Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé] La Frustration n'est pas une solution ~ [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Annabelle Lestrade
Le voeu de Xerneas ★


Messages : 71
Date d'inscription : 18/12/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: [Terminé] La Frustration n'est pas une solution ~ [Solo]   Mer 21 Mai 2014 - 19:13


~ La Frustration n'est pas une solution ~






Cela ne que faisait quelques jours qu’on m’avait autorisé à quitter l’hôpital. La blessure me lancinait encore l’épaule et la cicatrice que j’allais en garder ne serait pas des plus discrètes. Cette idée me déplaisait mais je ne pouvais guère y faire grand-chose, à part la dissimuler au mieux sous des vêtements. Pendant toute la période de convalescence, on m’avait recommandé de rester à l’Imaginarium, à proximité du centre médical : si jamais la blessure devait se rouvrir par inadvertance, on saurait rapidement apporter les soins à prodiguer. J’avais longtemps attendu l’opportunité de me dégourdir les jambes… enfin surtout celle de Nagarythe à vrai dire, car il n’en pouvait plus de rester enfermé dans la chambre : même mes câlineries ne parvenaient plus à le calmer. Quelle ne fut pas sa joie lorsque je lui ai annoncé qu’on allait enfin sortir : c’était pire que lorsqu’il s’ennuyait !

Les rues étaient animées, comme d’habitude. Des familles ou des groupes d’amis allaient et venaient dans un mouvement perpétuel de part et d’autre des avenues. L’Evoli trottinait fièrement devant moi et me guidait à travers le labyrinthe d’échoppes d’un quartier commerçant. De temps à autre, il jetait un coup d’œil en arrière afin de vérifier que je le suivais bien à la trace, comme s’il craignait que je le perde de vue ne serait-ce qu’un seul instant. Cette attitude mi-protectrice m’arracha un sourire. Rapidement, nous quittâmes le centre pour rejoindre la périphérie de la ville plus calme mais tout aussi lumineuse. Des enseignes publicitaires continuaient de clignoter de tous les côtés mais les bâtiments semblaient plus espacés les uns des autres, si bien qu’on eut tout de suite l’impression de se sentir moins oppressé par les silhouettes massives des buildings.

Au bout de notre promenade, nous arrivâmes en bordure d’un petit square quand...


- ATTENTION MAM'ZELLE
- … hein ?
fis-je en me retournant.

Un jet de flamme me passa alors sous le nez.

Je m’immobilisai aussitôt, les yeux écarquillés. Nagarythe glapit en sursautant avant de courir dans tous les sens, paniqué. Lentement, je tournais la tête en direction de la source des flammes. Sans avoir eu le temps d’apercevoir le responsable de cet attentat, un homme se précipita vers moi, tout alerté.

- Z’avez rien mam’zelle ? Z’êtes pas blessée ?
- Ca… ca va… plus de peur que mal, répondis-je, essoufflée comme si je venais de courir.
- Heureusement ! on a drôlement peur en vous voyant débarquer comme ça !
- Qu’est-ce que vous faites exactement ? Ca l’air très dangereux, vous devriez faire plus attention. le sermonnai-je
- Oh non, c’pas nous mam’zelle ! C’est l'aut petiot ! fit-il en pointant du doigt quelque chose au fond du parc.
- Le petiot ?
- Ouais ! L’est comme ça depuis ce matin, on n’arrive pas à le contrôler.

Je tendis le cou pour apercevoir la cause de ce tapage, et à ma plus grande surprise, il s’agissait… d’un petit Goupix tapis dans un coin de la place. Alors, c’était lui qui donnait autant de mal au groupe de braves hommes regroupés ici ?

- L’a pas l’air bien costaud comme ça, mais l’est un vrai dur à cuire ! Un petit sauvageon. L’a déjà envoyé deux de mes potes à l’hosto, déclara-t-il avec nonchalance et en se curant le nez.
- Vous n’avez pas essayé de retrouver son dresseur ? lui demandai-je en capturant Nagarythe dans mes bras avant qu’il ne fasse une grosse bêtise.
- Oh que si mam’zelle ! Mais lui aussi l’est introuvable. S’est p’être carapaté d’chez son maître, qui sait ?

Des personnes tentaient de l’attraper à l’aide de grandes perches équipées de pince à leur bout. Je m’approchais doucement. Le renard à six queues grondait d’un air menaçant, défiant quiconque osant s’aventurer un peu trop près de lui. Il esquivait habilement chaque tentative d’attrape et ripostait de temps à autre par un coup de patte ou un jet de flamme. Son poitrail se levait et s’abaissait à vive allure tandis qu’il se plaçait en position d’attaque. Il semblait épuisé mais se battait encore avec une énergie qui ressemblait fort à celle du désespoir. Pour une raison que j’ignorais, ce spectacle m’émouvait. C’est à peine si je pus retenir une larme. Derrière cette férocité, je percevais tellement d’angoisse, une détresse si grande qu’elle me serrait le coeur rien que d’y penser. Comment pouvait-on rester insensible à cette scène ?

- STOP ! Arrêtez ça tout de suite ! Vous lui faites peur, vous ne voyez pas !
- Si c’est nous qui nous nous arrêtons, il va finir par blesser des civils ! protesta l’un d’entre eux.
- On peut l’arrêter, mais ce n’est pas en brandissant vos bâtons sous son nez qu’il va se calmer ! Laissez-nous faire plutôt !
- Nous avons déjà tout essayé Mademoiselle, il y avait quelque chose de terriblement ironique dans cette appellation, il ne reste plus que cette solution.
- Laissez-moi au moins essayer,
insistai-je.
- Si vous tenez à vous faire cramer la tronche, votre pokémon et vous, allez-y, je vous pris, rétorqua-t-il d’un ton mordant. Essayez donc qu’on envoie quelqu’un d’autre à l’hôpital aujourd’hui

Je ne fis pas attention à ses remarques désobligeantes. Entre aider un pauvre pokémon en détresse et m’énerver sur un condescendant, je préférais dépenser mon énergie dans le premier choix que le second. Je libérai Nagarythe, il n’avait pas quitté des yeux le renardeau depuis qu’on était arrivé. Sa queue frétillait d’excitation, il était visiblement ravi de faire une nouvelle rencontre.

- Nagarythe… Nagarythe, écoute moi, dis-je un peu plus fermement pour capter l’attention volatile de mon compagnon.
- Lii ?
- Est-ce que tu pourrais parler à ce Goupix, s’il te plait ? Lui demander de se calmer, sinon ces hommes n’arrêteront de l’embêter. Tu peux le faire ?
- Evoooo !
- Ne l’effraie surtout pas, tu m’as bien compris ?
- Evoooo !

Je terminais sur une câlinerie pour l’encourager.

- Je reste ici. Sois prudent.

1/4



~~~~~~

- DC de Sakuranbo Yamazakura -

- Xerneas's meeting -


Dernière édition par Annabelle Lestrade le Sam 24 Mai 2014 - 6:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annabelle Lestrade
Le voeu de Xerneas ★


Messages : 71
Date d'inscription : 18/12/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: [Terminé] La Frustration n'est pas une solution ~ [Solo]   Mer 21 Mai 2014 - 21:43


- Je reste ici. Sois prudent.
- Compte sur moi !


L’Evolutif avança de quelques pas d’un air très posé : tout ce qu’il fallait faire pour rassurer Annabelle. Mais… il oublia très rapidement sa bonne résolution. Ses petits pas se pressèrent au fur et à mesure qu’il avançait et il finit par galoper en direction du Goupix qui ne l’accueillit pas franchement les pattes ouvertes. Le renard à six queues grognait en montrant ses crocs d’un air menaçant, il restait sur ses gardes même si les humains qui l’entouraient avaient cessé de l’asticoter avec leurs énormes bâtonnets. Nagarythe était à présent à quelques mètres de lui, enhardi d’une confiance toute naïve. La même étincelle curieuse scintillait dans son regard depuis qu’il avait aperçu pour la première fois le pokémon Renard.

- Coucou moi c’est Nagarythe ! lança-t-il avec candeur.
- Va-t-en ! gronda le Goupix.
- Comment tu t’appelles toi ?
- Va-t-en je t’ai dit !
- Y’a ma Nabelle qui te demande pourquoi tu es comme ça, lui confia-t-il en pointant du museau. Elle dit qu’il faut que tu te calmes si tu veux que les bonhommes arrêtent de t’embêter.
- Je t’ai dit de t’en aller !
cette fois-ci, il avait rugi.
- Mais il faut que tu calmes, c’est Nabelle qui l’a dit ! persévéra-t-il tant bien que mal, mais pour un jeune pokémon comme lui, ce n’était pas évident de tenir tête à quelqu’un comme ça.
- VA-T-EN !

Il se jeta sur l’Evoli, toute griffe dehors. Annabelle hoqueta de surprise et d’horreur. Le Goupix s’acharnait sur la pauvre boule de poils, impuissante face à tant de violence. Il se faisait lacérer la tête, marteler de tous les côtés, et mordre les pattes… Nagarythe ne pouvait que couiner sous les coups qu’il recevait. L’agression ne dura qu’un court instant, mais l’agression fut si virulente que le résultat fut le même que s’il s’était fait rossé dans un combat de plusieurs minutes. La jeune femme fut figée d’horreur pendant quelques secondes avant d’intervenir. En apercevant l’humaine s’approcher, le Renard à six queues cessa immédiatement son assaut et recula précipitamment de sa victime, plus méfiant que jamais. Elle le prit l’Evoli dans ses bras et le berça avec tendresse toute maternelle en lui murmurait des excuses et des cajoleries à n’en plus pouvoir.

- Je suis désolée Nagarythe, murmurait-elle en retenant ses larmes. Je suis désolée…

2/4


~~~~~~

- DC de Sakuranbo Yamazakura -

- Xerneas's meeting -


Dernière édition par Annabelle Lestrade le Ven 23 Mai 2014 - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annabelle Lestrade
Le voeu de Xerneas ★


Messages : 71
Date d'inscription : 18/12/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: [Terminé] La Frustration n'est pas une solution ~ [Solo]   Ven 23 Mai 2014 - 22:18


- Je suis désolée, Nagarythe, je suis désolée...

Je me mordis la lèvre inférieure. Je ne devais pas céder à la panique, ni même m’énerver. Les ricanements narquois du sale type de tout à l’heure s’élevaient derrière moi et je devinais l’expression compatissante inscrite sur le visage de ses camarades. J’avais peut-être été un brin impulsive en envoyant mon pokémon parler avec ce Goupix, mais je refusais simplement qu’ils continuent à le malmener. Il y avait un autre moyen de lui faire entendre raison, j’en étais persuadée… j’ignorai juste lequel. Nagarythe se pelotonnait contre moi, les yeux mi-clos. Il avait bien dégusté avec cette attaque mais ne s’en émouvait pas plus que ça. Il avait mal, c’était évident, et grimaçait aux moindres mouvements qu’il amorçait. Mais rien dans son attitude ne trahissait des signes d’angoisse ou de panique. J’ai toujours admiré sa manière de prendre les choses comme elles se présentaient à lui : avec la plus des simplicités. Il ne voyait pas l’avenir plus loin que le bout de son museau, et oublier  le passé aussi rapidement qu’il s’était envolé. Pour lui, il ne s’agissait surement que d’une petite gêne passagère et il ne fallait pas s’en inquiéter plus que nécessaire : après tout, il serait rapidement mis sur pied grâce au Centre pokémon. A le regarder s’enfoncer ainsi dans le creux de mes bras, je devinais que sa seule préoccupation était de se faire dorloter : il avait bien droit à sa petite récompense maintenant ! J’étais rassurée. Rassurée de voir qu’il allait plutôt bien malgré ses blessures. L’autre problème qui se présentait à présent était ce renard à six queues.

Le vrai problème c’était ce Renard : son l’attaque Frustration était la plus puissante qui m’était donnée de voir jusqu’à présent. Jusqu’à quel point est-ce qu’il haïssait son dresseur pour qu’elle devienne aussi puissante ? Et qu’est-ce que son maître lui faisait bien subir pour le déteste autant ? Jamais, ô grand jamais ! j’aurai pu imaginer qu’une telle chose puisse être possible. Au cours de mes deux ans de voyage, j’avais eu l’occasion de croiser plusieurs dresseurs ayant recours à cette capacité à des degrés plus ou moins efficaces… mais la démonstration qui venait d’être effectuée dépassait de loin toutes celles auxquelles j’avais assistées. Cette révélation me laissa sans voix.


- C’est comme ça qu’il a envoyé Strasky et Hutch aux urgences, me révéla un autre homme d'un air peiné. Il secoua lentement la tête et ajouta : ils n'ont jamais peur de rien.
- Vous pouvez vous occuper un instant de mon pokémon s’il vous plait ? fis-je en me tournant vers lui avant de lui fourrer Nagarythe dans les bras. J’aimerai essayer quelque chose.
- Euh… oui ? et de toute manière je ne lui laissai pas vraiment le choix. Mais vous êtes sûres ? Je viens de vous dire que deux de nos hommes sont partis aux urgences en essayant d’attraper ce Goupix.
- Je ne compte pas l’attraper, déclarai-je fermement en fouillant dans mon sac.

Au bout de quelques secondes, je sortis une petite boîte en plastique et l’ouvrit. Les parfums qui s’en dégageaient laissaient deviner son contenu : des baies Oran, des baies Pecha et quelques baies Mepo. Depuis que j’avais ouvert le tuppeware, le Goupix ne me quittait pas des yeux : ses iris incandescents décryptaient le moindre de mes mouvements. Prudemment, j’avançais d’un pas. Le Renard à six queues se remit immédiatement en garde. Il gronda du fond de la gorge et montra ses crocs en guise d’avertissement. Je m’immobilisai un instant, fixant toujours le pokémon dans le blanc des yeux, avant de faire un autre pas. Cette fois-ci, il jappa d’un air menaçant, en position d’attaque, mais je ne le laissai pas m’impressionner pour autant -ou plutôt, il ne devait pas s’apercevoir qu’il m’intimidait. Je m’approchai ainsi pas à pas jusqu’à ce qu'il n'y ait plus que quelques mètres entre nous.


- Tu dois être fatigué, lui finis-je par lui dire du ton le plus doux que je pouvais. Tu dois avoir faim, non ?
- PIX ! me répondit-il farouchement.
- J’ai quelques baies pour toi là, si tu veux.
- GOUPIX !
- Elles sont pour toi, ne t'inquiète pas.

Tout en parlant, j’avais déposé la boîte au sol et la lui tendis lentement. Je m’aventurai le plus près possible du pokémon en lui présentant la gamelle. Il me fallait connaître ses limites : jusqu’à où est-ce qu’il établissait son périmètre de sécurité, et jusqu’à où est-ce qu’il laisserait un inconnu comme moi le franchir. Sa réaction ne se fit pas attendre, il balaya d’un coup de patte les baies et mordit violemment la main que je lui tendais. Les spectateurs étouffèrent des exclamations de surprise. Moi, je n’avais pas bougé d’un poil. J’osai à peine respirer. Le Goupix n’avait pas lâché prise, il maintenait durement sa morsure sans faillir. Je ne me défendais même pas : je le laissais faire, simplement. Je me forçai à garder une attitude sereine et amicale : il devait comprendre de lui-même que je ne lui voulais aucun mal ; même s’il m’attaquait, il devait comprendre que je ne riposterai pas. Le sang s’écoulait le long de ma main, et gouttait le long de ses canines.  

- Tu n’as pas à avoir peur, tu sais ? lui murmurai-je, un sourire bienveillant aux lèvres. Je ne te ferai aucun mal.

Pour toute réponse, il enfonça ses crocs plus profondément dans ma chair en grondant. Je me sentis soudainement blêmir, plus en songeant aux cicatrices que ça allait laisser que pour la douleur. Mais ùalgré tout, je faisais tout pour conserver une expression avenante. C’était le point surement le plus important de ma manœuvre. Son regard croisa le mien, je ne m’en dérobais  pas, au contraire : je le lui rendis en toute franchise, sans crainte ni colère. L’échange dura quelques secondes. Je ne sais ce qui le troubla vraiment, mais il fut le premier à détourner les yeux. Il finit par lâcher son étreinte et recula jusqu’à être dos au mur. Le Goupix était toujours méfiant, c’était évident : sa confiance et son estime ne se gagnaient pas aussi facilement. Il savait que je ne lui étais pas hostile et cela lui suffisait pour le moment. Satisfaite, je me relevai à mon tour et rejoignis l’Evolutif et son gardien.

- Evooo ? m’accueillit le pokémon.
- Ca va aller mademoiselle ? Il a l’air vous avoir sacrément amoché la main, ça pisse le sang votre truc ! fit le type en me tendant de quoi stopper l’hémorragie, stupéfait.
- Ce n'est rien Nagarythe, le rassurai-je en caressant son collier de fourrure de ma main valide. Euh… oui, je survivrai, répondis-je à l'homme en grimaçant. Merci pour la serviette.
- Mais de rien.
- Je vais m’occuper de lui dorénavant, lui déclarai-je. Je me porte garante de son comportement. Laissez moi m’en occuper s’il vous plait… c’était presque une supplique.
- Bah… si vous voulez tellement, on vous le laisse. J'en parlerai aux autres. Mais faites gaffe quand même à ce qu'il ne vous tombe pas dessus.
- Merci beaucoup.


Je jetai un dernier regard au pokémon Renard. La boîte et les baies étaient toujours renversées, quelques fruits avaient roulé un peu plus loin. Lui, était toujours tapis au fond du square, à l’abri de l’ombrage d’un arbre. Mon bébé dans un bras, je retournais au Centre Pokémon une fois que tous les hommes réunis furent partis.

3/4


~~~~~~

- DC de Sakuranbo Yamazakura -

- Xerneas's meeting -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annabelle Lestrade
Le voeu de Xerneas ★


Messages : 71
Date d'inscription : 18/12/2013

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: [Terminé] La Frustration n'est pas une solution ~ [Solo]   Sam 24 Mai 2014 - 6:11


Je reviens le lendemain matin. En parcourant la place du regard, ma boîte était toujours là, par terre, au même endroit… mais un détail me fis sourire : les baies avaient disparu. Soit le Goupix les avait mangées une fois que nous étions tous partis, soit  des pokémons sauvages étaient venus se servir pendant la nuit. Je cherchais des yeux le Renard à six queues ; à mon grand soulagement, il était toujours là, allongé à l’ombre d’un buisson, la tête reposée sur ses pattes avant. Les types de la veille avaient tenu parole : ils n’avaient pas tenté de le déloger après mon départ, et le pokémon n’avait pas trouvé refuge ailleurs. Peut-être ne connaissait-il que cet endroit ? Ou peut-être était-ce un point de rendez-vous entre son dresseur inconnu et lui ? Dans les deux cas, tant qu’il restait dans les parages ça m’arrangeait. S’il avait fui son dresseur, je pouvais essayer de le recueillir, et si son dresseur le retrouver et que j’étais dans les parages à ce moment-là… je profiterais de l’occasion pour lui en toucher deux mots.

Le Goupix dût sentir ma présence, car je m’étais à peine avancée qu’il leva la tête dans ma direction. Il me jeta un regard plein de méfiance, mais ne s’enfuit pas. Je restai à une distance respectable de lui cette fois-ci, je ne cherchais pas le provoquer aujourd’hui. Je ramassai ce qui traînait dans le square, histoire de rendre l’endroit un peu plus propre et agréable. Je lavai ma boîte à un point d’eau pas très loin d’ici, la remplissait de nouveau avec de délicieuses baies que j’avais acheté de frais ce matin, et la redéposait au même emplacement. Durant toute l’opération, le pokémon me regarda faire d’un air distant mais ne fit pas mine de s’intéresser à ce que je lui proposai. Ce fut mes seules actions de toute la matinée ; midi arrivé, je devais retourner au Centre Pokémon rejoindre Nagarythe.

Je recommençais ce manège plusieurs jours d’affilé. Je ne faisais rien de plus pour entrer en contact avec le Goupix. Je m’assurais juste qu’il remarque ma présence régulière sur la place. Rien ne m’indiquait s’il appréciait ou non ce que je faisais, mais cela importait peu dans un premier temps : je désirais seulement qu’il s’habitue à moi. Visiblement, il tolérait ma présence et ne mangeait ce que je lui apportais que lorsque j’étais absente, signe qu’il ne me faisait pas encore totalement confiance. Mais progressivement, au fur et à mesure des semaines, son comportement s’adoucit. Il se mit d’abord à se sustenter devant moi en prenant bien le soin de vérifier que j’étais à une distance suffisant, puis, il se laissa approcher de plus en plus jusqu’à une certaine limite. Les jours où il était particulièrement de bonne humeur, il s’enhardissait à trotter vers moi pour réclamer sa portion du jour. Ce changement de comportement me réchauffait le cœur. Les progrès étaient visibles mais il restait encore beaucoup à faire. Même s’il se laissait approcher, il se braquait dès que je tentais de le caresser : alors, il redevenait méfiant envers moi, et il me fallait deux ou trois jours supplémentaires pour regagner sa confiance.

Un jour, alors que je rangeais mes affaires pour partir, je surpris le Goupix me dévisageait tranquillement, assis à quelques mètres de mon banc. Je lui souhaitais au revoir avec certain entrain avant de reprendre la route vers le Centre Pokémon. Mais au bout d’une centaine de mètres… je me sentais observée. En effet, le regard du petit renard ne m’avait pas quitté depuis la sortie du parc : il m’avait même suivi jusqu’ici ! Je lui rendis son regard, penchai la tête, et lui demandai d’une voix douce :  


- Et bien, qu’est-ce qu’il y a ? Il ne me répondit pas, et pencha la tête à son tour. Tu veux venir avec moi ? Il pencha la tête de l’autre côté. Si tu viens avec moi, il va falloir te trouver un nouveau nom… il bailla. Que dirais-tu de Tyrion ?
- Pix.

4/4

-HRP-:
 

~~~~~~

- DC de Sakuranbo Yamazakura -

- Xerneas's meeting -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] La Frustration n'est pas une solution ~ [Solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] La Frustration n'est pas une solution ~ [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Solution complète Castlevania II Simon's Quest
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
» Solution pour batterie svp
» [AIDE] Mauvaise résolution écran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: L'Imaginarium-
Sauter vers: