Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 These Days [Solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: These Days [Solo]   Jeu 15 Mai 2014 - 23:00


Pièce blanche. Lumière aveuglante. Bruit de machines. Il ouvrit des yeux mi-clos avant de s'enfoncer dans ses draps immaculés qui recouvraient le lit trop moelleux. Il soupira un instant. L'air qui pénétrait dans ses poumons le déchirait de l'intérieur. Une inspiration trop forcée lui provoqua une quinte de toux qu'il eu du mal à retenir. Il s'essuya le coin des lèvres du revers de la main, découvrant une perfusion accrochée à son poignet. Il la fixa quelques secondes, suivant le fil du regard, avant de découvrir les quelques machines censées assurer sa survie durant son comas. Cette vision ne l'étonnait pas. Il savait parfaitement où il était. Le choc qu'il avait enduré l'avait plongé dans l'inconscience, la violence de l'attaque aurait pu le rendre amnésique durant quelques jours après son réveil. Mais non. Tous ses souvenirs étaient là, gravés dans chaque recoin de sa mémoire. Il se souvenait de chaque détail, chaque bruit, chaque parole, chaque émotion qu'il avait ressenti. Il serra les poings, retenant quelques spasmes qui agitaient son corps encore faible. Son regard se porta de l'autre côté du lit, où se trouvait une table de chevet sur laquelle était posée deux Pokéballs. Il posa sa main à côté de l'une d'elles en caressant le bois vernis du bout des doigts. Il s'était imaginé, ou plutôt avait espéré, trouver une troisième sphère. Mais comme il s'en doutait, il n'y avait rien. Seulement la surface du meuble refroidie par le givre qui recouvrait la prison de Kyurem.

Kyurem … N ignorait depuis combien de temps il était resté plongé dans ce comas. Probablement plusieurs jours, durant lesquels ni Itari, ni le dragon de glace n'avaient vu la lumière du jour. Le légendaire était probablement resté sur une frustration profonde. Le héros redoutait le moment où il devrait le libérer, et probablement affronter sa colère. Était-il vraiment digne de lui ? Digne de contrôler une telle puissance, de porter le message qui était à l'origine de leur contrat ? Il se souvenait encore de leur rencontre, la toute première fois où il avait découvert cette exuvie vivante sous le contrôle de Ghetis. Cette fois là, le fils Harmonia avait été totalement impuissant. La puissance d'un être qu'il désirait protéger s'était retourné contre lui. Zekrom s'était fait happer comme un vulgaire insecte. Cela aurait pu être la fin de tout. La fin de son existence, la fin d'Unys, peut-être même la fin du monde. Tout cela parce qu'il avait été un enfant naïf, livrant sur un plateau d'argent la dernière arme que son père attendait depuis plusieurs décennies. Un arme qui aurait dû servir de bouclier, une armure qu'il n'avait jamais été capable de protéger. Un vulgaire dresseur, un gamin sorti de nul part, qui s'était mêlé à ce conflit contre la Plasma sans même s'y attendre, l'avait libéré de ce chaos. Un stupide gosse choisi par le hasard s'était révélé plus efficace que lui, le Héros de l'Idéal. Cette simple pensée l'avait toujours répugné, faisant remonter à son esprit des souvenirs plus anciens.

Touya. Il avait toujours cru que ce dresseur était unique. Un garçon sans histoire, se retrouvant malgré lui à lutter contre la Plasma alors qu'il menait un voyage initiatique. Un dresseur qui avait réussi à capter l'attention de Reshiram, le dragon de la Réalité, et qui avait écrasé son opposé comme un vulgaire insecte. Il était celui qui avait réduit tous ses projets à néant. Il était celui qui lui avait ouvert les yeux, ou du moins, il le croyait. Il était celui qui avait mené jusqu'à lui la vérité. Touya. Il le haïssait autant qu'il l'admirait. Mais était-il si digne ? N'était-ce pas N, lui-même, qui était misérable ? Deux dresseurs capables de maîtriser un légendaire étaient apparus devant lui en l'espace de quelques années, alors que ces Pokémon étaient restés à l'état de galet durant des siècles, peut-être des millénaires. Aujourd'hui, à Maïlys, deux groupes bien distincts se disputaient le contrôle des entités climatiques. Et puis, il y avait lui. Natural Harmonia Gropius. Orphelin de son état, manipulé durant toute son enfance, héros naïf, qui n'était pas capable de mener un seul projet à terme.

Où était le problème ? Qu'avait-il fait ? Ce qu'il souhaitait était pourtant en faveur de la paix, d'un monde meilleur. Tout ce qu'il désirait n'était qu'une égalité entre les hommes et les Pokémons, une situation où ces créatures ne pourraient plus être exploitées pour mener des conflits et des guerres, pour provoquer la destruction. Alors pourquoi ? Tout ce qu'il faisait se retournait inlassablement contre lui. Un jour, peut-être, un nouveau dresseur se dresserait sur son chemin, se déclarant plus digne que lui de se faire guider par Kyurem. Que lui resterait-il alors ? Plus rien. Il aurait tout perdu, comme il avait perdu son plus proche ami, et sa dignité d'homme. Il ne pouvait l'admettre. Il ne pouvait accepter une nouvelle défaite sur son tableau. Il n'avait pas été capable de défendre son partenaire. Il n'avait jamais été capable de défendre qui ou quoi que ce soit. Était-il trop utopique ? Sûrement. À toujours vouloir éviter le combat, il s'y retrouvait confronté perpétuellement. Cette fois, il avait eu le désavantage du nombre. Il ne pouvait pas compter sur la seule protection d'un légendaire pour se tirer d'affaire. Il devait pouvoir se défendre par ses propres moyens, mériter la présence de Kyurem à ses côtés, pas seulement par ses idéaux mais aussi par sa puissance. Touya avait toujours prôné le combat Pokémon. Il prétendait toujours que c'était cela qui tissait le lien entre un dresseur et son Pokémon. Une idéologie qui avait toujours fait rire N. Mais au fond, n'était-il pas celui qui avait raison ?

Tout cela le lassait. Il se leva violemment, arrachant les fils qui le retenaient aux machines. Il s'approcha de la fenêtre, jetant un regard sur l'horizon qu'il ne connaissait pas. Il était probablement à Esperantown. Quelle ironie. Quelqu'un l'avait probablement trouvé, et appelé les urgences de la ville la plus proche. S'il était arrivé plus tôt, peut-être que toute cette histoire n'aurait jamais eu lieu. Ou peut-être qu'au final, on ne peut échapper à son destin. Un destin qui se répète, encore et encore, sans cesse. Il poussa un soupire exaspéré. À quoi bon penser à tout cela ? Chacun avait son idéologie. Il était normal que celle qui soit défendue par le plus grand nombre soit celle qui le remporte sur toutes les autres. Après tout, il n'a jamais été aussi proche du but que lorsqu'il était Roi de la Plasma. À cette période, il était simplement manipulé par Ghetis. Il avait toujours préféré se dire que tout était de la faute de son père adoptif, mais finalement, il était le seul blâmable. Il est celui qui a voulu s'opposer à Touya, et a tenu à l'affronter. Il lui a, d'une certaine façon, mis Reshiram entre les mains. Mais pour l'heure, il n'y avait qu'un seul réel problème. Celui de Zoroark. Il avait beau être une loque, un naïf, un insecte, une vermine inutile, il n'était pas lâche pour autant. Il n'allait pas abandonner son meilleur ami aux mains de la Zodiac. C'était risqué, peut-être suicidaire. Mais après tout, il n'avait plus rien à perdre, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: These Days [Solo]   Jeu 15 Mai 2014 - 23:07


Le héros se retourna vers ses Balls. L'une d'elle était recouverte d'une fine pellicule de givre, tandis que l'autre arborait l'image d'une Ball tout à fait normale. Dans cette dernière se trouvait Itari, le jeune Caninos. Il l'avait capturé récemment, à son arrivée à Maïlys, et n'avait jamais considéré utile de l'entraîner. Ou plutôt, cette idée l'avait toujours repoussé. Pourtant, lorsqu'il posa ses yeux sur la sphère, une seule pensée lui vint en tête. Si Itari avait été plus fort, est-ce que les choses se seraient déroulées différemment ? Et s'il avait eu une équipe entière, tel un dresseur digne de ce nom ? Il aurait au moins eu de quoi se défendre, plutôt que de laisser Zoroark souffrir lâchement. Et dire qu'il avait cru pouvoir contrôler la situation. C'était misérable.

Sur le rebord de la fenêtre, un Passerouge se posa, avant de chantonner un air mélodieux. N se laissa bercer un instant, le regard perdu dans le vide. Une seule alternative s'offrait à lui s'il voulait récupérer son compagnon sans avoir à sacrifier Kyurem. Cette décision était impensable. Ou du moins, elle l'aurait été, quelques jours seulement en arrière. C'était la seule chose qu'il pouvait faire, s'il voulait préserver ce qui lui était cher, et surtout, défendre ses idéaux. Il devait se préparer, cela prendrait du temps, il le savait. Mais il allait récupérer Zoroark, et par conséquent, lancer le premier assaut contre la Zodiac. Ce serait le début d'une nouvelle guerre, une guerre personnelle qu'il mènerait lui-même, parallèlement à celle qui était menée par les champions de Maïlys. La ligue possédait Artikodin. La Zodiac possédait Sulfura et Fulguris. Quant à lui, il possédait Kyurem. Et puis, il y avait Touya et Reshiram. Il allait probablement le recroiser un jour, s'il s'engageait dans ce conflit. Ce jour-là, il serait probablement prêt à l'affronter une nouvelle fois. Prêt à prouver que ce qu'il serait devenu serait en tout point supérieur à l'être abjecte que représentait Touya. Maïlys serait alors recouverte du souffle glacé éternel.

Il saisit les vêtements qui étaient posés sur une chaise, s'habilla, puis s'empara des balls qu'il accrocha à sa ceinture. Il sentait la Pokéball gelée s'agiter au contact de ses doigts. Est-ce qu'il voulait sortir ? Ou simplement exprimer sa colère et sa frustration ? Le héros baissa les yeux, affichant un air désolé. Dans la situation actuelle, il avait conscience qu'il ne pourrait libérer le dragon de glace avant un long moment. Sa dernière sortie en comité restreint avait eu bien trop de conséquences. Pour le moment, il était incapable de contrôler sa puissance, mais surtout de l'assumer. Il n'était qu'un dresseur quelconque, avec quelques bases au combat. Il n'avait jamais eu pour vocation de se battre, et ne pouvait assurer un combat avec un légendaire.

N n'avait pas l'autorisation de quitter sa chambre, et encore moins de sortir de l'hôpital. Il sortait tout juste d'un comas de plusieurs jours, son corps était faible, et il le ressentait. À chacun de ses pas, il se sentait vaciller, sa tête tournait, menaçant à chaque instant de s'évanouir. Mais sa détermination allait bien au-delà de cela. Il savait ce qu'il avait à faire. Il devait oublier tout ce qu'il a été jusqu'à présent, tout ce pourquoi il s'était si durement battu. Tout cela était si négligeable. Si misérable. Cela ne représentait rien. Il pressa le pas, avant de s'élancer, courant dans les couloirs, descendant les marches des escaliers deux à deux, franchissant les portes d'un seul coup de poing, jusqu'à ce que le ciel ne s'étende devant lui, découvrant son horizon, dévoilant son air frais. Il inspira quelques bouffées, s'étira, avant de reprendre sa marche d'un pas sûr et pourtant chancelant. Il ignorait où son instinct allait le guider. Il n'avait nul part où aller. Il longea les rues, une à une, jusqu'à ce qu'un toit rouge ne se dessine en coin. Un Centre Pokémon. Il fouilla ses poches, son sac, ne trouva rien. Il n'avait rien, et encore moins l'essentiel pour débuter ses projets.

Il se pressa vers le bâtiment, se dirigeant d'abord vers la boutique. Le vendeur lui présenta une collection d'objets, dont il avait oublié l'existence de la plupart. Il n'était pas un débutant, il avait déjà eu l'occasion de mener de nombreux combats. Mais il avait cessé tout cela depuis de nombreuses années, et se contentait simplement des remèdes naturels comme les baies pour soigner ses partenaires. Il acheta plusieurs potions et balls, sans se soucier de ses dépenses. Après tout, il avait vécu durant toute son enfance élevé comme un Roi. Il ignorait comment Ghetis avait pu lui fournir tout cela, et construire un tel palais, mais il n'avait jamais souffert d'un quelconque problème matériel, quand bien même il ne menait aucun combat ou ne pratiquait aucun métier. Et lorsqu'il avait eu à affronter des dresseurs, ce n'était pas tant pour cette monnaie insignifiante, mais uniquement pour ses propres idéaux. Aujourd'hui encore, malgré la disparition de son père adoptif, il pouvait encore jouir de ses biens. C'était probablement l'une des rares choses dont il avait à le remercier aujourd'hui. Une fois son sac rempli, il se dirigea vers le PC. Il n'avait jamais utilisé cette technologie, mais savait parfaitement en quoi cela consistait. Il déposa la Pokéball gelée sur la partie réservée à cet effet, et activa le mode de Stockage. C'était sans doute la meilleure façon de le protéger, jusqu'à ce qu'il soit capable de le faire de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: These Days [Solo]   Ven 16 Mai 2014 - 1:54


Le soleil commençait à se coucher. Il quitta le Centre Pokémon, et regarda longuement autour de lui. Il ne connaissait rien à cette ville, mais probablement que s'il continuait d'avancer dans un sens ou dans l'autre, il finirait par la quitter. C'est ce qu'il fit, entreprenant une marche plus incertaine que précédemment, de plus d'une heure. Une marche lente et pénible, durant laquelle l'épuisement ne cessait de le rattraper. Finalement, il arriva aux portes de la ville. L'air était frais, et aucun lampadaire ne pouvait l'éclairer dans les montagnes. Mais c'était la nuit qu'il avait le plus de chances de croiser un Pokémon sauvage, lorsque rien ne pouvait les déranger. En théorie. Il ignorait ce qu'il allait rencontrer, et savait qu'il ne pouvait compter que sur Itari, qui ne possédait qu'une faible expérience au combat. Mais après tout, contrairement à la plupart des dresseurs, il était capable de convaincre les Pokémons avec les mots. Ou du moins, il pouvait toujours essayer.

Il arpenta longuement les roches, faisant attention au terrain abrupte et dangereux. Il ne se sentait pas réellement en confiance, et étrangement, il se blâmait déjà d'anticiper la capture d'un Pokémon. Néanmoins, c'est ce que de nombreux dresseurs faisaient, non ? Ils cherchaient inlassablement, parfois durant des heures, voire des jours, un Pokémon à rajouter à leurs trophées. Pour lui, ce serait un compagnon sur lequel il pourrait compter, pour défaire la Zodiac, ou au moins quelques uns de ses capitaines. Pas un vulgaire Rattata, ou un autre insecte inutile. Il voulait une bête de combat, quelque chose de hargneux. Quelque chose de fiable, qui ne lui ferait pas défaut en raison d'une quelconque faiblesse. Lorsque son esprit se faisait plus clair, il se réprimandait de telles pensées, essayant de les chasser de son esprits. Mais elles revenaient toujours au galop, plus irréductibles que jamais. Il devait l'admettre, cette vérité dure et amère : il n'était rien de plus qu'un égoïste cherchant vengeance, et tout associer à Touya n'était qu'une manière de rejeter sa faute.

Mais le mal devint plus fort que lui et sa motivation. Pris d'un vertige, il chuta au sol. La faim le tenaillait, et la fatigue s'emparait de lui. Il s'adossa contre un rocher, fixant le ciel étoilé. La lune éclairait les montagnes, et … Il s'en fichait totalement, en fait. Il avait dormi à la belle étoile durant de nombreuses années. En dehors du Palais aujourd'hui écroulé, il n'avait jamais eu de foyer. Ce paysage ne pouvait rien signifier pour lui, il avait bien trop l'habitude de le voir. Ses sens le quittaient assez rapidement, et c'est dans un état de somnolence qu'il entendit un bruit brutal. Un dresseur ? Ou … Un Pokémon ? Oui, un Pokémon s'approchait de lui. Dans l'obscurité, il ignorait ce que c'était. C'était un quadrupède peu imposant, qui semblait examiner les lieux autour du héros. Discrètement, il saisit la Pokéball à sa ceinture, libérant Itari. Il lui ordonna quelques flammèches. Il n'avait qu'à espérer que cela énerve sa cible, et que cela le pousse à attaquer. L'idée même que la créature puisse être un ennemi trop puissant pour le Caninos lui échappa complètement. Il voulait simplement essayer. Faire comme ces dresseurs qu'il avait si longtemps détesté. Il voulait comprendre ce sentiment qui les prenait, lorsque l'adrénaline d'un combat et d'une potentielle capture commençait à s’immiscer en eux.

Et il réussi. Les flammes parvinrent jusqu'à la silhouette sombre, dévoilant un pelage d'une blancheur immaculée, traversée de motifs d'un bleu céruléen. Il n'avait aucune connaissance d'un Pokémon pouvant arborer de telles couleurs. Il parvint néanmoins à distinguer la créature se redressant sur ses pattes arrières, tout en libérant ce qui semblait être un cri agressif. Le chiot, sentant le danger, arbora une posture apeurée, queue entre les jambes. À cette simple réaction, N comprit : il venait de faire une erreur. À nouveau, il s'était lancé inutilement dans le danger, tête baissée. Itari serait incapable de le protéger, et son état le rendait incapable de s'enfuir. Face à une telle situation, il ne connaissait qu'une solution.

Et pourtant, il en était incapable. Il ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit. Il ne pouvait qu'admettre sa position : il était totalement vulnérable, et incapable. Dans ce qui semblait être une sorte de feulement, la créature s'élança en direction du Caninos apeuré. Malgré la faible luminosité, N parvint à distinguer deux griffes de couleur sombre étinceler, avant de s'abattre sur son compagnon. Ce dernier fut violemment propulsé au sol sous la violence du coup, dans un couinement aigu de douleur. Assister à une telle scène crispa le Héros, qui ferma les yeux pour ne pas en voir davantage. Mais était-ce là une réaction digne ? Un véritable dresseur se contenterait-il de rester recroquevillé comme une larve, tandis que son compagnon devenait la proie d'un Pokémon enragé ? Peut-être bien, après tout. Peut-être n'était-il bon qu'à ça, à attendre qu'un Héros plus méritant que lui ne vienne le sauver. Il n'était qu'une princesse sortie du conte de fées le plus niais qui pouvait exister.

Mais Itari souffrait. Il l'entendait tout autant qu'il le ressentait. Cette douleur vive lui rappela le but de sa présence ici. Les événements qui l'avaient conduit jusque là. Il ne pouvait pas se permettre d'échouer, ni de perdre un partenaire précieux dans sa quête. Le bipède s'approcha du corps tremblant du chiot, probablement prêt à lui asséner le coup de grâce. C'est alors qu'un hurlement retentit, un cri déchirant, assez puissant pour freiner la créature dans son élan. N était parvenu à capter son attention. Mais était-ce suffisant ? Lentement, il se redressa, avant de commencer à s'approcher. Le Pokémon réagit immédiatement, grognant et montrant les griffes. Il n'hésiterait probablement pas à attaquer le vert immédiatement, et son comportement laissait supposer qu'il était totalement sauvage. Il n'aurait certainement pas la même pitié que les Commandants qui l'avaient laissé tout juste en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: These Days [Solo]   Mar 20 Mai 2014 - 14:07


Lentement, la silhouette approchait, et se dessinait plus nettement. Un pelage blanc, parcouru de motifs céruléens, ainsi que de longues griffes de garance. Le Héros parvenait enfin à mettre un nom sur cette menace : un Mangriff. Un Mangriff chromatique. Il était face à un prédateur, violent et agressif. Même si celui-ci se montrait méfiant à l'égard de l'humain, il n'hésiterait pas à l'attaquer. N était faible, bien trop faible pour se défendre. Il était une proie facile, tout comme Itari. Et le Mangriff avait faim. Il grognait, menaçait. Il ne sentait que trop bien cette odeur qui provenait de la sacoche du dresseur. Et il voulait s'en emparer.

N souffla un mot, une excuse, qui intrigua la mangouste. Pourquoi s'excusait-il ? Pourquoi est-ce que sa voix tremblait de cette manière, comme s'il était au bord des larmes ? Le Mangriff ressentait ce sentiment. Cette peur, ce désespoir. Mais il n'y avait pas que cela. Non, il y avait autre chose. Beaucoup d'émotions étaient mélangées entre elles. Il était incapable de comprendre tout cela. La situation le dépassait, au moins tout autant qu'elle dépassait le Héros. Tendant une main, celui-ci proposa une baie dans un nouveau murmure. Est-ce qu'il avait compris la faim du Pokémon ? Ou tentait-il seulement de l'amadouer ? La créature ne pouvait en être certaine, mais elle renifla la nourriture offerte avant de s'en emparer. C'était loin de pouvoir la rassasier. Mais c'était suffisant pour pouvoir acheter un début de confiance.

Les lèvres de N dessinèrent un sourire. Non, il n'était pas heureux.Ce n'était pas de l'euphorie. Simplement un sentiment de gratitude. Petit à petit, il lui semblait comprendre les motivations du Mangriff. Pas seulement ce qui l'avait poussé à attaqué, mais aussi ce qui l'avait conduit jusqu'ici. Plus le vert lui offrait ses vivres, et plus la mangouste acceptait de partager son passé. Le dresseur était ouvert, prêt à entendre, accepter, et détailler chaque trait de personnalité du Pokémon. Non, il n'était pas ce prédateur agressif comme il avait semblé le croire. Il avait simplement tout perdu. Son habitat, ses partenaires, le centre même de sa vie avait été mis en pièces par son plus grand rival. Impuissant, il n'avait rien pu faire. Faible, il avait dû accepter ce chaos se dérouler devant ses yeux.


« Dans ce cas, nous avons un point commun. »

Bien sûr, il était égoïste de faire une telle comparaison. Comment est-ce que quelqu'un qui avait tout perdu pouvait être associé à quelqu'un qui n'avait perdu qu'un simple compagnon ? À moins que ce compagnon ne puisse être résumé par le « tout » ? Le Mangriff hocha la tête, l'air compatissant. Il se fichait bien de la douleur que pouvait ressentir l'humain. Lui-même ne ressentait plus rien. Il était simplement là, condamné à survivre. Et le vert l'y avait aidé. Alors il comprenait, il acceptait. Il connaissait la proposition, sans même qu'elle ne puisse être formulée. Son regard se posa vers le Caninos, encore au sol et tremblant. Puis vers l'une des balls tendue par N. Dans cette sphère, il serait préservé. Peu importe ce qu'il avait à endurer par la suite. Il serait vivant, et c'était suffisant. Sans la moindre peine, il accepta d'y pénétrer.

N soupira. Est-ce qu'il venait une seconde fois d'échapper à la mort ? Est-ce que sa confiance envers les Pokémon s'était perdue à ce point là ? Il ignorait ce qu'il devait en penser. Tout ce dont il était sûr, c'est qu'il venait d'obtenir un nouveau compagnon. Un nouvel allié à ses côtés, qu'il devait encore apprendre à maîtriser. Mais pour l'heure, cela serait suffisant.

Il se redressa, douloureusement. Il posa une main sur le crâne du chiot, qui lâcha un gémissement en guise de seule réponse. Puis, prenant Itari dans les bras, il se dirigea vers la ville. La nuit serait longue, et les jours qui suivront le seront tout autant. Mais ce n'était que le début. Et ce n'était pas un simple Pokémon qui venait de rejoindre son équipe.

C'était Niorun.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: These Days [Solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
These Days [Solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis sur Melita solo ?
» GTO, enfin une suite => Shonan 14 Days !
» SIHH 2011 Jaeger LeCoultre Master eight days perpetual
» Porsche Days - 16 mai 2009 - les photos
» Kingdom Hearts 358/2 Days

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Esperantown-
Sauter vers: