Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Mar 19 Mar 2013 - 8:27

Darmani le Nodulithe chromatique. Majora le Fantominus. Zelda la Tarsal. Trois pokémons. Trois pokémons sur cinq. Et bientôt quatre. Les billets d'avions pour le Château Enfoui avaient été pris. Le Pyronille serait le dernier à rejoindre ses objectifs, le point d'orgue de sa chasse, la pièce maîtresse de sa collection. Ainsi, il ne manquait plus qu'un dernier pokémon pour pouvoir passer à la seconde phase de son plan. Kokiyas. Un. P**ain. De. Kokiyas.

Solem était lasse. Elle avait volé Darmani avec facilité. Elle s'était battu bec et ongle pour voler Majora. Elle avait échangé Zelda, et elle s'apprêtait à explorer pour trouver l'insecte enflammé. Dans cette optique elle s'était dit que le meilleur moyen de varier les plaisirs était d'attraper les Kokiyas à la source : à la pêche, même si elle détestait ça. Et elle avait raison de détester ça. Elle avait passé la journée à se couvrir de ridicule et à fuir des Leviators enragés qui cherchaient à les bouffer elle et sa Momartik. Mais ceci étant fait, et la première fournée de Kokiyas lui ayant échappée, Solem ne voulait plus recommencer l'expérience. Elle se lassait vite. Très vite. Il lui fallait quelque chose d'autre.

Vol? Déjà fait. Monaie d'échange? Déjà fait. Pêche? Déjà tenté. Capture naturelle? Ca allait venir. Alors quoi? Comment pourrait-elle s'amuser pour ce dernier foutu pokémon à la ***?

C'est perdu dans ses pensées, l’œil terne et le visage crispé, qu'elle déambulait ainsi dans les rues de Megapagopolis, Fay dans sa pokéball, Morpha et les autres cachés dans son repère. Un bon moment s'était passé depuis la traque de Gabrielle, et l'obscurité de cette période, ainsi que la rapidité des situations, avait permis que la psychiste, malgré ses talents, ne soit pas capable d'offrir à la police un portrait robot digne de ce nom. Bon, elle leur avait offert une armada de Zodiacs à la place, c'était déjà ça.

Une épaule percuta la sienne. Elle sortit de ses pensées pour constater que le choc avait été provoqué par un rouquin.

Elle.

Détestait.

Les.

Rouquins.

Ils lui rappelaient tous cette garce de Lyndia, cette borgne traîtresse, cette chienne de la ligue qui les avait abandonnés. Heureusement que l'inconnu en question était un homme, sinon Solem lui aurait bien mis sa main dans la gueule.

...


"REGARDE OU TU MARCHES TRIPLE MERDE!"

Hurla-t-elle en se retournant et en brandissant un poing gros comme un boulet de canon qui avait pour ambition de venir percuter de plein fouet la mâchoire de l'imbécile. Ahahah. D’abord elle humiliait un membre du Conseil, et maintenant elle passait ses nerds sur un rouqmoute. Elle avait pas la rancune tenace à part ça (sic).

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Mar 19 Mar 2013 - 18:36


Je m'étais posé sur un banc, perdu dans mes pensées. Depuis ma rencontre avec Athena, il ne s'était rien passé de bien folichon dans ma vie. J'avais donc décidé de bouger de Lieucca pour visiter la cité de Megapagopolis. La ville aux mille fossiles... Tu parles. Les seuls fossiles que j'avais vus ici c'étaient encore les habitants, des vieux bourgeois coincés du parapluie.


BREF. J'étais donc tranquille sur mon banc, sans rien demander à personne. Mes pensées divaguaient, tantôt vers Athena qui était repartie s'attaquer a la prochaine arène, tantôt a Lyndia dont on n'entendait plus parler... Mon cerveau s'arrêta un instant de trop sur Arcania. Cette fille qui m'avait tapé dans l'oeil, et qui avai disparu sans donner de nouvelles. Oui j'étais déçu. Et triste. Et seul. Et pour une fois, j'aurais aimé avoir quelqu'un d'humain a mes cotés.

Enfin bref. J'allais pas rester la à déprimer, je me levai donc et marchai un peu pour me dégourdir les jambes, sans cesser de ruminer mes idées noires.


Perdu dans mes pensées, je percutai de l'épaule un énième passant. Sauf que celui-ci était une passante, visiblement extrêmement énervée.


"REGARDE OU TU MARCHES TRIPLE MERDE !"

L'action se déroula au ralenti. Je me retournai sous l'interjective, et vis la folle m'envoyer son poing dans la tronche. D'un mouvement étrangement serein, je décalai la tête de quelques centimètres vers la droite, et son coup me frôla l'oreille.

C'était trop la classe.

Ce qui était moins classe, c'est que je perdis aussitôt l'équilibre, et me raccrochai à la seule chose qui était sous ma main, c'est à dire... Bah le bras de c'te fille. Qui finissait encore la rotation de son corps pour porter un coup puissant.

Pour vous la faire courte, j'ai trébuché, chopé son bras, et on s'est vautrés tous les deux.

Je basculai d'abord en arrière et tombai sur les fesses, mais la nana me tomba dessus. Genre dessus quoi. Ma tête entre ses, heu, épaules. Voilà. Entre ses épaules.

Je devins évidemment rouge pivoine, autant pour la gêne de la situation que pour un genou assez mal placé.


Bref. C'était la galère.

~~~~~~



Dernière édition par Khaïl le Mer 20 Mar 2013 - 7:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Mar 19 Mar 2013 - 19:58

....

Ok donc c'était une triple merde doublée d'un crétin fini qui n'était même pas foutu de jouer au ninja correctement avant de s'effondrer. Le pire étant qu'il venait d'emmener Solem dans sa chute mortelle et de la mettre dans une position très.... inconfortable. Cette dernière avait donc fini au dessus de lui, les bras autour du crâne, et chacun voyant son genou plaqué sur l'entrejambe de l'autre. Dans n'importe quelle situation, ca aurait pu presque être excitant.

...

Enfin, ca l'aurait presque été si Solem avait pas passé les deux dernières semaines à se faire totalement discrète du monde nocturne et à, par conséquent, pas être foutu de tirer son coup. Conclusion, elle était franchement frustrée du string. Et ce simple contact physique, en fait, l'exaspérait et la rendait folle autant qu'il l'excitait au point de vouloir sauter sur l'insolent rouquin qu'elle avait sous la dent. En plus, il sentait la noix de muscade. Solem adorait ca. Elle avait vraiment envie d'y croquer un bout. Sans bouger, elle plaqua sa main sur le menton de l'inconnu avec force, lui lança un sourire insolent et ajouta, d'un ton moqueur et sans se soucier des passants qui commençaient à ralentir autour d'eux:


"T'as de la chance d'être cute, abruti. Sinon ces joyaux que j'ai sous la jambe auraient fini en miette."

Et sans attendre de réaction de la part du jeune homme elle lui.... lécha le visage.

Mais genre, la grosse attaque léchouille qui vous laisse un filet de bave bien immonde sur la tronche, du menton jusqu'au front en passant par les lèvres et le creux de l'oeil. Hmm. Il n'avait pas que l'odeur d'agréable, il goutait bon également. Pour achever son geste provocateur que déjà certains huaient en criant à l'atteinte à la pudeur, elle mordilla le bout du nez du garçon avant de se relever, non sans avoir du mal à se tenir droite tant son entrejambe semblait la gêner.


"Dégage de ma route maintenant, tu seras gentil."

Quelque part, elle se dit au fond d'elle-même que s'il ne voulait pas dégager, ca pourrait être très rigolo de le teaser et de l'humilier encore un peu.

Voire de le garder dans le pieux un coup d'un soir. Ou de l'aprem. Ou de la minute, à voir.

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Mar 19 Mar 2013 - 21:25


Attends, attends. QUOI ?!

Je crois avoir déjà dit que cette nana était folle, mais à ce point ? De là à me... faire ce genre de choses en public ? C'était juste incroyable. Les gens autour nous regardaient l'air choqué, des pauvres petits bourgeois qui cachaient les yeux à leur Ponchiot en laisse et en moumoute de Wattwouat.

Ridicule, un peu.

Bref. Elle ne me laissa le temps d'aucune réaction. Sa langue parcourut mon visage...
Spoiler:
 
... Et me laissa SHOCKED.

Ahuri, sonné, bref, comme vous voulez. Le cerveau dans ma tête laissa un peu la main à l'autre cerveau d'homme que j'avais. Cette nana était complètement barrée. Et aussi complètement nymphomane... Du moins, c'était la sensation que j'en avais.

C'était pas tous les jours qu'une nana nous tombe dessus après un coup de poing raté, et nous fait une scène aussi hot - bien que brutale - en public.


La folle se leva. J'avais aucune idée de son nom, donc j'étais obligé de l'appeler "la folle" ou "la cinglée" dans ma tête. La foule reprit sa petite marche tranquille vers sa destination aléatoire et multiple. La nana s'éloigna d'une démarche... hésitante.

Un quart de seconde plus tard, j'étais sur mes jambes, mes sens soudain réactivés. Cette odeur de cuir et de sueur me faisait tourner la tête. Ma langue passa furtivement sur mes lèvres, là où celle de la folle était passée à peine quelques secondes auparavant.

Mon corps n'avait plus de raison, dorénavant. L'instinct guidait.

Cinq pas. Ma main sur son bras osseux et musclé. Mes yeux ne croisent pas les siens, fixés sur ma destination. La ruelle.

Elle tente de se dégager ? Peut-être que je lui fais mal. Ma main ne se desserre pas d'un pouce, malgré l'ordre mental que mon pauvre cerveau en veille tente de donner. Une seconde, et plus personne ne nous voit. Je la plaque fermement contre le mur, et la regarde dans les yeux.

Brique de béton, poussière de chantier, renfermé. Cuir. Sueur. ...Menthe?
Chaleur qui descend le long de mon corps, mâchoires serrées.
Lueur sauvage dans mon regard.

T'es qui? Tu veux quoi? T'es complètement malade ! On ne fait pas ce genre de choses en public ! C'est quoi ce délire ? Pourquoi tu fais ça ?

Une phrase. Murmurée à son oreille, tandis que mon corps et mes mains la maintiennent contre ce mur sans pouvoir se dégager.


"... C'est quoi ton problème ?"

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Mer 20 Mar 2013 - 8:09

Il était dur de savoir ce qui pouvait émoustiller Solem. Sa libido, au même titre que le reste de ses humeurs, était la cible principale de ses changements d'états divers et variés. Un jour elle aimait être dominante, le lendemain elle aimait les nains, puis les blonds, puis les femmes, puis les éclopés, bref, ses gouts et ses envies du moment changeaient comme un courant d'air à chaque fois.

Mais là, elle avait envie de cette espèce de sale petit con qui avait osé la trainer dans une ruelle crade en publique, et qui en plus l'empêcher d'agir en la maintenant au mur. Ce fut à son tour de perdre l'usage de ses neurones et de ne laisser parler que la passion du moment. La main ferme qui s'enferma sur son poignet fut à elle seule une bouffée d'excitation, le geste qui la plaqua au mur en fut une deuxième.

Elle savait toujours pas comment trouver de Kokiyas. Mais là pour le moment, elle s'en contre-foutait.

La ruelle était sombre, mais restait accessible au public. La ruelle était poussiéreuse et inconfortable, mais possédait son lot de poubelles et d'autres objets qui pouvaient servir de support. L'impulsion irréfléchie du moment, un lieu sordide, la peur de se faire voir.

Ouais, elle allait se le faire ici et maintenant.

Sa jambe s'allongea autour du bassin du roux et la ramena à lui comme si ç’avait été la patte d'une araignée. Elle plongea son regard dans le sien et eut une moue méprisante avant de répondre à sa question:


"Et toi, c'est quoi ton problème?..."

Drôle de l'affaire, elle avait pensé la réplique en anglais. "What's your problem? -What's yours?" aurait été plus percutant à son goût. Enfin bref. Il ne fallut pas attendre d'avantage pour que sa langue fasse de nouveau des folies... mais cette fois dans le fond de la gorge de son homologue masculin. Un baiser sauvage et passionné, dénué de sentiments, dénué d’intérêt, dénué de responsabilités. Juste la pulsion de l'instant, l'envie insatiable et physique qui se déversait en elle.

Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire...

Et le jour commençait déjà à décliner lorsque chacun se rhabilla après cette expérience..... surréaliste.

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Jeu 21 Mar 2013 - 15:25

HRP:
 

"Ca n'ira pas mieux après."

Cette pensée avait été la seule cohérente à traverser mon cerveau durant nos ébats. Pourquoi avoir fait tout ça ? Tirer son coup avec une inconnue - complètement barge qui plus est - n'était jamais la meilleure solution aux problèmes.

Et elle...

Ses cheveux détachés, en bataille, retombaient sur ses hanches fines, encore dénudées. Son visage dur, et pourtant d'une beauté sauvage, reflétait l'orangé du soleil couchant au-dehors, les yeux perdus quelque part au-delà de l'horizon.


Je ne connaissais même pas son nom.


Un sentiment de vide m'envahit. Je me sentais simplement... perdu. Pas las, ni même coupable, ou hargneux. Simplement, j'eus l'impression que je n'avais plus rien en moi. Il fallait que je fasse quelque chose. N'importe quoi. Cette fille n'avait pas l'air du genre à me donner son numéro pour qu'on aille boire un verre, de toute façon.

Pendant une fraction de seconde, je crus lire quelque chose d'autre que de la violence et du mépris.

Je vis une femme tourmentée, brisée par la vie, obsédée par un but sans fin. Qui faisait cavalier seul. Qui se cachait dans une carapace de méchanceté et de dédain pour pallier à tous ses problèmes. Un rêve inavoué. Une instabilité douloureuse.

Et d'un battement de cils, elle fit disparaître toute expression de son beau visage. Je baissai la tête. Comme si ça allait arranger les choses d'imaginer qu'elle avait besoin d'une épaule sur qui s'appuyer. Mon syndrôme du chevalier servant, qui me poussait à aider n'importe qui dans le besoin qui croisait ma route, m'avait attiré assez d'ennuis comme ça.


Je me levai, enfilai mon jean et passai ma chemise. J'avais besoin d'une putain de douche, pour laver la douleur malsaine qui m'habitait. J'avais pas une thune, pas d'amis dans le coin - Athéna étant en vadrouille je-ne-savais-où - et aucune envie de pioncer parmi les Insolourdo sous un pont.
Et j'étais avec la SEULE nana de la ville qui, après avoir vécu une expérience comme celle-là, se tirerait sans demander son reste.

D'ailleurs, question existentielle.


"Je... peux savoir ton nom?"

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Jeu 21 Mar 2013 - 16:16

"Appelle moi So'."

Le Soleil Noir ne pensait plus vraiment. So. C'était le nom qu'elle donnait quand elle ne voulait pas trop se mouiller. Et on pouvait dire que là, se mouiller, elle avait fait que ça. Mais trêve de mauvais jeux de mots. Son esprit était apaisé, rassasié. L'expérience avait été concluante, satisfaisante, et franchement plaisante. Si c'avait été son style, elle se serait dit que c'aurait été à retenter.

Les connexions neuronales de la brune lui revinrent peu à peu, au rythme où les plaques rouges de son torse s'atténuèrent et où son souffle se stabilisa. Elle se souvint de ses missions, de ses buts, de ses objectifs. Elle a bien fait de tirer un coup. Son cerveau semble plus vif, plus serein. Elle réfléchit mieux. Elle sait pourquoi elle était dans cette rue de Megapagopolis en premier lieu.

Trouver un p*tain de Kokiyas.

Elle ne voulait pas le voler, elle ne voulait pas l'échanger, elle ne voulait pas le pécher ou le capturer normalement, et elle était en panne d'idées. Son regard se posa sur l'inconnu aux cheveux rouges. Elle ne lui avait toujours pas demandé son nom, et à vrai dire elle s'en moquait. Peut-être que lui pourrait l'aider à....

...

ONOMDIDJIOU.

La voila, la pièce manquante de sa collection! Le Darmani volé facilement. Le Majora dérobé après une course poursuite infernale. La Zelda échangée. Et bientôt, le Kokiyas payé en nature.

C'était PARFAIT. Solem se redressa, toujours nue, pas gênée le moins du monde par la situation alors que son quickie venait déjà de se rhabiller. A genoux sur le lit, ses grands yeux marrons dévisageant l'inconnu. Elle le pointa du doigt avec un sourire amusé et plein de défi.


"Toi... Tu vas m'aider!"

Avec la capture en bonne et due forme du Pyronille un ou deux jours plus tard, son butin serait absolument magnifique.

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Sam 23 Mar 2013 - 19:34

"Toi... Tu vas m'aider !"

L'aider ? Mais l'aider à quoi ? Et puis de toute façon, pour quoi faire ? A tous les coups elle ne m'aiderait pas à trouver un endroit où crécher ce soir. Je pourrais toujours aller dans un Centre Pokémon, mais ici à Megapagopolis, ils étaient souvent bondés.

"Heu, pourquoi pas. Ca dépend pour quoi faire."

Et puis je me mis à réfléchir en écoutant sa proposition. C'était intéressant, parce qu'elle s'adressait exactement à la bonne personne. Trouver un Kokiyas, hein. C'était pas à la portée du premier venu, mais... J'ai toujours eu un bon feeling avec les Pokémon. Déjà, enfant, je jouais avec les Barpau dans la rivière pour les relâcher ensuite...

C'est d'ailleurs pour ça que j'ai dû quitter la maison et partir avec Silver. Mon "don" pour me lier avec les Pokémon attirait un peu trop les curieux et les personnes mal intentionnées. Surtout connaissant mon arbre généalogique, d'ailleurs...


Mais bref. Il y avait un lac non loin de la ville, où on pourrait sûrement trouver des Kokiyas là bas, pour peu qu'on ait une canne à pêche. Mais je ne doutais pas que So avait déjà essayé d'en pêcher, donc qu'elle avait une canne. Je lui demandai donc :


"J't'attrape un Kokiyas en moins de temps qu'il faudra pour dire Méga Canne. Par contre, tu vas devoir me donner un truc en échange."

Je fis une pause pour observer sa réaction, puis continuai, imperturbable.

"J'ai pas une thune et j'connais personne dans le coin. Donc si t'as un plan pour dormir au chaud ce soir, t'auras autant de Kokiyas que tu voudras."

En espérant que je me reprenne pas un poing dans la tronche. Mais cette fois, je le verrai venir.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Dim 24 Mar 2013 - 8:02

Bingo.

Enfin presque. Cet insolent lui demandait un truc en plus pour son aide. Sérieusement? Il venait de tirer le coup du siècle et il en voulait encore plus? Tss! Minable! M'enfin, le Kokiyas était à portée de main, elle pouvait bien se permettre ce genre de /sacrifices/ supplémentaires. Par contre, il était hors de question de l'emmener dans une de ses planques de Megapagopolis. Et encore plus hors de question d'utiliser Morpha pour l'emmener dans sa vraie planque. Que faire?...

Oh.

Elle savait où elle allait le faire crécher. Elle le savait très bien.

"Toppe-la. Je peux te loger chez une... amie. Pour ce soir seulement. Elle est absente en ce moment, elle aura pas besoin de son appart'. Par contre t'as intérêt à me chopper le meilleur des Kokiyas, on est d'accord?"

L'entente était passée. La brune se rhabilla. Ils sortirent. La chance voulut d'ailleurs que la résidence en question soit assez proche de la zone de chantiers dans laquelle les deux individus venaient de se laisser aller. Aussi Solem n'attendit pas pour faire le détour en question et pour traîner le rouquin (dont elle ne connaissait toujours pas le nom) dans ce qui s'avéra être un des plus beaux quartiers de Megapagopolis. Arrivé devant l'immeuble en question, elle demanda à son compagnon d'attendre au pied du bâtiment un petit moment, puis monta seule la cage d'escalier. Sous prétexte qu'elle allait vérifier si tout était ouvert, si personne n'avait eu la même idée avant, ce genre de choses.

Arrivée devant la porte de l'appartement en question, Solem sortit de sa poche une série de tiges en métal qu'elle gardait souvent sur elle quand elle se baladait en ville. Elle connaissait ses tendances kleptomanes et ne se refusait jamais le plaisir d'aller fouiller chez les gens quand ca lui branchait.

Trois tours de poignet, et la porte était ouverte. Le Soleil Noir entra dans cet endroit superbe et richement décoré, baignant dans les teintes pourpres, noires et blanches, et jaugea de l'état des lieux avec un rictus de dégoût figé sur le visage. Elle supportait pas cet endroit, pas plus qu'elle ne supportait la personne qui y vivait d'habitude. Mais ca ferait l'affaire. Elle fouilla cinq minutes pour enfin trouver un double des clés qui avait été laissé dans un tiroir. Banco. Elle le saisit, sortit, referma la porte, et rejoignit Khaïl à qui elle tendit le trousseau.


"Cinquième étage, appartement 2. J'suppose que tu peux rester 2-3 jours, mais évite de foutre le bordel. Remet ces clés dans le tiroir de l'entrée en partant. T'occupes pas de fermer l'appart', je repasserai dans la semaine."

Ou pas. En fait il pouvait rester deux mois, inonder le parquet de chips et de Soda cool, pêter les mirroirs et voler les meubles, elle s'en foutait. De toutes façons elle laisserait le lieu ouvert et accessible à tous. Avec un peu de chance cette garce finirait cambriolée. Ca lui apprendrait.

"Bon. On y va?"

Lança-t-elle, impatiente. Maintenant qu'elle avait rempli sa part du deal, elle espérait bien que l'illustre inconnu en fasse autant et soit aussi efficace. Nan parce que bon, elle venait pas de lui filer les clés de n'importe quel appartement.

C'était un peu la résidence principale de Lyndia Ducos quoi.

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Dim 24 Mar 2013 - 10:46

Alors ça, si je m'y attendais... D'abord elle m'avait simplement dit qu'elle me logerait "chez une amie" qui lui passait son appart (en gros).

Et puis on s'était dirigés vers la Colline, le quartier huppé et ultra-cher de la ville. J'avais eu peur que l'amie en question ait juste une chambre de bonne sous les toits où je tiendrais pas debout. Lorsqu'elle me tendit les clés, étage 5, appartement 2, blablabla, je compris que je pourrais pas voir l'appart' avant d'avoir eu le Kokiyas. Et ça, c'était fastoche.


"Bon. On y va?"

Impatiente, en plus. On se mit en route pour le lac, qui était à deux bons kilomètres. Plus de bus à cette heure-ci, pas de Pokémon assez gros pour nous porter tous les deux. Une demi-heure et à peine trois mots plus tard, on était devant le lac.

Enfin. C'était une étendue d'eau qui n'avait de lac que le nom, qui ressemblait plutôt à une grosse flaque de quelques mètres de circonférence. Mais l'avantage, c'est qu'elle était plus profonde que large. Et les Kokiyas, ça aime les recoins sombres et profonds.

Je me penchai au-dessus de l'eau pour en sonder les profondeurs. La lune s'y reflétait déjà, étendant nos ombres sur l'eau trouble.


Elle me tendit la canne. Sans blague qu'elle n'avait jamais réussi à en avoir, des Kokiyas, impatiente comme elle était.


"Ca risque de prendre un peu de temps. Si t'as envie d'aller faire un tour..."

Je finis d'attacher l'appât - un morceau de Gelée Bleue - au bout de la ligne. Pas besoin d'hameçon, le Pokémon se fermerait sur la ligne et ne lâcherai pas prise avant qu'on l'attaque.

Et puis vint l'attente. Quand j'étais gosse, je passais des journées à pêcher, alors rester immobile à contempler le bouchon flotter, j'avais l'habitude. Je rigolai mentalement en imaginant So trépigner et râler en essayant de démêler sa ligne, se planter les hameçons dans les doigts, se mettre des vers et de la Gelée partout en les accrochant...

Le flotteur coula d'un coup. Lentement, je remontai ma prise, sans forcer. Magicarpe. J'appuyai avec mon index et mon pouce de chaque côté de sa bouche, il lâcha prise, et se retrouva à l'eau.

Je rattachai un appât, et attendis encore. Un Magicarpe trois minutes plus tard, puis un Ecrapince qui n'avait pas touché à l'appât, un Bargantua affamé, un autre Magicarpe, un Barpau... Tous relâchés les uns après les autres, en attendant le Kokiyas tant espéré.

Je me penchai au-dessus de l'eau pour essayer d'en sonder les profondeurs. Impossible, vu la couche d'eau trouble en surface. Je murmurai, comme pour moi-même :


"Vous êtes bien sympa les gars, mais c'est un Kokiyas que je cherche..."

Je secouai la tête, et remis la ligne à l'eau.

Ma prière fut exaucée en moins de temps que prévu. La prise suivante était un Kokiyas d'une belle taille, mais dont la coquille était fissurée par endroits. Hm, mauvaise idée de le garder, celui-là.

Je le relâchai, en oubliant So derrière moi.

Une seconde après, un second Kokiyas mordit, bien plus en forme celui-là. Je le lui tendis.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Dim 24 Mar 2013 - 16:46

Effectivement la patience n'était pas la vertu première de Solem. Et alors qu'elle avait tenu sa part du contrat en offrant au coup d'un soir les clés d'un appart de luxe, le Soleil Noir passa une bonne partie de la nuit à croire que ce dernier se foutait grandement de sa gueule. Elle se fit une raison en se rappelant que si, jusque là, elle n'avait capturé aucun Kokiyas, ca n'était pas pour rien. Cependant il était hors de question de quitter le jeune homme des yeux. Passer une ou deux nuits blanches à le stalker, elle en était capable. Elle avait BESOIN de ce Kokiyas. Et elle ne le lâcherait pas d'une semelle avant de l'avoir. Aussi, lorsqu'il lui proposa d'aller faire un tour sous prétexte que ce serait un peu "long", elle ne put s'empêcher de lui rire au nez d'un rire jaune et méprisant. Non. Elle s'occuperait, mais elle n'irait pas "faire un tour". Et puis quoi encore?

Afin d'éviter de devenir folle, Solem avait sorti Fay de sa pokéball et lui avait donné des directives afin de retourner à la planque et de continuer l'entraînement des trois autres pokémons. Elle insista sur l'importance de pousser Zelda dans ses retranchements, quitte à la pousser à l'évanouissement; sur la nécessité de tabasser Darmani à la seconde où il la regarderait de travers, et de torturer de Majora s'il se bougeait pas le cul. La Momartik ricana de son rire cristallin avant de s'envoler dans les cieux. Bien sur, la brune s'était assurée de tenir ce discours à bonne distance de l'inconnu afin d'éviter de lui faire changer d'avis en réalisant quel type de traitement elle réservait à ses pokémons. Pfeuh. On a rien sans rien.

Un Magikarp. Un autre. Puis un Barpau. Après une attente qui lui parut interminable, enfin un Kokiyas. Solem se leva, folle de joie, mais avant d'avoir eu le temps de réagir l'individu le remettait à l'eau. Bordel de merde, SERIEUSEMENT? Ok, ok, ok, du calme... Elle lui avait expressément demandé que ce soit un bon pokémon. Faire passer une petite phase de sélection était la moindre des choses. Mais bordel elle en pouvait plus. Comment il faisait franchement? A rester assis, là, à ne rien faire à scruter la flotte et un p*tain de bouchon qui flottait à la surface en tremblant toutes les demi-heure. ARGH.

Mais alors que le Soleil Noir était à bout de patience et qu'elle se fut relever pour aller voir si l'inconnu n'était pas en train de franchement se foutre de sa gueule, celui ci lui tendit enfin un pokémon. Un Kokiyas.

Minute de silence.

Puis Solem bondit de joie.


"P*TAIN YEEEEESSSS! Tu gère, mec, sérieux, j'regrette pas d't'avoir sauté dessus tiens! On remet ça si tu veux, rien à foutre. Raaah, t'imagines pas à quel point j'avais BESOIN de ce pokémon. Tu réalises pas. Laisse tomber, longue histoire."

Elle observa le pokémon sous toutes les coutures puis, fouillant dans la petite sacoche qu'elle portait toujours avec elle, en sortit une filet ball dans lequel elle fit rentrer le pokémon aquatique. Avant de la ranger, elle murmura quelques mots au bouton de la sphère bicolore.

"Armos..."

Ce serait le nom de ce Kokiyas. Oui, c'était un petit mâle.

"Bon, c'est pas tout ça mais l'heure tourne, allez tchao!" Lança-t-elle avant de faire volte face en espérant que l'illustre inconnu n'ait pas envie de la retenir pour d'autres formalités ou autres niaiseries. Bon, d'un côté elle avait son pokémon, donc elle pouvait se barrer l'esprit tranquille, mais en même temps s'il avait envie de tirer un coup à nouveau vu qu'il avait rechargé les batteries, elle aurait du mal à dire non... Puis c'pas comme si elle lui avait elle-même proposé sur le coup de l'euphorie quoi...

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Lun 25 Mar 2013 - 12:35


La joie de So me laissa de marbre. Tout autant que sa proposition indécente, et son envie de partir rapidement. Tout ça, c'était... Vide. Insensé. Je ne comprenais pas les motivations de cette fille. Pourquoi un Kokiyas, à tout prix ? Pourquoi tout laisser derrière elle dès qu'elle en avait eu un ?

Elle m'avait même laissé sa Canne, qui devait valoir au moins 5000 Pokédollars. Avant qu'elle ne parte, je voulais lui demander au moins ça.


"Pourquoi un Kokiyas ?"

Réponds-moi. Réponds-moi. Je te connais pas, tu connais même pas mon nom. Juste UNE réponse.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Lun 25 Mar 2013 - 12:51

Solem s'arrêta net.

Le ton du roux semblait aussi vide que ses propres motivations. Il n'insistait pas sur la proposition indécente, il ne cherchait pas à la juger et il ne s'en désintéressait pas simplement. C'est con, la vie. Solem avait toujours eu à faire à diverses formes de réactions vis à vis de ses objectifs. Mais c'était probablement la première fois que quelqu'un eut la logique de lui demander "pourquoi?". Cette question, si évidente, si basique, si simple, fit naître un moment de doute dans l'esprit de la brune. Oh, bien sûr qu'elle savait pourquoi, elle n'était pas sotte au point de faire les choses sans motivations.

Non, ses objectifs étaient très clairs. Les 5 pokémons avaient été très soigneusement choisis. L'origine de sa chasse était gravé dans sa mémoire comme dans la roche, tout comme ce qui l'avait empêché d'agir pendant des années. Mais bien que toutes ces choses soient, avec le temps, devenus les moteurs, les modes de vie, les façons de pensée, les RAISONS D'ETRE du Soleil Noir, malgré tout cela elle ne savait pas répondre à la simple question "Pourquoi?"

Elle pensa à Lyndia qui lui avait mis des batons dans les roues jusqu'à la dernière seconde. Elle pensa à Elèraine qui avait choisi son camp presque aussitôt. Puis elle pensa à Sebastian, et germa dans sa poitrine une bulle de haine, d'euphorie, d'impatience et de tristesse.

Aussi se contenta-t-elle de répondre:


"...pour un ami."

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Lun 25 Mar 2013 - 13:13

So eut un moment d'absence, presque imperceptible, avant de répondre. Une étrange expression passa sur son visage. J'eus envie d'en savoir plus, quitte à me faire jeter. Au pire, elle s'en irait en me méprisant. Au mieux, je la connaitrais un peu mieux. Je décidai de tenter le tout pour le tout.

"Raconte moi ?"

Pas de méchanceté ni de supplication. Pas de curiosité maladive ni de fourrage de nez dans ce qui ne me regardait pas. Juste une étrange envie, encore une fois, d'aider une illustre inconnue emotionnellement instable...

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Lun 25 Mar 2013 - 13:50

Le raconter?

En était-elle seulement capable?

Depuis plus de dix ans que l'incident avait eu lieu, les trois protagonistes encore conscients qui en avaient été les acteurs ne s'était référé à ces événements que par des termes détournés. "La nuit". "L'accident". "L'incident." Il n'y avait jamais eu besoin d'en parler. Jamais eu à mettre de mots sur ce qu'il s'était passé. Tout avait été images, sensations, odeurs, douleurs, craintes, fascination et incompréhension. Solem s'était posé beaucoup de questions, avait revécu souvent la scène, mais jamais n'avait-elle eu à la "raconter."


"Je..."

Pourquoi ne fuyait-elle pas en courant? Pourquoi ne bougeait-elle pas? Pourquoi ne se penchait-elle même pas sur les raisons de son attitude actuelle? Elle tremblait. Elle avait chaud. Beaucoup trop chaud. Pourquoi voulait-elle ce Kokiyas? Pour réunir l'équipe au complet. Pourquoi voulait-elle cette équipe? Pour Seba... Seba...

Sebastian...

Elle explosa. Pas de joie cette fois. Ni de larme ou de peur. Un hurlement bestial en se saisissant la tête entre les mains et en se courbant sur la pointe des pieds. Son corps parcouru de spasmes ressemblait à un pantin désarticulé dont le marionnettiste serait atteint de Parkinson. A plusieurs reprises elle parut glisser, tomber, défaillir, mais toujours en hurlant. Ce cri interminable dont on se demandait d'où pouvait provenir le souffle nécessaire à son émission.

"E...Elèr... Elèraine..."

Ses spasmes ralentirent, ses tremblement s'accentuèrent.

"L....Ly...LYnDiAaaAaaaA.."

La bave au coin de la lèvre, le regard fou et exorbité, l’œil injecté de sang et le front lacéré par ses ongles, elle se redressa peu à peu, la mâchoire fermée et crispée, incapable de se détendre et de retenir les fluides émanant de sa bouche.

Le rouquin avait taquiné la seule corde sensible que Solem ne maîtrisait pas, et ne maîtriserait jamais. Involontairement, il lui avait fait revivre une fois de trop une scène qu'elle ne s'était pas préparée à affronter encore. Un hoquet. Solem tomba à genoux et vomit tripes et boyaux sur l'herbe verte de ce sol humide. Ses doigts se plantèrent dans la terre et son crâne s'y cogna à deux reprises.

"Il n'y A.... riEn à rAcONter..."

Un silence. Le Soleil Noir se leva à nouveau et se tourna vers l'inconnu aux cheveux rouges. Dans son esprit, ca n'était plus un jeune homme avec qui elle venait de s'envoyer en l'air qui lui faisait face. C'était l'air serein et innocent de Elèraine combiné aux traits et à la carnation de Lyndia. C'était son cauchemar. Debout, les genoux pliés, le torse bombé en avant, son visage n'avait plus rien du potentiel rude et charmant qu'elle avait jusqu'alors. Elle était folle, monstrueuse, marquée, tendue, difforme...


"VouS l'aVEz peUT-EtrRE aBanNDOnné... MaIS Moi PAs..." Elle leva un doigt accusateur à sa direction. "ProFITez dE VotRE REPos... Je RAMeneRAI Le ROI Blanc... Je LE RAMENerRAIIIiiIiI..."

Sans attendre de réaction elle fit demi tour et se mit à courir. Vers où? Aucune idée. Autour d'elle pas d'herbe, pas de route, pas de lac, pas de maisons. Autour d'elle, un condensé de formes rouges et noires abstraites, dessinant à tour de rôle un visage hurlant, un foetus recroquevillé, et des bras qui cherchaient à l'attraper.

Autour d'elle, elle revivait l'Incident...


////// Quinze ans plus tôt //////


"Alors je suis le cavalier! J'ai toujours aimé jouer les cavalier!"

"Trop stable et trop sage pour être un cavalier. T'es plus une tour."

"Okay mais la tour Noire alors!"

"Imbécile, on est tous blanc, tu le sais!"

"Bon... La Tour blanche alors... Et toi So?"

"So c'est le fou. Elle fait toujours ce qu'elle veut et elle va aussi loin qu'on peut se le permettre. So c'est le fou blanc."

"Héhé! La classe! Et toi Lyn?" La jeune fille haussa les épaules.

"Bof. Le Cavalier blanc du coup?"

"Non." Tous les regards se tournèrent vers la voix pré-pubère qui n'avait rien dit jusqu'alors. "Lyndia est mon opposée. Si on était que tous les deux, on passerait notre temps à s'engueuler et à se mettre des bâtons dans les roues. Nan, Lyn, c'est la Reine Noire!"

"..."

"Et toi Sebastian? T'es quoi?"

"Moi?" Le jeune garçon aux boucles châtains eut une moue de réflexion puis afficha un sourire satisfait. "Je suis le Roi Blanc!"

////


~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-


Dernière édition par Solem le Mar 26 Mar 2013 - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Lun 25 Mar 2013 - 15:34

La réaction de la brune me laissa sans voix. Lyndia ? Elèraine ? Le Roi Blanc ? Mais qui était-ce ?

Elle avait explosé, comme sous l'effet de mille épées mentales plantées de part et d'autre de son corps fin. La simple question "Pourquoi" avait-elle déclenché une réaction en chaîne de sentiments étranges dans son esprit ?

Après sa crise de démence, elle retrouva le contrôle de son corps et s'enfuit à toutes jambes, comme poursuivie par une horde de démons. Elle s'éloigna à une vitesse inouïe. Je n'aurais jamais cru qu'on puisse courir à cette vitesse. Je devais la rattraper.

Sans réfléchir, je laissai mes affaires en plan, et la poursuivis. Chaque foulée me répétait : 

"Tu vas te faire jeter." 
"Tu es pathétique."
"Elle n'a pas besoin de toi."
"Tu es ridicule."

Et surtout, surtout :

"Ça n'ira pas mieux après."

Je veux savoir. Je veux la comprendre. Je dois la rattraper.

"Ça n'ira pas mieux après."

Il le faut. Je veux l'aider. Je l'aiderai a se relever.

"Ça n'ira pas mieux après."

Elle court toujours a perdre haleine. Bordel, comment est-ce qu'elle fait? Arrête toi. Je t'en supplie.

D'un effort colossal je réussis à me porter à sa hauteur. Ma main se pose sur son épaule.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Lun 25 Mar 2013 - 16:57

Spoiler:
 

Voilà à peu près ce qui passait en boucle dans la tête de Solem durant sa course folle. Elle ne remarqua même pas les arbres qu'elle percuta de plein fouet, à s'en déboiter l'épaule, ou les plots de bord de ville qui manquèrent de la faire trébucher dans son élan infernal. Le fait qu'un roux la poursuive, elle n'en n'avait aucune idée.

*Où es-tu?...*
Hurla-t-elle mentalement. En vérité, sa bouche effectua un gargouillis à peine audible par delà les expirations de son sprint. *OU ES-TU, MONSTRE? JE SUIS REVENU TE CHERCHER!!*

Pas de voix, pas de réponses, pas de réaction, juste les formes rouges et noires qui se distordaient autour d'elle et qui commençaient peu à peu à l'ensevelir de leurs bras longs et fins. Des abimes de cris, de frayeur, des flashs épileptiques qui lui collaient une migraine infernale. Ces visages monstrueux fusionnés à ces enfants paisibles par milliers. Et elle qui courait, encore et toujours, à la recherche de ce qu'elle semblait incapable de trouver.

Et soudain, un contact. Quelque chose lui toucha l'épaule. Elle se retourna en hurlant, sa main partit comme une furie. Pas pour infliger un coup de poing cette fois, mais un coup de griffe qui ne manquerait pas de laisser une marque féline sur la joue de l'inconnu. Dans sa tête, son coup n'avait servi à rien, et était littéralement passé à travers la masse sombre qui s'élevait devant elle. Elle la contempla un instant puis, après un court mutisme, s'effondra au sol.

Évanouie, Solem gisait au sol, épuisée et en sueur, le souffle court, mais bel et bien vivante. Pas de rêve, pas de cauchemar. Un sommeil bref dont on ne se rend pas compte. Un simple clignement d’œil suivi par une p*tain de migraine.

Bordel, où allait-elle encore se réveiller?...

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Lun 25 Mar 2013 - 19:55


Pris dans mon élan, j'ai à peine le temps de m'arrêter pour ne pas percuter So. Elle se retourne d'un bloc, les yeux déments, et sans même me voir, m'attaque.

Je recule brusquement, surpris par la violence et la soudaineté de l'assaut. Je porte la main à ma joue. La douleur est lancinante, mes doigts sont couverts de sang. Bordel mais qu'est-ce que cette fille...


Un réflexe me pousse vers elle, une fraction de seconde avant que son corps devenu inerte ne tombe au sol. Etrangement, elle ne pèse presque rien. Je passe un bras derrière ses genoux et l'autre sous ses épaules. Son souffle est redevenu régulier, même si son corps est parfois parcouru de légers spasmes.

Pas le moment de rester là. Il faut partir. Le seul endroit où aller est... L'appart de l'amie de So, dont elle m'a filé les clés.


Je me mets en route, la brune dans les bras, mon sac sur l'épaule. Tant pis pour la canne à pêche, laissée au bord du lac. Peut-être qu'un chanceux la trouvera et pourra en profiter.


Deux kilomètres. Deux PUTAIN de kilomètres. A minuit. Avec cinquante kilos de nana endormie dans les bras - plus cinq kilos de cheveux au moins. Ma seule chance, c'est que So ne soit pas des plus grosses qui existent - elle était carrément l'inverse, même.

Les lampadaires nous éclairent de leur lueur orangée. Le visage tourmenté de l'endormie semble s'apaiser lentement. Malgré sa folie, malgré ses changements d'humeur, malgré son apparente rudesse et son dédain, je me surprends à la trouver belle, voire fragile.

Mes bras me font mal. Mes jambes commencent à flancher. Il reste moins d'un kilomètre - et cinq étages, mais n'y pensons pas.

Quatre cent mètres. Ses yeux s'agitent sous ses paupières cernées.

Trois cent mètres. Sa joue est parcourue de tics minuscules, qui relèvent doucement la commissure de ses lèvres.

Deux cent mètres. D'un mouvement brusque, elle tourne sa tête vers moi avec un grognement.

Cent mètres. J'ai l'impression qu'elle gagne un kilo à chaque pas que je fais.



Une éternité plus tard, je tourne la clé dans la serrure du riche appartement. Sans faire attention à la déco, je me dirige vers la chambre. Un grand lit deux-places, il ne me faut rien de plus.

Lorsque je dépose So sur le matelas, j'ai l'impression d'entendre mes muscles crier de soulagement.
J'enlève les chaussures et le pantalon moulant de la brune, histoire qu'elle se détende un peu, ainsi que sa veste et son T-shirt crade de vomi. Elle m'en voudrait peut-être d'avoir fait ça, mais bordel, j'avais vu beaucoup plus, après tout.


"Toi, t'as intérêt à jamais relâcher ce putain de Kokiyas."


Je poussai la porte de la pièce adjacente. Bingo, salle de bains. Je saisis une petite serviette, l'imbibai d'eau chaude, et l'essorai. Je nettoyai doucement le visage étrangement serein de So, encore couverte de vomi, de terre, de sueur, de bave et peut-être de larmes. Elle ne broncha pas, mais se retourna dans son sommeil, et ses cheveux s'éparpillèrent sur l'oreiller blanc.

Je soupirai. Dans son sommeil, elle était loin de la furie que je connaissais depuis quelques heures à peine. Elle avait l'air... Paisible. C'était le mot. Je refermai doucement la porte, en prenant soin de ne pas la claquer.



... Je me rendis compte que je n'étais pas fatigué. Mais genre, pas du tout. Musculairement, si, bien sûr. Mais j'aurais été incapable de trouver le sommeil. C'était l'occasion de faire le tour de la baraque, tiens... Je fermai la porte d'entrée qui était restée entrouverte, et contemplai les lieux.

Meublé simplement mais avec goût, l'appartement ne suintait pas le luxe comme je l'avais imaginé. La déco était certes riche, dans les tons de noir, blanc et pourpre, mais pas "crâne".

Bref. J'ouvris le frigo - premier réflexe lorsque j'arrivai chez moi - et constatai qu'il n'y avait... Rien. Vraiment, rien. Congélateur, idem. Un broc d'eau, un bocal de cornichons, et c'est TOUT. Son amie avait du partir pendant un sacré bout de temps pour tout vider comme ça...

J'ouvris les placards un peu au hasard, et tombai sur la réserve de conserves et trucs-qui-ne-gâtent-pas. YES. Biscuits secs, me voilà.

Je me posai dans le canapé de cuir noir, devant la télé. J'ai toujours détesté la télé. Je lorgnai sur la bibliothèque, en enfournant quatre gâteaux dans ma bouche. J'avais une putain de dalle.

Je parcourus les volumes. Beaucoup sur les Pokémon. Des études, des traités, des revues scientifiques. Des ouvrages rares et authentiques, même, comme des manuscrits d'Elizabeth Hammington ou de Lyndia Ducos.

... Attends voir. Quel genre de personne peut avoir ce genre d'ouvrage, aussi rare et important, que des traités sur la Ligue Pokémon de Maïlys signés de la main des membres du Conseil, dans sa bibliothèque ?



Et l'évidence me sauta aux yeux, tout à coup. Le millier de livres sur les Pokémon Ténèbres. La photo d'une rousse souriante dédicaçant un ouvrage, "Lune et étoiles : effets de la nuit sur les types Ténèbres". Un autre, de cette même femme avec un jeune homme tout aussi souriant. Grand, carré d'épaules et de visage, une canne à pêche à la main, il posait devant un immense Leviator qu'il avait vraisemblablement pêché.

La rousse était Lyndia. Et si cette maison n'était pas celle d'un type complètement fanatique de cette Championne, c'était la sienne. Forcément.

J'avalai difficilement mon biscuit. Si elle débarquait et qu'elle me voyait là? Bon sang, je ferai quoi?
Bah, je lui montrerai So endormie dans son pieu, tout simplement. Après tout, elles étaient amies, non ? Enfin... C'est ce que la brune avait dit.


J'espérai qu'elle disait vrai, parce que je n'avais vraiment pas envie de me retrouver pris entre les trois feux d'un Trioxhydre en colère. Mais pas DU TOUT.


////


Le soleil éclatant qui passait à travers les fenêtres me réveilla. Je m'étais endormi là, sur le canapé, un bouquin sur l'Elevage encore ouvert sur mon torse.

Je jetai un oeil dans la chambre de So. Toujours endormie. Elle ronflait, même. Je levai les yeux au ciel en souriant un peu. Et dire que j'avais eu peur de devoir appeler les pompiers ou je-ne-sais-quoi si elle avait fait un coma...


Je sortis de mon sac une chemise et un t-shirt propre. J'enfilai le t-shirt, et posai la chemise sur la chaise dans la chambre. Comme ça, elle aurait au moins ça à enfiler en se réveillant. Parce que le T-shirt au vomi, bon.


Et puis je re-regardai ma chemise de la veille. Mis à part qu'elle puait la sueur, le col était légèrement taché de rouge. Ah, oui, la griffure. La douleur étant passée, je l'avais complètement oubliée. Heureusement, le canapé n'était pas en tissu blanc... J'aurais été mal, sinon.

Bref. Oublions ça. Je lavai rapidement la plaie dans le lavabo de la cuisine à coup de mouchoirs. J'avisai la machine à café. Pas une mauvaise idée, ça...


Dix minutes plus tard, une délicieuse odeur de café moulu embaumait l'appartement. Elle avait du goût, la Lyndia, tout de même. Et pas mal de thune, aussi.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solem
† Personnage Décédé †
avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 07/02/2013
Age : 28

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Mar 26 Mar 2013 - 10:49

Réveil difficile. Migraine infernale. Luminosité aggressive. Il devait bien être onze heures ou midi. Bordel dans quel état s'était-elle encore mise? Avait-elle passé la soirée à boire? A festoyer? Solem se redressa tant bien que mal en se saisissant la tête dans les mains et en poussant un faible grognement. Un lit double. Merde, elle avait fini chez un de ses amants? Il était temps de fuir rapidement alors.

Une minute...

Alors que sa vision floue gagnait en précision et que sa boîte crânienne acceptait de lui laisser un minimum de répit, des souvenirs lui revenaient. L'inconnu roux, le Kokiyas, la crise de panique. Solem sursauta en regardant autour d'elle. Elle était dans l'appart' de Lyndia. Elle le connaissait bien, elle avait assez peu de scrupules à venir y pioncer quand la Championne n'était pas là. Mais d'ordinaire elle appréciait de savoir comment elle y était rentrée. Ok... Elle en avait filé les clés au jeune homme qu'elle s'était tapé la veille, en échange du Kokiyas. Donc en s'évanouissant, ce dernier avait dû l'y emmener. Merde. Elle était pas sensée être là quand l'inconnu entrerait dans l'immeuble. Entre les photos et les bouquins, il fallait espérer qu'il n'ait pas compris où il se trouvait...

Du bruit. A l'extérieur de la chambre. Solem se leva et constata qu'elle était quasiment à poil. Elle se regarda sous toutes les coutures. Bon. Il avait pas l'air d'avoir profité d'elle pendant la nuit, et il avait eu la décence de la désaper pour la coucher. How cute... Le Soleil Noir vit la chemise blanche posée sur le siège. Ok, elle la prendrait. Bien que, comme elle s'y attendait, elle était trop grande pour elle. Elle se retrouva donc en sous-vêtements et chemise blanche, la tronche défractée, les cheveux en bataille. Bref, le fantasme de tout un chacun... En plus avec un vêtement aussi informe, on aurait presque dit qu'elle avait plus de poitrine. Presque.

Il fallait maintenant savoir ce qu'il se passait. Elle tendit l'oreille à travers la porte et entendit des bruits de pas. Le rouquin devait être là. Et à en juger par l'odeur qui se dégageait de la pièce, il préparait du café. Bon, il était temps de déguerpir. Pourquoi? Aucune idée. C'était la seule chose qui monta au cerveau de Solem. Se casser. Vite. N'avoir aucun compte à rendre, aucune explication à donner. Retrouver Fay et préparer son départ. Après tout, son bateau partait le soir-même.

Pantalon de cuir enfilé, pompes idem. Seul le pull crade allait rester là. Ca ferait un joli souvenir à la Championne Ténèbres. En plus ca correspondait assez bien à ce que Solem avait envie de lui laisser comme message.

Ni une ni deux, le Soleil Noir ouvrait la fenêtre et mit le pied sur le rebord avant de passer la tête à l'extérieur. Ca faisait haut, cinq étages, en fait. Par chance il y avait un balcon en dessous. Ce serait suffisant.


"Asta la vista, rouqumoute..."

Prononca-t-elle à voix basse, comme pour elle même. Puis, après avoir récupéré son porte feuille, sa sacoche, et tout ce qu'elle ne pouvait se permettre de laisser, elle sauta. La chute à l'étage d'en dessous fut assez violente. Faire ce genre de sport extrême au réveil était pas la meilleure chose à envisager. Mais au moins, rien de casser. Le voisin hurla en voyant cette furie tomber du ciel devant chez lui. So lui lanca un doigt d'honneur avant de répéter l'action afin de tomber derechef à l'étage inférieur.

Suivant son parkour, la jeune femme se retrouva au premier étage en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. De là, il lui fut facile d'entrer par effraction et de traverser tout l'appartement en courrant comme une dératée pour regagner la cage d'escalier. Encore quelques mètres de course!

Voila. Elle était dehors. Sacoche à l'épaule et Kokiyas à la main. Elle sourit.

Elle ne voulait pas penser à ce qu'il s'était passé la veille. Elle ne pensait pas à ce qu'il s'était passé la veille. Son esprit avait littéralement occulté la scène. Sifflotant, la jeune femme reprit sa route dans les rues de Megapagopolis. Il était grand temps de regagner son chez-soi...

~~~~~~

-Personnage décédé. Ne pas envoyer de MP sous ce compte-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   Mar 26 Mar 2013 - 18:35

Un étrange raffut au-dehors m'attira à la fenêtre. Un bruit sourd, puis un autre. Qu'est-ce que...?

Je passai ma tête par l'entrebaillement pour observer les étages d'en-dessous et... Je soupirai. La tête brune de So s'enfonça dans une poubelle, avant d'en sortir et de s'éloigner d'un pas presque sautillant.

Etrangement, une seule pensée me traversa l'esprit, et c'est avec un demi-sourire qu'elle franchit mes lèvres :



"Heureusement que je lui ai filé la chemise que je mets plus..."

Quelque part dans ma tête germa la certitude que je ne reverrais jamais cette fille. Cette barge qui m'avait sauté dessus, demandé un Kokiyas en échange, prêté l'appart de Lyndia Ducos, fait une crise de nerfs, balafré et qui s'était barrée sans connaître mon prénom.


Vraiment. Incroyable.


Je finis de siroter mon café tranquillement en observant la silhouette de So s'éloigner lentement en jouant avec la Pokéball du Kokiyas. Je haussai les épaules. Après tout, j'avais un super appart maintenant. Fallait pas que j'oublie de laisser un mot pour prévenir Lyndia par contre...


HRP:
 

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu me les brises! [Khaïl] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TANT VA LA CRUCHE A L'EAU QU'A LA FIN, ELLE SE CASSE
» Tant vont les cruches à l’eau qu’à la fin elles nous les brisent. - par Elora
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes
» [AIDE] Root de mon Desire tant desiré ... :)
» Tant pis pour vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Megapagopolis-
Sauter vers: