Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Brume [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Brume [Terminé]   Ven 6 Sep 2013 - 20:47


Athéna avait dormi toute la nuit. Puis toute la matinée. Puis tout l'après-midi.
Vingt-quatre heures de sommeil n'avaient pourtant pas suffit à régénérer son corps meurtri.

Sa jambe droite, dégonflée mais bandée, ne supporterait pas son poids avant plusieurs semaines, et son épaule gauche, serrée par un strapping, ne lancerait pas de Pokéball de si tôt. Seule chance dans son malheur : elle était droitière.

Son long sommeil réparateur -bien qu'insuffisant- ne fut pas toujours plaisant pour la jeune blonde. Elle rêva parfois, cauchemarda souvent. Les heures de combat contre Solem et la torture des derniers instants repassaient en boucle sous ses paupières closes  parcourues de spasmes. Plus d'une fois sa respiration s'emballa, son front se couvrit de sueur, et alors qu'elle était sur le point de s'éveiller, son épuisement physique et mental la replongeait aussitôt dans l'inconscience.

Mais au bout d'une nuit et d'un jour passés sur le canapé-lit de Lyndia, emmêlée dans un large t-shirt blanc et une couverture rouge sombre, la jeune Dresseuse sortit enfin de son état comateux.


Elle était allongée sur le dos, le visage vers le plafond, un bras le long du corps et l'autre posé en travers de son torse. La première chose qu'elle sentit, ce fut la douleur.

Tout n'était que douleur. Sa nuque était raide et sa tête aussi lourde qu'une enclume ; des engourdissements lui paralysaient les deux jambes ; ses doigts craquèrent dès qu'elle essaya de les bouger, comme si la rouille avait attaqué ses phalanges. Elle essaya de déglutir, mais il n'y avait pas une seule goutte de salive dans sa bouche.

Après avoir pris conscience de la position de son corps, elle décida qu'il fallait ouvrir les yeux. Elle leva de lourdes paupières et regretta aussitôt son geste : ses nerfs optiques s'enflammèrent comme de l'essence au contact d'une allumette et la douleur lui vrilla la boîte crânienne avec telle intensité qu'elle se sentit nauséeuse. Ce qui lui confirma que son estomac, lui, était en état de marche, à son plus grand regret.

Puisqu'elle ne pouvait pas voir, elle n'avait qu'à se lever. Peut-être qu'une position verticale calmerait son estomac agité. Quelques connexions neuronales commençaient à s'établir dans les recoins obscurs et brumeux de son cerveau. Et avec elles vinrent les questions sans réponse... Que s'était-il passé?... Où était-elle?... Houla, une minute... Par Arceus! n'était-elle pas sensée être morte?

Athéna souleva un bras pour prendre appui sur ce qui la soutenait (c'était trop moelleux pour être le sable de la plage... et pourquoi faisait-il si frais?). Sa main gauche se posa à plat près d'elle, et quand elle banda les muscles pour se redresser, son bras se déroba tout à coup, et elle eut une exclamation de surprise rendue rauque et presque inaudible par sa gorge sèche et fatiguée. Une douleur étendue se réveilla soudainement dans son épaule. La blonde gigota en gémissant faiblement, surprise de découvrir que quelque chose lui maintenait l'épaule et le biceps contre les côtes. Son bras n'était libre qu'à partir du coude, ce qui le rendait totalement inutile pour se lever.

Si elle était vraiment morte, il était peut-être temps qu'elle arrête d'avoir mal, non?

Elle soupira, attendant une longue minute que la douleur faiblisse, puis elle bougea l'autre bras. Celui-ci s'articulait normalement. Elle prit appui, avala une grande goulée d'air, et se redressa.

Par tout les Pokémon Légendaires, que ça faisait mal!
Elle serra les dents. De grosses gouttes de sueur coulèrent de ses tempes à son cou. Elle s'arrêtèrent au col du vêtement qu'elle portait. Quelque chose de large et de doux, et déjà trempé de sueur. Elle ne se souvenait pas d'avoir enfilé un t-shirt aussi large en partant de chez elle. D'ailleurs, où était son jeans? Elle avait des sous-vêtements, mais rien sur les jambes. Elle remua les orteils, et toute sa jambe droite fut parcouru d'un violent tremblement de souffrance. Ah, il n'y avait pas que l'épaule de hors-service...
Ça lui revenait, maintenant. Elle s'était faite écraser les os par le Pokémon de Solem. Son envie de vomir redoubla, alimentée par la peur :

Où était Solem?

Cette fois elle devait ouvrir les yeux, et tant pis si cela s'apparentait à recevoir des tisonniers brulants dans les orbites. Il lui fallut encore quelques minutes pour pouvoir desserrer ses paupières sans pleurer, et quand cela fut chose faite, Athéna pensa tout d'abord qu'elle était devenue aveugle.

Elle ne voyait rien. Le noir total, sans la moindre variation, sans la moindre touche de lumière. Pas de couleur, pas de forme. La panique monta d'un cran. Son cœur affaibli et son esprit fragile commencèrent à s'agiter dans tout les sens comme des animaux pris au piège.
Puis elle comprit qu'elle voyait encore, mais qu'il n'y avait simplement rien à voir. Elle se trouvait en intérieur, dans une pièce fermée et plongée dans l'obscurité. Une lueur orange de lampadaire venant d'une fenêtre ouverte lui permit de distinguer le contour de quelques meubles et de découvrir qu'elle était mi-couchée, mi-assise sur un canapé déplié en lit de fortune.

Avec aussi peu d'informations, elle ne savait toujours pas où elle était.

Ses souvenirs vivaces se mélangeaient dangereusement à ce présent étrange et flou. Pour la jeune Dresseuse, il ne s'était écoulé qu'une poignée de minutes entre sa capture par les bras du portail et son arrivée... ici.
Si c'était une nouvelle hallucination, elle préférait encore celle où Lyndia venait la sauver. Si c'était la réalité, alors le portail menait droit en Enfer, et dans quelques secondes tout ce qu'elle craignait le plus allait se réaliser. Et la douleur qu'elle ressentait faisait plutôt pencher la balance du côté de l'Enfer que du côté d'une nouvelle hallucination inoffensive.

Elle agrippa le dossier du canapé sur sa droite et hissa maladroitement son corps jusqu'à être enfin complétement assise. Ce simple mouvement lui couta ses maigres forces et elle eut aussitôt le vertige. Elle grogna de frustration, elle grogna parce qu'elle avait mal, elle grogna parce que c'était le seul fichu son que ses cordes vocales voulaient bien produire!

Ses grognements résonnèrent dans la pièce silencieuse. Athéna ferma les yeux et se passa une main moite sur le visage. Quand elle rouvrit les yeux, quelque chose bougea sur sa gauche.

La terreur s'empara d'elle. Une forme sombre se découpa dans la lueur orange du dehors. La masse se déplia comme un long serpent qui sort d'un profond sommeil. Un visage plongé dans l'ombre, entouré d'une chevelure extrêmement abondante, et des épaules féminines s'élevèrent à côté d'Athéna qui se mit à trembler. Clouée sur place, incapable de bouger ou de parler, la blonde regarda Solem se dresser, entourée de ses cheveux sombres comme des multiples têtes d'une Hydre.


Dans l'épais silence qui suivit, Athéna n'entendit plus que les percussions de son cœur dans sa poitrine et les sifflements saccadés de sa respiration entre ses dents serrées. Solem ne bougeait pas. Écraser la blonde de toute sa haute présence semblait lui suffire pour l'instant. Elle avait déjà prouvée qu'elle aimait prendre son temps avec ses victimes. Sans doute réfléchissait-elle à une nouvelle forme de torture pour Athéna.

La jeune Dresseuse se sentit alors très lasse. Elle n'avait plus l'énergie d'avoir peur, de trembler, ni même de pleurer. Elle voulait seulement que tout cela cesse. Ne plus jamais revoir Solem, ni dans ses cauchemars, ni dans la réalité. Que la jeune blonde soit déjà morte, qu'elle soit en vie, qu'elle soit enfermée dans une dimension où elle n'était ni l'un ni l'autre, peu lui importait. Mais que cela s'arrête! Que la douleur cesse, au nom d'Arceus!

D'une voix cassée par les heures d'inactivité, la déshydratation, et le désespoir, Athéna articula faiblement ces quelques mots, les yeux rivés sur la face de son ennemie jurée :


"Ça ne te suffisait pas de me laisser mourir..." puis sa voix se brisa complétement, et elle ne put que tousser faiblement avant de se taire, résignée à son triste sort.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 


Dernière édition par Athéna le Lun 30 Sep 2013 - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Ven 6 Sep 2013 - 21:20


Les deux derniers jours avaient été particulièrement éprouvants. Tant physiquement que mentalement.

Mentalement car une fois passée le boost d'adrénaline provoqué par ses retrouvailles avec Solem, Lyndia avait dû assimiler, à retardement, le fait que celle-ci soit morte, le fait que Sebastian était en voie de guérison, et le fait qu'Athéna ait été trainée de force là dedans. Elle pensait que garder sa relation avec la dresseuse secrète était suffisante pour la protéger. De toute évidence, elle s'était trompée.

Physiquement car les inquiétudes, le stress et la culpabilité avaient créé chez la Championne des tensions redoutables dont elle avait été incapable de se défaire au cours des dernières vingt-quatre heures. Conclusion, elle s'étaient effondrée de fatigue tard, courbaturée et craintive, et ses dernières nuits avaient été entrecoupées de réveils pénibles.

Dieu merci elle avait réussi à avoir la paix le lendemain de son retour, promettant à la Ligue et aux autres Champions qu'elle reprendrait du service dans la semaine qui suivait. Dieu merci également elle avait pu recontacter Elèraine qui s'était libéré de ses liens et qui avait pu recommencer à prendre soin de Sebastian qui, bien que son était ait changé, ne s'était toujours pas réveillé.

Ce fut d'ailleurs au cours d'un de ces réveils qu'elle entendit quelque chose bouger du côté du canapé. Là où elle avait installé Athéna. Son sang ne fit qu'un tour et, alors qu'elle avait décidé de rester tranquillement assise sur son propre fauteuil, elle se redressa lentement, essayant de faire le moins de bruit possible au cas où la dresseuse blonde ne serait en fait pas en train de se réveiller.

Ce qui était en fait le cas. Athéna se redressait péniblement, gémissant et se frottant le visage du mieux qu'elle pouvait au vu de sa condition physique. Lyndia ne sut comment réagir tant elle était heureuse. Un mince sourire s'afficha sur son visage et, après quelques secondes de paralysie, elle décida de s'approcher lentement d'Athéna qui, enfin, tourna la tête vers elle. La Reine Noire ne pouvait exprimer son soulagement. Elle chercha quelque chose à dire. Un truc, n'importe quoi. Même idiot. Un "tu es enfin réveillée" ou "comment te sens-tu". Ouais. Ca c'était bien. Lyndia ouvrit la bouche et...


"Ça ne te suffisait pas de me laisser mourir..."

...

Ce que Lyndia ressentit à cette seconde précise, jamais elle ne l'avait ressenti auparavant. Etait-ce parce qu'elle était plus impliquée avec Athéna qu'avec aucune autre de ses relations? Etait-ce parce que, Solem disparue et le poids de son passé légèrement allégé, son inconscient lui autorisait de nouveau à ressentir des émotions fortes? Impossible à dire. Tout ce qu'elle savait, c'était que cela faisait mal.

La phrase résonna dans sa tête quelques secondes et s'y incrusta comme au fer rouge. Pas seulement la phrase, pas seulement les mots. Le ton de la voix d'Athéna, sa fatigue, sa douleur. Cette voix qu'elle avait connue si grave et douce était devenue rauque et découragée. Dans le creux de ses poumons se planta une épingle chauffée à blanc, qui diffusa dans son abdomen un nuage de douleur et de crispations. Son corps trembla et elle dût s'humecter les lèvres en se mordant l'intérieur des joues pour ne pas claquer des dents. Son regard se perdit dans la pièce et elle dû s'appuyer sur le dossier du canapé lit à son tour.

Athéna lui en voulait donc tellement? Ce qu'elle craignait tant avant même de commencer cette relation était donc arrivé? Elles avaient eu des hauts et des bas, certes, mais... mais ce sentiment, c'était quelque chose de nouveau. Etait-elle donc condamné à souffrir et à faire souffrir? Que faire? Que dire? Comment réagir?

Alors, ignorant totalement ce qu'il fallait faire dans ces moments là, incapable de savoir quoi penser, quoi dire, Lyndia se redressa du mieux qu'elle put, fit le tour du canapé pour arriver au chevet de la dresseuse, mit un genoux à terre et prit sa main valide dans la sienne, qui tremblait.


"Je suis désolée..."

Sa voix était fébrile et masquait difficilement l'arrivée imminente d'un torrent de larmes qui lui montait à l'oeil.

Elle ne s'était même pas rendu compte que, en contournant le meuble, sa silhouette et son visage triste étaient désormais parfaitement visibles.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Ven 6 Sep 2013 - 22:02

La silhouette sombre la contourna comme un rapace. Avec une délicatesse feinte, qui ne servait surement qu'à lui donner un aperçu de ce que Solem allait lui enlever aussitôt, la brune s'agenouilla et lui prit la main droite du bout de ses longs doigts.

Avant qu'Athéna ne lève la tête, une première chose lui parut étrange. Elle se souvenait très bien des doigts secs et calleux de Solem autour de sa gorge. Ces mains-là étaient chaudes et tendres. Puis une voix salvatrice, douce comme le miel bien que tremblotante, caressa ses oreilles.

Athéna écarquilla ses yeux rougis. Elle tourna vivement la tête vers la silhouette, ce qui lui donna bien sûr le tournis. Elle cligna plusieurs fois des paupières avant que sa vue ne se fixe sur le visage faiblement éclairé de... Lyndia?

Incrédule, Athéna resta bouche-bée à regarder son amante retenir ses larmes, les mains posées sur la sienne dans un toucher si léger qu'il semblait presque irréel.

La brume qui planait sur son esprit se levait lentement : son dernier souvenir, celui de Lyndia débarquant sur une moto noire et d'Athos la tirant des bras tentaculaires du portail, n'était pas une hallucination, mais bien la réalité. Elle n'avait pas été engloutie par le portail. Solem ne l'avait pas enfermée quelque part pour la torturer encore plus longtemps.

Elle était vivante. Engoncée dans une multitude de bandages, couverte d’ecchymoses et de plaies, mais vivante. Et probablement assise sur le canapé du salon de l'appartement de Lyndia.

Woha. Trop d'informations d'un seul coup. La blonde se massa la tempe en dévisageant la rousse, qui semblait plus désespérée qu'elle. Pourquoi? Qu'avait dit Athéna pour la mettre dans un état pareil?...

... oh.

Oups.

Incertaine et embarrassée, la jeune Dresseuse remua les doigts sous les mains de la Championne pour attirer son attention. La différence entre la réalité et les cauchemars se faisait plus nette, mais Athéna se sentait encore un peu vaseuse.


"Lyndia?" appela-t-elle d'une voix faible et un peu croassante.

Elle ressentit une pointe de plaisir à articuler le prénom de son amour, chose qu'elle pensait jusqu'alors ne plus jamais pouvoir faire.


"Je... je rêve encore?" demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté.

Il n'était pas certain qu'une hallucination ou un songe ait la gentillesse de lui répondre, mais ça valait la peine d'essayer. La blonde caressa la paume de la Championne, émerveillée. Elle constata avec effarement qu'elle pouvait sentir la chaleur de la peau, les creux et les pleins de la main, mais aussi, le long du poignet, les pulsations chaotiques du cœur de Lyndia...

Autour des deux femmes, le silence reprit lourdement sa place et le lampadaire de la rue clignota d'impatience.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 9:00


Athéna ne semblait pas bien sûre de ce qu'il se passait autour d'elle. Etait-ce là la raison de ses propos quelques secondes plus tôt? Non. Lyndia ne voulait pas se désister aussi vite d'une pareille responsabilité. Que la jeune dresseuse ait été consciente ou non, la rousse savait pertinemment que c'était de sa faute à elle si son amante avait fini ainsi. La phrase de la blonde n'avait fait que lui renvoyer la réalité dans les dents. Et maintenant, il lui paraissait difficile d'en faire abstraction. Malgré tout la suite de la discussion, si faible et décousue soit-elle, suffit pour que la Reine Noire laisse s’échapper un rire nerveux accompagné d'une seule et unique larme qui perla le long de sa joue.

La Championne embrassa de toutes ses forces la main valide d'Athéna, puis posa les doigts sur son front et y déposa un nouveau baiser désespéré. Elle n'avait jamais vraiment compris comment se comporter d'un point de vue tactile vis à vis de la dresseuse, mais là, c'était son cœur qui parlait. Pas sa raison.

La voix de la jeune dresseuse était rauque et fatiguée. Lyndia n'eut qu'à tourner le bassin et étendre le bras pour allumer une veilleuse qui n'agresserait pas trop les iris de la blessée, et pour saisir une bouteille d'eau et un verre qu'elle remplit avant de le porter aux lèvres de son amante qu'elle aida à boire. Ça ne soignerait pas ses blessures plus vite, mais ça la soulagerait un peu. Puis elle pourrait parler sans ressembler à Golum au passage. Ainsi désaltérée, la rousse invita la dresseuse à se rallonger d'un mouvement ferme mais tendre. Avec un sourire affectueux elle passa une main dans ses longs cheveux blonds et lui répondit:


"Tu ne rêves pas. Même si ces derniers jours ont dû être un véritable cauchemar pour toi. Je suis bel et bien là."

Le sourire de Lyndia s’effaça lentement, et elle ne put retenir un nouveau:

"Je suis vraiment désolée..."

~~~~~~





Dernière édition par Lyndia le Sam 7 Sep 2013 - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 10:22


Athéna regarda son amante, penchée sur elle et lui embrassant frénétiquement la main, et se demanda silencieusement combien de temps elle tiendrait éveillée, dans l'espoir que cet instant de bonheur dure une éternité.

Son soulagement n'avait pas de limite. Elle était enfin sauve, près de Lyndia. Plus rien ne pouvait l'atteindre. Elle ne connaissait pas les détails, et ne savait pas comment elle avait atterri ici, mais c'était sans importance ; Lyndia était à son chevet et lui embrassait le front : le monde tournait de nouveau rond.

Un peu d'eau le long de sa gorge parcheminée lui fit tant de bien qu'Athéna poussa un profond soupir de plaisir et décocha un sourire béat à son amante, qu'elle voyait plus clairement depuis que cette dernière avait branché une petite lumière pâle et douce dans la pièce. Elle se laissa faire quand Lyndia la poussa dans le creux du canapé et demanda simplement un oreiller sous sa nuque.

A ce moment, la phrase de la rousse la rassura autant qu'elle lui fit froid dans le dos. Comme il était bon de savoir qu'elle ne rêvait pas! Mais un seul mot suffit à lui faire froncer les sourcils : "cauchemar". Oh, oui, ces derniers MOIS avaient été un cauchemar pour elle. Dès sa rencontre avec Solem, sa vie était devenue un enfer... mais cette dernière épreuve avait été la pire de toutes. Elle pensa au Portail de la Dimension des Cauchemars et à la dizaine de bras grouillants qui l'avait presque engloutie dans ce monde purulent de mort et de souffrance. Un frisson lui parcouru l'échine, et son regard vert se voila.

Au même instant, Lyndia s'excusa. Bien que pâle et tremblante, Athéna lui fit un sourire. Elle ne pouvait en vouloir à son amante. La rousse n'avait jamais eu aucun moyen de connaitre les projets fous de Solem. Elle avait quitté l'île pour trouver une façon de contrer la Team Zodiac : c'était une assez bonne excuse pour laisser Athéna poursuivre son périple de Dresseuse toute seule, fichtre! Et même si la jeune blonde savait qu'il lui manquait des pans entiers de cette histoire entre Lyndia et Solem, elle avait compris le jour de sa rencontre fatidique avec la brune que celle-ci n'avait décidé de s'en prendre à elle que dans ce fichu bar, par simple malchance. Lyndia n'aurait jamais pu anticiper le fait que Solem, parmi tout les habitants de Maïlys, devine leur relation!

Bref, elle ne pouvait pas en vouloir à Lyndia. Elle en voulait au Destin, s'il y en avait un, elle en voulait à sa naïveté, à son incompétence, et à sa faiblesse. Elle regrettait aussi de n'avoir jamais pris le temps de mieux connaitre le passé de son amante, de l'inciter à se confier, mais quelque chose lui disait qu'elle n'aurait de toute façon rien obtenu de quelqu'un d'aussi renfermé que Lyndia, la fameuse Reine Noire. Et comme elle était elle-même introvertie et timide, comment blâmer ces mêmes défauts chez son amante?

Son sourire s'élargit. Elle attrapa la main qui courait le long de ses cheveux et la pressa contre sa joue.

"Je ne t'en veux pas. Tu ne pouvais pas savoir." déclara la blonde d'une voix plus claire et plus assurée.

Elle fixa l’œil de Lyndia et ajouta avec un petit rire sincère :


"Et puis tu m'as un peu sauvé la vie, non? Ça compense."

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 10:53


Lyndia se sentit rassurée. Peut-être avait-elle un peu trop dramatisé la situation après tout? La dernière remarque d'Athéna parvint même à lui faire échapper un second rire. Plus timide et gêné celui-là. La Reine Noire n'était pas détendue au point de ne pas culpabiliser et de prendre cette boutade totalement à la légère, mais le sourie de la dresseuse suffisait à apaiser sa propre inquiétude. Elle aurait tout le loisir de s'inquiéter et de se faire pardonner dans les jours à venir. Pour le moment, il fallait la soigner et lui raconter ce qu'il s'était passé. Entre son passé, son présent, ses voyages à Kalos et ses épreuves du Kanto, Lyndia avait beaucoup à dire et ne savais pas vraiment par où commencer.

La rousse se recula un peu, laissa de l'air à sa compagne, et fit glisser sa main le long de son épaule pour reprendre celle d'Athéna. Du bout de l'index la Championne essuya sa larme et sourit tristemen
t.

"Je ne pouvais pas savoir que Solem découvrirait notre relation, mais c'est de ma faute si elle a échappé à ma surveillance ces derniers mois. Je ne pensais pas partir assez longtemps pour lui permettre d'aller aussi loin. Je suis vraiment désolée Athéna. Je n'ai jamais voulu que tu subisses cela..."


La Reine Noire prononça ces mots en osant à peine regarder la dresseuse dans les yeux. Elle qui avait toujours été droite, qui avait toujours eu le sens des responsabilités, qui avait toujours assumé ses devoir et tenu son rôle en toutes circonstances, se trouvait désormais dans la seule situation envisageable qui la faisait retomber en enfance. Le seul sujet qui la mettait mal à l'aise et qu'elle aurait voulu ensevelir sous des tonnes de faux souvenirs pour ne plus y penser. Pendant une fraction de seconde, Lyndia ressembla à celle qu'elle avait été quand elle était plus jeune, au sortir de l'Incident...




//////////////////

[Dix ans plus tôt]

Une semaine s'était écoulée depuis l'Incident. Solem avait disparue de la circulation, et pendant trois jours Elèraine était resté cloîtré chez lui pendant que Sebastian et Lyndia  avaient été envoyés à l’hôpital. Puis, cette dernière avait fini par l'appeler, et à demander à le voir. Le jeune homme était arrivé aussi vite qu'il avait pu, sans donner plus d'explications à ses parents. En arrivant dans l'immense complexe blanc et silencieux, il se sentit étrangement en sécurité. La chambre de Lyndia était la chambre A-023.  

En arrivant, il eut l'indicible surprise de tomber sur sa camarade allongée au lit, un cache-oeil sur le visage. La rousse tourna la tête et eut un mince sourire. De souvenir, c'était la première fois qu'il la voyait non maquillée. Elle lui paraissait plus belle ainsi, alors qu'elle n'était pourtant pas à son avantage. Quant à elle, elle ne put que remarquer les bandages qui parcouraient tout son bras droit. Les séquelles de la déchirure et des brûlures provoquées par le membre infernal.

"Salut..." Lança-t-elle finalement.

"Salut." Il y eut un long silence. Pendant plusieurs minutes, Elèraine resta assis aux côtés de Lyndia sans dire un mot. Finalement, ce fut elle qui brisa la glace la première :

"Je suis désolée..."

"Pardon ?" Elle le regarda de son unique œil émeraude.

"Tu avais raison. Depuis le début. Tout était trop simple. Nous avons suivi aveuglément les délires de Sebastian. Nous n'aurions jamais du..."

"Non..." Lança Elèraine "Je n'ai pas fait grand chose pour vous en empêcher. Et puis les argument de S..."

"Les arguments de Sebastian étaient idiots. Minables et Immatures... autant que nous."
Les paroles de Lyndia étaient rythmées par son regard qui se perdaient dans la chambre avant de revenir, le temps d'un mot, sur son camarade. Cet œil vert unique, paniqué, qui remuait seul et se posait sur lui de temps à autres le fascinait autant qu'il l'effrayait. "La police a retrouvé son père. Egorgé et vidé de son sang. Le sac Sacrificiel ne venait pas de lui, Elère. Ce malade mental a trucidé son père pour atteindre son but..."

Elèraine ne sut quoi répondre, mais ne fut pas spécialement surpris. Il avait entendu la nouvelle à la radio, et avait vite compris ce dont il s'agissait. Mais se l'entendre dire lui retournait tout de même l'estomac.

"On a été égoïstes. Nan, plus que cela. On a été cons. Cela fait une semaine que je revois tout ce qu'il s'est passé au ralenti. Depuis notre rassemblement l'année dernière à notre folie récente... Et j'ai beau y regarder sous tous les angles, je ne peux en conclure qu'une chose : On a été cons." La main d'Elèraine se posa sur celle de sa camarade. Celle-ci lui sourit. "Je suis désolée de ne pas t'avoir écouté." Il secoua négativement la tête.

"J'ai été aussi con que vous. Je vous ai suivi pour ne pas être seul, je me suis donné à fond dans nos recherches juste pour avoir des gens avec qui traîner. C'était pathétique de ma part."

Lyndia eut un petit rire alors qu'une larme coulait le long de sa joue.

"Où est So ?..."

Un silence.

"Je ne l'ai pas revue depuis. J'ai essayé de l'appeler ces derniers jours, mais sans succès. Elle semble avoir disparue dans la nature."

"Hmm... Il va falloir lui laisser du temps. Elle vouait une passion sans bornes à Sebastian... Elle risque d'avoir du mal au début."

"Comment va-t-il d'ailleurs ?"

"De ce que j'ai entendu, toujours dans le coma. Les médecins disent que ses signes vitaux sont stables mais qu'il y a peu de chances qu'il se réveille un jour."

"Je vois..."


Nouveau silence. La chambre bleu ciel et blanc bénéficiait d'une grande fenêtre qui donnait sur la place centrale de Volucité. Ainsi, un grand soleil de midi illuminait magnifiquement la pièce, bordée par la verdure de quelques arbres déjà nourris par l'approche du printemps. Un léger courant d'air fit remuer les rideaux et apaisa l'atmosphère.

"Ne devais-tu pas te faire greffer un œil de verre ?"

"Oui... Mais j'y ai renoncé."

"Comment-ça ?"
demanda Elèraine, grandement surpris par ce choix. Lyndia déposa le bout de ses doigts sur son cache œil noir en regardant le plafond.

"Je veux... je veux comprendre. Je veux comprendre et je veux me souvenir. Me souvenir de l'idiote que j'ai été, me souvenir que si mon savoir n'avait pas servi ce projet, rien n'aurait pu se produire. Me souvenir que tout est de ma faute et que j'ai une dette gravée au fer rouge à payer."

"A qui ?"

"Je ne sais pas..."
murmura-t-elle presque avec un demi sourire. "A Sebastian, à Solem, à toi, je n'en sais rien. Mais je veux la régler un jour. Et ne jamais oublier mon erreur. Et je veux comprendre ce qu'il s'est passé. Comprendre quel était ce sortilège et pourquoi il a mal fonctionné. Je veux comprendre Darkrai, comprendre ce Portail, comprendre ce chaos."

"Comment comptes-tu t'y prendre ?"

"Bonne question. Je pensais étudier les pokémons Ténèbres dans un premier temps. Me pencher sur leurs mythes, leurs histoires, leur relation à la nuit et à la magie noire. Ca n'est peut-être pas grand chose, mais ce sera déjà un bon début."


Elèraine acquiesça en souriant tristement. Depuis le début de la conversation, tous deux avaient alternés expressions surprises et sourires déprimés. Ils étaient heureux d'avoir survécus. Heureux d'avoir compris leur erreur. Mais la douleur que celle-ci avait provoqué dans leur chair et dans leur âme avait laissé une marque indélébile qu'ils ne pourraient effacer de si tôt.

"Moi aussi, j'ai une dette à payer..." Lyndia se tourna vers lui en haussant les sourcils. "Ce ne sera peut-être pas aussi utile que ton projet mais... mais je veux devenir fort. Sebastian m'a pris sous son aile, m'a accepté là où aucun autre élève ne voulais de moi. Et j'ai été incapable de le protéger. Je veux me renforcer, je veux voyager, explorer, découvrir le monde et m'endurcir." Lyndia eut un rire amusé et tendre :

"Tu vas partir à la conquête des badges d'Unys ?"
Il secoua négativement la tête.

"Ca n'est pas mon but premier. Je veux dire, si ca me permet de devenir meilleur, alors oui, je le ferai, mais je n'ai pas envie de devenir un Maître pokémon. Je veux également être fort par moi-même. Me renforcer physiquement et mentalement. Je ne veux plus être dépendant comme je l'ai été jusqu'à présent. Et je ne veux plus être inutile non plus."

Un dernier sourire de la rousse le fit rougir.

"Tu as changé."

///////////////

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 11:59


L’atmosphère se détendait autour des deux jeunes femmes. Il devait être presque minuit, d'après la position de la Lune, et l'air filtrant par la fenêtre rafraichissait le t-shirt humide de sueur d'Athéna. Elle tira la couverture jusqu'à son nombril et redressa ses épaules pour mieux voir son amante, mais ses doigts se crispèrent sur les poils secs de la couverture. Ils lui semblèrent rêches et cassants. Ses pupilles anormalement dilatées scrutèrent le tissu couleur de sang. Elle déglutit. Cette matière souple et irritante à la fois, d'un rouge sombre et déplaisant, lui rappelait les bras du Portail.
Il lui fallut la présence rassurante de Lyndia et sa voix mélodieuse pour ne pas céder à la panique. Aussi calmement que possible, elle couvrit ses jambes avec la couverture et se força à ne plus la regarder.
Son état de fatigue et la pénombre de la pièce lui firent une bonne excuse pour cacher son tourment intérieur, mais il s'en était fallu de peu.

La main de la Championne cascada le long de son bras, et Athéna tourna son regard de hibou apeuré vers son amante. Elle qui ne supportait pas de passer pour la fillette fragile et dépendante, elle devait en avoir tout les aspects à ce moment précis. Mais la jeune Dresseuse se sentait trop épuisée pour s'attarder sur cet état de fait.

Lyndia lui parla, tête baissée et mal à l'aise, une attitude qui était devenue familière à Athéna. Alors que la blonde s'apprêtait à lui sourire et à lui demander d'arrêter son flot d'excuses inutiles, Lyndia prononça un mot qui, de nouveau, fit frissonner la jeune Dresseuse. Son cœur se serra et elle dévisagea Lyndia en haussant les sourcils. Elle avait forcement mal compris, ou mal entendu. Ça ne pouvait pas être vrai...


"Ta s-s-surveillance?" bégaya Athéna, incrédule.

"Non... J'ai dû mal entendre... Tu ne savais pas que Solem avait ce genre de projets, hein? Tu ne savais pas, tu ne la 'surveillais' pas...", son ton monta subitement, "Tu ne serais pas partie en la sachant sur l'île, prête à assassiner n'importe qui pour ouvrir un foutu portail sur une autre putain de dimension, quand même?!"

Athéna ne voulait pas le croire. Pas Lyndia, par Arceus! Pas elle! Elle ne l'avait pas abandonné comme un déchet, proie facile pour une timbrée comme Solem, en SACHANT qu'elle risquait sa peau?!... C'était donc ça, la valeur d'Athéna? Elle ne valait pas la peine de prendre quelques jours de plus pour s'assurer de sa sécurité avant de partir pour une autre Région...?

Dans sa colère nourrie par la fatigue et l'angoisse, Athéna se redressa, ignorant la douleur dans ses côtes, et foudroya Lyndia du regard. Tout lui paraissait soudainement insupportable. Cette couverture rêche sur ses jambes, la lumière, le froid, sa semi-nudité... Elle voulait se lever, enfiler un pantalon et s'enfuir. Trois choses impossibles dans son état. Si au moins elle pouvait compter sur quelqu'un d'autre...

...

... où étaient passés ses Pokémon??

Au bord de l'hystérie, elle agrippa le bras de Lyndia et y planta ses ongles.


"Où sont mes Pokéball? Je les avais jeté dans le sable pour que Solem ne les prenne pas... Par Arceus, le Blizzard! Je ne les ai pas soigné!"

La blonde s'appuya sur l'avant-bras de la Championne qu'elle griffait sans s'en rendre compte, et tenta de se lever, paniquée. Sa respiration s'emballa et sa vision s'embua de larmes. Avant qu'elle n'ait pu poser un pied par terre, un vertige lui fit fermer les yeux et lui arracha un grognement de frustration. Sa poigne, certes faiblarde, doubla sur la bras de Lyndia.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 14:02

...

Je. Que. Wat? Merde.

Lyndia aurait dû s'en douter. Depuis plus de six mois qu'elles étaient ensemble, leur relation n'avait été que cela. Malentendus et quiproquos. Le caractère trempé et direct d'Athéna s'opposant souvent au tempérament secret et au mystérieux passé de Lyndia, cela ne pouvait de toutes façons pas donner autre chose. La Reine Noire s'en souvint et s'en rendit compte lorsque la dresseuse lui explosa presque au visage et ne put que regarder, bouche bée, la blonde s'emporter et tenter de se lever en lui griffant le bras sans s'en apercevoir. Chose amusante, dans sa panique intérieure, Lyndia elle-même ne le sentit pas.

Non.

Cela suffisait comme ça. La Championne avait assez perdu le contrôle de la situation et de ses propres émotions ces derniers jours. Elle devait reprendre les choses en main. Et se reprendre elle-même au passage. Alors, enivré par un besoin nouveau de savoir ce qu'il fait, le cerveau de Lyndia se mit en pilote automatique et se coupa de toute émotion.

La rousse se leva et se rua vers sa chambre où elle avait rangé la ceinture des pokéball d'Athéna. Elles étaient toutes intactes. Aussitôt récupérée, elle revint vers son amante et la lui tendit. La dresseuse s'accrocha à sa collection de sphère bicolores et les serra contre elle comme un enfant s'accroche à sa peluche. La révélation qu'elle venait d'entendre et qu'elle commençait à réaliser l'avait mentalement affecté, et si elle n'avait pas été si détachée du monde à ce moment, Lyndia aurait senti son cœur voler en éclat derechef. Mais ca n'était pas le moment de paniquer. La Championne saisit les épaules de la dresseuse et l'assit plus confortablement sur le canapé, dans un mouvement cette fois plus impératif et plus contrôlé. Sa voix s'éleva, elle aussi plus ferme, mais trahissant par moments un timbre tremblant et incertain.


"Tout va bien, Athéna. Tout va bien. Je les ai amené au centre pokémon hier. Ils sont tous en parfaite santé, ne t'en fais pas."

La blonde, à défaut de se calmer, sembla se focaliser sur ses pokémons. C'était probablement une bonne chose. Au moins, elle ne cherchait pas à défaire ses bandages pour étrangler son hôte.

"Ecoute-moi s'il te plait, je vais tout te raconter."

Lyndia attendit quelques secondes et, face à l'absence de réponse de son interlocutrice, commença son discours. Elle lui raconta tout. Tout. En détail. En marquant les pauses quand elle avait honte et en souriant ironiquement en pensant à ses erreurs. Elle ne manqua aucune information. Sa jeunesse aux côtés de Solem, Elèraine et Sebastian. Leur rêve idiot d'invoquer et de maîtriser Darkrai. La première ouverture du portail. La découverte du père mort du Roi Blanc. Les chemins que chacun avaient pris depuis. Le fait que Lyndia et Eleraine s'étaient dès lors relayés, puis avaient fait appel à des agents lorsqu'ils en avaient eu les moyens, pour surveiller et empêcher Solem d'agir depuis déjà six ans. Le fait qu'enfin le Soleil Noir avait profité de l'absence de Lyndia pour se frayer un chemin jusqu'à Maïlys alors que la rousse la pensait à l'autre bout du monde. Elle lui raconta son voyage au Kanto, son acquisition d'Artikodin et son détour par Kalos. Elle lui raconta son retour, ce qu'il s'était passé sur la plage et comment elle l'avait sauvé avant de la ramener ici pour la soigner. Elle lui raconta l'annonce publique contre Ophiuchus, les soins des Leuphories et les directives des médecins.

Pour arriver jusqu'au moment présent.

Lyndia marqua une pause. Elle avait la bouche sèche et la gorge serrée. Elle n'avait jamais parlé autant de toute sa vie. Et son cerveau qui avait, jusqu'alors, tenu la cadence, commençait à lui renvoyer des bouffées de peur et d'inquiétude qu'elle avait un mal fou à contrôler. Elle détestait cette situation. Mais pour le moment elle s'en moquait.

La réaction qu'aurait Athéna à l'issue de son monologue était la seule chose qui lui importait.


~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 15:19


Athéna n'avait pas bougé, exceptés le mouvement de bascule de son torse et les caresses fiévreuses de ses doigts sur le dessus des PokéBalls. Malgré la peur, elle s'accrocha aux paroles de Lyndia et trouva la force de l'écouter plutôt que de céder complétement à la panique.

Et elle écouta longtemps. Elle comprit chaque mot, chaque phrase. Elle assimila chaque nouvelle information, la décortiqua et la classa dans sa mémoire avec ce qu'elle savait déjà de Lyndia, de Solem, de Elèraine et de l'homme qui avait maintenant un nom : Sebastian.

Un an auparavant, elle aurait eu beaucoup de compassion pour la Championne. D'ailleurs, lors de leur rencontre, c'était l'une des émotions qui l'avait traversé en voyant Lyndia assaillie par de sombres pensées et par des réminiscences douloureuses.
Un an auparavant, elle aurait eu de la peine pour cette gamine de seize ou dix-sept ans qui avait fait les mêmes bêtises que les autres, mais qui s'était retrouvée face à un pouvoir bien plus grand et bien plus dangereux que n'importe quel adolescent de son âge. Elle avait fait de mauvais choix, comme d'autres humains sur cette Terre, comme Athéna elle-même, et elle n'avait pas su s'arrêter avant d'avoir complétement touché le fond. Cela arrivait tout les jours, et aussi tragique que cet incident fut pour ces quatre personnes, Lyndia n'était pas la plus blâmable de tous.
Oui, un an auparavant, Athéna l'aurait instantanément pardonné, s'estimant heureuse d'avoir quelqu'un d'aussi fort à ses côtés.

Mais aujourd'hui, la donne avait changé.
Athéna elle-même avait changé. Alors à peine plus âgée que la Lyndia du passé, la blonde avait fait face à ses parents, forte de ses convictions, et s'était émancipée malgré les difficultés ; elle avait tenu tête à Mewtwo et n'avait pas renié un seul instant ses idéaux, et ce même sous les menaces de mort du Clone ; elle avait consciemment choisi de se mettre en danger à Esperantown, soignant la Championne Elizabeth tandis que Lugia rôdait encore dans les ruines fumantes de la ville ; elle avait suivi Khaïl dans les ruelles sombres de Lieucca plutôt que de se cacher ; elle avait combattu à mains nues Solem, puis s'était lancée à sa poursuite dans le but de la mettre hors d'état de nuire, tout en sachant très bien que la Police ou la Ligue ne lui seraient d'aucune aide.

Elle avait fait tout cela en un an, entre dix-neuf et vingt ans.

Alors, non, elle ne trouvait vraiment aucune excuse à Lyndia. La jeunesse, la naïveté, l’égoïsme de l'adolescence, la peur de ne pas savoir exister par soi-même... Ça n'avait pas amené Athéna à faire d'aussi grosses conneries que la rousse.


La rancune s'installa sournoisement dans la poitrine de la blonde et planta ses racines dans son cœur déjà mal en point. La simple pensée que Lyndia aurait pu lui éviter de telles souffrances lui faisait grincer des dents, et l'idée qu'elle ne lui ait pas dit un seul mot sur Solem pour la mettre en garde contre une menace qu'elle croyait lointaine, mais dont elle connaissait l'existence, la mettait hors d'elle.

Et il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre! Elèraine n'avait fait que vanter les atours de Lyndia sans jamais piper mot sur le passé, et cet étrange humanoïde comateux du nom de Sebastian était un meurtrier bien avant de plonger dans son long sommeil! Penser que Solem avait voulu la sacrifier pour ramener un individu pareil, quelle ironie! A quoi bon être une brave fille, à quoi bon être gentille et serviable et aimable? A quoi bon tout le Bien, si c'était pour être traitée de la sorte?! Pour n'être finalement que la pâture qu'on jette dans le Tartare en offrande aux dieux cruels du Sadisme et de la Folie?!


S'en était trop. Athéna serra sa ceinture de PokéBalls contre sa poitrine et se recroquevilla jusqu'à n'être qu'une minuscule boule d'amertume et de tristesse, lovée sur le grand canapé de Lyndia. Les médecins avaient dit 'une semaine'. Une semaine avant qu'elle puisse marcher jusqu'à son appartement et qu'elle puisse se débrouiller toute seule. Elle resterait ici une semaine, pas un jour de plus, et puis elle s'enfermerait chez elle et prendrait le temps de réfléchir à sa relation avec Lyndia sans que la Championne soit sur son dos, à épier le moindre geste ou le moindre mot.

En attendant, elle se goinfrerait de cachets contre la douleur et n'adresserait pas la parole à Lyndia. Au fond, elle ne savait pas quoi lui dire, et elle craignait de piquer une crise de rage qu'elle regretterait par la suite. Et elle n'était pas certaine de pouvoir supporter le torrent d'excuses qui ne manquerait pas de sortir de la bouche de la Championne dès qu'elles se parleraient.

Athéna n'était pas en état de pardonner à son amante... ou plutôt... ex-amante?
... cette dernière pensée acheva de briser le cœur d'Athéna, qui malgré tout son ressentiment, se mit à pleurer en imaginant sa vie sans Lyndia.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 15:58


Le silence.

Après l'aiguille qui vous transperce la poitrine pour diffuser un nuage de culpabilité dans vos poumons, difficile d'envisager que votre coeur puisse fondre au point de dégouliner comme un acide abject sur vos viscères. Cela décrit toutefois assez bien ce que ressentit Lyndia face à ce silence. Athéna lui tournait le dos et pleurait. Une ou deux fois elle essaya de lui parler, de s'excuser, de lui poser des questions. Rien à faire. Elle s'était attiré ses foudres, sa haine, son mépris peut-être. Et elle l'avait cherché. Lyndia resta là, à genoux devant le canapé, le visage baissé. Malgré son allure, malgré sa grandeur, sa chevelure rouge tombant le long de ses joues ne lui donnait que l'air d'une Pietà. La Reine Noire demeura immobile, silencieuse et désespérée, pendant une longue partie de la nuit.



///////////



Trois jours s'écoulèrent ainsi.

Athéna restait totalement muette et refusait d'adresser la parole à Lyndia qui ne savait plus bien le rôle qu'elle avait dans leur relation. La dresseuse allait-elle partir une fois soignée? Allait-elle cesser sa quête des badges? Quitter Maïlys? Retourner chez elle? Impossible à savoir. Lyndia avait essayé, en vain, de tirer quelque chose de la jeune dresseuse, mais face à son mutisme elle s'était vite ravisée.

Qu'à cela ne tienne. La rousse savait que cela risquait d'arriver. Elle ne savait juste pas que cela ferait aussi mal. Mais l'information encaissée, digérée et essuyée, la Championne fut en mesure de reprendre son rôle en silence. Aussi taciturne et muette que Grimaud vis à vis de l'Athos originel, Lyndia soigna sa tendre du mieux qu'elle put. Elle l'aida à se nourrir, à se déplacer, et à s'occuper. Jamais toutefois n'eut-elle accès à son intimité, et jamais même n'essaya-t-elle d'y avoir accès. Elle laissait Athéna se laver et s'habiller seule du mieux qu'elle pouvait.

Son Vokit sonna à plusieurs reprises. Tantôt de la part d'Elèraine, tantôt de la ligue, tantôt de numéros inconnus. Elle n'y répondit jamais. Elle n'avait pas la tête à affronter le monde extérieur tant qu'elle soignait son aimée. Athéna partie, elle aurait tout le loisir de se plonger dans le travail pour noyer son chagrin. Pour le moment, elle se contentait de faire de son mieux, sans jamais réussir à regarder la dresseuse droit dans les yeux une seule fois. A la culpabilité s'était jointe la honte. Et Lyndia n'avait jamais su comment gérer sa honte.

Le matin du quatrième jour marqua le premier événement nouveau dans la vie silencieuse et dépitée des deux jeunes femmes. On frappa à la porte. On frappa à la porte. Fort. Et en continu. Si la Reine Noire voulut, dans un premier temps, en ignorer la cause, l'aspect incessant du martellement sur le bois de son entrée lui donna une migraine qui la fit céder. Il n'était alors pas difficile de savoir de qui il s'agissait. Et en ouvrant à cet invité de fortune, Lyndia regretta presque de ne pas avoir mal deviné.


"Ah bah content de voir que tu es en vie! Un sms de temps en temps, ca te parle?"

Elèraine déboula dans l'entrée sous le regard penaud de la Championne. Bon sang qu'est-ce qu'ils avaient, les gens, à vouloir de ses nouvelles tout le temps? Ne voyaient-ils pas qu'elle n'était qu'un trou noir, attirant à elle toutes les emmerdes du monde? Apparemment non. Et la façon qu'eut le pêcheur de mettre les pieds dans le plat ne fit qu'amplifier le sentiment de culpabilité de la rousse.

En levant la tête, le jeune homme au bras lacéré par le monde des Cauchemars aperçut la tête blonde d'Athéna posée sur le canapé. Son visage sembla rayonner et il s'apprêta à lancer la première blague salace qui lui passait par la tête. Un truc ressemblant vaguement à "Aaaah bah fallait le dire si t'étais occupée, je vous aurai laissé tranquilles. Trois jours? Sérieusement? Vous vous arrêtez pour respirer au moins?". Dieu merci le visage grave de la Reine Noire l'empêcha de commettre cette faute.

Bien que n'ayant aucune idée de ce qu'il se passait, le salut timide d'Athéna et le regard fuyant de Lyndia le mit sur la voie. Il prit une inspiration, se mit deux claques mentales et se tourna vers son ancienne amie, souriant comme s'il n'avait rien remarqué.


"Bon allez, je te pardonne. Mais sors moi donc un de ces petits rhum que tu gardes planquée au dessus de ton frigo. Ca me fera un bien fou, j'ai pas encore pris mon petit-dej!"

"Je n'ai pas de..."

"S'il est pas au dessus du frigo t'en as une sous l'évier. Je le sais je l'ai pas encore remplacée celle la. Merciiiii <3."


La rousse n'eut même pas la force de lutter. Après trois jours complets de mutisme, commencer une phrase lui faisait déjà mal à la gorge. Elle fit volte face et se dirigea dans la cuisine pendant que le pêcheur profita de ces quelques secondes de répit pour s'approcher d'Athéna. Il comprit en voyant dans quel état elle se trouvait pourquoi les deux femmes étaient restées sous le même toit en dépit de la tension ambiante qui était plus épaisse que la fumée d'un Chartor. Mais ca n'était pas une raison pour rester les bras croisés. L'homme se laissa lourdement tomber sur le canapé aux côtés de la dresseuse après avoir pris soin de lui ébouriffer les cheveux d'une main épaisse qui englobait presque tout son crâne. Le sourire aux lèvres il commença :

"Ca faisait longtemps ma belle! Comment ca baigne depuis? Toujours à la chasse aux badges?"

Comme un poisson dans l'eau...


~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 17:03


La blonde savait, à l'instant où un bulldozer se mit à s'acharner sur la porte d'entrée, qu'Elèraine allait venir lui parler. Elle le connaissait juste assez pour savoir qu'elle n'y couperait pas. La grosse voix de tonnerre du pêcheur résonna dans l'appartement couvert par le silence depuis trois jours. Même les meubles tremblèrent de surprise.

De façon assez peu subtile, elle entendit le brun dégager Lyndia dans la cuisine et s'approcher de son canapé, îlot de solitude au milieu du salon sur lequel Elèraine s'empressa d’accoster.

Le seul poids du colosse sur le clip-clap fit grincer toutes les lattes et secoua Athéna comme un fétu de paille par mer 9. Heureusement que ses violentes nausées s'étaient estompées depuis son arrivée chez Lyndia.

Elèraine lui ébouriffa les cheveux, qu'elle portait détachés, et usa d'assez de douceur pour ne pas lui enfoncer la tête entre les épaules. Il la toisa de toute sa hauteur de géant, un sourire parfaitement détendu lui barrant la face. Même avec toute sa volonté, Athéna n'aurait pas pu le détester.

"Et bien... euh... Ça peut aller...?" dit-elle sur un ton qui oscillait entre l'affirmation et la question, en remuant faiblement son bras gauche toujours strappé à l'épaule.
Elle eut un petit sourire penaud en entendant sa propre voix, qui ressemblait désormais à celle d'une chanteuse de Hard Rock accro à la nicotine. Elle se félicita d'avoir bu un verre de ce fichu sirop de menthe que Lyndia trimballait partout avec elle ; sans cela, elle n'aurait peut-être même pas pu parler.

Pour ce qui était des Badges, elle n'y avait pas pensé depuis son combat contre Sugil. Solem avait rongé toute sa concentration depuis tout ce temps, et elle n'avait plus eu d'yeux que pour la vengeance. Mais maintenant que la brune avait disparu dans le Monde Des Cauchemars, Athéna n'avait plus de but. Et elle n'était pas certaine d'avoir la force de repartir à la Quête des Badges. Cette maudite aventure lui avait attiré plus d'ennuis, de malheurs et de souffrances en une année qu'elle n'aurait pu en supporter pour toute une vie.
Mais si elle abandonnait la Ligue... que lui restait-il?

Plutôt que de se morfondre, chose qu'elle faisait très bien depuis trois jours, Athéna prit les lambeaux de son courage à deux mains et sourit à Elèraine. Lui, au moins, il ne lui parlait pas comme à une enfant ou à une idiote. Il méritait qu'elle lui rende la pareille. Même si elle n'allait pas se priver d'éluder la question des Badges.


"Et vous? J'imagine que les effets de la drogue se sont bien estompés si vous vous remettez à boire?" demanda-t-elle vicieusement au pêcheur, qui se contenta de froncer le nez. Hé, s'il n'avait pas baissé sa garde, Solem ne l'aurait pas capturé aussi facilement et Athéna ne serait jamais tombée dans le piège de la brune. C'était de bonne guerre.

Pas dérouté pour si peu, Elèraine la scruta de ses grands yeux paternels. Il y avait quelque chose de changé chez cette petite... Enfin, cette petite. Il n'avait vraiment plus le droit de la surnommer ainsi. Athéna venait tout juste de passer la vingtaine et n'avait rien d'une enfant, mais surtout, il y avait désormais une dureté dans son visage autrefois juvénile et innocent. Le plus choquant était son regard vert, devenu aussi sombre et las que celui d'une créature centenaire. Malgré son sourire, les yeux d'Athéna ne riaient pas.


"Ah! Je vois que tu as gardé ta répartie. C'est bien."
Le pêcheur tourna ses épaules vers la jeune femme et s'accouda au dossier du canapé, une main soutenant nonchalamment sa tête.
"Mais j'ai l'impression que tu as perdu d'autres choses en route."

Athéna écarquilla les yeux et fixa, bouche-bée, cet homme si bourru et si sage à la fois. Elle n'aimait pas du tout que le pêcheur sonde son esprit de la sorte, même si elle devait avouer qu'il venait de toucher un point sensible.

Lyndia réapparut à ce moment, une bouteille de rhum à la main, coupant court à cette étrange conversation. Profitant de cet instant de flottement, Athéna changea le cap de leur discussion. Même si la question qu'elle allait poser lui écorchait la langue, elle voulait avoir une réponse.
Fixant toujours Elèraine, elle demanda :
"Comment va Sebastian?" d'un ton presque calme.

Elle avait hésité sur la formulation, mais ignorant le nom de famille du comateux, elle ne put que l'appeler par son prénom, et se forcer à une familiarité qui la dégoutait. Oh, elle ne voulait pas des nouvelles de cet assassin simplement pour être polie. Elle avait besoin de savoir si ce type courait les rues en liberté, comme l'avait fait Solem avant lui. Elle ne le connaissait pas, mais elle ne l'aimait déjà pas.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 18:14


Seule dans la cuisine, Lyndia se demandait bien ce dont pouvaient parler Elèraine et Athéna pour que le pêcheur arrive à s'esclaffer ainsi. A des kilomètres de se douter que l'homme faisait en vérité preuve de plus de psychologie qu'il n'y laissait paraître, elle souffrait surtout d'entendre la jeune dresseuse adresser la parole à cet individu qui n'était, au fond, qu'à peine plus qu'un inconnu. Alors qu'elle servait le verre de rhum que son ami lui avait demandé, elle dû interrompre son geste et s'appuyer à la table de la cuisine pour ne pas tourner de l’œil sous la pression. Non. Elle ne défaillirait pas. Après ce qu'elle avait fait subir à Athéna, elle n'avait aucun droit de faire preuve de faiblesse. Une claque mentale et une profonde inspiration lui firent ravaler les larmes qui lui montaient aux yeux et lui firent reprendre son calme.

Le verre servi, elle rejoignit le duo et le tendit au brun. Heureusement d'ailleurs. Car en entendant la question qu'Athéna venait de poser ouvertement au pêcher, la Reine Noire n'était pas sûre qu'elle aurait pu garantir son emprise sur le récipient. Elèraine regarda la rousse qui acquiesça en silence. Il ne servait plus à rien de cacher quoi que ce soit à la jeune dresseuse. Quand bien même ils l'auraient voulu, ils lui devaient la vérité, ne serait-ce que par respect pour ce qu'elle avait subi par leur faute.

Elèraine but une gorgée de rhum et poussa un soupir un peu dépité en haussant les sourcils et en secouant négativement la tête.


"Pas de nouvelles pour le moment. J'ai appelé un toubib pour qu'il jette un œil à son état. En théorie ses fonctions vitales sont stables et son activité cérébrale est repartie comme s'il était conscient mais... il ne se réveille pas. Le docteur a parlé de réadaptation de la conscience au corps ou je sais plus trop quoi, mais... en gros c'comme si son esprit avait besoin de se réhabituer à son enveloppe physique avant de pouvoir se réveiller. Et Arceus seul sait combien de temps ca prendra."

Lyndia serra les dents. Elle s'en voulait jusqu'à la mort. Quel gâchis. Elle avait passé des années à faire des recherches, à essayer de comprendre le monde des Cauchemars, elle avait même tenté, par le passé, de rencontrer Darkrai sans avoir recours à des méthodes aussi dangereuses. En vain. Et Solem, cette garce, en foutant la merde dans l'île, en maltraitant des pokémons, et en mettant en danger la vie d'Athéna, était parvenue à ramener leur ami dans le monde des vivants. Cette idée lui était insupportable. Elle avait été faible, incapable d'atteindre son objectif à temps. Au delà de sa culpabilité, c'est son orgueil et sa fierté qui en prirent également un coup. Et elle aurait pu continuer à ressasser cette défaite humiliante un bon moment si le pêcheur n'avait pas repris la parole:

"Mais ca n'est pas ce qui m'inquiète le plus, je t'avoue."

La Reine Noire redressa vivement la tête vers le pêcheur, étonnée.

"Comment ça?"

"C'est rien de vital mais... J'ai examiné un peu les pokémons qu'avait capturé Solem, et j'ai demandé à mon Flagadoss de m'en dire un peu plus sur eux. Et autant te dire que c'est pas bien joli. Y'a un sado-maso, une psychopathe, un pyromane, un lunatique et un autiste. A se demander ce que Solem leur a fait subir."

Lyndia soupira. Elle se sentit presque rassurée de savoir que c'était la seule chose qui inquiétait le pêcheur. En s'appuyant sur le dossier du canapé elle se massa la tempe et lança:

"Si tu veux mon avis, mieux vaut pas savoir..." Un silence. "J'ai des collègues de la Ligue qui pourront se pencher sur leur cas au besoin. S'ils sont trop atteints, je leur confierai pour voir si on peut les aider à aller mieux."

Elèraine acquiesça en faisant la moue. En attendant, ca ne le dérangeait pas de s'occuper d'eux. Bien que vu le comportement de certains, il risquait d'avoir du mal à seulement les sortir de leurs pokéballs.

Mais Lyndia avait mordu à l'hameçon. Elle qui était d'ordinaire si aimante si encline à s'inquiéter de l'état de santé des pokémon, avait expédié le problème comme s'il n'avait qu'une importance secondaire. De toute évidence, son esprit était préoccupé par autre chose. Bon. Faire dans le psychologique et dans le subtil, c'était rigolo cinq minutes, mais c'était pas son domaine de prédilection. Depuis le temps qu'il connaissait la Reine Noire, il savait qu'essayer de lui soutirer des infos dans cet d'état ne ferait que la braquer.

Qu'à cela ne tienne. Il n'était pas obligé de compter sur la rousse pour désamorcer la bombe à retardement qui trainait dans cet appartement depuis trois jours. S'il parvenait à faire partir Lyndia, il pourrait tenir un tête à tête avec Athéna et analyser le problème sous un autre angle. Aussi se claqua-t-il les mains sur les cuisses en se penchant en avant et regarda les deux jeunes femmes avec un air épuisé.


"Bon. On va pas tortiller du cul pour chier des pendules carrées. Qu'est-ce qui vous arrive à toutes les deux?"

Douceur et volupté. Lyndia appréciait souvent le franc parler de son ami qui l'avait rarement déçu. Mais là... ca n'était juste pas possible. Elle n'était pas en état de se défendre, de discuter, de réfléchir. Merde, elle venait de passer trois jours sans ouvrir la bouche! Aussi cracha-t-elle la seule chose qui lui passa par la tête à ce moment. Une référence à la discussion qu'ils avaient eu le jour où elle avait rencontré Athéna et où elles avaient diné et dormi chez le pêcheur. Un moment dont, hélas, la borgne ne se souvenait que trop bien.

"Il se passe que si tu savais rester à ta place on en serait pas là aujourd'hui..."

Demi-tour, démarche vive, cuisine, porte. La Reine Noire venait de quitter la pièce et de s'enfermer, s'assurant ainsi une tranquillité relative pendant qu'elle ferait de son mieux pour reprendre son calme. Elle devait réfléchir. S'apaiser. Elle perdait le contrôle de sa vie, de ses émotions, d'elle même. Et ça lui était insupportable... S'agenouillant sur le carrelage blanc et mauve de la pièce, le bras tendu sur la table et la chevelure englobant totalement son visage, elle se mordit la lèvre inférieure jusqu'à entendre un déchirement glauque et à sentir une goute de sang perler le long de son menton.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 20:18


Mh, Sebastian dormait toujours. Enfin une bonne nouvelle dans ce monde de fous furieux. Pas question que ce personnage lié à Solem se balade entre Lieucca et Mégapagopolis, tout près de l'appartement d'Athéna et de celui de Lyndia. Non, elle ne connaissait pas le jeune homme, mais ça n'était pas une raison suffisante pour ne pas le détester. Na.

Elèraine se donnait de faux airs d'imbéciles en parlant des détails médicaux de l'état de Sebastian, mais Athéna n'était pas dupe. Le pêcheur avait compris ce que le médecin lui avait raconté mais ne jugeait pas utile d'en faire un monologue. Peu ou prou, Sebastian comatait toujours, inconscient de tout les événements qui avaient ramené son esprit dans son corps.

Par Arceus, il avait intérêt à dire merci en se réveillant, celui-là!

Elèraine admit ensuite que les Pokémon encore vivants de Solem étaient tous barjots. Athéna se passa une main sur le visage et se massa les yeux. Qu'est-ce que ça avait de surprenant, franchement? Telle maîtresse, tels Pokémon. Athéna songea avec un petit rire jaune que le masochiste dont parlait Elèraine était surement ce Spectrum qui s'était fait exploser à la face de son Furaiglon. Pauvre Alcyon... il garderait une cicatrice sous l'oeil toute sa vie.

La main valide de la blonde ne quitta pas son visage fatigué. Elle continua de se masser le front en écoutant la voix de Lyndia dans son dos, derrière le canapé. C'était étrange et agréable à la fois de l'entendre de nouveau. Et c'est avec plaisir qu'Athéna entendit la Championne proposer de donner les Pokémon de Solem à quelqu'un de la Ligue, mais pas à elle-même. L'idée que Lyndia accepte de s'occuper de cette bande de siphonnés de la cervelle les plaçaient au même rang qu'elle, dont Lyndia pansait les plaies depuis trois jours. Athéna aimait les Pokémon, les respectait, mais fallait pas trop tirer la queue du Démolosse, non plus...

C'est alors qu'elle ruminait sa mauvaise humeur sans se préoccuper des autres qu'Elèraine se claqua les cuisses. Athéna sursauta, ayant perdu l'habitude du bruit dans cet appartement.
De la part d'un homme capable de la plus douce des poésies, sa phrase suivante fouetta les tympans de la jeune femme comme un chapelet de jurons.
La réaction de Lyndia ne se fit pas attendre, et la rousse disparue dans la cuisine en claquant la porte derrière elle. Tant de venin entre les lèvres pulpeuses de Lyndia choqua autant Athéna que le choc de la porte se décrochant presque de ses gonds.

Elèraine ne cilla même pas, et se tourna vers Athéna, désormais sa seule cible disponible.
La blonde maudit son péroné fissuré qui lui interdisait de prendre ses jambes à son cou et d'éviter le regard interrogateur du pêcheur.

Un long silence s'établit entre les deux individus, Elèraine toisant Athéna, et Athéna zieutant Elèraine du coin de l’œil comme si elle espérait que le pêcheur change d'avis et décide de rentrer chez lui, bouteille de rhum à la main.

Le géant reprit la parole, d'une voix plus douce et plus lente :

"Allons, allons." dit-il comme pour apaiser la jeune femme assise près de lui. Il se pencha vers elle en lui souriant de toutes ses grandes dents blanches.

"Il faudra bien lui parler un jour, non? Si tu commençais par me parler, à moi?"

Devant le mutisme d'Athéna, le pêcheur prit le temps de se resservir un verre. Avec sa constitution naturelle, il aurait pu en avaler quatre comme celui-ci et être presque sobre, mais la situation exigeait de l'eau. Tandis qu'il présentait son dos à Athéna sous prétexte de se servir, il reprit la parole.

"Ça doit être difficile de nous supporter, non? Lyndia et moi, les deux imbéciles qui t'ont laissé couler au moment où tu avais le plus besoin d'aide..."

Athéna ne masqua pas sa surprise. Elle observa le dos large et massif du pêcheur dont la voix déjà grave venait de chuter d'une octave. Elèraine porta le verre à ses lèvres, bu, puis soupira lourdement. Quand enfin il se tourna vers la blonde, celle-ci le fixait avec interrogation, les sourcils levés jusqu'à la racine de ses cheveux.

"Je ne vais te forcer à te réconcilier avec Lyn, tu sais." dit-il avec un sourire triste.
"Mais je ne peux pas rester les bras croisés quand je vous vois dans cet état, toutes les deux. C'est moi qui picole, mais c'est vous qui vous vous noyez..."

Athéna tourna vivement la tête vers la fenêtre du salon, grande ouverte sur un matin clair et un ciel bleu pâle. Elèraine avait raison, mais que pouvait-elle y faire? Elle ne savait pas quoi dire à la Championne. Elle ne savait même plus ce qu'elle ressentait à son égard...

Elèraine posa délicatement sa grosse main caleuse sur l'épaule valide d'Athéna. Le contact fit d'abord sursauter la blonde, qui se détendit ensuite et accepta cette chaleur humaine offerte sans arrière pensée. Elle regarda le ciel bleu qui se moquait de sa tristesse et soupira.


"J'en veux à la Terre entière." murmura-t-elle sans se tourner vers son interlocuteur, qui tendit l'oreille pour la comprendre.

"J'en veux au Destin et au Karma. J'en veux aux Dieux, à Arceus, à Giratina et à ce fichu Darkrai."
Elle avala une grande goulée d'air pour se calmer, mais c'était trop tard. Elle parlait, et en ouvrant la bouche elle avait ouvert toutes les vannes de ses émotions. Un sanglot lui échappa.

"Qu'ai-je donc fait pour mériter ça?" Elle ferma les yeux, et de grosses larmes s'échappèrent le long de ses joues. "Pourquoi moi? Les Pokémon Légendaires, la Zodiac, Mewtwo, Lugia, Solem, le Monde des Cauchemars... Je n'ai rien à voir là dedans! Je ne leur ai jamais rien fait!"

Elle se tourna soudain vers Elèraine, le visage déformé par les pleurs et le désespoir. Elle sanglotait de plus en plus fort, au point de s'étouffer et de tousser, ce qui la fit grimacer de douleur en se tenant les côtes.

Elèraine approcha la main pour l'aider, mais la blonde le repoussa vivement d'une tape sur l'avant-bras.


"Je veux ma vie d'avant!" gronda-t-elle comme une bête sauvage. "Je veux la tranquillité de ma chambre, mes Pokémon, la Quête des Badges et les combats dans les règles!"
Un autre sanglot lui ravagea tout le corps et la laissa haletante, ses yeux rougis et implorants rivés sur ceux d'Elèraine.

Le pêcheur eut quelques secondes d'hésitation qui laissèrent le temps à Athéna de reprendre son souffle et de lui dire, dans un souffle rauque et abattu :


"J'aimerais oublier que j'en veux à Lyndia, et simplement l'inviter à la maison pour un diner en tête à tête, comme s'il ne s'était rien passé..."

Sur ce, la jeune femme se laissa tomber contre le dossier du canapé et pleura en silence, les mains sur ses genoux pliés contre sa poitrine.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 21:56


Lyndia du fouiller dans les tréfonds de sa carcasse pour trouver la volonté de se relever. Son visage n'affichait plus une profonde tristesse, mais une colère mêlée de rage. Rage envers elle-même. Rage envers Solem qu'elle n'avait pas pu torturer longuement avant de l'envoyer dans le monde des Cauchemars pour toujours. Rage envers Elèraine qui l'avait poussé dans cette relation malgré ses craintes. Il l'avait traitée de parano à l'époque. Ah! Qui était parano maintenant? Elle voulut crier, elle voulut frapper, elle voulut détruire sa vaisselle et ses plateaux. L'énergie démentielle qui l'habitait quand elle se battait sérieusement, quand elle se battait à 100%, la bête qui sommeillait en elle et qui était un secret presque mieux gardé que le récit de l'Incident voulait se réveiller et tout détruire autour d'elle. Détruire, détruire, détruire. Faire du bruit et qu'il n'y ait plus rien derrière. Plus rien d'autre que la fatigue et la lassitude confortable de la dépression.

Mais elle ne pouvait pas.

Athéna était toujours là. Et des deux, elle savait pertinemment que c'était la jeune dresseuse le plus en droit de se plaindre. Elle n'avait pas le droit de se laisser aller à la sauvagerie. Elle n'avait pas le droit d'exploser. Pas encore.

Tant bien que mal la Reine Noire se redressa donc, appuyée sur la table qui soutenait désormais presque tout son poids, et alla tirer au robinet un peu d'eau pour calmer l'effusion de sang qui s'écoulait de sa lèvre inférieure. Et pour reprendre ses esprits, au passage. Le robinet ouvert, elle en profita pour se passer un coup d'eau sur le visage.

Bien. Lentement mais sûrement, elle se calmait.

Il était temps de se reprendre, de sortir de là et d'inviter Elèraine à quitter son appartement. Elle s'excuserait sur le palier. Ils avaient vécu plus que ces simples disputes infantiles, ca n'affecterait pas leur amitié. Le fait d'être au moins convaincue de cela la rassurait, quelque part. Après une profonde inspiration elle s'avança vers la porte de la cuisine et leva la main pour l'ouvrir. Sa fatigue rendit son mouvement très lent, et le pivot de la poignée fut totalement silencieux.

Juste assez silencieux pour que, sans se montrer ou sans sortir de la cuisine, elle puisse entendre la fin de la discussion entre les deux comparses.

////////////////////////


Elèraine regarda cette jeune fille s'effondrer devant lui sans un mot. A bien des égards, il était le parfait opposé de Lyndia. Et celui-ci n'échappait pas à la règle. Là où la Reine Noire, en dépit de son apparence imperturbable, ressentait un profond besoin de faire office de mère tendre et protectrice quand quelqu'un de cher s'effondrait de la sorte; le pêcheur, lui, savait respecter la tristesse et la laissait s'exprimer sans intervenir. Il était un homme qui s'était forgé seul, au fil des années et des épreuves, au fil des flots et des orages, et il savait que les larmes qui nous renforcent le plus sont celles que nous sommes les seuls à essuyer. Et il voulait aider Athéna à se renforcer.

Malgré tout, la dresseuse était jeune. Et si Elèraine avait pu, dans sa prime jeunesse, trouver des gens pour l'aider à éviter certaines erreurs, il n'en serait pas sorti moins grandi. Une chance que le jeune homme ait un point commun avec Athéna. Point commun sur lequel il allait pouvoir appuyer pour reprendre son discours : l'ambition.


"Athéna, tu es une fille intelligente. Alors j'aimerais que tu répondes à une simple question."

Le marin acheva son verre avant de le poser sur la table, laissant au passage à la jeune femme le temps de reprendre ses esprits et de l'écouter plus attentivement entre deux sanglots.

"Depuis quand la vie est-elle sensée être juste?"

Un silence. Elèraine reprit, sans moquerie ou mépris, sans suffisance ou outrecuidance, avec un ton naturel, de discussion, sans drame et sans effets:

"Je veux dire, Lyndia a perdu un oeil à 16 ans à cause d'un jeune con assez malin pour nous manipuler! Moi, j'me suis fait lacéré le bras par le portail que t'as côtoyé sans possibilité de le faire un jour ressembler à ce à quoi il devrait ressembler!" Nouveau silence, plus bref cette fois. "Puis même j'veux dire... sans parler de nous! Quand la Team Rocket va découper des queues de Ramoloss pour les revendre, c'est juste? Quand la Team Plasma va dérober les pokémons des honnêtes gens pour "les libérer", c'est juste?" Il prit soin d'appuyer les guillemets de sa phrase avec un geste des doigts. "Je veux dire, ouais, y'a bien eu des jeunes dresseurs pour les remettre à leur place après coup, c'est sûr. Et en ce sens on peut dire que justice a été rendue. Mais les Ramoloss avec cette queue en moins? Les dresseurs qui n'ont jamais retrouvé leurs pokémons apres la défaite de la Plasma? Où est la justice pour eux?"

Son discours était accompagné de grands gestes théâtraux mais sincères. Son ton était dynamique et pertinent, et il savait mettre l'accent sur les mots les mieux choisis. Y'avait pas à dire, passer des mois et des mois loin de tout et loin du monde, ca vous forge une âme de poête et d'orateur.

"La vie n'est pas juste, Athéna. Et c'est justement pour palier à cette crasse que nous devons nous battre. Tu ne voulais pas de Mewtwo, d'Esperantown ou de Solem? Tu m'étonnes! Qui en voudrait? Mais si tu n'avais pas été là à ces moments précis, as-tu essayé de penser à ce qu'il se serait passé? Et au delà de cela, soit égoïste, un peu!"

Conscient que cette dernière phrase pouvait porter à confusion, il enchérit sans attendre de réaction de son interlocutrice:

"Tu as survécu à Mewtwo! Tu as survécu à Lugia! Tu as survécu à la Zodiac et à Solem! Sais-tu quels sont les derniers à avoir survécu aussi longtemps à la mort et aux légendaires sans jamais cesser de les côtoyer? Red. Gold. Touya. Touko. Et tous ces autres dresseurs qui ont marqué l'histoire de leur région grâce à leurs exploits. Tu ne pensais tout de même pas qu'ils étaient devenus ce qu'ils sont en gagnant sagement les badges nan?"

Le marin s'approcha. Son visage rude et marqué par les années se fit alors plus doux, plus complice, plus paternel, et d'une tape sincère mais maladroite il tapota l'épaule blessée d'Athéna sans s'excuser de la pique de douleur qu'elle allait aussitôt ressentir.

"T'as l'étoffe de ces gars là. Et si tu ne penses pas l'avoir encore, sache que c'est en survivant à tout ça que ça viendra. Je peux te l'assurer!"

Elèraine se tut enfin, et resta cette fois totalement silencieux, attendant une réaction de la dresseuse blessée. Adossée au mur, Lyndia restait également muette comme une tombe, époustouflée par le monologue de son ami et curieuse de la réaction de son amante. Dès lors qu'elle avait entendu les dernières phrases d'Athéna, elle n'avait pu faire autrement que de se figer pour en savoir un peu plus.

Dans sa tête, c'était vraiment le bordel.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Sam 7 Sep 2013 - 23:11

C'est avec un air ahuri et sans doute un peu idiot qu'Athéna accueillit les paroles d'Elèraine. Tout sonnait si bien, dans la bouche du marin... Ça ne réglait pas tout, mais Athéna devait admettre que ce discours improvisé lui faisait du bien.

Non, la vie n'était pas juste. Elle l'avait toujours su parce que ses pessimistes de parents n'avaient jamais manqué de le lui rappeler, mais la Vie lui avait fait avaler ce fait de force en manquant de l’asphyxier. Elle aurait pu avoir plus de chance, mais le passé était le passé, et rien ne l'effacerait, pas même des litres et des litres de larmes.

Et puis se faire comparer à des héros comme Red ou Touko lui flattait sacrément l'égo. Athéna avait grandi en regardant les Ligues Pokémon briller à l'horizon comme autant de Graal qui lui murmuraient de partir à leur conquête. Elle avait passé des heures à baver sur les couvertures de magazines pour Dresseurs au kiosque à journaux, des jours entiers à faire semblant d'avoir son propre Pokémon avant de partir affronter, une Ball en carton à la main, un terrible Drattak enragé qui se terrait au fond de son jardin. Sans Arktos, Alcyon et Ladon, elle n'aurait pas survécu à l'adolescence et à son lot de tourments quotidiens, et sans son rêve de devenir Maître de la Ligue, elle n'aurait simplement jamais mis les pieds hors de chez elle.

Cette grosse brute d'Elèraine venait de la tirer de sa léthargie, et il en profitait même pour s'approcher d'elle avec son air de Papa-poule. Juste avant de lui broyer l'épaule déjà amochée.


"Aïïïeuuuuuh!" protesta Athéna en s'enfonçant de trois centimètres dans le canapé.

Ça faisait mal, mais l'épaisse main du pêcheur sur son épaule lui rappelait aussi cette cruelle vérité : ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Un fichu proverbe bien cliché, mais qui sentait bon la vérité universelle après un tel trauma qui n'avait pourtant pas tué la jeune femme. Et c'était pas faute d'avoir essayé.

Athéna sécha ses larmes d'un revers de main et renifla plusieurs fois. Le sel sur ses joues avait cristallisé et lui piquait la peau, ses jambes étaient engourdies, et elle avait un peu froid, mais elle se sentait mieux.

Elle lissa avec attention son t-shirt (un à sa taille, maintenant), et tenta de concilier sa fragilité avec sa détermination. Telle était la situation. Sa vie craignait grave. Et il n'y avait aucun coup de baguette magique qui puisse faire disparaitre toutes ses douleurs et sa peine. C'était comme ça, et il fallait s'en contenter, juste ou injuste, parce que ça ne changerait pas... Elle ne pouvait pas redevenir l'ancienne Athéna, mais elle pouvait en construire une nouvelle, plus forte, plus volontaire... et moins seule?

Elèraine la regardait toujours et Athéna eut une pensée pour son vrai père. Un homme intelligent, assurément, mais qui n'aurait jamais su trouver les mots pour la réconforter. La jeune femme se surprit à imaginer une version plus âgée d'Elèraine et se demanda si le brun serait un jour capable de s'occuper d'un bébé. Surtout d'un bébé qui tiendrait dans la paume de sa grosse main hirsute. L'image la fit sourire. Elèraine haussa un sourcil.

Après un long soupir tremblant, Athéna fit la paix avec elle-même. Il lui restait du chemin à parcourir avant d'être totalement guérie, et ce n'était pas les blessures physiques qui seraient les plus longues à cicatriser, mais le plus pénible était passé. Pour le moment. Ça aussi, il fallait qu'elle l'admette.


" 'En survivant à tout ça', hein..." articula-t-elle en s'arrêtant parfois pour renifler.
"J'ai l'impression d'avoir beaucoup survécu ces derniers temps." souligna-t-elle avec une lassitude non feinte.
"Ça vous direz qu'on vive un peu? Vous, moi... Lyndia. Les Badges ne vont pas s'envoler, et la Ligue doit bien des vacances à celle qui a capturé Artikodin. En plus, je n'ai pas mangé de poisson grillé depuis la dernière fois que je suis rentrée dans votre restaurant!"

Même si son sourire aurait pu être plus lumineux, le ton était sincère. Athéna venait d'admettre, discrètement, qu'Elèraine avait raison et qu'elle devait se reprendre. Mais la compétition et les Arènes ne seraient pas pour tout de suite, au vu de son état, et elle avait vraiment besoin de se changer les idées après avoir passé trois jours enfermée.

Si le pêcheur lui avait clairement dit qu'il n'avait pas l'intention de jouer de nouveau les entremetteur en elle et Lyndia, Athéna avait, elle, la ferme intention de récupérer sa relation avec la Championne. Pas question de gâcher leur couple à cause de cette sale petite -hum, bref- de Solem. Et même si Lyndia avait commis un joli paquet d'erreurs, Athéna ne pouvait pas lui en vouloir plus longtemps. Elèraine l'avait dit avec toute sa verve habituelle : 'soit égoïste, un peu!', et ce qu'Athéna voulait, égoïstement, c'était Lyndia à ses côtés.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Dim 8 Sep 2013 - 9:51


Elèraine éclata d'un rire franc et tonitruant à la proposition d'Athéna. Son petit speech l'avait remotivée. Et ca lui convenait parfaitement. Acquiesçant avec un grand sourire, le pêcheur lança:

"Avec plaisir! Ca me fera un peu d'animation dans ma cabane. Enfin, une autre animation qu'une tarée sataniste qui veut ma peau. Ce sera déjà ça! Ahaha!"

"Et pourquoi ne pas y aller maintenant?..."

Le pêcheur et Athéna tournèrent la tête vers Lyndia qui, petit à petit, venait de sortir de l'ombre pour réapparaitre aux yeux de ses invités. Ses bras croisés trahissaient une peur et une gêne qu'elle peinait à canaliser, mais pour la première fois depuis trois jour elle parvint à regarder la dresseuse dans les yeux. Ce qu'elle avait entendu l'avait touché et avait apaisé le chaos de son cœur et de son esprit. Si elle ne se pensait pas digne d'Athéna à l'heure actuelle, et si elle ne considérait pas cette relation comme récupérée aussi facilement que cela, elle jubilait tout de même à l'idée de pouvoir envisager de lui tendre la main un jour.

"Le Conseil m'a déjà autorisé une semaine de vacances. Semaine qui se termine dans trois jours. Peut-être est-ce l'occasion pour nous de profiter un peu de ton hospitalité?"

Le marin sourit à pleines dents. L'idée lui convenait parfaitement. Le fait que Lyndia ait tout entendu ne l'étonna qu'à moitié, et le satisfit alors pleinement. Ca lui évitait d'avoir à jouer les psys deux fois de suite après tout. Depuis quand les entendait-elle? Difficile à dire. Mais aucun doute maintenant que les deux jeunes femmes avaient de quoi débattre pour les prochaines heures. D'un nouveau signe de tête il accepta la proposition de Lyndia et se releva en se frottant les mains.

"Bon! On y va alors? J'espère que vous avez de quoi me suivre parce que mon Lakmécygne a déjà un mal de chien à me porter tout seul. Donc je l'imagine mal nous amener à la plage tous les trois."

Lyndia ne put retenir un petit rire amusé. Elle avait vu Elèraine chevaucher son Lakmécygne par le passé. Elle avait eu beaucoup de peine pour le pauvre pokémon volant. Dans son souvenir, ça ressemblait un peu à ça :

Spoiler:
 

Et encore. Elle était persuadé que son amitié pour le marin avait modulé cette image de sa mémoire pour la rendre moins dramatique. Bref. Après ce petit moment de détente elle secoua négativement la tête.

"Pars devant. On va te rejoindre. Grâce à Nyx je devrais pouvoir transporter Athéna sans trop de problème. Et puis..."

Lyndia posa le bout de ses doigts sur l'épaule de la jeune dresseuse et posa sur elle un regard triste. Non, un regard désolé.

"...et puis je crois qu'il faut qu'on parle un peu."

Le pêcheur sourit derechef et acquiesça. Il était content d'avoir débloqué la situation. Sans autre forme de procès il se releva et se dirigea vers la porte après avoir de nouveau ébouriffé la crinière blonde de la dresseuse.

"Je vous attends à la cabane alors! OH! Au fait! J'oubliais!"

Elèraine porta la main à une petite sacoche qu'il avait à la taille et en sortit un petit boitier de bois noir qu'il tendit à Lyndia.

"Tiens, ce que tu m'avais demandé au moment de ton retour. T'avais besoin d'un set de pierres évolutives, non?"

"Ah! Oui. Merci. La Ligue veut que je remplace Iron pour une conférence sur le sujet à l'Imaginarium dans dix jours. J'ai envie d'y aller comme de me pendre mais bon. C'est pas comme si j'avais le choix."
Elle ouvrit le boitier et fut surprise de la quantité de pierres qu'il contenait. Deux exemplaire de chaque. Des feu, des eau, des éclat, des nuits, toutes les pierres évolutives recensées à ce jour se trouvaient là en deux exemplaires. "Oh, wow! Je ne t'en demandais pas tant tu sais!" Le marin leva la main en guise de protestation.

"Je savais pas de quoi t'avais besoin, et j'en ai tout un stock à la maison. Je les garde toujours au cours de mes voyages. Ca peut toujours servir. Fais toi plaisir, j'en ai pas besoin!"

"Heu... Je... merci?"

"Pas de soucis! Bon allez, à très vite alors! Ah, et..."
alors qu'il sortait, il passa la tête par l'embrasure de la porte et lança, goguenard: "...soyez sages, je vous attends!"

Le VLAM qui suivit aurait pu le décapiter s'il n'avait pas eu le réflexe de se reculer de deux mètres en voyant Lyndia saisir la poignée en rougissant. Il fallait toujours qu'il en fasse trop! Après un nouveau soupir, la Championne Ténèbres referma le boitier et le déposa sur la table la plus proche. Puis, derechef, elle croisa les bras en se frottant timidement le coude et en se dirigeant vers Athéna.

...

Silence gêné...

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Dim 8 Sep 2013 - 15:48

-HRP- Actions en accord avec Lyndia -HRP-

Athéna faillit sursauter en entendant Lyndia, mais se souvint aussitôt que la Championne était la spécialiste du camouflage dans l'ombre. Elle l'avait surpris plus d'une fois en surgissant comme un fantôme ou en apparaissant dans son dos, et Arceus merci elle n'avait pas eu le mauvais gout de lui faire subir cela pendant sa convalescence.

La jeune blonde rendit son regard à la rousse avec un sourire embarrassé. Depuis quand Lyndia les écoutait? Surement assez pour avoir entendu sa crise de larmes et ses demandes capricieuses. Athéna pinça les lèvres en se demandant ce que pensait la Championne de tout cela.

La plus grosse surprise fut la main sur son épaule. Oh, ce n'était que le bout des doigts de la Championne sur quelques centimètres de peau nue, mais Athéna retint à grande peine un gémissement de plaisir. Lyndia ne l'avait pas touché de cette façon depuis des mois. Les soins qu'elle avait pu lui apporter n'étaient pas comparables : chaque mouvement était calculé, précis, attendu, et terriblement bien retenu. Mais pendant une demi-seconde, les longs doigts fins de la rousse frôlèrent son épaule en une caresse tendre et timide qu'Athéna suivit des yeux avec appétit. Le parfum de menthe et de miel qui émanait de Lyndia se faufila jusqu'à ses narines et la blonde inspira en frémissant de tout son être.

Comment en vouloir à Lyndia alors qu'elle était ce qu'Athéna désirait le plus au monde?

Elèraine rompit le charme en se levant avec une grâce de pachyderme. Sa main de titan décoiffa la jeune femme qui lui lança un regard courroucé et articula silencieusement un "Je ne suis pas un Ponchiot!" qui fit seulement rire le pêcheur.

Après avoir donné une boite pleine de Pierres évolutives à Lyndia et lancé une blague salace qui les laissa toutes les deux têtes dans le sable comme des autruches, Elèraine s'échappa à dos de Lakmécygne (pauvre Pokémon...) et passa devant la fenêtre en riant à tue-tête.

Un long silence, devenu familier, s'étendit dans la pièce.


Lyndia restait plantée devant Athéna, bras croisés dans son habituelle posture angoissée, tandis que la jeune Dresseuse cherchait quelque chose à dire tout en lorgnant sur les Pierres. Elle n'avait jamais eu l'occasion d'en voir d'aussi près, et si elle n'avait pas été poursuivie par Solem, elle se serait sans doute penchée sur le sujet puisque son Caninos avait besoin d'une Pierre Feu pour évoluer.

Partagée entre l'envie d'entamer la conversation (sans pour autant savoir quoi dire) et celle d'ouvrir le boitier posé sur la table basse, Athéna resta un moment bras ballants sur le canapé, le regard sautant des Pierres à Lyndia, et de Lyndia aux Pierres.

Fallait-il choisir un sujet neutre et inoffensif, comme les Pierres justement? Ou était-il temps de rentrer dans le vif du sujet, et de parler d'elle? Lyndia lui avait tout confié : son passé avec Solem, Elèraine et Sebastian, comment elle avait perdu son œil, pourquoi Solem s'était séparée du reste du groupe et ce qu'était vraiment ce Portail mystérieux. Mais Athéna n'avait pas prononcé le moindre mot sur les mois écoulés pendant le voyage de Lyndia... Elle avait reproché à la Championne de lui avoir caché des choses, et voilà qu'elle faisait de même.

Mais comment dire à Lyndia que Solem n'avait pas essayé de la tuer une fois... mais bien deux...? N'allait-elle pas ajouter une culpabilité inutile sur les épaules de la Championne? Lyndia avait compris son erreur, pourquoi en remettre une couche?

Pourtant si elle ne disait rien, elle mentait par omission, et se rendait coupable du péché qu'elle avait pointé du doigt chez Elèraine et Lyndia.


Ce qui lui fit prendre une décision fut le regard nerveux de Lyndia qui la dévisageait. Athéna ne pouvait pas prétendre reconstruire leur relation si elle commençait par fragiliser les fondations en édulcorant le récit des derniers mois écoulés. Lyndia était la seule personne avec qui elle pouvait espérer être sincère. Par Arceus, elle avait même eu le culot de dire à ses parents que sa voix rauque et sa petite forme pouvait s'expliquer par une terrible angine, alors qu'en réalité elle venait d'échapper aux mains de Solem de justesse! Si elle mentait à Lyndia, même par simple omission, il ne lui restait plus personne avec qui partager la triste réalité de sa vie.


"J'ai proposé d'aller manger chez Monsieur Elèraine parce que je pensais que nous avions tous besoin de changer d'air... Mais maintenant qu'il faut retourner à la cabane, je ne me sens plus si enthousiaste..." dit-elle d'une petite voix en croisant le regard de Lyndia.

"Pourtant je suis sûre qu'il aura pris le temps de tout nettoyer... n'est-ce pas?" demanda-t-elle avec une pointe d'inquiétude.

Elle ne savait pas par où commencer, alors elle admit simplement ce qu'elle ressentait. C'était déjà très difficile. Le simple fait d'évoquer la bâche, la pentagramme peint, et le lit de Sebastian lui donnait des suées froides.

La blonde haussa les épaules d'un air qui se voulait nonchalant, mais qui ne cachait pas sa frayeur.

"Bah! Ça ne sera pas le seul lieu tâché par le souvenir de Solem..."

Elle décrocha son regard de celui de la Championne et tendit une main engourdie vers le verre d'eau qu'avait abandonné Elèraine. Sa gorge semblait soudain très sèche.

Quand elle tourna de nouveau la tête, Lyndia avait haussé un sourcil et semblait se creuser les méninges à toute allure. Athéna pinça les lèvres. Le moment fatidique était arrivé.


"J'ai rencontré Solem pour la première fois deux mois et demi avant l'ouverture du Portail sur la plage."

Et c'est ainsi que la jeune femme se lança dans le récit des quatre mois et demi qu'elle avait passé sans Lyndia. Elle raconta l'adoption sanglante de son Caninos (sans parler de Khaïl, qu'elle décrit simplement comme un ami), sa première rencontre avec Solem et comment celle-ci avait tout de suite compris leur relation, ce qui mena à la première tentative de meurtre, son match contre Sugil et la bataille contre le clone de la Championne (le seul moment drôle de son histoire!), et enfin le combat contre Solem où elle s'était battue inutilement, ignorant le niveau réel de la brune, avant de se faire humilier par une seule attaque de sa Momartik.

A la fin de son monologue, Athéna était pâle et inquiète. Elle craignait la réaction de Lyndia.

Qu'allait dire la rousse après un tel assaut de nouvelles informations? Athéna avait réagi par un complet mutisme... pourvu que la Championne soit plus courageuse qu'elle.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Dim 8 Sep 2013 - 17:54


Trois jours après son monologue, ce fut au tour de Lyndia de se taire et d'écouter le long récit d'Athéna. Ce qu'elle entendit, elle n'aurait jamais pu le deviner. Et si Elèraine avait eu vent de l'ensemble de ces événements, alors il aurait mis l'accent sur le talent incroyable dont disposait la dresseuse pour survivre aux pires situations envisageables. Étrangement, cette histoire n'eut pas sur Lyndia l'effet qu'elle pensait qu'elle aurait. Alors que la blonde commençait en lui avouant avoir déjà rencontrer Solem, la Reine Noire sentit une culpabilité nouvelle l'envahir. Mais cette culpabilité fut bientôt remplacée par la satisfaction égoïste de la compréhension. Enfin elle savait ce qu'il s'était passé et comment le Soleil Noir avait eu connaissance de leur relation. Enfin elle savait ce qu'avait vécu Athéna pendant ces longs mois d'absence. Enfin le voile de mystère et de frustration qui obscurcissait son jugement depuis le début de la semaine avait été levé.

Et putain que ça faisait du bien.

Son récit achevé, un nouveau silence s'installa. Lyndia culpabilisait toujours, oui. Mais avoir tous les éléments en tête pour réfléchir l'aidait grandement. Elle reprenait le contrôle de son état, de ses pensées, de ses propos. Elle savait qu'elle avait fait une erreur en n'avertissant pas Athéna des dangers qui l'attendaient d'entrée de jeu. Elle savait qu'elle n'aurait pas dû quitter l'île aussi longtemps sans contrôle sur Solem. Elle savait que, de toutes façons, le choix de Solem ne se serait pas porté sur la jeune dresseuse si celle-ci n'avait pas été l'amante de la Championne. Mais elle regagnait lentement sa lucidité. Et elle savait qu'elle ferait désormais ce qu'il faudrait pour récupérer la confiance de sa partenaire, vu que cette dernière semblait prête à leur donner une nouvelle chance.

Lyndia posa un genoux au sol et tendit la main à Athéna. Timidement, cette dernière la lui tendit à son tour et leurs paumes s'unirent dans une chaude étreinte. La voix de la Championne était toujours sincère et désolée, mais son regard était redevenu le regard franc et honnête qu'elle avait d'ordinaire. Son oeil d'émeraude se posa sur son amante et elle reprit:


"Je suis désolée, Athéna. Jamais je n'aurais pu prévoir que Solem croiserait ta route, ni même qu'elle irait aussi loin. J'aurais dû t'avertir, j'aurais dû te raconter, j'aurais dû être plus attentive. Je ne sais pas si tu pourras un jour m'accorder ton pardon mais je veux faire de mon possible pour apprendre à le mériter... S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire ou t'offrir pour... Ah!!"

La Reine Noire avait sursauté en se redressant. Avec tout cela, elle avait oublié une chose importante. Primordiale, même. Faisant volte-face, elle se rua dans son entrée et fouilla dans son sac pour en sortir une Luxe Ball neuve et brillante. Aussitôt la sphère noire et rouge en main elle revint vers Athéna et se remit à son niveau. Le visage de la Championne affichait un sourire nouveau, timide et gêné, et elle dû s'humecter les lèvres a deux reprises pour pouvoir recommencer à parler.

"Désolée... hem... Avant d'apprendre pour Solem, pour Sebastian, tout ça... J'avais prévu de t'offrir ceci. C'est un petit souvenir de mon voyage à Kalos. Je sais que... Je sais que ce ne sont pas les meilleures circonstances pour t'offrir ça maintenant mais... Tiens." Elle ne trouvait plus ses mots. Il était temps de laisser la place aux geste. Son bras se brandit alors et elle tendit la sphère aux liserés d'or à Athéna, sans rien laisser deviner de ce qu'elle pouvait contenir. En prenant son courage à deux mains, elle ajouta péniblement:

"Que tu veuilles rester auprès de moi ou non, j'espère que cela te fera plaisir."

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Dim 8 Sep 2013 - 19:02


Athéna regarda Lyndia s'agiter en se grattant le crâne. Un instant elle lui caressait la main en s'excusant, et l'instant d'après elle lui tendait une LuxeBall (ahah, une Ball digne de la Championne) avec un sourire maladroit.

Athéna cligna des yeux plusieurs fois et scruta Lyndia. Un cadeau? Elle avait prévu un cadeau depuis le début? C'était...

... trop mignon!

La blonde sourit comme une gamine à Noël et attrapa la LuxeBall en la retournant dans tout les sens. Mais avant de l'ouvrir, il fallait mettre les choses au clair.


"Je pensais réellement ce que je t'ai dit le jour de ton départ, Lyndia. Et je le pense toujours."

Cette dernière conversation, juste avant que Lyndia ne disparaisse de l'île, était marquée au fer rouge dans la mémoire d'Athéna. Nul doute que Lyndia s'en souviendrait. Et pour être sure d'être comprise, la jeune Dresseuse se pencha sur la Championne agenouillée et déposa un baiser rapide, mais intense, sur ses lèvres pulpeuses.

S'il n'y avait pas eu la LuxeBall dans ses mains l'empêchant d'agripper Lyndia par les cheveux et de changer son simple bisou en baiser goulu, Athéna se serait peut-être laissée emporter par son désir. Mais ce n'était vraiment pas le moment de se laisser aller à ce genre d'activités. Aussi appétissantes, gouteuses, chaudes, et charnelles soient-elles. Hum.

La blonde se recula délicatement et se racla la gorge. Il faisait atrocement chaud dans cet appartement, non?
Elle profita de l’apparente surprise de la Championne pour appuyer sur le bouton de la LuxeBall qui tripla de volume dans sa main. Lyndia lui offrait un Pokémon. Quel genre de bestiole se cachait là-dedans?

La blonde avisa la moitié du canapé vide à côté d'elle et demanda d'un signe de tête à Lyndia si elle pouvait libérer le Pokémon à cet endroit. La Championne opina et Athéna ouvrit la LuxeBall en remuant les orteils d'excitation.

Sortant d'un flash lumineux, une créature bipède, pas plus haute qu'un Sabelette, s’ébouriffa le poil et se mit à fixer les yeux écarquillés de la blonde.


"Yo, Miss! T'es ma nouvelle Dresseuse, c'est ça? Hé, tu t'es faite piétiner par un Chevroum ou quoi? C'est quoi tout ces bandages, Girl?"

Athéna ouvrit la bouche. La referma. La rouvrit.
Face à elle, le Pokémon offert par Lyndia lui tapait apparemment la causette, bien qu'elle ne comprenne rien à ses grognements. Avant que la jeune femme ne puisse réagir, le petit Pokémon tendit une patte et se mit à toucher le bandage sur son biceps gauche en poussant des couinements curieux. Après deux secondes de ce petit manège, et lassé par le silence d'Athéna, le Pokémon s'assit en face d'elle et la fixa tout en mâchouillant la tige d'une feuille d'arbuste.

Athéna tourna lentement la tête vers Lyndia. Elle prit une grande inspiration et ferma les yeux. Puis, doucement, elle les rouvrit.


"Je. L'ADORE." déclara-t-elle en souriant de toutes ses dents. Elle secoua les mains devant elle et poussa un gloussement de jubilation.

Tadaaa! :
 

Le Pandespiègle croisa les bras sur sa poitrine et déclara d'un ton tout à fait sérieux :

"Tout le monde m'adore. Faudra t'y faire, Beauté."


Si possible, Athéna aurait sauté partout en entamant la Danse de la Joie. Dans son état, elle préféra sourire à s'en faire péter les muscles de la mâchoire. Elle regarda le panda sous toutes les coutures, lui toucha les oreilles de sa main valide, caressa sa truffe et passa ses doigts dans son pelage épais. Arktos lui vint tout de suite en tête, et la ressemblance physique avec son Ursaring, anciennement Teddiursa lui fit chaud au cœur. Un "ourson" noir et blanc... A croire que Lyndia l'avait fait exprès.

"Merci! Merci, merci!" répéta-t-elle en attrapant la main de Lyndia.
"C'est... c'est plus qu'un simple cadeau. Je ne sais pas quoi dire."

Athéna regarda le petit panda se gratter le ventre en observant son nouvel environnement. Il était parfaitement à l'aise et détendu, comme s'il était déjà chez lui.

"Qu'est-ce que tu peux me dire sur ce petit monstre?" demanda-t-elle à Lyndia avec un sourire béat et en lui caressant le dos de la main.

"Oh!" s'exclama-t-elle soudain, "Il faut que je lui trouve un nom..."

Elle avait complétement oublié qu'Elèraine les attendait...

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Dim 8 Sep 2013 - 19:23

Lyndia ouvrit de grands yeux (enfin, un grand oeil) surpris. Surpris et à la fois ravi. Elle ne s'attendait clairement pas à ce que ce modeste présent ait autant d'effet sur la dresseuse. En fait, Athéna était actuellement en train d'exprimer ce que le subtil baiser sur ses propres lèvres lui avait fait ressentir intérieurement. Avant même d'ouvrir la pokeball, l'apparence enfantine de la jeune dresseuse, doigts de pieds en éventail, le regard brillant de cette curiosité maladive associée à l'assurance de découvrir quelque chose de plaisant. C'était...

...trop mignon!

La Championne sourit et s'assit aux côtés de la dresseuse. Lorsqu'elle lui demanda quelle était l'histoire de ce petit pokémon, Lyndia ne put que se remémorer son obtention et la fit partager à sa compagne:


"Quand j'étais à Kalos, je me suis souvenu que c'était la terre natale des Pandarbarres. Bien que d'un type que je connais bien puisque semblable à celui des Baggaïd, c'était une espèce de pokémons que j'avais rarement eu l'occasion d'étudier et d'entrainer. L'occasion était donc trop belle. J'ai donc capturé une de ces grosses bestioles. Mais il s'avéra que le pokemon avait un enfant. Le Pandespiègle que tu tiens dans tes mains."

Elle marqua un temps:

"Je ne l'aurais pas laissé seul dans la nature. Donc j'ai décidé de le capturer également pour l'offrir à un foyer pokemon. Mais je me suis alors souvenu de la complicité que tu partageais avec Arktos. Au moment de lancer la ball, la ressemblance m'a paru flagrante. Je me suis alors dis que cela ferait un beau cadeau. Enfin, j’espérais. Je suis contente de ne pas m'être trompée."

Offrir ce genre de choses en se basant sur le fait qu'Athéna aimait les Teddiursas, c'était comme offrir un CD compil de Mozart à un spécialiste de musique classique sortant du conservatoire. On pouvait autant le toucher et le surprendre parce que la compil était faite avec talent, que le décevoir face à la banalité du cadeau qu'il avait dû recevoir en quarante exemplaires. Malgré tout, Lyndia avait décidé de prendre le risque. Elle se voyait mal revenir de cinq mois de voyage sans cadeau, et elle n'avait aucune idée de ce qui aurait pu faire plaisir à Athéna en dehors d'un pokémon pour compléter son équipe.

La rousse posa sa tête sur le front de son amante qui continuait de jouer avec le petit ourson bicolore. La situation était agréable. Et elle aurait aimé qu'elle dure le plus longtemps possible. Malheureusement, Elèraine les attendait. Et ce rapide rappel à la réalité tira la Reine Noire de ses rêveries romantiques. Elle déposa un baiser sur la tempe d'Athéna et se releva.


"Bon... On va pas trop faire attendre Elèr'. On discutera un peu en chemin, si tu veux."

En se levant et en sortant des clés et son Vokit du sac de voyage qu'elle n'avait pas l'intention d'emmener avec elle, elle passa devant le boitier de pierres évolutives qu'elle rouvrit machinalement avant de poser une main sur sa hanche en se massant le menton. Après un soupir, elle lança, comme pour elle-même:

"Bon... qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de tout ça?..."

Elle avait complétement oublié qu'Athéna possédait un Caninos...

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Lun 30 Sep 2013 - 16:11


Athéna et son nouveau Pokémon se découvraient mutuellement. Le Pandespiègle, ravi d'avoir une Dresseuse plus rigolote que la rouquine ultra-autoritaire, tripotait joyeusement les vêtements et les cheveux de la jeune blonde. Athéna gloussait, une main dans la touffe de poils blancs qui couvrait le crâne du bébé panda. Son pelage était doux et chaud, comme celui d'Arktos. Ses petites pattes noires, aux griffes étrangement rétractiles comme celles d'un Chacripan, lui attrapaient les orteils de son pied valide un par un, comme pour en comparer la longueur et l'épaisseur.

Quand Lyndia lui raconta la provenance et le passé de cette boule de poils et d'amour, Athéna lui fit un sourire radieux. Lyndia respectait les Pokémon ; elle n'aurait jamais laissé un bébé sans famille seul dans la nature, proie facile pour les prédateurs ou les sables mouvants. Et le fait que la Championne ait pensé à elle comme gardienne la touchait énormément.

C'est avec un bruit proche du ronronnement qu'Athéna frotta son front contre celui de son amante, tout en ébouriffant toujours le petit panda, qui avait l'air d'adorer ça. Mais il était temps de rejoindre Elèraine, et quand Lyndia se leva, Athéna poussa un gémissement plaintif et la regarda s'éloigner en faisant la moue.

La Championne se posta devant la boite des Pierres Évolutives et Athéna aurait pu jurer qu'elle voyait des points d’interrogation au dessus de la tête de la rousse. La jeune Dresseuse sourit et se leva à son tour, en prenant le Pandespiègle dans son bras non-bandé. C'est en grognant sous l'effort qu'elle découvrit que le petit panda faisait au moins huit kilos. Sans perdre de temps, le Pokémon passa ses bras autour du cou de sa Dresseuse pour soulager son bras et enfouit sa tête entre les seins de la jeune femme.


"Oh yeah... Ça c'est la belle vie!" déclara-t-il en plongeant le museau dans le col du t-shirt d'Athéna.

"Yiiiiip! T'as le nez froid! T'as le nez froid! Oust!" protesta-t-elle en lui tirant une oreille en arrière, les sourcils froncés.

Le petit Panda recula d'abord docilement, puis plaqua sa joue sur la poitrine de sa nouvelle Dresseuse et soupira d'aise. Athéna haussa un sourcil perplexe, mais le laissa faire. Il devait être très jeune et cherchait simplement un contact lui rappelant sa mère... Oui, ça devait être ça...

La blonde s'approcha de son amante et observa les Pierres. Ces mêmes Pierres qu'il était difficile de trouver en dehors de grands magasins dans les capitales, et qui coutaient les yeux de la tête... Pierres dont elle avait besoin. Au moins une Pierre Feu.

"Si tu ne sais vraiment pas quoi en faire, tu pourrais peut-être les donner à quelqu'un qui en a vraiment besoin? Quelqu'un en qui tu pourrais avoir confiance, et qui en ferait bon usage... Quelqu'un qui a un Caninos, par exemple...?" susurra la blonde en souriant comme un Ectoplasma sous ecstasy.

Le Pandespiègle dans ses bras regardait lui aussi les pierres brillantes et colorées. Mais il ne les regardait que d'un œil, l'autre étant compressé contre les nibards de sa Dresseuse. Il se demanda un instant quel était le rapport entre un caillou et un Caninos, mais oublia ses questions aussitôt qu'Athéna prit une grande inspiration.


*Oh boy! C'est plus chaud qu'au Crazy Ponyta ici!* pensa le panda en aplatissant derechef sa joue dans la poitrine délicieusement souple et ferme à la fois d'Athéna.

Ce Pokémon n'était peut-être pas si jeune que la blonde et la rousse le croyaient...

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Lun 30 Sep 2013 - 17:23

Lyndia haussa un sourcil en entendant la déblatéritude (?) de son amante. Elle semblait vouloir essayer de communiquer de façon subtile une envie détournée de posséder une des pierres. Sauf que le sourire de Branette et le battement de cils en mode Kokiyas, ca ruinait un peu l'aspect subtil de la chose. Sauf qu'Athéna était loin d'être idiote. Donc comment pouvait-elle ne pas être subtile en essayant de l'être pour.... oh.

Ah. Oui. Forcément. Du troisième ou quatrième degré. Lyndia avait soigné les pokémons d'Athéna. Mais avec tout ce qu'il s'était passé ces derniers jours, elle avait totalement occulté cette information quelque peu cruciale: La jeune dresseuse avait acquis un Caninos depuis son départ. Pokémon évoluant au contact d'une pierre feu. Du coup ça faisait sens. La Reine Noire rougit au moment où elle comprit où la blonde voulait en venir. Bordel qu'est-ce qu'elle aurait donnée pour être plus au fait des délires de communication des humains...


"Oh! Heu! Ahaha! Excuse-moi, pardon, j'avais oublié. Je... j'ai... Enfin... Tiens!"

Et bon Dieu qu'est-ce qu'elle aurait donné pour savoir comment réagir quand son cœur battait la chamade à cause de la gêne provoquée par cette situation. Lyndia tendit la pierre à Athéna d'un geste vif avec un sourire trop appuyé pour être totalement détendu. Elle se sentait idiote et étourdie. Deux choses qu'elle luttait pour ne jamais être au quotidien. Sa chevelure rouge devait à peine couvrir la teinte écarlate qu'avait pris son visage. Clap. Clap. Clap. Oh, super, la machine à applaudissements ironiques du fin fond de son esprit cynique fonctionnait encore. C'était déjà ça.

Elèraine fit de nouveau office de sauveur lorsqu'un de ses messages arriva sur le VoKit de la Championne qui sursauta avant de le saisir et de le lire le plus vite possible, trop contente de pouvoir se soustraire à cette mésaventure. Le contenu du message du pêcheur était... fidèle à lui-même. Et Lyndia ne savait pas si elle devait en rire ou s'en énerver. Cette indécision d'interprétation se traduit par un soupir à la fois amusé et exaspéré.


"Elèr' nous attend en bas. Je crois qu'il faut pas trop le faire attendre. On y va?"

//Bon, c'pas que ça me gêne de vous imaginer faire des cochoncetés, mais ça caille en bas, vous voulez bien vous dépêcher?// Voilà à peu près la teneur dudit message. Message que Lyndia se garda bien de montrer à Athéna. Bref. Aussi vite qu'elle put, sans pour autant brusquer la jeune dresseuse blessée, la Reine Noire réunit ses affaires, remplit un sac d'éléments essentiels, ramassa celui de la blonde et se couvrit d'une veste longue à col relevé, puis tendit à Athéna sa veste en jean. Sur le chemin, elle l'aida à porter son sac et ses pokéballs, et à descendre les quelques marches qui menaient de l'immeuble à la cour où un Lakmécygne terrorisé attendait, suppliant presque les deux jeunes femmes de prendre tout leur temps.

Lyndia rappela Nyx hors de sa pokéball et, d'un bond, s'installa sur le Trioxhydre avec ses affaires avant de tendre la main vers Athéna pour l'aider à monter à son tour. Un petit séjour de détente les attendait. Et franchement, elles l'avaient bien mérité.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Lun 30 Sep 2013 - 21:13


C'est avec beaucoup de self-control qu'Athéna évita d'éclater de rire à la figure de Lyndia. Elle adorait voir son amante aussi hésitante, rougissante et terriblement gênée. C'était une part le plus souvent cachée de sa personnalité, et Athéna se sentait privilégiée à chaque fois qu'elle pouvait l'observer et, surtout, être la cause de cet état.

La blonde dû poser le Pandespiègle par terre pour attraper la Pierre Feu, et ce dernier en profita pour faire le tour du salon, curieux de tout. Rapidement son odorat l'avertit de la présence d'une coupe pleine de fruits et de baies sur une table haute, et le petit panda entreprit d'escalader une chaise pour atteindre la promesse d'un jus sucré et rafraichissant. Si Athéna lui avait prêté plus attention à cet instant, elle se serait sans doute dit que ce Pokémon allait lui causer autant d'ennuis qu'Alcyon ou qu'Arktos... un vrai aimant à catastrophes.

Mais Athéna était trop occupée à baver sur sa Pierre Feu. La roche orangée pesait lourd dans sa main, et dégageait un peu de chaleur, comme un petit animal roulé en boule. Elle était partiellement transparente, comme une bille, et contenait des lames oranges, jaunes et rouges semblables à des flammes figées dans le temps et l'espace. Elle était magnifique.

La jeune blonde ouvrit la bouche pour remercier vivement son amante, mais le Vokit de la rousse lui coupa la priorité. Athéna haussa les sourcils. Oh. Elèraine. Elle l'avait... carrément oublié.

Elle enfila avec quelques difficultés sa veste en jeans bleu sombre et passa son sac en bandoulière sur son épaule saine. Elle vérifia rapidement que personne ne l'avait appelé sur son Vokit, et pinça les lèvres en constatant que ses parents n'avaient toujours pas cherché à prendre de ses nouvelles. Plongée dans ses pensées lugubres, la jeune Dresseuse fut ravie que la Championne s'approche d'elle pour l'aider à descendre les escaliers. La présence douce et sensuelle de Lyndia lui fit oublier le sentiment d'abandon qui l'habitait bien trop souvent. En descendant les marches, Athéna se serra contre Lyndia et lui chuchota un
"Merci" dans le creux de l'oreille. C'était autant pour la Pierre, que pour son aide, que pour le simple fait de veiller sur elle.

Dans la cour de l'immeuble où habitait Lyndia, quelques lampadaires éclairaient un Lackmécygne au bord de la crise cardiaque, et un Elèraine au sourire presque moqueur, mais subtilement paternel. Athéna plissa les yeux en voyant l'expression du pêcheur en se demandant soudain ce qu'il avait pu écrire comme message à Lyndia. Derrière les deux femmes, le Pandespiègle trottait joyeusement, le museau et les pattes avant couverts d'un jus épais et violet.

Sans plus attendre, Lyndia appela son Trioxhydre. Athéna regarda le Dragon. Le Dragon la regarda. Ils commençaient à se connaitre. La Dresseuse le salua d'un signe de tête. Le tricéphale grogna. Pour Athéna, c'était l'équivalent d'un gros câlin, et ça lui suffisait amplement.

Alors que Lyndia l'invitait à prendre place sur le dos de Nyx, la blonde lui demanda de patienter encore une toute petite minute. Elle était trop impatiente de voir l'effet de la Pierre sur son Caninos, et ne pouvait pas résister à la tentation une seconde de plus. D'un geste sûr, elle fit sortit le chien de feu de sa Ball. Orthros bondit à ses pieds en remuant la queue à toute vitesse et en bavant de bonheur sur le béton de la cour.


"Waf!" jappa-t-il en secouant son pelage brillant de santé.

Athéna lui caressa la tête en lui murmurant à quel point elle était heureuse de le revoir. Puis elle posa la Pierre Feu par terre, devant le chien. Elle n'avait aucune idée sur la manière de procéder. Le Caninos non plus. Ignorant l'utilité du minéral, il le renifla en penchant la tête sur le côté. Il regarda sa Dresseuse. Qu'était-il sensé faire avec un caillou?

Derrière la jeune femme blonde, le Pokémon Panda les regardait en mâchouillant sa feuille. Il avait l'air un peu crétin, le clébard, mais gentil. Pour l'instant il n'avait pas remarqué la présence du Pokémon noir et blanc, mais le Pandespiègle avait très envie de se présenter et de retrouver le confort de la poitrine d'Athéna, avant que le chiot n'ait l'idée d'y engluer sa truffe.

Orthros attendait des instructions qu'Athéna n'avait pas l'air de vouloir donner. Perplexe, le chien poussa la Pierre du bout de la patte vers sa Dresseuse pour attirer son attention.

Et soudain, la Pierre Feu s'illumina. Une lumière rouge, très vive, aveugla Orthros et Athéna. Le chiot jappa de surprise et bondit en arrière. Mais la lueur se mua tout d'un coup en une fumée écarlate qui l'entoura entièrement, jusqu'à ce que le Caninos disparaisse sous cette épaisse brume.

Athéna faillit se précipiter pour aider son Pokémon, mais la fumée disparut aussi vite qu'elle avait emprisonné son Pokémon. Et à la place du Caninos, une masse blanche et gigantesque se tordait et remuait comme une flamme sous l'action d'un soufflet. La jeune Dresseuse reconnut le cocon blanc : Arktos avait fait la même chose en évoluant. Elle regarda son Caninos grossir et se transformer, bouche-bée, les yeux ronds comme des soucoupes.

L'enveloppe blanchâtre se fissura lentement, puis tomba par plaques au sol avant de se dissoudre et de disparaitre dans un sifflement. Des poils noirs et oranges en sortirent, suivis par une crinière couleur d'ivoire et une queue touffue. Haut de deux mètres, avec des pattes larges comme de jeunes bouleaux, et des canines longues comme l'index d'Athéna, Orthros arborait fièrement sa nouvelle forme d'Arcanin.

L'immense chien au pelage de tigre et au dos aussi large que celui d'un Frison faisait face à Athéna et la surplombait de sa hauteur et de sa majesté. Même Nyx ne faisait pas le malin à côté de lui, maintenant qu'Orthros pouvait le regarder dans les yeux sans avoir à lever la tête.


"Fichtre," chuchota la Dresseuse en se passant une main dans les cheveux, "Je ne pense pas que tu pourras continuer à dormir au pied de mon lit, mon vieux..."

Les oreilles d'Orthros s'affaissèrent sur son crâne avec tristesse. Avec sa nouvelle allure, cette action d'ordinaire très mignonne et attendrissante était soudainement moins crédible. Mais Athéna lui fit un grand sourire et lui promit de trouver une solution. L'Arcanin plia les pattes avant pour se mettre à la hauteur de sa Dresseuse et posa sa grosse tête hirsute à ses pieds en soupirant avec bonheur. Ce faisant, il remarqua enfin le panda derrière les jambes d'Athéna.

"Salut, big guy!" claironna le Pandespiègle en sortant de sa cachette, impressionné par la taille du chien mais pas effrayé pour autant.

"Waf!" répondit Orthros avec son habituelle variété de vocabulaire.

"... t'es pas très causant toi, hein?"

"Waf!"

"Okay... Bah je vais prendre ça pour un 'bonjour', je suppose. C'est parce que ta langue vient de tripler de volume que t'as du mal à parler, grand poilu?"

"... wouf."

Le Panda marqua une longue pause.

"J'espère vraiment que notre Dresseuse à la télé, parce que les soirées en tête-à-tête avec toi, ça doit être d'un ennui..."

Orthros décida de fermer la bouche et de bouder. Ce panda n'était pas aussi compréhensif que les autres Pokémon d'Athéna.
Le Pandespiègle estima que si le chien ne voulait pas discuter, c'est qu'il n'était pas capable de voir à qui il avait affaire : le Pokémon le plus cool du monde. Tant pis pour le clébard.

Athéna attendit en silence que les présentations entre Orthros et son nouveau Pokémon soient terminées. Ils ne s'étaient pas mutuellement sautés à la gorge, et elle en remercia la bonté d'Arceus. Après une dernière grattouille derrières les oreilles (plus larges que sa main!) d'Orthros, la jeune femme le rappela dans sa PokéBall avec un sourire fier et satisfait. Puis ce fut au tour du Pandespiègle : elle n'allait pas le faire voyager à dos de Dragon, tout de même.

Elle se tourna enfin vers Lyndia, le regard pétillant de gratitude et de joie. D'un pas aussi bondissant que possible compte tenu de ses blessures, elle grimpa sur l'échine du Trioxhydre de la Championne et se blottit dans le dos de son amante, les bras autour de sa taille. Elle croisa le regard d'Elèraine qui lui souriait, et leva un pouce triomphant dans sa direction. Le pêcheur lui rendit son geste de victoire et monta (écrasa) le Lackmécygne. Athéna entendit un couinement désespéré s'échapper de l'oiseau marin avant que le pauvre Pokémon ne disparaisse entièrement sous la masse imposante d'Elèraine.



Il faisait nuit, et leur vol fut plus prudent, et donc plus lent. Mais Athéna se fichait que cela prenne du temps : elle était contre le dos de Lyndia, la tête posée entre ses omoplates. Elle sentait le torse de la Championne se gonfler d'air et les muscles de son dos se contracter en suivant les mouvements de l'énorme Dragon qui les portait. La seule chose qui l'empêchait de s'endormir, c'était l'air froid de la nuit qui se faufilait sous sa veste et la faisait grelotter.

Puis Nyx ralentit, et amorça sa descente. Il se posa assez lourdement dans le sable encore tiède et se coucha pour permettre aux deux femmes de descendre. Un peu plus loin, le Lackmécygne d'Elèraine agonisait, les pattes en l'air, le souffle court, tandis que son propriétaire s'étirait en poussant des
"Aaaah..." de satisfaction.

De nuit, la plage ne ressemblait que peu au paysage baigné de Soleil des journées d'été de Maïlys. La cabane d'Elèraine n'était éclairée que par la lueur des lampadaires d'un sentier piéton qui passait derrière l'humble demeure, et par les très faibles rayons d'une Lune à peine levée. Athéna claudiqua dans le sable en grommelant contre son manque d'équilibre et serra le col de sa veste contre sa gorge. Une fois ses deux jambes convenablement plantées dans le sol, elle leva les yeux et observa la cabane plongée dans l'obscurité.

Elle ne put retenir un tremblement. Elle pria pour que cela ressemble à un frisson de froid, mais en réalité c'était un frisson de peur. Face à elle, l'endroit où elle avait failli trouver un sort pire que la mort. Elle pouvait même voir les réparations hâtives d'Elèraine pour combler le trou dans la palissade en bois, derrière le restaurant. Les ombres inquiétantes sur les murs, le bruit du vent dans les arbres lointains, la haute silhouette de la cabane... tout lui faisait peur, tout semblait pouvoir lui sauter dessus et l'attaquer d'un instant à l'autre. La forme squelettique de Solem la menaçait dans chaque planche tordue, chaque enchevêtrement de cannes à pêches oubliées sur le perron, chaque volet claquant au vent comme son horrible rire de folle...

Athéna inspira discrètement et prétexta de vouloir fermer les boutons de sa veste pour baisser la tête sur son torse et cesser de regarder cet endroit chargé de beaucoup trop de souvenirs sombres et douloureux.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire


Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 27

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Lun 30 Sep 2013 - 21:46

Lyndia souriait.

En sortant de l'immeuble en entendant Athéna la remercier. En arrivant dans la cour pour la voir, émerveillée, assister à l'évolution de son Caninos en Arcanin. En l'aidant à monter sur Nyx pour la sentir, collée à elle, le visage plaqué contre son dos, durant tout le voyage. En sentant son étreinte se resserrer secondes après secondes sur ses côtes pendant que le Trioxhydre survolait lentement Megapagopolis à la suite d'un Lakmécygne éreinté. Du début à la fin, Lyndia souriait. Elle ne se serait jamais cru l'âme romantique. Elle qui avait passé sa vie à étudier, à vouloir réparer ses erreurs, à suivre Elèraine dans sa quête de puissance pour avoir un jour les armes pour se défendre, à échouer sa vie sociale au détriment de sa vie professionnelle. Non, clairement, la Reine Noire ne se serait jamais envisagé vivre le luxe d'une si belle histoire.

Bon, si Athéna se mettait à chanter "ce rêve bleu" elle la foutait par dessus bord. Fallait pas déconner non plus. Mais c'était chouette sans ça.

Puis le petit groupe arriva à la cabane du pêcheur et atterrit calmement. Pour la Championne, dont la dernière visite avait été quelque peu... expéditive, les changements apportés à l'endroit ne paraissaient que plus récents. Mais cette pensée sombre fut chassée aussitôt par le bonheur de l'instant présent. Un bonheur qu'elle n'aurait troqué contre rien au monde... Jusqu'au moment où elle vit la mine d'Athéna s'assombrir en l'espace de quelques secondes. Derechef la rousse se maudit pendant un instant. Évidemment que ce serait dur pour Athéna. Elle avait failli mourir ici. Des mains de Solem. Et vu ce que Solem était devenu à la fin de sa vie, ça devait être assez moche.

Lyndia ne s'avança pas de suite. Descendue de son Trioxhydre, elle rappela ce dernier dans sa pokéball avant de réfléchir à quoi dire à son amante. La jeune blonde allait bientôt être aussi rodée qu'elle. Elle avait survécu à Lugia, à Mewtwo, à la Zodiac, à Solem et au monde des Cauchemars. Elle avait survécu à l'annihilation quasi totale d'Esperantown et au delirium sacrificielle du Soleil Noir. Athéna devait être fatiguée. Mais comme Elèraine le lui avait dit, et avec raison, c'était ces traumatismes qui la forgeaient et qui la rendaient forte. Lyndia admirait cette force. Cette force de trouver le courage de continuer, le courage de ne pas verser de larmes en public, le courage de ne pas baisser les bras et tout abandonner. Mais malgré tout, Lyndia comprenait que la jeune dresseuse atteigne ses limites. Ces épreuves auraient dû lui arriver progressivement, une à une. Là, en l'espace de quelques mois, tout s'était enchaîné. Ça devait être dur. Très dur.

Que fallait-il faire dans ces moments là? Il était impossible pour la Championne de le savoir. De ce qu'elle avait constaté de son rapport aux autres, et de son rapport à Athéna, la franchise et la dédramatisation d'Elèraine avaient souvent fait des miracles. Peut-être était-il temps pour elle de s'y essayer? C'était un pari risqué. Mais si elle voulait avancer dans sa relation avec Athéna, il était temps qu'elle apprenne comment lui parler. Être asociale et coupée du monde ne la dérangeait pas. Être coupée de celle qu'elle aimait, ça, c'était beaucoup plus gênant. Alors la Reine Noire s'avança, calmement, s'approcha d'Athéna dans son dos et posa un baiser sur sa tempe en lui caressant l'épaule. Après un soupir elle se lança:


"Eh bien... Je suppose qu'après Solem, même Mewtwo ne doit plus te faire si peur que ça, n'est-ce pas?"

Hélas Lyndia n'eut pas le temps de mesurer la portée de sa question. Alors qu'elle tournait la tête pour regarder l'effet qu'aurait eu sa phrase sur la jeune dresseuse, Elèraine l'interpela et lui demanda de venir l'aider en intérieur. Un "J'arrive!" plus tard, la rousse passa une main tendre dans les cheveux de la blonde et déposa un second baiser sur son crâne. Si Athéna avait besoin de quoi que ce soit, elle serait là pour elle. Et il fallait que cette dernière le sache.

Rejoignant le pêcheur dans sa cabane, elle espérait en silence pouvoir trouver comment offrir, d'une façon ou d'une autre, à son amante, une soirée de détente et de tendresse dont elle se souviendrait. Une soirée qui lui redonnerait le goût de vivre, le goût de se battre, le goût d'aller de l'avant. Et, sur le moyen terme, un séjour qui leurs permettraient, à toutes deux, d'enfin se retrouver.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna



Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   Lun 30 Sep 2013 - 22:51


Le premier baiser de Lyndia lui fit fermer les yeux et pousser un long soupir. C'était difficile de ne pas pleurer, encore. C'était difficile de prétendre qu'elle n'avait pas mal, qu'elle n'avait pas peur, alors qu'elle était terrifiée et souffrante. Mais les lèvres de la Championne sur sa tempe lui rappelèrent ce que le destin lui avait offert de meilleur : Lyndia. Elle s'accrocha à cette sensation de sécurité comme à une bouée de sauvetage.

Après quelques secondes d'une respiration profonde et contrôlée, Athéna reprit courage et leva la tête, prête à affronter son angoisse.

La petite phrase semi-comique (qui se voulait dédramatisante) de son amante la fit sourire. Elle n'avait pas tort. Solem était manipulatrice et sadique, deux adjectifs qu'elle n'aurait pas accolé au clone de Mew.

Elèraine héla la Championne qui s'éloigna après avoir embrassé de nouveau le front d'Athéna. La jeune blonde la regarda partir avec un sourire encore un peu tremblant, mais vaillant.

Athéna entreprit de rejoindre la cabane à son rythme. C'est à dire à la vitesse d'un Volcaropod sous la pluie. Pendant le trajet, elle pensa à ce qu'avait dit Lyndia :

A choisir, elle aurait préféré affronter encore une fois Mewtwo. Le Pokémon Génétique avait bien des problèmes, et beaucoup de colère en lui, mais elle ne le haïssait pas. Elle ne pouvait même pas le détester. Alors qu'elle maudissait de toute son âme Solem, dont elle estimait que le bannissement dans le Monde des Cauchemars n'était qu'une punition normale, presque douce pour la Gorgone qui avait voulu l'assassiner.

C'est avec amusement qu'Athéna imagina Mewtwo et Solem se rencontrant par hasard sur Maïlys. Solem aurait surement provoqué l'ire du plus puissant des Pokémon, et se serait faite ratatiner en moins d'une minute. Athéna trouvait cette image mentale des plus plaisantes : Mewtwo versus Solem. Ahaha! quel spectacle réjouissant!

Ah, si elle avait pu entrainer sa pire ennemie dans les pattes du Clone de Mew...

Oui... Si elle avait pu forcer Mewtwo à se battre contre Solem...

Si cela avait été possible, d'une façon ou d'une autre...

Athéna cessa de marcher, paralysée par une pensée qui refusait de sortir de sa tête. Elle plaqua une main contre son front. Quelque chose grandissait en elle, une impression de déjà-vu, des paroles déjà entendues mais oubliées, une silhouette humanoïde qui la toisait, sa longue queue fouettant l'air... Elle avait déjà eu cette conversation. Mewtwo lui avait dit quelque chose d'important, entre deux crises de colère à son égard... Quand? Où? Pourquoi ne parvenait-elle pas à s'en souvenir? Et pourquoi l'avait-elle oublié??

La jeune blonde se massa les tempes. Les derniers événements d'Esperantown étaient brumeux dans sa mémoire. Son corps n'avait pas supporté la pression et la peur, et elle s'était évanouie peu de temps avant que les secours ne viennent la chercher. Elle n'avait pas pu décrire avec précision ce qui lui était arrivé à Lyndia, même si sa rencontre avec Mewtwo et Lugia était inoubliable. Depuis, elle n'était pas retourné dans la ville détruite, contrairement à cette cabane dans laquelle elle ne tarderait pas à entrer, et elle n'avait plus jamais parlé à quiconque de Mewtwo, de peur que le Clone s'en prenne de nouveau à elle pour avoir osé révéler sa présence sur l'île.

Mais ce soir, il fallait qu'elle cherche en elle-même cette information capitale qu'elle semblait avoir occulté avec tout le reste de son traumatisme. Les mains autour de la tête pour lutter contre le début d'une terrible migraine, Athéna se concentra.

Et elle se souvint.

L'ombre de Mewtwo dans le contre-jour du soleil couchant, sur la falaise d'Esperantown, et sa voix vibrante d'orgueil et d'honneur, qui se refusait encore à l'appeler par son prénom :


"Humaine... Tu m'es venue en aide, et j'effacerais cette dette. Si d'aventure ta faiblesse venait à t'écraser une fois encore, prononce mon nom. Où que tu sois sur cette île, j'entendrais ton appel... mais n'y répondrait qu'une fois pour te prêter ma force."

Comment avait-elle pu oublier?...

Elle aurait pu vaincre Solem si  
facilement...

Athéna ferma les yeux et laissa ses bras retomber le long de ses flancs.
Au loin, les vagues allaient et venaient sur la plage, éternelles et identiques depuis des millénaires. Rien n'avait changé autour d'elle. Pourtant, ce seul souvenir venait de lui faire comprendre qu'elle aurait pu tout faire basculer. Elle aurait pu anéantir Solem et éviter l'ouverture du Portail. Elle aurait pu se débrouiller par ses propres moyens, en utilisant une force qu'elle avait, en quelque sorte, gagné et mérité.

Au lieu de cela, sa cervelle de moineau avait effacé ce précieux pan de sa vie, forçant Lyndia à la sauver d'une morte certaine, mais pas avant que Solem n'ait eu le temps de l'humilier.

Athéna renifla tristement en grelotant. Elle se sentait idiote et inutile. Elle avait obtenu une seule "récompense" pour ses bonnes actions de la part de l'univers, et elle n'était pas fichue de s'en servir!

Elle rouvrit les yeux et fixa le sable à ses pieds. Son monde intérieur s'écroulait de nouveau, mais la Terre ne cessait pas de tourner, elle. Cet ultime coup dur contre son moral annihilait tout les bienfaits du discours d'Elèraine ou de la présence de Lyndia. Malgré elle, Athéna n'y croyait plus. Elle ne croyait pas en sa quête, elle ne croyait pas en elle-même.

Soudain, un mouvement attira son regard près de la cabane. Lyndia l'attendait sur le seuil, surement étonnée de voir la jeune blonde plantée au milieu de la plage, exposée au vent froid et aux embruns. Elle lui faisait signe de la rejoindre. Sans doute avait-elle décidé de laisser Athéna se débrouiller un peu toute seule pour ne pas la froisser.

La Dresseuse pinça les lèvres. Lyndia ne se doutait pas que son amante ne pouvait pas tomber plus bas à cet instant précis. Derrière la Championne apparut la silhouette XXL d'Elèraine qui agita les bras comme un gamin pour signaler sa présence, pourtant difficile à manquer. Athéna sourit. Les deux amis d'enfance l'attendaient avec patience et bienveillance, imperméables au froid, au vent, à l'eau, à la fatigue ou à la faim. Cela prendrait le temps qu'il faudrait, mais ils savaient qu'elle viendrait vers eux, qu'elle surmonterait sa peur, et alors ils l’accueilleraient à bras ouverts.

Athéna leur sourit.
Oui, elle avait eu, sans le savoir, une belle opportunité pour se débarrasser de Solem. Oui, elle avait échoué. Elle devait l'admettre, encore une fois, et faire son deuil, encore une fois. Mais elle avait des êtres chers sur qui compter, désormais. Elle n'avait pas à traverser son désert intérieur seule.

Athéna reprit sa marche avec plus de vigueur, même si la sensation d'avoir fait une belle bourde ne l'avait pas quitté. Elle s'en voudrait encore un long moment, mais en regardant Lyndia qui la fixait de son œil vert forêt, la jeune Dresseuse savait qu'elle s'en sortirait.

C'est alors qu'elle eut un autre déclic, un beaucoup plus sympathique que le précédent. En dévorant Lyndia des yeux, elle sut comment elle appellerait son dernier Pokémon, qui n'était autre qu'un cadeau de la part de son amante, un don inattendu et précieux :

Antéros, "l'amour réciproque".

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brume [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brume [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» James Lee Burke : "Dans la brume électrique"
» Offre terminée.
» [King, Stephen] Brume la faucheuse
» Un peu de brume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Megapagopolis-
Sauter vers: