscurité terrible. Avec le temps, Alice s'était mise à aimer cette déco un peu savant fou qui impressionnait toujours les rares visiteurs, même si elle lui avait été imposée. Elle trouva alors un mélange inventé par un étrange confrère d'Unys, qui s'amusait à torturer ses victimes avant de faire des expériences dessus. Heureusement, il avait été enfermé à la quatrième tentative.


« Bon, je vais vous donner ça, ça m'a l'air ce que vous cherchez. Ça s'appelle de la clarkine, et ça devrait avoir à peu près les effets escomptés. Hallucinations, amnésies temporaires, envoie dans un évanouissement de six heures. Par contre, primo, je ne sais pas si cela peut engendrer des cas d'allergies graves, secundo, l'antidote n'est pas encore au point, donc je refuse pour le moment de vous donner ça. Je vous en enverrai que lorsqu'on aura trouvé une solution à l'un et l'autre problèmes. Par contre, j'ai besoin de savoir votre nom, maintenant, Mademoiselle ? »

Elle avait laissé la phrase en suspens, laissant à son interlocutrice tout le loisir de la finir. Elle était assez dubitative quant à l'idée de trouver un antidote. La clarkine (elle trouvait ce nom horriblement ridicule, mais le fou furieux qui l'avait inventé en avait déposé le nom) était maintenant une drogue connue depuis près de dix ans, et personne n'en avait jamais trouvé de thériaque efficace. Et même si peu de recherches avaient été lancées à son propos, cela restait tout de même quelque peu inquiétant. Elle mettrait néanmoins une équipe de savant à la recherche d'un antidote efficace. Si elle-même ne se lançait pas dans l'énigme.

~~~~~~

Triple-compte d'Elizabeth, évitez donc d'envoyer des MPs sur ce compte
Thème d'Alice
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienne Ve'ilcar
As de Pique
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 04/06/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Sam 2 Nov 2013 - 21:38

La commandante ouvrit en grand la porte de son bureau, autorisant implicitement sa subordonnée à entrer. Celle-ci s'empressa de la suivre, pour découvrir une pièce aux murs couverts de fioles. Bien qu'ignorant le contenu de toute cette verrerie, Sienne supposait qu'il y avait là de quoi empoisonner tout un quartier de Megapagopolis... Brrr. Décidément, la Vierge devait bien pouvoir se permettre d'être gentille : elle n'avait qu'à faire des biscuits à l'arsenic pour ceux qui la gênaient... Elle resta debout en face du bureau chargé de notes pendant que la belle femme brune s'asseyait dans l'opulent fauteuil décoré de son insigne personnel, symbole de son rang au sein de l'organisation.

Après avoir fouillé un moment dans la paperasse qui jonchait son bureau, la commandante Virgo lui annonça qu'une substance pouvait satisfaire les trois effets d'un coup. Merveilleux ! Les effets n'étant pas encore complètement évalués, elle refusait de lui en confier, mais était prête à régler ce problème. Et, eek. Elle avait oublié de se présenter. L'As de Pique secoua la tête et referma la bouche : la mâchoire tombante qu'elle arborait n'était une mimique des plus dignes. Elle n'en attendait pas autant de sa supérieure. Ceci dit, cela n'allait certainement pas être gratuit... Étrangement, elle trouvait cela normal : il lui était extrêmement rare de ressentir une réelle reconnaissance envers qui que ce soit d'autre que le hasard ou ses pokémons, seuls être vivants avec lesquels elle vivait une relation durable. Et encore, ils n'étaient pas égaux dans ce partage...


_Oh, heu... Je n'en demandais pas tant... Merci beaucoup, Commandante ! Je m'appelle Sienne Ve'ilcar. Je suis Quartier-Maître. Que me coutera ceci ? Je suis bien entendu à votre service en tant que subordonnée, de par nos rangs respectifs. Devrais-je faire quelque chose pour vous en tant que Sienne tout court ?


Erk. Cette perspective ne la réjouissait pas vraiment. Qui sait ce que la Veuve Noire pourrait lui demander de faire ? Elle n'était pas vraiment en mesure de lui refuser quoique ce soit... Peut-être aurait-elle mieux fait de se taire.

La dingue à crinière verte aurait aimé que Mme Cyanide lui apprenne à doser les spores de Bryone pour pouvoir produire ses propres drogues en cas de besoin, mais après l'offre qu'elle venait de lui faire, elle n'osait plus le lui demander. De plus, quel serait le prix à payer pour la totalité ? Certainement beaucoup trop élevé pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice
Commandante Virgo / La Veuve Noire
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/01/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Lun 18 Nov 2013 - 21:14


Alice fut assez surprise à l'idée que l'on donne un « prix » à ce travail. A vrai dire, ce n'était pas vraiment qu'un sbire venait lui demander quelque chose de ce genre. Elle avait eu beaucoup de demandes de conseils à propos des Pokémon Poisons (ce qui l'énervait en fait assez, à force d'être toujours questionnée à propos du même sujet) et quelques autres personnes qui avaient besoin de venin régulièrement, pour une arme ou pour un assassinat. Elle ne demandait que le nom, notant scrupuleusement, tenant un registre des poisons disséminés dans l'organisation. Hors de question de laisser aller n'importe où des personnes capables de tuer par le simple contenu d'une fiole. Elle regarda la jeune fille, un sourire sympathique bien que faible sur le visage, montrant sa fatigue des derniers jours. Elle avait été enfermée dans le QG depuis une semaine, chargée de trouver de nouveaux produits. Et c'était particulièrement éprouvant.

« Non, je ne vous demanderais rien. Ce service vous a été offert par la Team Zodiac. »

Elle avait dit ça comme une vulgaire pub du service public. Et en quelque sorte, c'était bien ça. Mais tout d'un coup elle se rassit brusquement sur son fauteuil, puis posa sa tête entre ses deux paumes ouvertes, victime d'un fatigue passagère accompagnée de sa meilleure amie, la migraine. Elle ne s'y attendait vraiment pas, mais quand elle lui tomba dessus, elle en sut les origines. Et il n'y avait qu'un remède à ce problème. Elle prit son courage à deux mains, releva sa tête livide et demanda à la jeune fille :

« Bon, alors si, je vais vous demander quelque chose, Quartier-Maître Ve'ilcar. Est-ce que vous auriez la bonté de garder le bureau le temps que je fasse une sieste, s'il-vous-plaît ? Je sais que ma demande va vous paraître étrange, mais comme le Seigneur peut venir à tout moment et que j'imagine qu'une sieste ne lui ferait pas grand plaisir, je préfère être sûre que rien n'arrivera. Enfin, si vous avez une obligation cet après-midi, ce n'est pas grave, vous n'êtes pas obligée de faire ce que je vous dis. »

Même si elle doutait que la jeune femme refuse l'ordre donné, elle ne pouvait pas s'empêcher de donner dans la politesse. C'était sa nature. Réellement, elle espérait qu'elle accepterait. Ses rapports avec Ophiuchus étaient quelque peu tendus, et s'il arrivait dans son bureau (elle pouvait bien fermer à clé, il avait un double de toutes les portes du bâtiment) et qu'il la voyait en train de dormir à poings fermés, il était certain qu'elle allait avoir droit à des réprimandes et à des « Si vous continuez comme ça, le corps de Charles va se mettre à flotter … ». Et rien que le souvenir que lui infligeait cette phrase suffisait à la plonger pendant une bonne heure en pleine déprime. Elle revoyait alors à ce moment-là le corps contrit, déchiré d'un sourire dément, sachant qu'il serait la source d'un remord éternel. Elle préféra effacer ce moment-là de sa mémoire, et regarder dans les yeux la jeune fille aux cheveux verts (et elle se fit la remarque qu'il n'existant pas d'adjectif indiquait une coloration capillaire verte. Vraiment, cette Quartier-Maître était très étrange.).

~~~~~~

Triple-compte d'Elizabeth, évitez donc d'envoyer des MPs sur ce compte
Thème d'Alice
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienne Ve'ilcar
As de Pique
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 04/06/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Mer 15 Jan 2014 - 9:33

Décidément, la commandante avait l'air dans un drôle d'état. Elle adressa un sourire faible à la sbire qui était venue quémander des informations, tout en lui déclarant qu'elle ne lui demanderait rien en échange du service qu'elle avait visiblement accepté de lui donner. Elle différait tellement de ceux de ses collègues que Sienne avait eu la possibilité de rencontrer que c'en était vraiment déroutant. Cancer le dur et froid, Scorpio le coincé fervent protecteur de sa rose de sœur, Gemini les jumeaux qui lui donnaient de manière inexplicable l'envie de fuir en courant... Ils avaient tous un comportement et un caractère différent, mais ne contrastaient pas énormément entre eux en tant que commandants. Ma la Vierge qu'elle avait actuellement en face d'elle ne donnait pas l'impression de chef exigeant au moral d'acier. Elle avait certes l'air trop gentille pour être honnête, mais tout en elle criait qu'elle était simplement lasse et presque sans défenses. Moui... Elle ferait mieux de se méfier.

Alors que l'As de Pique ruminait en attendant poliment la suite d'événements, son interlocutrice changea d'avis à propos de la gratuité de ses services. Eh, elle aurait dû s'en douter. D'habitude, c'est les commandants qui demandent (ou ordonnent, en général) des choses aux sbires... Pas l'inverse ! Il ne fallait pas qu'elle s'attende à s'en tirer avec un sourire et un "merci" comme uniques charges... Bon, qu'est-ce qu'elle allait lui demander ? La sous-fifre la fixait avec un regard qui voulait dire "à quelle sauce vais-je être mangée" teinté de pas mal d'inquiétude quand elle lui demanda de garder son bureau. Quoi, c'est tout !? Il devait y avoir un piège ! Il y a toujours un piège quand les choses on l'air faciles. Dame Poisons ajouta qu'elle voulait faire une sieste (dont elle avait visiblement grand besoin) et qu'elle ne voulait pas être attrapée à se reposer par le Seigneur. Quoi ? Elle devait faire le guet pendant qu'elle tirait au flanc ? Uhuhu. Comme quoi les Commandants, tous grands chefs qu'ils étaient, restaient des êtres humains. C'était rassurant, dans un sens. Elle-même était passée maître dans l'art de disparaître quand on voulait lui donner une tâche ménagère à faire... Elle avait un sixième sens pour repérer à distance les gens qui s'approchaient d'elle dans cette optique, et les éviter. Bon, d'accord, ce sixième sens s'appelait Aubergine, mais personne encore n'avait percé sa combine à jour... Il faut dire qu'elle avait des supérieurs hiérarchiques directs beaucoup moins dangereux et malins que la chimiste...


_Heu, vous voulez que je fasse en sorte qu'il ne vous voie pas dormir ? Hé bien, je suppose que je peux faire ça, mais... S'il vient, je lui dis quoi..? Je ne suis pas censée mentir au Maître, quand même ?

En effet, elle ne se voyait pas mentir effrontément au(à la) grand(e) Ophiuchus... Voilà une situation bien étrange... Elle n'avait vraiment aucune idée des ennuis qui pourraient lui tomber sur le coin du nez si elle prenait tout ça à la légère... Enfin bon, elle avait besoin de cette drogue, non ? Elle n'avait pas envie d'avoir à tuer plus de gens en missions, et elle ne voulait pas laisser des indices derrière elle en ayant raté un dosage... Et puis, une sieste, ça dure pas longtemps, hein ? Elle n'aurait sans doute pas à attirer l'attention du chef incontesté de l'organisation, hein ? Enfin, vue sa tête, l'experte en poisons avait l'air prête pour dormir cent ans, et ce n'était certainement pas un baiser qui pourrait la réveiller... La folle à crinière verte espérait ardemment que sa supérieure avait un plan.[/i][/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice
Commandante Virgo / La Veuve Noire
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/01/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Mer 26 Fév 2014 - 18:44


Alice voyait qu'en face, la jeune fille était perplexe. Oh non. Elle n'en pouvait plus. Elle ne voulait plus qu'on doute d'elle, de cette réputation qu'elle ne méritait pas, de cette aura répugnante qui l’insupportait. Elle était une Commandante, certes, mais elle n'était qu'un engrenage, pas un moteur de cette machine folle. Tout ce qu'elle voulait, là, actuellement, maintenant, dans l'immédiat, c'était dormir. Ne plus devoir se tenir éveillée dans des brumes étranges de l'esprit à inventer elle-ne-savait-quoi pour le plus grand criminel de la région. Exténuée elle plaqua de nouveau son visage entre ses doigts, avant de se relever le moins dignement possible. Bon. Elle était censée avoir un peu de pouvoir. Il était temps de faire ce qu'elle voulait.

« Débrouillez-vous. Je veux dormir. Vous n'avez pas été embauchée dans la Zodiac pour être stupide. Si vous êtes virée pour avoir menti, je prendrais mes responsabilités. Mais débrouillez-vous. Je n'en peux plus. »

Encore une fois, elle avait dit ça d'un ton calme. Celui d'une personne qui est sur le point de passer à une autre émotion, comme la colère ou la tristesse. Mais la fatigue qui l'engourdissait l'empêchait tout bonnement d'entrer en furie. Elle ne voulait pas recourir à cette extrémité, mais elle sentait qu'elle risquait de s'effondrer en sanglots. Elle repensait à sa vie, au gâchis que cela avait été. Tout ça pour une erreur. Une simple erreur. N'avait-elle pas droit à une seconde chance ? Elle avait juste aimé Charles, elle n'y était pour rien ! Nom d'Arceus ! Méritait-elle vraiment tout ça ? Était-elle à ce point corrompue ?! Pourquoi tout le monde la détestait ? POURQUOI ?

Et, toute à ces pensées des plus énervées, ce qui devait arriver arriva. Comme une pauvre loque, elle s'effondra en pleurs devant une presque Sbire. Ça y était, elle n'avait plus de réputation. Mais là, ce n'était vraiment pas ce qui lui importait. Toutes ses peines coulaient le long de ses joues, comme d'affreuses déchirures dans un portrait pourtant des plus magnifiques. Les traits noirs qui se dessinaient sur sa façade formaient les formidables failles de son être. Elle avait atteint ses limites. Tout devait s'arrêter. Elle ne savait pas quoi faire.

Le spectacle lamentable qui s'effectuait devant la jeune femme meublait un silence froid de science. Les reniflements qui arrachaient les pans d'inhumanité de la pièce retentissaient. Dans la robe de mariée, on eut dit qu'un enfant souffrait le martyr d'un cobaye d'expérience monstrueuse. La démonstration tétanisante de l'horreur de son calvaire traversait tout. Les fioles qui s'alignaient dans son dos étaient tous autant de réceptacle de tristesse. L'émotion qui ressortait de tout cela n'était pas qu'une simple mélancolie passive, mais une véritable explosion de lassitude, une détonation de désolation. Et l'enfant inconsolable, dans son trop grand siège noir, redoutait que la porte ne s'ouvre, dévoilant au public une vue terrible. Un coup à sa réputation détruirait une bonne fois pour toutes son moral. Ce serait le suicide social.

Son esprit, dans ce moment critique, tentait de l'obliger à se focaliser sur l'impression qu'elle donnait plutôt que de la faire se questionner sur les raisons de cette crise de larmes. Non, elle ne devait pas quitter la Team Zodiac. Sa raison en avait décidé ainsi. Elle pouvait très bien s'en sortir. Elle devait juste les aider à atteindre un but qu'elle ne connaissait pas, peut-être obtenir un malencontreux qui résoudrait sa vie. Elle ne devait pas fuir, se dénoncer elle-même, livrer l'organisation. Non. Elle devait rester intègre, droite dans ses bottes, prête à vendre son âme au diable. Et il avait un nom, qu'elle ne redoutait que trop.


HJ:
 

~~~~~~

Triple-compte d'Elizabeth, évitez donc d'envoyer des MPs sur ce compte
Thème d'Alice
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienne Ve'ilcar
As de Pique
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 04/06/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Lun 3 Mar 2014 - 21:40

Ouch, la réplique de la commandante faisait mal ! "Pas embauchée pour être stupide" !? Le sous-entendu était beaucoup trop évident pour que Sienne réussisse à détourner le sens de la pique pour en faire un compliment dans son propre esprit... Non mais franchement, est-ce que "penser aux conséquences de ses actes" était synonyme d'"être stupide" !? En plus, elle était tentée d'ajouter "POUR UNE FOIS !" à la première proposition... Quoiqu'il en soit, ça donnait envie à Miss Gazon de s'insurger. Non mais ! D'habitude, les injustices, elle les causait, elle ne les subissait pas ! Se savoir impuissante à pourrir la vie de quelqu'un sans y rester la répugnait au plus haut point. Décidément, ces dehors de gentillesse cachaient, comme elle l'avait soupçonné, un caractère de requin ! Ce n'était guère surprenant, c'était sans doute nécessaire pour atteindre le poste de commandant. Cependant, la suite fit une fois de plus douter la folle à crinière verte de ce qu'elle pensait de sa supérieure hiérarchique.

En effet, la splendide brune en imposante robe noire s'effondra en pleurant sur son bureau. Hé, quoi ? Elle chialait, maintenant ? C'était pas bon du tout, ça ! Si quelqu'un la voyait dans cet état, ça allait être très compliqué... à en juger par les cernes qui soulignaient les beaux yeux de la sanglotante commandante, et qui déviaient légèrement le torrent de larmes, elle devait vraiment, vraiment avoir besoin du repos qu'elle réclamait. Alors quoi ? Elle allait la laisser pleurer là au vu et au su de la prochaine personne qui passerait cette porte ? C'était sacrément condamner ses chances d'obtenir la toxine qu'elle était venue chercher... Et puis, bien que tout son être frémisse à cette idée, la jeune femme aux couleurs psychédéliques se sentait un peu coupable de l'avoir mise dans cet état. Certes, d'habitude, elle y prenait le plus grand plaisir, mais là... La dénommée Alice ne lui avait strictement rien fait. Quand elle volait un portefeuille, Sienne se justifiait son acte en se disant que son propriétaire l'avait regardée de travers à cause de ses vêtements dépareillés, et que de ce fait il méritait sa perte. Quand elle s'aménageait un petit nid douillet d'un soir dans un toit, éparpillant les tuiles au passage, elle se disait qu'elle rendait service aux gens : ils devraient la remercier, elle leur offrait l'occasion de se payer un nouveau toit tout neuf ! Enfin bref ; elle trouvait toujours une raison, aussi saugrenue soit-elle à ses méfaits. Ne serait-ce que "la société dit que je suis folle, la société doit payer !".

Mais là ? La pauvre scientifique éplorée qui s'étiolait devant ses yeux faisait partie d'un autre société, qui l'avait embauchée et qui la payait même pour ses méfaits ! Et puis, elle ne l'avait même pas regarder de travers. "Elle a accepté de m'aider gratuitement, elle a bien mériter de pleurer comme une madeleine !" ? Non... Ça ne collait pas. Et puis, pour une fois, la sbire promue n'avait pas le cœur à se trouver une excuse pour faire souffrir autrui. Et puis, elle n'avait plus le temps de tergiverser : chaque seconde passée menaçait un peu plus que la gradée aux joues striées de petits canaux noirâtres ne soit découverte dans ce piteux état. Il fallait agir, maintenant. Et tant pis si son ego en prenait un coup... Il était grand, il s'en remettrait.

Machinalement, elle lâcha Alice, sa Psykokwak (ironie de sort ?) pour qu'elle aille monter la garde, puis elle jeta un œil à la petite porte à l'arrière du laboratoire, qui devait donner sur un couloir, ou peut-être sur les quartiers de la chimiste en pleurs. Quoiqu'il en soit, ce serait certainement moins fréquenté que le grand couloir dont elle venait. Elle se pencha pour passer son bras autours des épaules voilées de noir de la commandante pour l'aider à se relever, la soutenant à moitié et tentant sans grand talent de la réconforter. Elle enfourna ensuite sa main dans sa poche pour en sortir un mouchoir en tissus qui avait vu de meilleurs jours. Il était tout froissé, mais il avait a priori l'air propre... Elle le tendit à la spécialiste des poisons en lui parlant d'une voix la plus douce possible, comme si elle avait peur de l'effrayer si elle utilisait un ton plus conséquent.


_Tenez... En effet, vous avez vraiment besoin de sommeil... Venez, je vais vous accompagner là où on ne vous trouvera pas de sitôt, puis je reviendrai pour prendre les demandes à votre bureau, d'accord ? Je crois qu'il vaudrait mieux que personne ne vous voie dans cet état... Vous pouvez fermer la porte à clef ?

En effet, il serait également fâcheux que quelqu'un entre pour trouver le bureau ouvert et vide... D'autant que dans les organisations criminelles, l'honnêteté est rarement une qualité courante. Une disparition de matériel ou d'effets personnels n'arrangerait sans doute pas le moral de la chercheuse-malgré-elle. Se faufiler dans les couloirs allait s'avérer une tâche compliquée : en effet l’opulente robe noire de son interlocutrice n'était pas l'essence même de la discrétion... Enfin, quand on peut être cambrioleuse et porter une crinoline, on peut faire se faufiler une femme en tenue de mariée dans des couloirs potentiellement assez fréquentés ! Du moins, c'était ce qu'espérait Miss Gazon...

[HRP]Je me suis permis de mettre une porte... Si ça te va pas, n'hésite pas à me le dire, j'éditerai ![/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice
Commandante Virgo / La Veuve Noire
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 09/01/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Sam 8 Mar 2014 - 21:38

Alice, en plein bouleversement psychologique, regarda la jeune officière Zodiac s'activer, sortant un Psykokwak, et s'affairer pour cacher la disparition temporaire de sa supérieure le temps d'une sieste. Si un écrivain avait été à leurs côtés, il n'aurait pu s'empêcher de décrire tout l'absurde de la chose. Dans une société effroyablement criminelle, où l'on sème le meurtre et la désolation, une éminente supérieure hiérarchique qui pouvait décider du sort de n'importe qui était en train de faire un burn-out, et une autre figure évidemment irrespectable de la sordide confrérie faisait tout pour que sa camarade puisse dormir. C'eut été une peinture bien étrange de l'humanité qui pouvait animer n'importe qui dans les moments les plus forts et les plus pathétiques. La pauvreté du tableau qui s'ouvrait était évidente, et aucune musique bien trop lente au violon n'aurait pu autant faire fondre un frigo américain.

Sanglotant légèrement, la chimiste prit le carré de tissu en patchwork de sa subordonnée, et essuya dramatiquement les rigoles de larmes qui lui creusaient sa maigre figure. En fait, elle étala en une couche immonde le mascara qui avait coulé de ses doux yeux, formant un masque foncé d'autant plus grotesque qu'émouvant. Personne n'aurait pu se croire en face d'une docteure en biochimie moléculaire. On eut dit un poupon, emballé dans sa grande robe de dentelle fine noire, qui fermait les yeux dès qu'elle se couchait ; plus que d'habitude, son visage semblait de porcelaine fine, qui pouvait se briser à tout moment en mille morceaux.

Alice, dans un sursaut de lucidité, se rendit compte qu'une fuite allait être bien trop compliquée à organiser. La porte principale donnait sur un couloir ultra fréquenté de tous les chercheurs de l'organisation, et elle ne pourrait pas être discrète le moins du monde. La seconde porte, elle, donnait sur son laboratoire personnel, qui était lui aussi toujours empli de laborantins aidant à ranger le matériel. C'était néanmoins leur seule chance, car de là, une deuxième porte donnait sur un couloir secret (et oui, être Commandante apporte des intérêts) qui amenait directement à ses « appartements ». Donc, sur une chambre impersonnelle puisque, en général, elle vivait dans son appartement personnel à Mégapagopolis. En effet, elle restait tout de même une grande personnalité civile, et si on venait à voir qu'elle n'avait même pas d'adresse réaliste, elle ne saurait cacher son appartenance à la Team Zodiac.


« La po-o-ort-t-te … Labora-a-a-atoire … Te-e-echnicie-e-ens … »

Elle ne pouvait pas formuler de phrases plus articulées, tant sa mâchoire tremblotait sous les spasmes de ses pleurs. Elle qui avait eu jusque-là la fierté d'avoir été, durant son enfance, une jeune fille courageuse qui ne pleurait jamais, elle rattrapait tout ce qu'elle avait évité jusqu'à maintenant. Tout en elle craquait, allait à vau-l'eau. Elle ne voulait pas repenser à la raison de sa crise de larmes. Non. Elle ne voulait pas y repenser. NON.

Et ce qui devait arriver arriva. Elle repartit dans une terrible crise d'angoisse, inondant le mouchoir du Quartier-Maître. Elle allait devoir lui en racheter un, au moins pour payer de cette manière son silence. Si elle ne réussissait même plus à avoir aucune autorité, elle n'allait pas pouvoir être efficace le moins du monde. Et, si elle ne servait plus à rien à Ophiuchus, il allait la dénoncer, elle allait aller en prison, elle allait passer sa vie derrière les barreaux …

De nouveau, ses yeux lâchèrent une vague d'eau. Ses poches lacrymales allaient bientôt être vide, à ce rythme-là. Même devant un concerto pour violon de Brahms – l'équivalent pour Mlle Cyanide des comédies romantiques à l'eau de rose – elle n'avait jamais autant pleuré. Les traînées de perles d'argent formaient sur son visage auparavant tout noir de clairs sillons, montrant, blanc sur noir, qu'elle avait passé les dernières minutes à sangloter. La seule preuve qui eût pu le montrer plus ostensiblement, c'eut été une vidéo en direct.

~~~~~~

Triple-compte d'Elizabeth, évitez donc d'envoyer des MPs sur ce compte
Thème d'Alice
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienne Ve'ilcar
As de Pique
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 04/06/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   Jeu 10 Avr 2014 - 16:30

[HRP]Je me suis permis de power play comme une porcinette, alors n'hésite pas à me MP si ça te va pas !
Ah, et vu que tu as attendu à cause de mon attaque de ptérodactyles, tu as aussi le droit de me donner un gage par MP ! T.T[/HRP]

Alors que Sienne s'activait pour tenter de fuir, sa supérieure lui annonça que la porte qu'elle s'apprêtait à ouvrir donnait sur un laboratoire plein de techniciens. Quelle veine ! Du monde des deux côtés ! Déplacer cette loque vivante pour lui permettre de dormir n'allait pas être chose aisée. Elle ne pouvait quand même pas tous les assommer, tous les rendre aveugles et n'avait pas d'assez bon psychiste avec elle pour leur donner à tous l'envie de dégager d'ici ! Alors qu'elle était en train de rager toute seule, sa dernière penser lui fit monter un grand sourire aux lèvres. C'était ça, la solution ! Elle allait tous les faire déguerpir ! Il y aurait sans doute dans le laboratoire un débarras dans lequel elle pourrait faire dormir la biochimiste. Miss Gazon tremblait un peu d'excitation à l'idée de ce qu'elle allait faire. Elle avait rarement eu l'occasion de faire un tour de si grande ampleur et aussi amusant !

Tout d'abord, il fallait cacher la commandante pour que personne ne voie l'état dans lequel elle était en passant pour sortir. Pour ça, la pièce dans laquelle elles se trouvait n'offrait pas des masses de possibilités... Le quartier-maître tira le fauteuil qui se trouvait devant le bureau pour faire de la place, puis retira la courte cape qu'elle avait sur les épaules pour la poser dessus de manière à faire comme un rideau entre les pieds du lourd siège en bois. Elle poussa ensuite délicatement sur les épaules d'Alice pour la faire rentrer sous le bureau, tout en lui parlant pour lui expliquer sa démarche et lui donner des instructions pour ne pas être découverte.


_Allez, vous allez rester cachée là dessous le temps que je fasse partir les laborantins, d'accord ? Ne faites pas de bruit, surtout, ce serait un peu étrange si on vous trouvait cachée sous votre bureau avec les joues pleines de mascara... Vous pouvez déjà commencer à vous reposer, je viendrai vous chercher quand la voie sera libre, d'accord ?

Sans attendre de réponse, la sbire à crinière verte eut tôt fait de faire rentrer la fragile silhouette sous l'imposant bureau, et plaça devant elle le fauteuil garni de son rideau improvisé pour la cacher. Le résultat n'était pas parfait : un regard inquisiteur y aurait décelé la présence d'une personne cachée sous le meuble de travail, mais certainement pas l’œil écarquillé d'un pauvre chimiste effrayé qui sortait en courant de son laboratoire... Sienne observa son travail d'un oeil critique pendant quelques secondes puis se frotta les mains de satisfaction après avoir rentré sous le bureau un volant de dentelle qui dépassait. Elle se dirigea ensuite d'une démarche sautillante qui aurait respiré la candeur dans d'autres circonstances vers les étagères couverte de produits chimiques en bouteilles.

Aaah... Elle n'y connaissait absolument rien en chimie, mais elle était persuadée que les fioles alignées ici contenaient, pour la majorité, des produits dangereux. De plus, elle était à peu près certaine que les mélanger toutes donnerait un résultat des plus alarmant ! La folle furieuse sortit en gloussant une pince coupant de la boîte à outils qui lui servait de crinoline. Il ne fallait pas qu'on se doute que ce qui allait se passer avait été délibérément provoqué, hmm ? Soit, elle allait faire de son mieux pour que ça passe pour un accident ! Son visage étrange fendu d'une oreille à l'autre par un sourire aux anges, elle donna un coup de pince dans l'un des rivets qui fixait une des étagères au mur. Il n'en fallut pas plus au pauvre support pour céder : les autres clous rompirent et le tout s'effondra dans un fracas de verre brisé et d'éclaboussures ; la responsable de ce chantier avait à peine eu le temps de revenir de la distance de sécurité à laquelle elle s'était éloignée pour se rendre compte qu'une réaction chimique était à l’œuvre ! Le liquide qui jonchait le sol formait un nombre inquiétant de petites bulles et une odeur âcre s'en dégageait. Le morceau de rivet coupé, qui trempait dedans, était déjà à moitié dissout. Elle poussa un hurlement de jeune damoiselle en détresse plutôt convaincant.

Retenant un éclat de rire, Miss Gazon se mit à courir en criant en direction du laboratoire en criant et en singeant la pauvre fille effrayée.


_Une étagère est tombée dans le bureau de madame Cyanide ! Sortez-vite, c'est dangereux !! IL PARAÎT QUE ÇA VA EXPLOSER !!

Après avoir tourné quelques secondes en rond d'un air paniqué, elle sortit en courant, traversa le bureau et se cacha derrière la porte pendant que le personnel de recherche sortait dans la précipitation et alertait les passants du couloir. Une fois le bruit de cavalcade éteint, la sbire sortit de sa cachette et jeta un œil à la flaque réactive sur le sol. Visiblement, si réaction il y avait eu, c'était terminé, et les dégâts avaient été moindres. Sa diversion ne tiendrait pas longtemps... Ne restait maintenant plus qu'à emmener sa supérieure se reposer et voir avec elle pour une excuse quant à son absence dans son bureau. L'As de Pique alla libérer cette dernière de sa prison de bois, lui pris le bras et la guida vers le laboratoire.


_Ahaha ! Vous auriez dû voir leurs têtes ! Vous avez bien une pièce de stockage où vous pourrez vous reposer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toxines et sarbacane. [Alice]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toxines et sarbacane. [Alice]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alice, Eo et bibliothéque de la jeunesse
» [Ciné...] Alice au Pays des... cauchemars !!!
» Siegfried de Alex Alice
» ALICE ROY ATTERRIT... CHEZ BAYARD
» Alice du mois de février : Alice et le manoir hanté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Q.G. Team Zodiac-
Sauter vers: