Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Généalogie [RP Solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sebastian
Le Roi Blanc
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 13/01/2014

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Généalogie [RP Solo]   Ven 8 Aoû 2014 - 9:43


Il faisait déjà nuit noire à Esperantown. Les lumières du Heaven Circus faiblissaient, diffusant de moins en moins leurs milles et une teintes sur les hauteurs de la ville et plongeant progressivement l'établissement dans la même obscurité que le reste de la région. Déjà Zelda, la Gardevoir, avait-elle rappelé tous les membres de l'équipe dans leurs pokéballs. Comme d'habitude seuls le Tranchodon et le Gigalith restaient hors de leurs habitacles sphériques. La psychiste s'était souvent demandé si le dragon avait seulement déjà eu une pokéball ou s'il suivait Sebastian par loyauté. Mais dès lors qu'il s'agissait de son passé, le Roi Blanc se faisait très évasif. Et Zelda respectait trop cela pour insister.

Ce soir là, comme à leur habitude, Onox s'était allongé sur le sol de la salle principale pendant que son maître et sa Gardevoir sirotaient un verre quelconque. Zelda avait appris à aimer le sucré et se délectait régulièrement de grenadine pendant que son propriétaire s'était fait violence pour entrer dans la vie adulte en commençant à consommer du whisky.


*Comptes-tu ressortir ce soir ?*

"Non." Répondit Sebastian, "Je suis épuisé. Le week end arrive, je pense prendre ma journée demain et me réveiller quand je pourrai."

Le Pokémon étreinte acquiesça en souriant. Depuis son réveil, le restaurateur avait gardé ce rythme de sommeil tout à fait inhabituel. Il restait éveillé pendant des jours et des nuits puis, d'un coup, ressentait le besoin de dormir. Et quand il s'allongeait, il restait généralement immobile pendant plus de 48h, comme si ses batteries avaient besoin de se recharger pendant autant de temps pour lui permettre de tenir ce rythme inhumain. Rythme qui lui imposait, les soirs comme celui-ci, de s'aider encore d'une canne pour marcher.

On frappa à la porte.

Le jeune homme haussa un sourcil et porta le verre à ses lèvres en riant jaune.

"Bon sang, il doit être quoi ? Une heure ? Deux heures ? Les gens devraient savoir lire un panneau ''Fermé'' quand ils en voient un..."

* A moins que ce soit encore un poivrot ?*


On frappa de nouveau. L'insistance de l'individu intrigua la Gardevoir qui daigna enfin se lever. L'absence de réactivité de Darmani pouvait être aussi rageante qu'inquiétante selon la nature de celui qui tambourinait à la porte du restaurant à une heure si tardive.

En ouvrant, Zelda tomba nez à nez avec une jeune fille.

Tout juste devait-elle avoir dix ou onze ans. Ses grands yeux verts mis en valeurs par des cheveux châtains coupés au dessus des épaules regardèrent la Gardevoir d'un air presque suppliant. S'ils n'étaient clairement pas ceux d'un clochard du coin, ses vêtements n'avaient rien de très glorieux non plus. Dans ses bras l'enfant tenait un Pyroli roulé en boule et les yeux clos. La psychiste n'eut pas besoin de s'interroger, le souffle régulier du Pokémon feu indiquait qu'il dormait simplement.


"Bonsoir..." commença timidement l'enfant. "...je sais qu'il est tard et je suis désolée de vous déranger, mais je suis affamée et je n'ai trouvé aucun autre endroit où manger. Pourriez-vous me donner quelque chose ?"

Imperturbable, la Gardevoir poussa un soupir las.

*Désolée, petite, nous sommes fermées et nous ne prenons pas de réservations ce soir. Reviens demain, nous offrons des plats bons marchés pour les plus démunis.*
Elle s'apprêta à refermer la porte quand la jeune fille s'interposa, prête à se faire claquer le battant sur la main pour avoir un peu d'attention. Zelda interrompit son mouvement juste à temps.

"Non ! Pitié ! Je ne vous demande pas de chambre, juste un peu de pain ! De quoi manger pour tenir jusqu'à demain ! J'ai de quoi vous payer, s'il vous plaît !"

La Gardevoir était sur le point de rejeter cette insolente d'une façon bien plus véhémente quand Sebastian apparut derrière elle. Intrigué par cette voix si jeune et cette complainte si touchante, le restaurateur avait fini par se lever pour voir de quoi il retournait.

"Bah, ça ira pour cette fois." commença-t-il. "Mais garde ça pour toi. Je veux pas avoir à servir tous les SDF qui traînent à cette heure-ci, petite. C'est clair ?"

La jeune fille fit ''oui'' de la tête avec insistance, un grand sourire aux lèvres. Sa petite bouche expressive parvenait tout juste à clore ses grands yeux quand elle se montrait aussi joyeuse. D'un pas vif elle dépassa la Gardevoir, suivit le Roi Blanc dans son restaurant et s'installa au bar après avoir déposé le Pyroli sur le sol. Le Tranchodon leva la tête à l'arrivée de ce nouveau public, mais devant l'absence totale de menace qu'il représentait, souffla des naseaux, se rallongea et se rendormit.

La psychiste, quant à elle, ne rentra pas de suite. Après avoir fait une moue un peu exaspérée, elle avait passé la tête dehors pour voir ce que faisait Darmani. Le Gigalithe Chromatique dormait à poings fermés. Cette nonchalance acheva d'énerver Zelda qui manqua de claquer la porte derrière elle. Toutefois, quelque chose à l'extérieur attira son attention. Une lueur rosée qui brillait dans la nuit, quelques mètres plus loin. Fronçant les sourcils comme pour s'aider à mieux distinguer l'origine de cette lueur, le Pokémon Etreinte s'avança prudemment dans sa direction.

A l'intérieur du restaurant, Sebastian avait rallumé la petite lumière du bar et sortit un plat tout fait qu'il servit à la jeune fille qui venait de lui tendre quelques billets et quelques pièces. Avec un sourire amusé, le restaurateur ne s'encombra pas de compter la monnaie qui lui était tendue, et se contenta de la remercier poliment.

La fillette engloutit presque la moitié de son assiette en l'espace de quelques secondes, ce qui ne manqua pas de faire hausser un sourcil au Roi Blanc qui s'appuya sur sa canne avant de lancer la discussion :

"Attention, petite, tu vas t'étouffer si tu continues."

"Hmm ! Décho... hem. Désolée ! J'étais vraiment morte de faim. C'est pas terrible ceci dit. J'espère que vous servez des trucs mieux aux gens."
Sebastian eut un éclat de rire franc. Il ne s'attendait certainement pas à ce genre de réponse ou d'à propos de la part d'une enfant.

"Ah ! Pour la somme que tu m'as donné, tu rêves si tu crois que je vais te servir mieux ! Mais pourquoi n'es-tu pas passée plus tôt au restaurant si tu étais si affamée ? Ça fait plusieurs mois que nous sommes ouverts, tu sais."

"Hmm, je ne suis pas d'ici. Je viens de loin en fait. Ça fait un bon moment que je voyage, je suppose que j'ai eu de la chance de m'en tirer sans vrai repas jusqu'à présent. "

"D'où viens-tu ?"

"D'Unys. Pas loin de Volucité."

"Ah vraiment ? Moi aussi je viens de là bas. De Volucité même pour être précis. Mais ça fait une sacré trotte jusqu'ici. Qu'est-ce qui t'a poussé à quitter la capitale ?"
En avalant une nouvelle bouchée, la jeune fille haussa les épaules.

"Chépa. Chuppoje que ch'est danchereux pour *gulp* … pour une gamine. Pis j'avais des choses à faire. Et vous pourquoi vous avez quitté Unys ?"
Sebastian eut un rire jaune. En vérité il n'avait jamais vraiment quitté la région des Dragons Légendaires. Il était entré dans le Portail dimensionnel à Volucité et en était ressorti à Port Lieucca.

"Disons que j'ai été amené ici contre mon gré. Mais bon, au final je m'y plais bien et tout ce que j'ai à faire pour être heureux se trouve ici. Donc je ne vois pas pourquoi je m'en irais."

"Et votre famille, elle est restée à Volucité du coup ?"
Il secoua négativement la tête.

"Malheureusement je n'ai pas de famille. Ni frères et sœurs, ni parents."

"Même pas une copine ?"
Le Roi Blanc se passa la langue sous la lèvre inférieure avec un air faussement gêné, ne cherchant même pas à dissimuler son sourire. Décidément cette enfant était amusante.

"Quel est ton nom, petite ?"

"Alexia." Répondit l'enfant. Sebastian haussa les sourcils. Alexia était un nom sommes toutes assez commun, mais il lui évoquait des souvenirs. Il savait que Solem avait songé à nommer un de ses Pokémons ainsi. Le Roi Blanc l'avait trouvé très beau et lui avait alors conseillé de le garder pour quelque chose de plus important qu'un simple Pokémon. Ils avaient été jusqu'à envisager de renommer Darkrai de la sorte s'ils le capturaient et s'ils découvraient qu'en vérité le maître des Cauchemars était une femelle.

" Et bien Alexia, je te trouve bien indiscrète." Enchaîna-t-il. La fillette eut un petit rire ravi avant d'ajouter :

" Rooh ! Ca va ! C'est pas comme si je vous avais demandé si vous étiez un membre de la Zodiac ! "
Le jeune homme répondit à son rire, incrédule.

"Oh tu sais la Zodiac, si j'en avais fait partie, nul doute que ce ne serait plus le cas avec tout ce qui leur est arrivé ces dernières semaines !"
Il saisit l'assiette vide de l'enfant et fit volte face pour la mettre à la plonge, avec le reste des couverts sales. Alors qu'il lui tournait le dos, Alexia lui demanda, le plus innocemment du monde :

" Alors pourquoi vous vous habillez comme eux la nuit ? "

Un silence. Sebastian se retourna, son sourire toujours présent, mais cette fois plus perturbé, plus incertain. Faisant mine de ne pas savoir de quoi elle parlait, il reprit :

"Que veux-tu dire ? "

"Je vous ai vu plus tôt dans la semaine, avec votre masque et vos bandelettes, quitter cet établissement pendant la nuit. Vous aviez l'air pressé, vous avez même demandé à votre Pokémon de vous Téléporter. Ca ressemble à du Zodiac, nan ?"


Sebastian déglutit. Un seul mot traversa son esprit. ''Merde''. Cette gamine l'avait vu revêtir le masque de Rephakn'athut. Comment ? Pourquoi ? Il s'arrangeait toujours pour être le plus discret possible. Il paraissait hautement improbable qu'elle l'ait ainsi observé sans un minimum d'espionnage. Mais au diable ces détails. Elle l'avait vu. La plupart de ceux qui avaient eu un aperçu de Rephakn'athut avaient eu un aperçu de la Mort elle-même, et certains même ne s'en étaient pas relevés. Cette enfant ne pouvait pas être laissée en vie. C'était trop risqué. Mais alors que la main du restaurateur se refermait lentement sur le manche d'un couteau de cuisine situé non loin de là, une question lui vint en tête.


"Une minute... je croyais que tu m'avais dit que tu venais d'arriver en ville. Comment as-tu pu me v..."
Sa phrase fut coupée par une sonnerie. La sonnerie du Vokit de l'enfant. Une mélodie grave qu'il ne connaissait que trop bien, et qui fit resurgir dans son esprit des souvenirs trop longtemps enfouis. Une mélodie que lui et Solem aimaient particulièrement et écoutaient très régulièrement. Alexia sortit son Vokit, sereine, lu le message qui venait de s'y afficher, l'éteignit sans un mot et regarda de nouveau le jeune homme. Son visage ne semblait plus du tout innocent. Son sourire était toujours là, mais ses grands yeux verts trahissaient désormais une maturité et une vivacité d'esprit qui n'étaient pas là quelques secondes plus tôt. Et dans ce visage serein et assuré traînait quelque chose de malsain. Quelque chose que Sebastian aurait pu reconnaître entre mille autres déguisements.

Son propre masque.


" Qui es-tu ?" Demanda-t-il, une pointe de peur dans la voix. Son sourire, à lui, avait totalement disparu, laissant la place à un faciès défiguré par la colère et la crainte.

"Pourquoi avoir essayé de capturer Darkrai ? Et pourquoi avoir cherché à construire une structure de pokéball géante dans votre cave après vous être réveillé ? "
Demanda-t-elle, toujours innocente. Sebastian n'en croyait pas ses oreilles. Quelques longues secondes passèrent sans que le Roi Blanc ne réponde rien. "Oh. Alors vous avez construit cette structure en test, en essai, pour recommencer l'invocation du Portail de façon plus sûre. Vous vous dites que si le pouvoir du Portail des Cauchemars vient d'un Pokémon, l'invoquer directement dans une pokéball géante le rendra impuissant ? Je suppose que c'est pas bête."

Le visage de Sebastian se décomposa littéralement. De la crainte il passa à la rage et se déforma dans un rictus abject de dégoût et de colère.
"Sale petite..."

"Mais alors pourquoi avoir fait tout ça en vous faisant passer pour un Zodiac ?"

"La ferme..."
Comment savait-elle toutes ces choses ? Elle ne pouvait pas les avoir devinées. Elle ne pouvait pas sortir toutes ses informations de nulle part. Bordel de merde, ses plans quant à la cave du Circus étaient inconnus de quiconque autre que lui ! Même Zelda n'avait aucune idée de ce qu'il préparait ! Alors comment ?

" Pour l'argent ? Ah. Ok. Faire des combats pokémon et remporter les matchs d'arènes rapporte plus d'argent et plus vite que tenir un resto ici. Je suppose que vous vouliez donc financer ces inventions sans vous faire trop griller. Dommage. Ca aurait pu marcher."
L'enfant ne souriait plus non plus. Son expression totalement neutre se contentait d'observer les réactions de son interlocuteur, comme un vautour scrutant les derniers instants de sa proie. Sebastian se plaqua la main sur le front, comme pour faire taire la migraine qui naissait dans son crâne.

"LA FERME !"

Le cri réveilla Onox qui se redressa d'un coup, comme prêt à bondir au moindre signe de danger qui pourrait intervenir. Mais avant même que le dragon ne se soit complètement redressé, le Pyroli avait ouvert les yeux et craché une attaque Danseflamme particulièrement dense qui encercla le Tranchodon et qui le ligota dans un cyclone de feu qui le priverait de tout mouvement. Le Pokémon Hachomenton poussa un cri plaintif face à cet assaut inattendu et tomba à la renverse. Les dégâts de l'attaque elle-même étaient et seraient parfaitement dérisoires. Mais ce mur de flammes l'empêchait de voir, de penser, d'agir. Et si son dresseur ne lui donnait pas d'ordres rapidement, il resterait totalement impuissant, soumis à sa colère et à sa peur, pendant encore un long moment.

La colonne de flammes qui s'élevait dans son dos donnait à Alexia une toute autre prestance. Elle n'était qu'une gamine, mais aux yeux de Sebastian elle représentait un danger incompréhensible, un obstacle improbable et imprévu. Sa poigne se referma sur le couteau de cuisine qu'il brandit vers l'enfant, prêt à l'égorger vive dans un mouvement circulaire.

Mais son bras refusa de lui obéir dans cette folle entreprise.


"Que... ?"

Comme paralysé, le Roi Blanc sentit une force inconnue prendre possession de son membre armé et le retourner, lentement mais sûrement, contre lui. Totalement incapable de comprendre ce qu'il se passait, il se contenta d'essayer de luter, de toutes ses forces, en vain contre cette possession qui se manifestait dans son corps.


"S...Stop !!" Cracha-t-il les dents serrées et le regard ahuri de colère. Ses yeux se posèrent de nouveau sur Alexia et, d'un coup, il comprit.

Au delà de l'enfant, au delà des flammes, au delà de la baie vitrée qui fermait le restaurant, une lueur rose brillait dans la nuit. Cette lueur entourait un petit objet métallique qu'il identifia presque aussitôt comme une cuillère. Et au bout de ce couvert flottant, le corps massif d'un Alakazam menaçant, dissimulé dans les ténèbres,, se dessina lentement dans son esprit. Comment ne l'avait-il comprit plus tôt ? Il avait utilisé exactement les mêmes procédés en tant que Rephakn'athut ! Il avait lu dans les pensées de ses victimes ! Il avait repoussé Athéna ! Il avait arrêté des balles tirées contre lui ! Cette protection divine qui lui était accordée quand il portait son masque n'avait jamais été l'action du Dieu des Morts comme il le prétendait à l'époque, mais celle de Zelda, sa Gardevoir qui veillait toujours sur lui.

Sebastian n'eut d'ailleurs pas le temps de se demander où était justement passée la psychiste. Une dernière phrase de la part d'Alexia tomba dans son esprit comme un coup de massue.


"Bonne nuit, père."

Ses yeux revinrent vers l'enfant qui quittait la table en le regardant d'un air neutre. Et sans qu'il n'y puisse rien, le pouvoir maudit du Alakazam lui fit se planter le couteau dans la gorge et exécuter un mouvement rapide qui lui ouvrit net le goitre sur plusieurs centimètres, libérant d'un coup sec une effluve de sang et laissant s'échapper de son corps toute parcelle de vie.

Le Tranchodon ne voyait rien, mais continuait de hurler, de se débattre. Autour de lui les meubles et les couverts de la salle principale volaient dans tous les sens au rythme du battement chaotique de sa queue. La jeune fille sortit, accompagnée du Pyroli qui trottinait presque à sa suite. Dehors, le Gigalithe  hypnotisé était toujours parfaitement endormi et incapable de réagir. L'Alakazam baissa enfin son bras vengeur et son aura rosée disparut. Sa tête disproportionnée se tourna lentement vers sa dresseuse, demandant quelques secondes à son corps pour être capable de suivre le mouvement, et la suivit paisiblement quand elle s'éloigna du restaurant.


"Qu'as-tu fait de la Gardevoir ?"

*Je l'ai libérée de ses peines futures.* Alexia ricana.

"Quel poète. On met les voiles ?" Le psychiste acquiesça calmement. Avant de disparaître, il se retourna une dernière fois vers le Heaven Circus. Ses membres se levèrent, pointant ses petites cuillères dans la direction du restaurant et, d'un coup, ses yeux se mirent à briller d'une intense lumière fushia. La réalité autour de ses avants bras sembla se tordre et une terrifiante bourrasque psychique fut brusquement décochée vers l'établissement qui l'encaissa comme un gigantesque boulet de canon.

Le restaurant commença à s'effondrer sur ses fondations, emportant avec lui les dizaines de pokéballs enfermées dans son enceinte. Les Pokémon de Solem, les Pokémon de Rephakn'athut, Sebastian et son Tranchodon, tous les acteurs de cette scène morbide semblèrent hurler à l'unisson lorsque le Heaven Circus disparut dans un amas de fumée et de débris impressionnant, mais malheureusement bien connu de l'histoire de la ville.




Une colonne de fumée s'élevait dans le ciel noir d'Esperantown, et avec elle disparaissaient les ambitions folles du Roi Blanc et de sa bande. Condamné par sa propre fille, Sebastian Cumstock n'aura pas réussi à marquer l'histoire du monde comme il l'aurait souhaité. Mais son sacrifice était loin d'être vain. Car de ses erreurs, de son idiotie, de sa vanité et de ses ambitions folles était née une âme plus fine, plus valeureuse et plus dangereuse encore que l'adolescent diablement intelligent qu'il était.


Une âme qui portait en elle l'héritage de deux des plus grand malades mentaux que le monde ait jamais porté.


~~~~~~

~Doublette de Lyndia, ne pas envoyer de MP sous ce compte~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Généalogie [RP Solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Esperantown-
Sauter vers: