Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Lun 4 Fév 2013 - 20:20


Ce qui me choqua le plus à mon arrivée à Esperantown, c'était la poussière. La ville qu'on me décrivait comme la pionnière de Maïlys, la première à s'être dressée fièrement parmi les falaises rocheuses, était partiellement en ruines. Un quartier en construction avait été rasé, les grues et buldozers détruits, et les carcasses d'immeubles gisaient dans la poussière, leurs tripes de métal et de béton à l'air.

La zone était fermée au public, en rénovation par des dizaines de Pokémon et d'ouvriers, tous concentrés sur leur tâche : déblayer le désordre causé par le mythique Pokémon des Océans, et rebâtir lorsque ce sera fini. Lourd travail en perspective...


Mais passons. La poussière me faisait tousser jusqu'à en cracher mes poumons, aussi fis-je rapidement le tour de la zone interdite et me retrouvai sur une falaise. Ceci dit, ce n'était pas très étonnant, Esperantown étant une ville-falaise à elle toute seule. D'ici, je voyais l'immense océan se prolonger au loin, le soleil couchant éclairant mon visage de sa lueur rouge orangée.

Je décidai que mes Pokémon avaient le droit de profiter du spectacle, eux aussi. Aussitôt, Atchoum, Shaka et Shiza sortirent de leur Pokéball et s'étirèrent. J'espérai qu'Atchoum ne serait pas trop sensible à la légère poussière qui flottait encore dans les airs, et ne carboniserait pas tout... Mes trois Pokémon et moi étions alors assis face à la mer, à contempler le soleil couchant.



Mais soudain, un grand bruit de chute retentit derrière moi. Je me retournai en sursaut, scrutant les quelques arbres broussailleux qui poussaient entre les rochers, tannés par l'iode marine, mais ne vis rien.

Je crus alors entendre un gémissement à ma droite. Je me précipitai, et faillis tomber dans un ravin assez profond pour contenir une personne debout. Au fond, une petite mamie avait l'air assez mal en point.

Craignant le pire, je me mis à plat ventre et tendis la main à la dame en lui demandant :


"Madame? Vous m'entendez? Vous n'avez rien de cassé?"

La mamie respirait encore, Arceus soit loué. J'attendis encore quelques secondes qu'elle me réponde. Si elle ne répondait pas, alors c'était appel aux urgences immédiat...

~~~~~~



Dernière édition par Khaïl le Lun 17 Juin 2013 - 15:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Lun 4 Fév 2013 - 21:07

Elizabeth était fatiguée. Terriblement fatiguée. Lugia était enfin parti, mais elle, non. Elle était toujours en bas, attendant que les secours reviennent. Car ils étaient déjà venus. Mais ils avaient jugé la situation délicate, et il était très difficile de déplacer la vieille dame. Elle risquait de voir sa colonne vertébrale se rompre en deux et d'obtenir une paralysie complète des deux jambes dans le meilleur des cas, une mort rapide dans le pire. Son statut de Championne par-dessus et on avait obtenu une situation terriblement fragile où l'enjeu de la région était dans la survie de cette vieille femme.

Elle avait attendu de longues heures au fond de son trou. Elle s'ennuyait bien, ici. Rien à faire, personne avec qui discuter, le tout dans une position inconfortable et des perfusions discrètes qui courraient sous les vêtements. Ses Pokémons avaient été soignés, mais certains avaient été ramenés à Port Sableye pour des examens complémentaires. Seuls étaient restés Djinn, Horrible et Mélusine. Bref, pas grand-monde avec qui discuter. Djinn était resté fidèlement à ses côtés alors que les deux autres avaient entamés une course, souvent stoppée par le Kaorine quand même assez inquiet pour sa maîtresse. Le temps passait, et elle avait déjà passé une nuit ici. Les médecins réfléchissaient toujours à comment l'évacuer sans lui détruire une partie du corps. Elle avait l'impression que son dos allait fusionner avec la roche et qu'elle allait devenir un Grolem. Elle s'ennuyait ferme dans son trou. Rien ne venait. Normal, c'était un endroit assez paumé. Heureusement que Djinn avait prévenu les secours, sinon elle serait morte. Elle passait son temps à dormir. Après tout, elle pouvait profiter de ce temps libre pour se reposer. Ce qui l'énervait le plus, c'est qu'elle n'avait pas le droit de lire, écrire, utiliser ses bras sous risque de se mutiler. Elle détestait Lugia, maintenant. Il l'avait poussé à supporter des douleurs inacceptables et surtout, à devoir s'ennuyer des heures durant.

Lors d'une autre de ses siestes, Mélusine commença à fatiguer. Elle n'en avait marre de devoir bouger son corps de serpent le long des falaises pour ne pas s'ennuyer. Elle n'avait pas rencontré un seul Pokémon sauvage. Pas un seul petit combat rigolo à faire. Elle se mit alors à s'entraîner physiquement. Elle lançait des cailloux. Puis un rocher. Djinn se jeta sur la femelle Steelix et lui ordonna d'arrêter ses pitreries sous risque de tuer sa maîtresse. Le Pokémon Serpenfer fut calmé sur le coup par le discours du spectre gardien, et rentra dans une profonde sieste. Et elle ronflait. Tss, ses Steelix …

Toujours était-il que le bruit provoqué par Mélusine attira un jeune roux vers le ravin et se rapprocha de la vieille dame. Il vérifia son pouls, ce qui tira la Championne de son sommeil. Et lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle vit le jeune homme lui tendre la main. Ses premiers réflexes s'activèrent donc.


« AAAAH ! Djinn, qu'est-ce qui se passe ?! »

Le Golemastoc rappliqua illico presto et tint le roux par l'épaule pour l'empêcher de toucher plus à sa maîtresse. S'ensuivit aussi la question que l'on pose dans ces circonstances-là :

« Qui êtes-vous ? Ne me touchez pas si vous voulez m'aider, je risque de mourir d'un instant à l'autre. »

Puis quand le rythme cardiaque de la biologiste se calma, elle put poser une autre question qui l'intéressait beaucoup plus :

« Ça vous dirait de discuter avec moi ? Je m'ennuie profondément ... »

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Mer 6 Fév 2013 - 14:24


Alors ça, c'était bizarre. J'avais voulu prendre le pouls de la mamie dans le trou, mais elle s'était réveillée et avait appelé son Pokémon en renfort.

Et son Pokémon, c'était un GOLEMASTOC. Un Golemastoc de quatre mètres de haut (au moins !!!) qui m'avait broyé l'épaule pour me tirer en arrière pour ne pas que je touche la mamie.

Et finalement, la mamie m'avait expliqué que si elle bougeait, elle pourrait mourir. Déjà, je comprenais pas grand-chose.


"Qui êtes-vous ? Ne me touchez pas si vous voulez m'aider, je risque de mourir d'un instant à l'autre."
"Mourir...? Mais qu'est-ce qui s'est passé ?"

Le Golemastoc me lâcha, et je pus m'asseoir près du trou. Effectivement, en y regardant de plus près, elle avait des perfusions qui couraient le long de ses vêtements, reliées à des poches de médicaments. La dame reprenait sa respiration. Mon intrusion l'avait visiblement surprise, elle devait être là depuis longtemps. En effet, elle me demanda :

"Ça vous dirait de discuter avec moi ? Je m'ennuie profondément ..."

Etrange. Mais néanmoins compréhensible. Je réprimai la centaine de questions que j'avais dans la tête, et décidai de répondre à la première qu'elle m'avait posé.

"Eh bien... Tout d'abord, je m'appelle Khaïl Jokeman, enchanté. Je suis un observateur Pokémon, je dessine ceux que je vois, j'en élève aussi. Et, heum, mon rêve est de devenir professeur Pokémon !"

C'était un peu bizarre comme début de conversation, j'en conviens. Mais il fallait bien débuter quelque part, alors autant se présenter à fond ! Je lui demandai alors :

"Et vous? Vous habitez Esperantown? Et, est-ce que vous avez vu Lugia?"

Ca faisait déjà trois questions d'un coup, mais c'était déjà un gros tri parmi toutes celles que je voulais poser.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Mer 6 Fév 2013 - 20:09

Le jeune homme avait l'air assez surpris par la situation. Enfin, comme toute personne normale. Voir une vieille dame allongée au fond d'un ravin, ce n'était déjà pas courant, alors qu'en plus elle soit protégée par un gigantesque Golemastoc, c'était inimaginable. Mais bon, il devrait faire avec. Il n'avait pas l'air de la connaître, sinon, il ne lui aurait pas demandé si elle venait de la ville voisine. D'ailleurs, elle avait pris une résolution importante : désormais, il n'irait plus à Esperantown avant un bon mois. Les incidents l'avaient beaucoup trop secoués pour qu'elle puisse avoir une image positive de la ville, qui n'avait alors pas de Champion. Ce jeune Khaïl (quel drôle de nom …) avait pour but de devenir Professeur Pokémon ? Mais pourquoi était-il ici et pas dans un laboratoire ? Les sciences biologiques ne pouvaient pas être apprises ici … Mais ce qui l'étonna d'autant plus, c'est qu'il ne la reconnaissait pas. Elle était (sans modestie) l'une des savantes les plus célèbres du monde, et surtout à Mailys, Sinnoh et Unys. Elle s'observa du mieux qu'elle put pour voir si elle était reconnaissable. Mais à sa grande surprise, une couche de poussière la recouvrait et lorsqu'elle avait parlé, elle avait entendu un léger craquement, comme si une plaque de boue s'était brisée. Donc rien d'étonnant à ce qu'il ne reconnaisse pas la biologiste. S'il la connaissait. Ce qui n'était pas donné.

« Non, je n'habite pas Esperantown, j'habite Port Sableye. Je m'appelle Elizabeth Hammington, je suis scientifique. Et si je suis ici, c'est à cause de Lugia, en fait. Ce serait un peu long à raconter, mais un bon journal pourra vous relater tous les évènements. »

Elle observa un peu le dénommé Khaïl. Premièrement, il ne portait pas l'uniforme qui était en rigueur dans la Team Zodiac. Donc à moins qu'il ne s'agisse d'un Commandant, et dans ce cas, elle n'avait décidément pas de chance, elle ne risquait pas d'être en opposition au jeune homme. Elle hésitait à lui dire qu'elle était une grande biologiste et Championne d'Arène, car elle n'aimait pas trop se vanter de sa réussite. Et puis, elle ne voulait pas qu'on divulgue que la doyenne de la Ligue était mal en point, ce qui aurait provoqué une hausse du nombre d'adhérents à la Team. En effet, elle qui représentait la sagesse (enfin, à ce qu'il paraît, elle n'avait rien fait pour mériter ça) ne devait en aucun cas être en position de faiblesse, puisqu'elle était un des piliers du gouvernement (enfin, elle était Championne, quoi). De plus, elle avait vaillamment combattu les Zodiacs qui avaient infesté Port Sableye et était reconnue comme une figure du combat contre l'organisation. Alors si même elle avait été blessée gravement (pas par la Team Zodiac, mais il risquait de le revendiquer), cela découragerait bon nombre de gens. Son influence sur le monde direct l'effrayait un peu, mais l'heure était trop grave pour qu'elle ne s'en préoccupe pas.

Le jeune homme avait les cheveux roux. Mais pas un roux orange vif : un roux qui tirait vraiment sur le rouge. Elizabeth ne savait pas si c'était naturel ou non, mais en tout cas, ils lui faisaient forte impression. Elle espérait qu'il n'était pas timide, car sinon, il devait avoir du mal à supporter sa couleur de cheveux. Elle n'avait jamais eu ce problème et vu son âge, ne l'aurait jamais. Les cheveux bruns ou gris passent assez inaperçus. Par contre, être une femme et mesurer 1m80, ce n'est pas discret. Et elle ne pouvait pas arranger ça. Alors que Khaïl pouvait se faire des teintures s'il en avait marre de ses cheveux. Enfin, le problème n'était pas là. Mais cela ne faisait que peu de temps que le jeune homme était là, et déjà, le temps passait plus vite …

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Jeu 7 Fév 2013 - 15:54


La phrase que la mamie prononça eut la particularité de faire buguer mon cerveau. Il avait reçu un peu trop d'informations d'un coup, là. Et des informations auxquelles je ne pouvais rester stoïque.

    1 - Mamie était Elizabeth Hammington.
    2 - Elle avait vu Lugia. Elle était là à cause de Lugia.
    3 - C'était ELIZABETH HAMMINGTON, quoi !!!
    4 - Elle était vraiment couverte de poussière, donc là depuis longtemps.
    5 - Elle avait des Pokémon super-intéressants, déjà son Golemastoc, et puis un Kaorine, et aussi un Steelix.
    6 - C'EST-ELIZABETH-HAMMINGTON-NOM-D'ARCEUS.


... Je dus faire une tête un peu bizarre, parce que la mamie me dévisagea d'un drôle d'air. Enfin. "La mamie"... Je devrais plutôt dire "la plus grande scientifique du monde connu après le professeur chen peut-être et encore ça reste à prouver". Je ne l'avais pas reconnue tout de suite, à cause de ses égratignures, de son teint poussiéreux et de ses cheveux en bataille, mais bon sang, j'avais au moins trois livres écrits par cette madame dans ma bibliothèque à Cimetronelle !

Mais passons. J'ouvris la bouche, essayant de ne pas dire de bêtise, et surtout de maîtriser le flot de phrases désordonnées qui voulait sortir.


"Vous êtes... Elizabeth Hammington... J'aurais jamais pensé vous rencontrer un jour... Vous êtes, enfin vous étiez, la deuxième personne sur ma liste de gens qu'il fallait que je rencontre avant de mourir ! Enfin, étiez, parce que je vous ai rencontré maintenant, enfin pas tout à fait, mais bref, vous êtes là et... Mais, Lugia? C'était donc lui les vagues immenses, et la destruction d'Esperantown ! J'en ai entendu parler en venant, c'est d'ailleurs pour ça que je me suis déplacé, mais je croyais que ce n'était qu'une rumeur..."

Je repris mon souffle. Miss Hammington me regardait avec des yeux ronds. Oups, je parlais toujours un peu trop quand j'étais content. Ou en colère. Enfin, je parlais toujours trop quoi. Enfin bref.

Mes Pokémon surgirent alors derrière moi, inquiets de ne pas me voir revenir. Après que Shaka ait voulu chercher des noises au Golemastoc (et qu'Atchom l'en ait empêché), tous les trois étaient venus me retrouver près de Miss Hammington.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 10 Fév 2013 - 17:31

Lorsque le jeune homme se mit à déblatérer tout ce qui lui passait par la tête, Elizabeth prit une tête des plus interloquées qui soient. Ainsi donc, elle était devenue le type de personnes que les gens veulent absolument rencontrer ? Et pourquoi pas des autographes, pendant qu'on y était ? Elle avait l'impression d'être en plein rêve. Ou en plein cauchemar. L'idée qu'elle ait des fans l'exaspérait au plus haut point. On pouvait aimer ses travaux et admirer à la limite les progrès qu'elle avait fait faire à la science, on pouvait respecter le personnage qu'elle représentait, mais on ne pouvait pas l'admirer tout court. Mais quelque chose l'avait quand même titillée dans les paroles de Khaïl.

« Et quelle est la première personne sur votre liste de gens à absolument rencontrer ? Pour savoir qui je dois essayer de surpasser ... »

Elle avait beau avoir soixante ans passés, elle avait toujours un esprit d'enfant. Et la compétition, ça plaisait toujours aux enfants. Mais vraiment, qui les gens voulaient-ils à tout prix voir dans leur vie ? Elle ne pouvait imaginer qu'un Maître de la Ligue légendaire. Mais vu le tempérament assez scientifique du jeune homme, ce devait être un Maître ou un Membre du Conseil 4 qui avait écrit des livres pointus scientifiquement. Ce ne pouvait donc être que …

« Je parie que c'est Miss Lydia Ducos ! »

Fière de sa déduction, elle sourit comme une gosse qui a trouvé des chocolats dans son jardin le dimanche de Pâques. Malgré sa fatigue, ses neurones n'avaient pas lâchés et elle était toujours capables de fulgurances intellectuelles. Elle voulut alors continuer à vérifier son intégrité cérébrale et observa le plus qu'elle put. C'est ainsi que lorsqu'elle pencha la tête, elle put voir les Pokémons de Khaïl. Ils étaient quand même assez originaux : un Reptincel, un Kaiminus et un Baggiguane. Mais lorsque la salamandre de feu s'approcha d'elle, il ne put s'empêcher d'éternuer un nuage de flamme sur la roche toute voisine. Elle n'avait encore jamais vu de Reptincel éternuer ainsi. Quel phénomène ! Ses yeux se tournèrent vers le roux qui avait l'air à la fois affligé par son Pokémon et apeuré à l'idée que les flammes ne brûlent quelque chose. Il avait l'air désespéré par cette allergie. Et elle se dit que pour une fois, ses études poussées en biologie pouvait aider une personne qui ne soit pas (encore) un scientifique chevronné.

« Vous savez qu'il y a un remède aux allergies des Pokémons ? C'est assez courant chez les bébés Pokémons, mais quelque fois, cette allergie perdure quand ils vieillissent. Ça s'appelle une malformation de Finkster. Par contre, pour le soigner, il faudrait l'opérer. Si vous voulez, je pourrais le faire soigner ! »

Elle avait dit la dernière phrase avec un grand sourire aux lèvres. Après tout, ce jeune roux la sauvait d'un ennui mortel, et elle devait bien l'aider. Elle connaissait de très bons chirurgiens Pokémons dans à peu près tous les hôpitaux des six régions, et Mailys ne faisait pas exception. Il n'y avait certes pas de clinique chirurgicale à Esperantown, mais il y en avait dans toutes les autres grandes villes. Et aussi à Port Sableye. D'ailleurs, elle pourrait faire de la pub pour sa ville.

« Vous voulez devenir Professeur Pokémon, mais où allez-vous étudier ? Parce qu'on ne peut pas obtenir ce titre en voyageant uniquement ... »

Elle savait qu'il n'y avait pas beaucoup d'universités scientifiques à Mailys, et que la seule qui s'occupait de la médecine et de la biologie Pokémon résidait à Port Sableye. Université qu'elle avait dû arracher au cours d'un combat mouvementé contre le champion de l'Imaginarium, Iron. Et elle aurait adoré avoir Khaïl comme apprenti. Parce que des élèves comme lui, elle n'en trouverait pas deux.

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Mar 12 Fév 2013 - 11:10


Lorsque j'avouai à Miss Hammington qu'elle était - en gros - mon idole, elle fit une tête vraiment, vraiment interloquée. Comme si l'idée d'avoir des fans, et d'être reconnue, lui était complètement inconcevable. Néanmoins, elle me demanda :

"Et quelle est la première personne sur votre liste de gens à absolument rencontrer ? Pour savoir qui je dois essayer de surpasser ..."

Je souris. La première personne que j'aimerais rencontrer... Ca datait de longtemps, depuis l'époque ou mon oncle Silver me racontait ses aventures dans sa région natale de Johto...

"Je parie que c'est Miss Lydia Ducos !"

Cette fois, mon sourire se transforma en un petit rire. Et pour cause...

"Votre déduction n'est pas mauvaise, à vrai dire. Mais Lyndia Ducos n'est plus dans ma liste, et pour cause... Je l'ai déjà rencontrée."

Le sourire satisfait de Miss Hammington laissa place à des yeux étonnés. C'est vrai que ça doit pas être donné à tout le monde de rencontrer ce genre de personne, surtout par hasard...

"La personne que j'aimerais rencontrer, c'est Gold. Mon oncle m'a beaucoup parlé de lui, il ont commencé leur voyage Pokémon en même temps, à Johto... Mais Gold lui a ouvert les yeux quand à la nature des Pokémon, et Silver m'a toujours parlé de lui comme quelqu'un de bien, de droit et d'honnête. Et d'incroyablement fort. Voilà pourquoi j'aimerais le rencontrer, un de ces quatre..."

Miss Hammington m'écoutait attentivement, quand elle remarqua mes trois petits qui s'étaient approchés du trou pour la regarder. Atchoum manqua de cramer un buisson en éternuant à cause de la poussière, et elle me dit :

"Vous savez qu'il y a un remède aux allergies des Pokémons ? C'est assez courant chez les bébés Pokémons, mais quelque fois, cette allergie perdure quand ils vieillissent. Ça s'appelle une malformation de Finkster. Par contre, pour le soigner, il faudrait l'opérer. Si vous voulez, je pourrais le faire soigner !"

Je réfléchis quelques instants. J'ignorais la possibilité d'opérer un Pokémon contre la sensibilité au Pokérhume, mais au fond de moi, je n'avais pas vraiment envie de débarasser Atchoum de ce qui faisait sa particularité... Je répondis à Miss Hammington :

"J'ignorais qu'une telle opération pouvait exister. Mais je pense que je ne suis pas prêt à faire ça... J'ai recueilli Atchoum parce que son Dresseur l'avait abandonné, à cause de ses éternuements. Ca me ferait mal de le changer, je pense."

Je réfléchis encore quelques secondes, avant d'ajouter :

"Et puis, son surnom n'aurait plus beaucoup de sens... Et ses éternuements lui apportent une puissance sans égal ! Il a déjà vaincu des sbires de la Team Zodiac grâce à eux, lorsqu'il n'était qu'un Salamèche."

Atchoum carra les épaules, fier qu'on reconnaisse sa force. Et dire qu'il n'y a pas si longtemps, il se serait caché dans ma capuche, effrayé d'avoir à rencontrer un étranger... Sa transformation me faisait vraiment plaisir.

Miss Hammington me posa alors une question à laquelle je n'avais pas vraiment réfléchi :


"Vous voulez devenir Professeur Pokémon, mais où allez-vous étudier ? Parce qu'on ne peut pas obtenir ce titre en voyageant uniquement ..."
"Je... Je n'y avais jamais vraiment réfléchi. En fait, devenir Professeur Pokémon, ça a toujours été mon rêve depuis que je suis gamin. J'ai été l'assistant du Prof. d'Avalaville pendant deux ans, mais j'ai du partir parce que... Enfin bref, j'ai du partir, et depuis je suis sur la route. Je me considère comme un Observateur Pokémon, je dessine tous ceux que je vois parce que je n'ai pas assez pour m'acheter un Pokédex. Vous voulez voir mes dessins?"

J'avais dit la dernière phrase avec un grand sourire, en farfouillant dans mon sac. Je sortis mon carnet de dessins, enlevai quelques feuilles de gribouillis inutiles, et lui tendis avec précautions. J'espérai qu'elle pouvait suffisament bouger pour l'attraper, ça lui ferait un peu de distraction, après tout.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 17 Fév 2013 - 12:55

Elizabeth fut quelque peu étonnée par les réponses apportées par Khaïl. Alors comme ça, il avait déjà rencontré la Reine Noire ? Elle-même n'avait dû la voir que cinq ou six fois. C'était un privilège de la rencontrer, et encore plus de discuter avec elle. Même si les deux femmes n'avaient pas grand-chose en commun, elle se souvenait d'une discussion passionnante qu'elle avait eu avec elle sur le seul Pokémon qui possédait les types des Championnes, Crocorible. Lyndia avait l'air passionné par ce qu'elle disait, et n'avait l'air de demander que des compléments d'informations sur ce Pokémon qu'Elizabeth avait bien cotoyé, vu qu'elle était née à côté du désert d'Unys, où s'était établie la plus grande colonie de la famille évolutive de Mascaïman jamais recensée.

Il voulait donc absolument rencontrer Gold. A vrai dire, la biologiste ne l'avait jamais rencontré. Elle se souvenait en avoir vaguement entendu parler, mais à l'époque, elle était plus préoccupée par la préservation de l'Aire de Combat que par celle de Johto. Elle ne se souvenait pas être restée plus de trois mois consécutifs à Johto. Elle n'aimait pas particulièrement cette région, sans désert intéressant biologiquement. Alors elle ne savait pas vraiment de qui il parlait. Elle ne savait même pas à quoi il pouvait ressembler. Elle pourrait demander des informations à son vieux collègue, le Professeur Orme, s'il avait des nouvelles de ce garçon. Peut-être pourrait-elle réaliser l'un des rêves de ce jeune garçon. Mais après tout, les rêves sont faits pour que l'on court après …

Elle se doutait bien que le jeune homme ne voudrait pas soigner son Reptincel. Le Pokérhume et la malformation de Finkster ne sont pas extrêmement grave, à part si c'était une malformation de forme 3. Mais la carrure du Pokémon est le fait qu'il soit bipède rendait peu probable cette possibilité. Cela relevait donc seulement du détail qui pouvait être énervant, surtout quand il évoluerait en Dracaufeu. Parce qu'un Salamèche qui éternue toutes les trois minutes, c'est mignon. Un Reptincel, c'est gênant. Un Dracaufeu, c'est dangereux. Mais après tout, il faisait ce qu'il voulait.

Ensuite, Elizabeth fut assez dubitative. Alors comme ça, il avait été le disciple du Professeur d'Avalaville ? Personnellement, elle ne l'avait jamais vraiment aimé. Elle l'avait toujours trouvé trop prétentieux, parce que sa ville était le siège du meilleur Champion de la région. Il tentait donc à chaque fois, lors des réunions unissant tous les grands scientifiques de la région de faire valoir son point de vue comme étant le meilleur, car il avait un Champion puissant. Elle avait plusieurs fois dû lui faire ravaler son arrogance. En même temps, quand on est soi-même Championne, ça aide.

Mais quoiqu'il en soit, ce jeune homme était apparemment dessinateur ? Un certain nombre de gens dessinait des Pokémons car ils n'avaient pas assez d'argent pour se payer un Pokédex, même si le prix avait beaucoup baissé en quinze ans. Elle avait elle-même un Pokédex ultra-scientifique, où tous les chercheurs du monde entier mettaient en commun leur savoir, ce qui donnait une base de donnée gargantuesque. Mais elle avait remarqué que souvent, les jeunes et même les enfants faisaient des remarques ou des interprétations de phénomènes bien plus simple qu'eux. Et la simplicité est très souvent la clé de la réussite. Elle était donc quasiment excitée à l'idée que le jeune roux lui présente son Pokédex « low-cost ».Malheureusement, elle ne pouvait pas bouger le moindre muscle au-dessous du cou, donc pas de question de lever les bras. Elle eut donc l'idée brillante de faire travailler ses Pokémons.


« Oh oui, ça m'enchanterait de voir votre version du Pokédex ! Horrible, viens ici ! »

Le Kaorine s'approchait du « petit » groupe composé des deux humains, des petits Pokémons de Khaïl et du Golemastoc qui créait une gigantesque ombre sur le groupe.

« Je vais te faire travailler ta concentration. Utilise Lévikinésie sur le paquet de feuilles que tient le jeune homme et utilise Psyko à puissance minimale pour faire tourner les pages quand je te le demanderait. Et quand je dis puissance minimale, c'est vraiment du millinewton, hein ! »

Elle avait au passage trouvé l'occasion de faire travailler son Kaorine qui était en train de se tourner les pouces depuis tout à l'heure. Enfin, façon de parler.

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 17 Fév 2013 - 14:45


Miss Hammington avait l'air terriblement contente de voir mon carnet de croquis. A un tel point qu'elle demanda à son Kaorine - qui était presque aussi haut que large - de le soulever par télékinésie et de tourner les pages.

C'était un excellent exercice de précision, et j'espérai de toutes mes forces que le Kaorine n'était pas sûr-entraîné au point de ne connaître que la puissance brute.

Heureusement, ce n'était pas le cas. Avec un peu de concentration - et après que mon carnet ait décollé à trois mètres au-dessus de nos têtes, puis réatterri doucement - il le maintint à la hauteur de Miss Hammington, et lui tourna lentement les pages.
L'un après l'autre, je commentai mes dessins :


"Ceux-ci sont assez vieux, de l'époque où j'étais à Avalaville. Ce sont les Pokémon de mon oncle, ils étaient très puissants, mais je ne les ai jamais vu combattre pourtant !
...
Ah, ceux-ci sont plus récents, ils datent de mon arrivée à Port Lieucca et de ma rencontre avec Athéna... Tenez, c'est elle d'ailleurs. Elle avait un Furaiglon doré ! C'était vraiment impressionnant.
...
C'est le Trioxhydre de Lyndia Ducos ! J'ai eu du mal à le refaire de mémoire, mais il était tellement impressionnant que je ne pouvais pas l'oublier !
...
"

Les dessins défilaient les uns après les autres. Athéna, Lyndia, Nina, Arcania, Aoko, Martyr, Kniford, tous y passèrent. Miss Hammington souriait de temps à autres, lorsqu'elle voyait le dessin gribouillé d'une fille par exemple...

Ben oui, un Pokédex ça ne recense pas les gens qu'on rencontre, mais moi si !

Pendant qu'elle continuait de feuilleter mes gribouillis plus anciens, j'observai sa situation. Ca devait être terrible d'être coincée là toute la journée, depuis hier soir au moins...

Mais d'ailleurs, pourquoi ne pouvait-elle pas sortir? Ses jambes et ses bras n'avaient pas l'air coincés dans la roche. Le creux était trop étroit pour permettre à quelqu'un d'autre d'y descendre, humain ou Pokémon... C'était sûrement pour ça qu'on n'avait pas encore trouvé de solution : une civière ne passerait pas dans ce trou, et si on la soulevait inégalement, ses os risquaient de se briser !


Et soudain, j'eus une drôle d'idée. Pourquoi ne pas la faire remonter autrement qu'en la tractant ? J'observai le Pokémon Psy qui faisait léviter mes croquis. S'il était capable de tourner des pages de cahier sans les froisser, il serait capable de soulever Miss Hammington sans la casser, non?

Quoique. Il aurait besoin d'un temps d'adaptation, comme pour le cahier, et faire décoller d'un coup la blessée à 3m du sol en la faisant heurter les parois, c'était pas l'idéal.


Il restait alors une solution, qui pouvait être assez étrange, mais qui avait le mérite d'être plus douce...


"Miss Hammington... Je crois que j'ai une idée pour vous faire sortir de là. Mais j'espère que vous n'êtes pas attachée à votre brushing, parce que ça risque de mouiller un peu..."

Je lui exposai mon idée : on remplirait la crevasse d'eau grâce à Shiza, et elle remonterait à la surface en douceur, sans à-coup. C'était une drôle d'idée, certes, mais ça valait mieux que de rester bloquée là dedans.


~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 24 Fév 2013 - 19:04

Elizabeth avait observé attentivement les dessins effectués par Khaïl. Certains étaient assez imprécis, comme un Polarhume qui avait la goutte plus petite que les mains, ou un Teddiursa avec une pleine lune sur le front. Mais elle fut aussi très surprise par un Furaiglon de type chromatique, ou l'exactitude avec laquelle était dessiné un Coupenotte. Ce devait dépendre du temps qu'il avait consacré à chaque Pokémon. Pour son grand malheur, il n'avait indiqué aucune possible explication pour des phénomènes qu'il avait pu remarquer. Elle aurait aimé avoir un point de vue autre que scientifique sur certains mystères, comme les étranges pics dans le dos des Tyranocifs. Mais elle n'avait pas vraiment envie de lui poser la question. Parce qu'après, il se forcerait à réfléchir sur une question, et toute spontanéité s'envolerait. Et c'était tout le contraire de ce qu'elle voulait. L'avantage de la jeunesse, c'est qu'ils sont plus créatifs et changent plus facilement d'avis. Et qu'ils ont des points de vue pas encore altéré par l'âge et les savoirs qu'on vous martèle lorsqu'on vous enseigne. Ce voyage à travers Mailys était donc une bonne idée qui le pousserait à réfléchir moins scientifiquement. Car comme elle avait dit à l'un de ses plus brillants étudiants qui n'avait malheureusement aucune imagination, « vous manquez cruellement d'inexpérience ».

Kaorine fatiguait de minutes en minutes. Le combat au côtés de Mewtwo avait déjà été éprouvant, et maintenant, un travail de longue haleine qui demandait une précision aussi exigeante, c'était la goutte de trop. Au bout d'une demi-heure d'observation de dessins, Horrible lâcha prise et laissa le cahier tomber sur la poitrine de sa maîtresse. Elizabeth observa alors son protégé pour savoir s'il était vraiment à bout de force ou s'il boudait seulement. Mais l'affaiblissement de la poupée psychique était bien visible, et sa propre lévitation commençait à devenir incertaine. Elle comprit donc l'arrêt de travail d'Horrible. Il était hors d'haleine. Enfin, façon de parler.

Alors qu'elle continuait à réfléchir à propos des dessins, elle vit que le jeune homme était en pleine réflexion. Il avait regardé le Pokémon Psy, puis avait l'air de s'être ravisé pour se tourner vers son Kaiminus. Elle ne savait pas à quoi il pouvait bien réfléchir, mais elle avait peur que ce ne soit pas que pour son bien. Puis le jeune homme lui proposa de la faire sortir grâce à la poussée d'Archimède en remplissant la crevasse d'eau. Elle sentit une petite boule de peur se dénouer d'un coup dans son système digestif. Elle avait pensé inconsciemment qu'il pouvait lui vouloir du mal. Mais l'idée qu'elle ait pensé qu'on pouvait lui vouloir du mal l'inquiéta. Elle devenait parano, maintenant. Ce n'était vraiment pas bon signe. Plus elle vieillissait, plus des défauts apparaissait ou s'aggravait. En tout cas, l'idée du jeune homme n'était pas mauvaise. Mais elle devait quand même lui expliquer en quoi il n'était pas parfait.


« C'est une bonne idée, mais la crevasse est peut-être trop fissurée et qu'on ne peut pas la remplir d'eau. Peut-être qu'une rigole va jusqu'à la mer. Dans ce cas-là, impossible de me faire sortir. Et votre Kaiminus en souffrirait. Êtes-vous certain qu'il faille tenter le coup ? Pour une personne que vous ne reverrez sûrement jamais ? Êtes-vous sûr que m'aider vous aidera plus tard ? Pensez d'abord à vos objectifs. Moi, j'ai déjà vécu ma vie. Vous, non. Profitez-en. Je ne ferai plus de découvertes scientifiques novatrices, je ne ferai plus de nouveaux médicaments révolutionnaires, je n'écrirai plus de livres scientifiques que seules quelques élites peuvent comprendre, je n'apporterai plus grand-chose à la science. Mais vous, vous avez tout l'avenir qui vous tend les bras. Je suis plus proche de la mort que vous. Pas la peine de vous inquiéter pour moi. »

Elizabeth se tut soudain et réfléchit à ce qu'elle avait dit. Et elle se gifla mentalement. Après avoir basculé dans la paranoïa, elle était maintenant en train de faire un discours pour ne pas que quelqu'un l'aide, car il risquait de fatiguer son Pokémon. Elle passait d'une extrémité à une autre, c'était aberrant. Après son discours des plus ridicules, un afflux sanguin arriva jusqu'à son visage. Elle avait honte de tout ce que sa situation lui faisait dire. Elle délirait complètement. Il était temps qu'elle sorte d'ici.

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 3 Mar 2013 - 15:57


J'étais abasourdi. Mais là, genre, complètement quoi. La tirade de mamie Hammington - pardon, de Miss Hammington - m'avait sonné. A l'entendre, on aurait cru qu'elle aurait voulu rester là. Mais, vraiment. Je pris une profonde inspiration et lui dis, en essayant de ne pas parler trop vite ou de paraître trop présomptueux :

"Attendez. Vous êtes en train de me dire que vous préférez rester ici et attendre que ça s'arrête ? J'ai l'impression que vous espérez que personne ne trouvera de solution. Mais vous êtes complêtement folle ! Enfin, excusez mon langage, mais là quand même il y a urgence. Enfin, il y a une raison quoi. Vous voulez rester dans ce trou moisi à refuser les solutions qu'on vous propose ? Ou vous voulez sortir de là, allez combattre dans votre arène, découvrir de nouvelles choses sur les Pokémon, et profiter de la vie ?"

Miss Hammington ne disait rien. Je continuai donc.

"Je ne vois pas pourquoi le fait que vous ayez déjà vécu vous dispenserait de vivre encore. Après tout, si vous êtes arrivée là, c'est que vous vous êtes battue pour tout ça. Après tout, vous êtes une pionnière de la recherche et une des figures de proue de la région de Maïlys. C'est... incroyable que vous préfériez rester là... Enfin, c'est juste que... La vie vaut la peine d'être vécue, après tout on ne sait pas ce qui peut nous attendre derrière. Qui sait, vous serez peut-être réincarnée en Psykokwak, et les migraines qui vont avec, c'est pas cool. Donc pourquoi ne pas en profiter un peu plus, tant qu'on le peut encore ?"

Shiza s'était rapprochée du bord du ravin et reniflait doucement. Elle avait compris ce que je lui avais demandé, et vérifiait l'étanchéité de la paroi rocheuse.

"Je peux le faire. La crevasse n'est pas très profonde, mais il faudrait la colmater un peu et... Heu... je..."

Elle avait levé la tête lorsqu'elle avait commencé à parler, et avait croisé le regard du Kaorine juste devant elle. Prise d'une crise de timidité, elle avait filé derrière mon dos pour se cacher. Atchoum se dressa devant elle et montra les crocs au Kaorine pour la protéger. Et dire qu'à peine quelques semaines plus tôt, il aurait été aux côtés de Shiza, tremblant de peur... Il avait bien changé, mon petit Atchoum. Je posai ma main sur sa tête pour lui faire comprendre que le Kaorine n'était pas une menace. Il souffla deux Flammèches par le nez avant d'allez près de Shiza pour la réconforter.

Je me détendis un peu en voyant mes deux petits protégés se câliner. Ce n'était pas la peine de me mettre dans un tel état, après tout.

Je me penchai au-dessus de la crevasse, et proposai :


"Ecoutez. Shiza, ma Kaiminus, est prête à tenter le coup. Si vous êtes d'accord pour essayer, bien sûr. Il n'y a qu'un seul petit détail à régler, qui est de l'étanchéité de votre crevasse... Je pense qu'un peu de sable sur le fond suffira à rentabiliser la puissance de Shiza pour qu'elle ne s'épuise pas inutilement."

Je fis une pause, puis repris.

"Si je fais ça, c'est pas parce que vous êtes célèbre et c'est pas parce que vous êtes âgée et que j'ai pitié de vous. C'est parce que tout le monde devrait avoir le droit de profiter de la vie, sans se cantonner à ce que tout le monde pourrait penser. Vous êtes avec moi ?"

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Ven 22 Mar 2013 - 17:15

Elizabeth se tapa sur les doigts intérieurement. Elle détestait jouer la dépressive. Quelques fois, lorsqu'elle rencontrait des gens merveilleusement intéressants, elle se trouvait elle-même totalement inutile. Et en plus, Khaïl n'arrêtait pas de l'enfoncer en croyant qu'elle était réellement dépressive. Elle ne savait pas où se cacher. Ni comment se dépatouiller de ces idioties. Et voilà maintenant que Khaïl croyait en la réincarnation … Elle détestait absolument qu'on lui fasse la morale. Surtout de la part d'une personne qui aurait pu être son petit-fils. Elle n'était pas la dernière des crétines, tout de même. Elle doutait fortement qu'il ait une aussi grande expérience de la vie qu'elle. Parce que sinon, il avait dû en vivre, des réincarnations. Elle se retint néanmoins de lui hurler à la tronche que ses sermons étaient d'une inutilité aberrante. Il avait quand même au départ de bonnes intentions. Alors elle ne devait pas trop le rembarrer, mais quand même.

« En tant que futur Professeur Pokémon, vous devriez savoir que les migraines de Psykokwak ne leur font aucun mal et font partie du processus d'évolution normal de cette espèce. »

Bon. Elle espérait qu'il arrêterait de la gronder comme une gamine de cinq ans, sinon elle demanderait à Djinn de lui crever un œil. Et quand un Golemastoc vous crève un œil, il ne vous reste plus grand chose autour. Brr. Elle avait en horreur les personnes moralisatrices. Parce qu'en général, elle ne savent pas tout. Par exemple, Khaïl ignorait ce qu'elle avait dû endurer pendant la bataille avec Lugia. Il ignorait la vie qu'elle avait vécu, qui lui avait déjà fait des vacheries des plus horribles et qu'elle détestait une partie de son vécu. Mais elle avait eu le courage de vivre jusque là. Et alors qu'elle était au fond du trou (au sens propre et figuré), elle n'avait même pas le droit de déprimer ? Enfin, elle n'avait pas vraiment de raisons d'en vouloir à Khaïl, mais quand même un peu.

Mais il était temps de régler sa situation. Elle ne pouvait pas rester ici indéfiniment. Il faudrait bien qu'elle sorte de ce fichu trou. Et s'il voulait l'aider, ce n'était pas de refus. Si elle devait l'aider pour qu'il l'aide, aucun problème.


« Djinn, colmate le trou, s'il-te-plaît. »

Le Golemastoc prit à pleine poignée le sable qui était tassé sur le flac du ravin et en remplit le trou. Elle pouvait même sentir une petite montagne de sable lui effleurer le dos. Elle espérait que le sable soit assez étanche pour que l'eau puisse la soulever et la sortir de cette situation des plus inconfortables. Mais Djinn n'était pas un idiot, et avait naturellement, de par son type Sol, une excellente connaissance des différents minéraux et de leurs particularités.

« Allez-y, qu'on en finisse, j'en ai marre de ce trou. »

Elle était vraiment devenue froide. Le temps passé immobilisé l'avait aigri de manière radicale, et elle en devenait même froide et acide avec celui qui l'aidait. Elle commençait à péter un câble. La sortir le plus vite possible de ce trou lui permettrait de revenir à un état normal. Mais le jeune homme devrait encore subir ses brimades un certain temps.

Horrible et Djinn, face aux remarques de leur Maîtresse, s'étonnèrent. Elle n'avait jamais été aussi désagréable. Elle qui était pourtant réputé pour sa maîtrise de ses sentiments était en train de lâcher tout ce qu'elle avait sur le cœur. Et il avait fallu que ça tombe sur le pauvre Khaïl.

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 31 Mar 2013 - 11:06

Ouh, Miss Hammington avait l'air d'en avoir sa claque de ce trou. Eh, pas la peine d'être aggressive envers moi hein, je voulais juste proposer mon idée pour vous sortir de là...


Enfin bref. Son Golemastoc commença à colmater la brèche avec du sable fin en grande quantité, pour garantir l'étanchéité. Miss Hammington avait soudain un regard dur et les mâchoires serrées. Quel brusque changement d'humeur...

Le Golemastoc finit de boucher la fissure derrière le dos de la prisonnière. Je me tournai vers Shiza, et lui demandai :


"Shiza, ma grande, à toi de jouer. Economise tes forces, tu vas devoir tout remplir, d'accord ? Essaie de réguler la température de l'eau, il ne faut pas risquer un choc thermique avec cette chaleur."
"Je... je vais essayer !"

La petite Kaiminus bondit au fond du trou et se retrouva devant les pieds de Miss Hammington. Elle s'assit face à la blessée, et commença son épreuve. Un Pistolet à O continu, de faible puissance, avec un débit moyen. On aurait dit que Shiza vomissait de l'eau en continu.

Heureusement, elle avait de la volonté la petite. L'exercice était moins difficile que la concentration du Korine avec mon carnet tout à l'heure, mais à son échelle, c'était un véritable tour de force.
L'eau montait, petit à petit, doucement doucement. Elle franchit d'abord la barre des genoux de Miss Hammington, puis des hanches, puis monta le long de son corps épuisé. L'eau était tiède, Shiza avait fait des efforts, aussi j'espérai que faute d'être un bon bain chaud, ça la détendrait un petit peu.

Shiza flottait déjà depuis longtemps. Sur le dos, les yeux fermés, elle laissait s'écouler son Pistolet à O tranquillement, sans baisse de débit. Elle m'impressionnait. Je savais qu'elle était assez modeste de nature, mais sa façon de maîtriser ses attaques spéciales était incroyable pour son niveau. Lorsque l'eau arriva aux aisselles de la blessée, celle-ci sentit son corps se détacher du fond de la crevasse pour commencer à flotter à son tour.

C'était le moment d'appeler une ambulance pour porter Miss Hammington jusqu'à l'hôpital. Elle avait clairement besoin de soins, au moins d'observations. Et cette fois, tant pis si elle n'était pas d'accord.

Tandis que je composai le numéro qui me mit en relation avec l'hôpital central d'Esperantown, Atchoum encourageait Shiza, qui commençait à faiblir un peu.


"Courage, Shiza. Je sais que tu peux le faire. Tu as une puissance incroyable, tu as déjà fait plus de la moitié ! Tu peux y arriver, courage !"

La petite ouvrit les yeux, reprit son souffle, et recommença son manège de plus belle. Les encouragements de son ami l'avaient poussé à faire mieux. Décidément, ces deux-là avaient l'air de très bien s'entendre...

Et tandis que Miss Hammington remontait lentement mais sûrement à la surface, que l'ambulance n'allait pas tarder et qu'Atchoum et moi encouragions Shiza et la blessée à tenir le coup, Shaka, lui, avait trouvé un coin frais sous un bosquet et faisait une sieste tranquille. NORMAL.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Sam 13 Avr 2013 - 14:57


Elizabeth était maintenant joyeuse. Elle allait enfin sortir de ce trou. De cette putain de crevasse où elle était coincée depuis deux jours. Sans bouger. Enfin. Pouvoir revoir ses Pokémons qui avaient été blessés lors du combat contre Lugia. Le bonheur intense de retourner à ses éprouvettes. Enfin. Voir les sourires des Dresseurs qui allaient affronter son Arène en pensant qu'elle n'était qu'une petite vieille incapable de se battre. Observer les futurs chercheurs qui rempliraient le Pokédex de leurs précieuses découvertes. Enfin. Ne plus avoir à languir sous le soleil brûlant de ces fichues Falaises Abruptes. Ne plusvoir Lugia et Mewtwo en même temps. Enfin.

Cette foule d'idées aussi réjouissantes qu'avenantes eut raison d'elle. Son coeur avait battu très vite. Trop vite. Dans l'état où elle était avec une veine recousue à l'arrache au niveau du bras, c'était très dangereux. Et son coeur céda. Tout se déroula très vite. AU bout d'une dizaine de secondes, le Golemastoc se rendit compte du drame. Il se jeta à corps perdu sur le frêle corps, interrompant le processus de récupération de la fraîche vieille dame. Il commença un étonnamment délicat massage cardiaque. Pour la seconde fois de son existence, il ressentait un
sentiment : cette fois, c'était celui de la peur. Si sa maîtresse ne vivait pas, il n'était rien. Nada. Seulement un objet mécanisé sans but. Il n'était qu'un golem simple : il n'avait pas de réelles volontés propres. Il était seulement régi par trois lois :
- "un golem ne peut porter atteinte à la Maîtresse, ni, en restant passif, permettre que la Maîtresse soit exposée au danger."
- "un golem doit obéir aux ordres que lui donne la Maîtresse, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi."
- "un golem doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi."
Et là, c'était la Première loi qui dirigeait. La loi suprême. Insurmontable. Il n'avait pas le choix.

Et cinq minutes plus tard, l'ambulance arriva. Les infirmiers se rendirent compte que la situation était critique. Ils sortirent un défibrillateur, et commencèrent les opérations. Premier choc. Rien. Djinn regarde Horrible. Une aura de peur communique entre eux. Deuxième choc. Les regards se concentrent dur l'écran qui leur annonce si la vie est revenue. Mais rien. Troisième choc. Le coeur psychique de la poupée menace de lâcher lui aussi. Ils ne savent pas quoi faire. Ils regardent les humains qui sont de plus en plus nombreux à s'activer autour du corps inanimé. L'eau de la crevasse commence à filtrer à travers le sable. Comme le vie à travers le sable. Mais un son résonne.

Bip.

Bip.Bip.

La machine de la vie résonne. Elle vit.

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 14 Avr 2013 - 15:13

Deux heures trente-quatre. Dehors, un Hoothoot rivalise de mélodie avec les Crikzik du parc. Ca fait au moins sept heures que je suis là. Un paquet de sucettes vide, trois canettes de soda et deux emballages de sandwich traînent sur le siège à côté du mien.

En cette période, et surtout après l'assaut de Lugia sur Megapagopolis, les urgences de l'hôpital de la ville ont vite été débordées.

C'est pourquoi je suis assis là, dans une clinique privée hyper-luxueuse, sans trop savoir pourquoi.
On m'a dit que Miss Hammington avait fait une découverte majeure dans cette clinique, ce qui lui avait permis de se développer et d'être aujourd'hui ce qu'elle était. J'avais à moitié écouté, et rien retenu.


Elizabeth Hammington victime d'une crise cardiaque ! Son pronostic vital engagé ! La communauté scientifique de Maïlys en émoi ! Je voyais d'ici les titres du journal de demain matin.

Et je ne pouvais m'empêcher de penser que c'était ma faute. C'était mon idée de la sortir de là avant que les secours n'arrivent. C'était mon idée d'utiliser de l'eau, qui était peut-être trop froide. Elle avait sûrement fait un choc thermique.


*Ding !*


La seringue, qui indiquait qu'une opération était en cours, s'éteignit. Mon coeur rata un battement, et je me levai tellement précipitament que le sang me monta à la tête, et je dus me retenir pour ne pas tomber. J'étais resté assis bien trop longtemps...

Une infirmière s'approcha de moi, et je lui demandai :


"Miss Hammington va bien ? Elle s'en est sortie ?"
"Ne vous en faites pas. Elle a besoin de repos, mais la réhydratation et l'opération de l'hémorragie bénigne qu'elle avait aux côtes se sont bien passées. Vous pouvez attendre qu'elle se réveille à son chevet, si vous le souhaitez."

Sans me faire prier, je balançai ma masse de vieux papiers de sucettes et de sandwich à la poubelle, et me précipitai vers sa chambre. J'ouvris doucement la porte. Miss Hammington avait l'air tranquille dans son sommeil, et le "bip" régulier du moniteur cardiaque était presque apaisant. Je m'assis dans le fauteuil dans un coin de la petite chambre, et me mis aussitôt à somnoler, bercé par les bruits discrets des machines.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Mer 24 Avr 2013 - 16:11

Seize heures dix-neuf. Elle devient consciente. Ses sens commencent à se réactiver. Elle a un fichu mal de crâne. Elle n'ouvre même pas les yeux. Elle ne sait pas où elle est. Elle entend juste un "Bip" régulier. Ah, elle doit être dans un hôpital. Mais le lit est confortable. Paradoxe. Elle doit avoir eu un traitement de faveur. Avant de prouver sa conscience aux autres, elle se fait un bref débriefing. Elle est scientifique. Elle est sûrement à Mailys. Elle était dans un ravin. Elle est Championne. Elle est plutôt vieille. Elle aime les Pokémons. Ce sont des Pokémons à l'anatomie particulière. Elle préfère les Pokémons Roches. Non, Sols. Elle aime le rouge. Elle s'appelle ... euh ... comment s'appelle-t-telle, déjà ... Bon, passons. Elle était avec un roux. Elle était mouillée. Elle a le coeur qui bat régulièrement. Ah, ça y est, elle se souvient de son prénom. Elizabeth. Et son nom de famille est Hamming- quelque chose. Elle trouvera bien une pancarte qui lui dira son nom en entier.

Elle ose enfin entrouvrir les paupières. Elle émet un grognement, comme dans les films. Il faut rassurer les gens. Mais la lumière est trop forte pour qu'elle montre complètement ses pupilles. Elle entendit soudain un bruit. Un bruyant et tonitruant "CROUNCH". Quelqu'un était en train de manger à côté d'elle. Déjà, quelqu'un l'attendait dans sa chambre. S'il mangeait, c'est qu'il devait être là depuis longtemps. Mais qui cela pouvait-il bien être ? Un assistant ? Une infirmière ? Un jounaliste ? Elle n'ose plus bouger. Son coeur bat un peu plus vite, mais rien d'affolant.

Seize heures trente-quatre. Ca y est, elle s'est habituée à la lumière. Elle se tourne pour savoir qui est son mystérieux visiteur. Elle le fait le plus discrètement possible. Pas facile quand on est dans un lit qui grince au moindre mouvement. Mais elle réussit à apercevoir son colocataire temporaire. C'est le roux du ravin. C'est quoi son nom, déjà ? Saïd ? Mali ? Dany ? Cali ? Camille ? Ca doit être Camille ... De toute façon, ça l'étonnerait qu'il lui en veuille d'écorcher son nom. Elle n'est pas vraiment en état de réfléchir convenablement. Et elle se lance :


« Camille ? Que faites-vous ici ? »

Sa voix est plus faible que prévue. C'est à peine si elle a pu l'entendre. Mais vu le silence qui règne dans la pièce, aucune chance qu'il ne perçoive pas la question.

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 28 Avr 2013 - 16:12

Après une nuit plutôt agitée à somnoler sur le fauteuil de la chambre de Miss Hammington, je m'étais réveillé avec une boule dans l'estomac. La sextagénaire était toujours inconsciente, peut-être dans le coma, qui sait... Si ça se trouvait, elle ne se réveillerait pas.

Sur ces pensées morbides, je quittai la chambre quelques instants pour aller chercher de quoi manger. Je grignotai une barre de céréales trouvée dans un distributeur, puis sortis un moment pour dégourdir les pattes de mes Pokémon. Atchoum, Shaka et Shiza sortirent de leur ball et s'étirèrent, comme chaque matin.

Je pris Shiza dans mes bras et la félicitai de son acte héroïque de la veille. Elle avait du être épuisée par l'effort, et un peu de repos lui ferait le plus grand bien. J'expliquai à mes protégés que j'allais rester à l'hôpital pour la journée, et qu'ils devrait rester dans leur Ball... Après moults grognements de Shaka, je réussis à le convaincre de rentrer, et je retournai au chevet de Miss Hammington.

J'avais décidé que si ce soir elle n'était pas réveillée, je repartais et lui laissais un mot. Je passai donc le temps à vagabonder dans l'hôpital, à regarder les allées et venues des autres docteurs, et SURTOUT, à manger. Parce que oui, quand je m'ennuie je mange, et quand je suis stressé je mange. Et là, je m'ennuyais à mourir et j'étais hyper stressé.



Bref. Trois sandwiches, deux paquets de chips et une boîte de bonbons plus tard, j'attaquai mon quatrième sandwich. Bah quoi, c'était pas cher. Je regardais par la fenêtre tachée par les embruns le relief de la ville d'Esperantown, quand j'entendis une petite voix murmurer :


"Camille ? Que faites-vous ici ?"

Je tournai lentement la tête vers Miss Hammington qui s'était réveillée, visiblement un peu déboussolée. Normal, ceci dit, après une telle aventure... Je souris largement et posai mon sandwich, pour venir à côté d'elle. Je lui dis d'un air joyeux :

"Je suis Khaïl, pas Camille, et vous m'avez fait vraiment peur, vous savez ? A force j'ai fini par croire que ce que vous m'aviez dit sur la falaise c'était vrai, que vous vouliez en finir... Heureusement que vous vous êtes battue, Miss Hammington."

J'étais sincèrement content qu'elle soit revenue à elle. Une infirmière entra alors dans la chambre en apportant un gros bouquet de fleurs jaunes et un paquet-cadeau garni d'une étiquette remplie à la main d'une belle écriture bouclée :

"Bonjour Miss Hammington ! Ce colis et ces fleurs viennent d'arriver à l'accueil pour vous. Je crois qu'elles viennent de Port Sableye. Comment vous sentez-vous ?"

L'infirmière commença à relever les mesures des appareils auquel la patiente était reliée. Je jetai un coup d'oeil aux fleurs, curieux de qui avait bien pu les envoyer, et surtout aussi vite...

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Mer 12 Juin 2013 - 12:39


Elizabeth était quelque peu surprise par l'effervescence qui naissait dans la chambre. Elle ne s'attendait pas vraiment à ce que quelqu'un soit là et encore moins qu'on lui envoie des colis et des fleurs. Des tournesols, même. Ses fleurs préférées. Tiens donc.

Mais de qui cela pouvait-il être ? La vieille dame tendit fébrilement ses bras vers l'infirmière qui lui donna la boîte et garda le bouquet pour le mettre dans un élégant vase de verre. Elle ne savait pas vraiment à quoi s'attendre. Des chocolats ? Des questions de journalistes ? Des livres scientifiques ?

Lorsque le couvercle tomba sur la couverture, une grimace censée correspondre à un sourire s'étira faiblement sur son visage fatigué. Enfin. Elle les attendait, et elles étaient enfin là. Elle ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elles transitent par son laboratoire (l'écriture de l'étiquette était celle de Mélissa, son assistante en chef), et aurait préféré qu'elles soient directement dans sa chambre. M'enfin, elle allait pas cracher dessus.

Elle avait enfin récupéré ses Pokémons.

Elle ne sortit ni Djinn, ni Mélusine, car la chambre n'était clairement pas assez grande pour ça. Mais elle prit trois Pokéballs qui la réconforteraient vraiment beaucoup. Cérès la Limonde, Horrible le Kaorine et Astrée la Minotaupe firent leur irruption dans la pièce.

La biologiste les prit dans ses bras, et resta silencieuse un moment. L'infirmière ne pipa mot, devant cette séance de retrouvailles dont la scientifique avait sacrément besoin. Elle compatissait avec ses Pokémons pour la douleur qu'ils avaient dû ressentir, et les inspecta discrètement. Cérès avait l'air encore exténuée, et son électricité ne crépitait pas. Elle avait dû subir des attaques assez impressionnantes. Kaorine, quant à lui, avait cinq yeux fermés, signe de faiblesse, malgré les soins qui leur avaient été prodigués. Ils auraient besoin d'une bonne semaine de repos, à être allongé et à dormir. Cela lui fendait le cœur, mais comme ce n'était pas possible ici, elle les renverrait au labo. Et elle les rejoindrait quand elle serait autorisée à sortir de cette clinique dorée.

Elle se tourna alors vers le roux, et le regarda avec insistance. Elle avait besoin de respirer avant de parler, et ce temps de latence lui était essentiel.


« Et vous, qu'allez-vous faire ? Rester jusqu'à mon rétablissement ? Ou rentrer chez vous ? »

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Ven 14 Juin 2013 - 5:01


La biologiste ouvrit le paquet presque fébrilement, et une expression de pur soulagement passa dans son regard lorsqu'elle y découvrit ses Pokéball. Immédiatement, elle libéra certains de ses Pokémon, et les serra contre elle. Une Limonde, une Minotaupe et un Kaorine, heureux de retrouver leur Maîtresse, semblaient néanmoins épuisés par le dur combat qu'ils avaient dû vivre. Miss Hammington avait donc sûrement vu Lugia, voire participé à l'empêcher de détruire la ville...

L'admiration que j'avais pour elle se mua en profond respect. Une femme d'un tel âge, capable de défendre toute une cité contre un Pokémon de légende venus des mers les plus profondes et obscures, et qui s'en tirait vivante ? Je me sentis soudain profondément nul par rapport à cette dame de valeur. Elle avait découvert de nouvelles espèces de Pokémon. Fait avancer la communauté scientifique à pas de géant, autant en biologie qu'en médecine. Vu et répertorié des dizaines, que dis-je, des centaines et des centaines de Pokémon. Monté son Arène Pokémon, et concilié ses devoirs de chercheuse avec ceux de Championne d'arène. Et maintenant, elle avait survécu à un assaut de Lugia, et potentiellement participé au salut d'Esperantown.

Et moi, qu'est-ce que j'avais fait de ma vie ? J'avais laissé le Pokémon de mon oncle, puis le mien, se faire capturer par la Team Zodiac, j'avais perdu les unes après les autres les personnes que j'aimais, j'avais revendu de la drogue aux non-Dresseurs, j'avais quitté le poste d'assistant du Prof. Pokémon qui aurait pu me permettre un avenir et aujourd'hui, j'étais un SDF qui vendait ses portraits sur les places ou combattait les Dresseurs de la ville pour gagner de quoi payer une chambre d'hôtel miteuse le soir. Sans futur, sans passé. Mes trois petits Pokémon comme seule famille...


Lorsque Miss Hammington me posa sa question, je mis quelques secondes à répondre.


"Et vous, qu'allez-vous faire ? Rester jusqu'à mon rétablissement ? Ou rentrer chez vous ?"
"Je pense que... d'abord que vous pouvez me tutoyer, je ne suis pas grand-chose par rapport à vous, vous savez. Ensuite, pour ce qui est de rentrer, ça va être un peu compliqué car je n'ai pas de chez-moi à proprement parler. Enfin, je ne suis pas non plus un clochard qui mendie pour manger, mais je n'ai pas de maison, c'est tout. Je ne suis pas Dresseur, donc pas de place réservée pour la nuit ni de repas gratuits au Centre Pokémon. Donc je pense que... Je vais rentrer à Port Lieucca, et continuer ma petite vie."

Le ton que j'avais employé était plus désabusé que je l'aurais souhaité. Je me repris rapidement : pas question que Miss Hammington ait pitié de moi. Une idée soudaine me traversa :

"Vous savez quoi ? Je vais arrêter de me contenter de squatter une chambre d'hôtel pourrie et de vendre mes dessins moches sur les places publiques. Je n'ai pas beaucoup de talent dans ce que je fais, mais je suis déterminé. Et il m'arrive d'avoir de la chance."

Alors tentons le coup, pensai-je. Après tout, au pire, qu'est-ce que je risquais ?

"Miss Hammington, si vous le souhaitez, je pourrais vous servir d'assistant. J'ai conscience d'avoir beaucoup à apprendre, peut-être beaucoup trop pour que vous acceptiez ma candidature, mais... Ce serait un honneur de travailler pour vous, et je saurai vous être utile."

Il était vrai que le moment n'était peut-être pas tout à fait propice à ce genre de proposition. Après tout, on ne se connaissait pas depuis très longtemps. Et il était vrai également que je n'avais pas fait mes preuves face à Miss Hammington, du moins pas encore.

Mais j'espérai de tout mon coeur qu'à défaut d'accepter, elle ne rie pas de moi. Un refus serait plus normal qu'une acceptation, mais je n'aurais pas supporté une moquerie après lui avoir confié mon but...


Et puis, si elle refusait, je pourrais toujours essayer de demander à d'autres Professeurs Pokémon. Des assistants, il y en a toujours besoin, non ? Et puis ma capacité à faire du café était indéniable.

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Ven 14 Juin 2013 - 16:42


La biologiste était très surprise. Elle ne s'attendait vraiment pas à ce qu'il fasse cette demande, à ce moment, à elle. En général, elle choisissait ses assistants à la suite d'un long test scientifique. Elle avait souvent des assistants très qualifiés, qui lui permettaient de conduire à bien ses expériences. Donc lorsque le jeune homme lui demanda ce poste, elle fut très surprise. Il était très sympathique, se débrouillait bien avec ses Pokémons, avait su gérer une situation de stress, mais tout cela ne prouvait pas son intelligence. Elle devait le tester, pour de vrai.

« Khaïl, je ne vous tutoierai pas pour le moment. Je préfère être sur un pied d'égalité avec les gens à qui je parle : vous me vouvoyez, je vous vouvoie. Vous vous doutez aussi bien que je dois savoir si vous êtes assez qualifié et intelligent pour accéder à ce poste. Donc, je ne vous demanderai pas de CV, je n'ai pas le temps avec ses formalités. Je vous ferai juste un test en trois énigmes. »

La vieille dame avait refermé les yeux. Elle devait se remémorer les termes des énoncés. Elle se doutait bien que le roux jeune homme devait tirer une tête assez étrange. Elle avait fait subir ces questions à tous ces collègues. Par ce moyen, elle savait s'ils avaient un sens logique affirmé. C'était un peu enfantin, mais très pratique.

« Notez. »

Elle entendit le bruit d'un froissement de feuilles, le garçon devait avoir sorti son calepin.

« Première question : Dans une pièce sans lumière se trouvent trois coiffes noires et deux blanches. On fait entrer trois dames de la cour dont la dernière est aveugle. Chacune prend une coiffe au hasard et la pose sur sa tête sans la regarder. On retire les coiffes qui restent. On allume des chandelles et on demande à chaque dame si elle est capable de deviner la couleur de sa coiffe. La première regarde les deux autres et dit que non. La deuxième regarde également les deux autres et répond, elle aussi, que non, elle ne connaît pas la couleur de sa coiffe. La troisième, pourtant aveugle, répond qu'elle connaît la couleur de sa coiffe. Comment a-t-elle fait pour trouver ? »

Pour Elizabeth, seules les énigmes logiques comptaient. Les autres ne nécessitaient que de la chance, du feeling ou de l'imagination.

« Deuxième question : Un marchand, qui n'a pas de poids pour peser ses fruits, achète un cube de plomb de quarante kilogrammes. Le ferrailleur lui demande alors s'il veut couper son cube. Le marchand se rend alors compte qu'il ne peut le couper qu'en quatre morceaux. Déterminez la masse des quatre poids de façon à ce qu'il puisse peser n'importe quelle masse entière de 1 à 40 kilos. »

Un peu de maths, cette fois. Elle espérait que ce ne serait pas un problème pour lui, car il devrait l'utiliser tous les jours. Oui, la vie de scientifique n'est pas toujours passionnante.

« Troisième et dernière question : Un prisonnier est enfermé dans une tour qui comporte deux portes. L'une d'elles donne sur la sortie, l'autre sur les oubliettes. Un gardien est placé devant chaque porte. L'un dit toujours la vérité, l'autre ment toujours. Quelle seule et unique question le prisonnier doit-il poser à un seul des deux gardiens pour être certains de trouver la porte de la liberté ? »

Elle se doutait que le jeune homme mettrait un certain temps pour trouver les trois réponses. Maintenant, les clauses finales.

« Vous devez me donner les réponses demain, à 18h. Mademoiselle, veillez à ce qu'il dorme ici et à ce qu'il n'ait strictement aucun accès à Internet, quitte à lui confisquer son Vokit. Vous comprenez bien l'intérêt, j'imagine, Khaïl. »

Elle était vraiment méchante, sur ce coup-là. Il allait en baver pour tout résoudre. Mais elle n'allait pas lui dire que seules deux réponses suffiraient. Non, il fallait le laisser mijoter. Il devait aussi se préparer à ce genre de choses qu'elle pourrait faire une fois rentrée. Elle adorait les énigmes. C'était l'un de ses seuls points faibles. Elle sentait qu'il allait réussir le test. Mais on se savait jamais …
Spoiler:
 

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïl
Le charme à l'état roux !
avatar

Messages : 822
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 23

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Dim 16 Juin 2013 - 17:29

HJ:
 

Bien sûr, je ne m'étais jamais attendu à ce que Miss Hammington accepte ma demande sans rien. Mais je ne métais pas vraiment attendu à ce qu'elle accepte sous condition, d'ailleurs. Dans ma tête, elle allait forcément refuser, et j'allais prendre son refus comme tremplin pour me motiver à faire mieux.

Mais là ?! Elle me posa une série de trois énigmes. Ma mère avait toujours été friande d'énigmes, mais pourtant, jamais elle ne m'avait posé celles-ci. Je notai rapidement, et souris lorsqu'elle demanda à l'Infirmière de prendre mon Vokit si nécessaire. Je lui tendis mon vieux PokéNav de dix ans d'âge, aussi capable de se connecter au Net qu'un Tauros de tricoter un pull.


"Je comprends parfaitement, Miss Hammington. Je ne vous décevrai pas, du moins je l'espère. Je vous laisse vous reposer en compagnie de vos Pokémon, je vais chercher un coin calme pour réfléchir."

Non pas que sa chambre n'était pas calme, loin de là, mais je m'étais dit qu'elle aurait besoin d'un petit moment seule avec ses Pokémon, qui étaient probablement ses meilleurs amis. Peut-être aussi sa famille, quelque part, comme les miens étaient devenus la mienne... 

Je quittai la chambre. En déambulant dans les couloirs, je trouverai certainement un endroit confortable et pas trop fréquenté. Ceci étant dit, la clinique n'était pas des plus bondées, et je dus croiser au maximum trois Infirmières après avoir fait tout le tour de celle-ci. Je trouvai alors une petite salle d'attente, équipée de fauteuils en velours noir, dans laquelle trônait une sculpture mise en valeur par un judicieux éclairage indirect.

Celle-ci, épurée au possible, représentait probablement un Dresseur et son Pokémon quadrupède, et la force qui les liait. Faite de bois sombre et d'ivoire, sa présence dégageait une sorte de sérénité qui m'apaisait. Je sus que c'était l'endroit parfait pour réfléchir aux énigmes qu'on m'avait posées.


Je m'assis dans un fauteuil, et relus attentivement chacune d'elles. La première avait l'air plutôt simple, la seconde traitait de mathématiques et la troisième... Bon dieu, la troisième n'avait rien à voir avec la logique. Je décidai d'y revenir plus tard, et de m'atteler d'abord à la première énigme.



______________


Au bout d'une heure, je reposai mon crayon. La première énigme n'était qu'une analyse des cas de figure possibles, avec un petit piège pour l'un d'eux, mais j'avais réussi à m'en sortir. Je jetai mes quelques brouillons faut, et gardai celui où j'avais trouvé la réponse.

Deuxième énigme, maintenant. La division en quatre du cube, pour pouvoir peser n'importe quel poids entier de 1 à 40 kg. Autant dire, impossible pour moi, qui avait toujours été une quiche en maths... Mais il le fallait. Je tournai une page, et commençai à griffoner.


Dix-huit heures. Dix-huit heures trente. Dix-neuf heures. Vingt heures. Bon sang, cette énigme avait-elle seulement une solution ??? J'avais essayé toutes les combinaisons possibles. Pourquoi ce fichu marchand ne pouvait-il couper son cube qu'en 4 ??? Je posai mes affaires, et allai me dégourdir les jambes un moment. J'achetai trois barres chocolatées, un café, et un morceau de pizza à la cafétéria. Je n'allais pas passer une nuit blanche, mais il fallait que je réfléchisse encore un peu avant de m'endormir. Je déambulai dans la clinique, puis sortis un moment pour respirer l'air empli d'iode. La ville d'Esperantown scintillait de part et d'autre de l'immense falaise où elle était nichée. Les embruns me fouettaient le visage, et les vagues houleuses s'acharnaient contre les roches déjà érodées qui soutenaient toute la ville. Quelle idée avaient-ils eu de construire leur ville ici ?

Je décidai que j'avais assez rêvassé, et je retournai à la salle d'attente de la clinique, toujours plus ou moins déserte. Mes affaires n'avaient évidemment pas bougé. Je croquai dans une barre de chocolat, et me remis à réfléchir.



______________



A vingt-trois heures, je m'arrêtai, étrangement épuisé. J'avais essayé toutes les combinaisons de chiffres possibles, mais pas moyen de trouver la solution. Il fallait forcément un 1, mais ensuite ? 2, 3, 5 ?? Et en plus il fallait que ça fasse 40 au final...

Je posai mon crayon et mon carnet sur la table basse, avant d'éteindre la lumière chaude que me procurait la lampe à pied près de mon fauteuil. J'avisai un canapé plus long que les autres, et m'y allongeai, recroquevillé sur moi-même. Alors que mon esprit commençait à partir à la dérive d'un songe tourmenté, une idée étrange y apparut. Un début de solution...? Le sommeil m'emporta, et je dormis d'une traite jusqu'au lendemain matin.

Et lorsque je m'éveillai, j'avais la réponse. 

Sans même attendre d'avoir mangé ou défroissé ma chemise, je me précipitai sur mon calepin et griffonai la suite de nombres que j'avais imaginée. Il y avait FORCEMENT une logique. Ca ne pouvait pas "juste" être des nombres au hasard. Des puissances, des nombres, voilà ce qu'il me fallait. Au bout de quelques essais, j'avais ma solution. J'additionnai le tout et... OUI ça faisait 40 ! Bon sang, quel soulagement !


Presque sur un petit nuage, j'arrachai la feuille avec la bonne réponse, et la rangeai avec la première. Je mis à la corbeille toutes les autres, gribouillées de nombres et de chiffres partout, avant de me lever pour m'étirer. J'avais dormi presque dix heures, au vu du soleil au-dehors, et l'horloge qui m'accueillit lorsque je sortis de la salle indiquait... Midi ?! Mais bon sang, comment était-il possible de dormir autant, dans un canapé en plus ?? Ok, j'avais eu du sommeil à rattraper. Mais ça ne me laissait que six heures pour réfléchir à l'énigme suivante, qui était, à mon avis, la plus dure.

J'achetai un café au distributeur, plus par nécessité de boire quelque chose de chaud que pour me tenir éveillé, et jetai un oeil dans la chambre de Miss Hammington. Qui était vide, le lit défait. Je haussai les épaules. Elle était sûrement allée faire un tour, se dégourdir les jambes ou faire un examen. Je remontai en vitesse dans la salle d'attente pour réfléchir à la dernière question.



Souvent, ce genre d'énigme avec "un homme qui dit la vérité et un autre qui ment" se concluait par une question piège, du genre "Mens-tu?". Mais là, si l'on demandait ça au menteur, il dirait non. Et l'autre aussi...

Toutes les questions que je posais se soldaient par la même réponse des deux côtés. Et il fallait que je ne pose qu'une seule et unique question à n'importe lequel d'eux... Qui me dirait où était la bonne porte. Sachant qu'on ne savait pas lequel gardait quelle porte. Comment était-ce seulement possible ?

Je griffonnai des tableaux, des chiffres, des combinaisons et des centaines de questions dans des coins de feuilles, mais rien n'y faisait. Je ne trouvais pas.

L'heure passait. Treize heures, quatorze, puis quinze. J'étais toujours dans l'impasse. J'essayai d'appliquer le même raisonnement qu'à la question précédente : il DEVAIT y avoir une logique ! Mais laquelle ? Impossible de remettre mes idées en place. J'avais cogité trop longtemps pour que mon cerveau accepte de m'aider sur ce coup-là. Je me sentais comme un légume. Malgré les pauses que je prenais, j'étais incapable de trouver la réponse à cette fichue énigme. Qui pourtant devait être simpliste... Ou pas... Ou si ?


______________



L'heure fatidique arrivait. A 17h45, je me résignai. Cette énigme était beaucoup trop dure. Impossible à résoudre. Je n'étais pas fait pour le poste d'assistant que Miss Hammington avait accepté de m'offrir. Et cette certitude était pire qu'un refus de sa part : elle indiquait seulement que je n'étais bon à rien. 

Tout espoir m'ayant quitté, la honte couvrant la moindre de mes pensées, je ramassai mes feuilles et jetai mes brouillons qui emplissaient désormais la corbeille. Je cherchai une Infirmière, et lui demandai, s'il vous plaît, d'apporter cette enveloppe dans la chambre de Miss Hammington de ma part à dix huit heures précises. Merci, au revoir. Je fis le tour pour ne pas repasser devant sa chambre, et m'éclipsai. La nuit commençait déjà à tomber sur Esperantown, et j'avais du mal à croire que j'avais passé autant de temps dans cet hôpital. Mais maintenant, il fallait bien que je rentre chez moi. 

Mais après tout, où c'était, chez moi...?


______________



Lorsque Miss Hammington ouvrit l'enveloppe, elle y trouva trois feuillets. Deux d'entre eux étaient soigneusement pliés l'un contre l'autre, le troisième n'était qu'un petit morceau de papier volant. Sur l'enveloppe figurait la mention "Miss Elizabeth Hammington", et à l'arrière : "De Khaïl. Je n'ai pas su me montrer à la hauteur, mes excuses."

Sur le premier papier était inscrit :


Spoiler:
 

Sur le second, demeurait cette suite sybilline :

Spoiler:
 

Et sur le troisième, ne figurait que ces simples mots :

Spoiler:
 


______________



Je me réveillai lorsque le bus s'arrêta d'un coup sec, et que la voix automatisée annonça de sa voix plate : "Terminus, gare routière de Lieucca. Tous les voyageurs sont invités à descendre. Merci."

Je descendis, et me rendis à l'hôtel où j'avais laissé le gros de mes affaires. Elles étaient toujours là : personne en cette saison ne souhaitait louer cette petite chambre de bonne au huitième étage sans ascenseur. Je m'affalai sur le lit, démoralisé. Une question me vint à l'esprit : "Qu'aurait fait Athéna dans ma situation?"


Et un éclair de lucidité transperça le brouillard mental qui embrumait mes esprits. Qu'aurait fait l'autre ? Qu'aurait répondu l'autre gardien à la question "Où est la porte des oubliettes ?"

C'était la Solution. Et étrangement, je me sentis soudain mieux d'avoir percé ce mystère. Je n'avais aucun mérite, mais je me sentais vraiment mieux. Je n'étais pas bon à rien. Juste... un peu lent ? Je me promis de prendre ma vie en main, et m'endormis.



Spoiler:
 

~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth
Championne de Port Sableye
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 19
Localisation : J'ai vraiment beaucoup aimé ce forum. Qui me manque, quand même. Mais j'ai tourné la page, maintenant, je pense ... J'ai beaucoup trop de souvenirs ici, revenir ici, c'est presque revenir dans mon enfance, même si ça n'était qu'il y a 3 ans.

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   Lun 17 Juin 2013 - 13:37


Elizabeth s'était réveillé , ce jour-là, pleine de joie et d'espoir. Elle s'était enfin sorti de ce ravin à la c*n, et profitait de la présence avec ses Pokémons. Elle avait passé la journée en fauteuil roulant dans le parc à les regarder jouer entre eux. Elle avait pu sortir Djinn, et avait discuté avec lui pendant une bonne heure. Enfin, discuter était un grand mot. Elle avait monologué et posé des questions binaire auxquelles le robot antique avait répondu par un signe de la tête. Le spectre ne ronchonnait pas, car il savait qu'elle avait besoin de parler. Elle avait toujours été un moulin à paroles, et pendant ses expéditions dans le désert, elle n'avait que lui avec lequel converser.

Quant aux autres, ils courraient dans le jardin (qui était plutôt un domaine, vu son étendue) en détruisant quelques jolis bancs en fer forgé. Mais ce n'était qu'un détail. Elle avait rencontré le médecin qui était en charge de son cas. Elle s'attendait au pire. Et elle y eut droit.


« Vous avez eu trois vertèbres brisées lors de votre chute. Pas de paralysie, mais votre dos mettra beaucoup de temps à s'en remettre. Pendant six mois, vous devrez être en fauteuil roulant. Et les trois mois qui suivront, une canne suffira. Je vous conseille même de la garder plus longtemps, vu votre grande taille. »

Choc. Elle resta silencieuse pendant un bon quart d'heure. Elle était en train de se remémorer toutes les choses qu'elle ne pourrait plus faire. Conduire, voler à dos de Pokémon, aller dans le désert, se promener tranquillement dans les rues de Port Sableye, faire des expériences dans son laboratoire adapté pour travailler debout, faire du sport avec ses Pokémons, courir … Trop de choses auxquelles elle tenait. Elle ne put retenir quelques larmes de s'écouler le long de ses joues, et éclata finalement en sanglot. Le silence se fit alors dans la nature, laissant la douleur s'exprimer.

Elle revint alors dans la clinique à la fin de la journée, lessivée. Elle avait pleuré toutes les larmes de son corps, anéantie par son nouvel état. Elle ne savait pas si elle allait pouvoir tenir très longtemps à ce rythme. Elle ne pouvait pas s'empêcher de pleurer. Elle avait dû envoyer un message à la Ligue stipulant son état d'invalide. Écrire d'elle-même qu'elle était en fauteuil roulant pour un semestre l'avait forcé à reconnaître ses nouvelles incapacités. Ce qui lui avait déchiré profondément le cœur. Elle se doutait qu'elle allait avoir un message de compassion de la part de la froide administration maïlysienne, et elle n'allait pas le supporter. Elle allait d'ailleurs devenir la pire compagnie possible pour son entourage. Incapable de se retenir de pleurer toutes les trois minutes.

Puis elle intercepta l'enveloppe de candidature de Khaïl. Elle l'ouvrit doucement en tendant les bras, pour ne pas la mouiller de ses pleurs. Enfin une bonne nouvelle. La première réponse avait été apportée, et la deuxième aussi. Mais la troisième n'était pas là. Bon. Tant pis. Elle lui referait passer un test d'une question de rattrapage. Elle attrapa donc le PokéNav en libre service dans sa chambre et composa le numéro.

Bien sûr, le garçon ne répondit pas. Elle laissa donc un message sur le répondeur :


« Oui, c'est *SNIFF* Elizabeth Hammington … c'est pour vous dire … *SNIFF* que vous devez venir la semaine pro-*SNIFF*-chaine à l'Arène, à Port Sableye. A plus tard *SNIFF* »

Puis la doyenne de la Ligue reposa l'appareil, avant de s'effondrer sur la table grise.

~~~~~~

The age of gold, the strength of vermilion

Merci à Lyndia pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si Mémé est en fauteuil, on la pousse pas dans les orties. [Elizabeth] [TERMINE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 11°Fig :Le CowBoy dans le saloon.
» Livre - "Le fauteuil hanté" de Gaston Leroux
» Tuto serviteur de fauteuil
» une housse de fauteuil
» Fauteuil d'orchestre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Esperantown-
Sauter vers: