Pokémon Aube fait peau neuve! Rejoignez nous sur la Saison 2 à l'adresse suivante :
http://pa-saison3.forumactif.org/
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Libérée, Délivrée (8) [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 4 Mar 2014 - 16:35


Lyndia culpabilisait. Enfin au moins un peu. Après la baisse du shoot d'adrénaline qu'avait provoqué chez elle sa démission, la Reine Noire s'était retrouvée quelque peu gênée de la situation dans laquelle elle avait mis ses ex-collègues de la Ligue. Mais regrettait-elle ce choix ? Pas le moins du monde. Et elle en prit conscience lorsque, se préparant dans son appartement pour aller dîner avec Athéna, elle se surprit à chanter « Libérée, Délivrée » de la Reine des Neiges. Trop dur.

Ce dîner avait pour le moment plus de raisons d'encombrer son esprit que sa récente décision. Si grande que celle-ci avait pu être, elle ne la concernait qu'elle. Cette soirée en revanche, la mettrait en porte-à-faux vis à vis d'Athéna et de Sebastian. Deux des êtres qui avaient régi son existence. Lyndia avait, bien entendu, revu le Roi Blanc depuis son réveil. Mais rapidement celui-ci décida de partir un peu en voyage, puis fut pris dans le lancement de son restaurant, le Heaven Circus. De ce fait, cela faisait plusieurs semaines qu'elle n'avait pas eu de nouvelle lorsqu'elle décida de l'appeler pour réserver une table pour la soirée. Ces retrouvailles ne seraient pas faciles, mais elle devait les assumer.

Pour Athéna, c'était un autre problème. Lyndia lui avait proposé ce dîner dans un premier temps, et avait ajouté Sebastian dans l'équation dans un second temps. Après un silence gênée durant lequel la rousse aurait pu écrire un roman sur tout ce qui devait traverser l'esprit de la blonde à cet instant, la dresseuse avait fini par accepter.

Nulle cruauté de la part de la Reine Noire. D'ailleurs si Athéna avait refusé cette rencontre, elle l'aurait compris et accepté. Mais il lui paraissait important que la jeune femme franchisse ce pas. D'une part pour elle-même, car il aurait été dommage qu'elle croise un jour la route du restaurateur et frise la crise cardiaque car elle ne s'y serait pas préparée. D'autre part pour Lyndia, qui avait l'intention de garder la jeune femme dans sa vie, ce qui signifiait que cette dernière pourrait avoir à rencontrer Sebastian de temps en temps.

Bref. La chose avait été organisée, et maintenant il fallait se préparer. Et c'était dans ce genre de moment que la rousse se rappelait qu'elle était une femme comme les autres. Les rendez-vous d'affaire, les voyages, les tenues de combat, pour tout ça il était facile de se vêtir. Mais dès lors qu'elle tombait dans la séduction, ses penderies semblaient se mettre d'accord pour déverser sur le sol de son appartement l'intégralité de leurs contenu sans qu'elle ne sache quoi choisir. Noir et noir ? Trop deuil. Lyndia avait prévenu Athéna qu'elle devait lui parler de quelque chose d'important. Si elle la voyait arriver comme ça, elle friserait la syncope. Déjà que la dresseuse était angoissée de nature, inutile d'aggraver la situation. Son ensemble pourpre ? Trop vieillot, trop coloré. La blonde ne la reconnaîtrait pas. Cette couleur lui convenait quand elle devait orner ses vêtements noirs pour se battre, mais il ne fallait pas en abuser.

Après trois heures de préparation, de maquillage et d'hésitation intense, la Reine Noire était prête. Insatisfaite, mais prête. Un rouge à lèvres doux et une infime couche de mascara pour embellir son œil sans le rendre démesuré (après tout, on le voyait assez comme ça), cela devrait suffir pour l'embellir. Au reste, elle opta pour un pantalon en cuir noir, un pull épais à col roulé bleu nuit, et un trench coat en coton bleu royal qui dissimulait, dans sa poche intérieure, les trois seules pokéball (réduites à leur taille minimale) qu'il lui restait. Elle eut un pincement au cœur en repensant aux pokémon qu'elle avait libéré, et un sentiment d'inquiétude naquit dans son esprit. Sentiment qu'elle s'empressa d'étouffer avant qu'il ne la détourne de ses objectifs de la soirée. Après tout elle avait poussé le vice jusqu'à assortir ses sous-vêtement en dentelle pour l'occasion. Ca en disait long sur ses intentions.


Koff.




Une heure plus tard, Nyx atterrissait à Megapagopolis, dans la cour qui donnait sur l'immeuble où vivait Athéna.

Il était 18h. Sebastian ne les attendait pas avant 20h. Le temps de faire le voyage jusqu'à Esperantown sans voler trop vite pour ne pas dégommer les brushing. Bordel Lyndia se sentait vraiment superficielle de penser à ce genre de chose. Elle manqua de se plaquer la main sur le front mais ne voulut pas avoir une marque rouge sur le crane en arrivant chez sa dulcinée. Cette nouvelle pensée manqua de nouveau de lui faire faire un facepalm.

Arrivée devant la porte de l'appartement, elle jubilait. Son cœur battait la chamade. Elle s'était rarement sentie aussi joyeuse, libérée, aussi impatiente de retrouver son amante, de partager un bon moment à ses côtés et de savoir délibérément que, le lendemain, elle n'aurait PAS à quitter son étreinte pour quelque raison professionnelle que ce soit. Elle se sentait comme une gamine en vacances. C'était génial.

Lyndia sonna. Le temps que mit Athéna à lui ouvrir ne dépassant pas les deux secondes, cela en disait long sur sa propre impatience. Avec un sourire radieux, la Reine Noire annonça simplement :


"Bonjour Mademoiselle, je viens vous parler de Twitch notre Sauveur. Avez-vous accepté le Fossile Nautile dans votre cœur ?"

~~~~~~





Dernière édition par Lyndia le Lun 2 Juin 2014 - 18:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 4 Mar 2014 - 21:58


A dix-huit heures tapantes, Athéna courut ouvrir la porte à son amante, un sourire branché en 220 volts et la respiration haletante. Serrée dans un pantalon bleu marine, aux coutures soulignant efficacement le rebondi de son derrière, et un chemisier bleu ciel à la coupe cintrée, la jeune Dresseuse livra un tableau fort appétissant à la Championne, et dont elle espérait que la composition serait appréciée à voix haute...
Car elle n'avait rien laissé au hasard : une paire de bottines à talons courts (mais suffisamment hauts pour rehausser sa silhouette) attendaient patiemment près du canapé qu'on veuille bien les chausser, leur dessus en cuir noir fraichement ciré brillant discrètement dans la lumière tamisée de l'appartement, tandis qu'un blazer, assorti au pantalon, se tenait tout droit sur son cintre, accroché discrètement à la poignée de la porte de la chambre d'Athéna.
Le subtile mélange d'un ensemble plutôt strict, au design emprunté à la Navy anglaise, et de coupes un peu trop près du corps et au décolleté délicatement plongeant était le résultat final de plusieurs heures d'intense réflexion devant un miroir en pied et une commode pleine de tenues devenues soudainement obsolètes.

En somme, Athéna était plus excitée que jamais et belle comme le jour, avec ses petites mèches de cheveux blonds virevoltant autour d'un visage radieux, et légèrement mis en valeur par quelques touches de couleurs sur les joues, les yeux et les lèvres.

Lyndia n'aurait pas pu soupçonner, à cet instant, devant une jeune femme si débordante d'énergie et d'envie, que le mois qui venait de s'écouler avait été l'un des plus difficiles de la vie d'Athéna.

Ces derniers temps, le plus dur n'avait pas été de traqué les combats et les Badges. Il y avait du bon comme du mauvais dans les derniers matches qu'Athéna avait livré, mais rien d'anormal. Rien de totalement imprévisible. Rien qui ne mette sa vie en danger.

Non, les combats dans les règles n'avaient pas été, et n'étaient jamais un problème pour elle.

C'était tout le reste qui partait complétement en vrille, et qui menaçait de lui couter le peu de stabilité mentale qu'Arceus avait bien voulu lui accorder à la naissance.

La Team Zodiac. Ses parents.
L'une était trop présente, et les autres à jamais des abonnés absents.

En une journée, Athéna s'était faite massacrer en duel par un Zodiac, puis symboliquement reniée par ses géniteurs. Le mois suivant ce jour fatidique n'était plus qu'un souvenir brumeux de combats minables, d'anti-douleurs avalés goulument et de nuit sans sommeil dans l'esprit déphasé de la jeune Dresseuse. Un mois à éviter chaque surface réfléchissante pour ne pas croiser son regard vide, un mois à surveiller la Pokéball de Ladon même la nuit, un mois à fixer son Vokit dans l'espoir de voir le numéro de ses parents s'afficher pour finalement s'effondrer, épuisée et seule, en larmes au milieu de son salon.

Sans Lyndia, sans cette lumière au bout du tunnel, sans cette simple invitation au restaurant qui l'obligeait à mettre autre chose qu'un pyjama et à se coiffer, Athéna n'aurait pas quitté son appartement (devenu une grotte dans laquelle elle n'allumait pas la lumière et ne faisait plus le ménage). Arktos l'avait même aidé à ranger tout son linge et sa vaisselle pour donner l'illusion qu'un être humain civilisé occupait encore les lieux, trop content de voir sa Dresseuse sortir de son lit et manger son premier repas équilibré et copieux depuis des semaines. Néanmoins la jeune femme refusa catégoriquement d'avaler de la viande rouge, dégoutée par la vue de la chair et du sang, une nouvelle répulsion qui n'était pas prête de la quitter.

Grâce au soutien d'Arktos et à son énergie retrouvée, Athéna se tenait donc devant sa porte d'entrée, radieuse et parfumée, laissant paraitre derrière elle un environnement sobre et sain où toute trace d'un éventuel nouveau trauma avait été méticuleusement recherchée, identifiée, et exterminée. Même ses côtes fêlées avaient eu le bon gout d'être parfaitement cicatrisées pour l'arrivée de Lyndia.

Rien, absolument rien ne pouvait gâcher cette soirée.
A part peut-être la présence de Sebastian, mais Athéna s'était jurée de ne pas s'emporter contre lui sans raison. Sa simple existence n'étant malheureusement pas une raison suffisante, la jeune Dresseuse s'était condamnée à forcer des sourires polis pour quelques heures durant. Un prix bien dérisoire si cela lui permettait de faire du pied à Lyndia sous la table du restaurant pendant tout le repas.

Et si la Championne n'avait pas été en train de blaguer sur le pas de sa porte, Athéna aurait sans doute continué à songer à cette histoire de pieds tout en reluquant ouvertement le pantalon terriblement étroit de la rousse, bave aux lèvres et rouge aux rouges comme un vieil homme lubrique.


"Bonjour Mademoiselle, je viens vous parler de Twitch notre Sauveur. Avez-vous accepté le Fossile Nautile dans votre cœur ?"

"Mon cœur est déjà pris," répondit Athéna en s'appuyant lascivement dans l'encadrement de la porte et en décochant un sourire sensuel à la rousse, "mais j'ai le temps de discuter avec une Envoyée de Twitch aussi ravissante que vous... autour d'un verre peut-être?"
Et en achevant sa phrase Athéna tendit la main à Lyndia, et l'invita à entrer, sans détacher ses yeux de celui, amusé, de son amante.

L'appartement tout entier attendait la visite de Lyndia : lumière douce dans la salon, pas un meuble de travers, pas un grain de poussière en vue. Dans le frigo, une bouteille de sirop de menthe et deux bouteilles d'eau minérale, quelques amuse-gueules, un pot de glace (pour après le resto, qui sait?), une collection de glaçons multicolores. Et surtout, pas de Pokémon. Chaque monstre attendait dans sa Pokéball, avec interdiction de ruiner tout le glamour d'Athéna. C'était une soirée pour elle et sa chère et tendre, pas un être vivant de plus.

Ce qui n'empêcha pas Antéros de se cacher derrière le meuble de la télé et de regarder les deux femmes se tourner autour d'un œil intéressé...

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 


Dernière édition par Athéna le Mar 11 Mar 2014 - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 4 Mar 2014 - 22:46


Une répartie simple, efficace, décochée comme une flèche à la seconde même où Lyndia avait fini sa phrase. La Reine Noire aimait de nombreuses choses chez Athéna. Mais sa verve était de loin parmi ses préférées. Une capacité d'analyse et de réponse incroyable que l'ex Championne lui avait souvent enviée. Car si celle-ci se sentait à l'aise à l'écrit, elle ne pouvait en dire autant de ses capacités orales.

S'approchant de la dresseuse blonde, Lyndia posa sa main sur les hanches de la belle avant de l'embrasser tendrement. D'ordinaire, elle était tendre mais vive sur ce genre de gestes. Si elle assumait totalement cette relation et se moquait de l'avis des gens, elle n'avait toutefois pas envie de mettre Athéna dans l'embarras ou qu'on lui reproche un jour d'avoir vaincu la Ligue "sur l'oreiller". Mais ce jour là, le baiser de Lyndia sur le pas de la porte fut plus long, plus tendre, plus serein et plus... "patient".

Se détachant enfin de l'étreinte de son amante, la Reine Noire ne prit pas la peine de retirer sa veste, mais répondit tout de même avec un sourire ravi en portant le regard à sa montre:


"Notre table nous attend d'ici un peu moins de deux heures. Un verre me fera le plus grand bien, mais il ne faut pas trainer pour autant. Navrée. Promis, je me rattraperai avec un massage à notre retour."

La relation qu'avaient Lyndia et Athéna s'était quelque peu construite à l'envers. D'abord sur l'oreiller, puis aux confidences mortelles et dangereuses, et seulement maintenant envisageaient-elles d'aller dîner ensemble un soir. Toutefois, il y avait eu entre elle un tel déclic, une telle alchimie, et Athéna était si fine pour ce genre de choses, qu'elle ne pourrait PAS ne pas trouver louche l'attitude de la Reine Noire. Ou plutôt non, pas louche... Disons plutôt inhabituellement entreprenante. Il n'était pas dans le genre de la rousse d'être si démonstrative. Et encore moins de ponctuer le fin de cette déclaration par une caresse sur la joue et une moue amusée qui en disait long sur la nature réelle du massage en question.

Lyndia connaissait désormais l'appartement d'Athéna, et put devancer celle-ci dans sa cuisine pour y trouver Antéros, le petit Pandespiègle qu'elle lui avait offert il y a de cela quelques mois. L'ex Championne du Type Ténèbres, si elle ne tenait plus sa place au Conseil des 4, était toujours experte en la matière. Et elle fut ravie de constater que le petit pokémon panda se portait à merveille sans même avoir besoin de lui poser la moindre question. La rousse s'accroupit donc, laissant passer Athéna dans son dos pour aller jusqu'au frigo sortir les boissons, et tendit les bras vers le petit bagarreur.


"Salut toi, ça faisait longtemps, comment vas-tu depuis le temps?"

Reconnaissant soudain cette voix, ce visage, ces cuisse et cette paire de seins, Antéros fonça d'un air goguenard vers Lyndia, avant de bondir d'un coup vers son torse auquel il s'accrocha. La Reine Noire rattrapa l'individu avant de se relever, sans même se rendre compte que celui-ci plantait ostensiblement le visage dans sa poitrine et essayait de l'y remuer. Malheureusement pour le Pandespiègle, le trench-coat de l'ex Championne n'était pas compatible avec son ambition et réduisait considérablement les sensations qu'il pouvait ressentir. En résultat un regard désolé de la part du pokémon qui leva des yeux embués de larmes vers la rousse qui lui posa la main sur le crâne d'un air amusé.


"Ooh, mais oui toi aussi tu m'as manqué, va." lança Lyndia, à mille lieux de se douter de ce qu'il se passait dans la tête d'Antéros.

Le simple fait de boire un vert de diabolo menthe fit un bien fou à l'ex-Championne. Cette boisson divine, dont elle n'avait aucune idée de pourquoi elle avait chez elle un tel effet euphorique, suffit à la placer sur un petit nuage et à préparer ses papilles au repas qui allait suivre. Le petit coup de sucre et de piquant qui lui chatouilla la gorge lui donna l'énergie de se moquer du froid qu'elles pourraient avoir à subir en volant sur le dos de Nyx.

C'est au moment de partir que quelque chose bloqua.

Antéros voulait les accompagner. Genre vraiment. Les deux jeunes femmes résistèrent tant bien que mal aux quatre première attaques Puppy Eyes du pokémon, mais la cinquième fit un coup critique super efficace OHKO, et elles acceptèrent de le faire profiter du voyage.

Nyx, quant à lui, fut ravi de revoir Athéna. Il commençait à connaître la dresseuse et ne comprenait que trop bien le rôle qu'elle jouait vis-à-vis de sa maîtresse. Si Lyndia ne l'avait pas briefé avant leur départ, il se serait laissé allé à lui lécher le visage pour célébrer leurs retrouvailles. Mais la Reine Noire avait fini par réussir à lui faire comprendre que quand on veut plaire à l'autre, un couche de deux centimètres de salive sur votre visage peut vous desservir. Une notion apparemment difficile à enregistrer dans les parades de séduction des Trioxhydres. Lyndia avait voulu un jour écrire un bouquin sur le sujet. Après une semaine elle avait envoyé une lettre à son éditeur contenant deux mots : "Ou pas."

Le voyage fut plus rapide que prévu. Le climat, bien que frais, se prêta parfaitement au vol de Nyx qui arriva sur les lieux en moins d'une heure et demie. La ville désolée d'Esperantown se dressait déjà sous leurs yeux. Lyndia se demanda un instant si ces retrouvailles avec le lieu de l'affrontement avec Lugia serait supportable pour sa compagne. Entre ça et Sebastian, elle craignait qu'Athéna ne tourne de l'oeil entre l'entrée et le plat principal. Mais la blonde avait accepté l'invitation. Et connaissant son tempérament angoissé, probablement s'était-elle déjà préparée à ce difficile retour à Esperantown.

Nyx se posa et fut rappelé dans sa pokéball. Les deux jeunes femmes se tenaient maintenant devant l'entrée du Heaven Circus. La nuit commençait à tomber, et les lueurs vives et variées qui émanaient du restaurant donnaient un aspect irréel à l'endroit. A quelques mètres d'elles, Darmani, le désormais Gigalithe chromatique leva les yeux vers ces deux nouvelles arrivantes. Il reconnut Athéna immédiatement.

Et s'en foutait royal.

Lyndia retira le gant de sa main gauche et saisit calmement la main d'Athéna avant de lui demander doucement:


"Tu es sûre que ça ira?"

Après tout, il était encore temps de faire demi-tour.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 11 Mar 2014 - 15:52


Athéna nota avec curiosité le comportement de son amante. La rousse, d'habitude réservée, la touchait de façon équivoque et faisait des sous-entendus qu'elle ne se serait permis que dans l'intimité d'une chambre. Et encore.
Si la jeune Dresseuse mourrait d'envie de la questionner sur le sujet, elle se retint. Lyndia semblait détendue, agréablement grivoise, et Athéna n'allait tout de même pas prendre le risque de rompre le charme. Peut-être que sa bonne humeur venait de cette affaire dont la Championne voulait lui parler ce soir? Ce devait être une excellente nouvelle si cela la rendait aussi heureuse!
Et c'était une raison de plus pour faire preuve de bonne humeur à son tour, ce qui la rendit plus prompte à accepter qu'Antéros les accompagne, et surtout à ne faire aucune mention de sa rencontre avec la Zodiac et ses parents...


Durant tout le trajet sur le dos de Nyx, Antéros s'était cramponné au ventre d'Athéna, la tête blottie contre la poitrine de sa Dresseuse, et un sourire machiavélique aux bords des lèvres. Coincé entre les seins de la blonde et le dos de Lyndia, le petit panda ne pouvait rêver meilleure façon de voyager.

La présence du jeune Pokémon et la proximité de la Championne furent de bonnes distractions pour Athéna, qui se soucia peu du paysage ou de leur destination. Nyx volait aisément dans l'air encore doux du début de soirée, portant sans souci les deux femmes et Antéros. L'absence de soubresauts ou de courants d'air glacés permit à Athéna de se détendre et d'apprécier le vol.

Mais ce n'était que le calme avant la tempête.
Son esprit tranquille n'était pas préparé à l'atterrissage au milieu d'Esperantown. A peine eut-elle posé pied à terre qu'Athéna se trouva entourée de ruines. Certes, les routes étaient dégagées, les débris les plus encombrants amassés en tas gigantesques dans des terrains vagues, et beaucoup d'habitations, couvertes d’échafaudages, seraient bientôt reconstruites. Mais partout où son regard vert se posa, seule la désolation régnait. Il n'y avait plus d'arbre, plus de maison, plus de bar ouvert et débordant de fêtards heureux de vivre, plus de travailleurs pressés de rentrer chez eux. Seule présence vivante, une silhouette voutée et solitaire d'un charpentier glissait lentement dans une rue sombre, les yeux inexorablement attirés par tout le travail qui restait encore à faire, et le dos déjà bien douloureux de tout le travail abattu.

Athéna soupira en observant ce qu'il restait de la ville maudite. Comment avait-elle survécu aux ravages de Lugia et de Mewtwo, Arceus seul le savait. Elle-même n'osait pas trop se poser la question.
Malgré cette atmosphère lugubre et chargée de souvenirs déplaisants, la jeune Dresseuse sut ravaler l'angoisse qui menaçait de remonter le long de sa gorge. Elle secoua la tête comme pour chasser ses pensées macabres et se concentra sur ce qui l'attendait : une excellente soirée au restaurant avec Lyndia. Qu'elle s'interdisait de gâcher.


Il était d'ailleurs difficile de faire abstraction du restaurant de Sebastian. L'établissement multicolore jurait terriblement avec la grisaille alentour. Peinturluré de vives couleurs et décoré de colonnes comme un temple de Rosalia, l'hôtel-restaurant brillait comme un phare au milieu des ruines poussiéreuses d'Esperantown. Même si la ville avait été entièrement reconstruite, le Heaven Circus aurait toujours fait tâche.

Athéna haussa un sourcil dubitatif en direction de la porte d'entrée. Si elle appréciait grandement que Sebastian aide la population de la ville en offrant des chambres, elle n'était pas certaine que confier la déco à un daltonien crée une bonne publicité. Les gens d'Esperatown n'avaient peut-être pas envie d'ajouter "rendus aveugles par overdose de mauvais gout" à la liste des calamités qui les avaient déjà frappé.

Parfaitement en phase avec son environnement hautement coloré, un Gigalithe Chromatique regarda la Championne et la Dresseuse se poser non loin de lui. Sa seule réponse à cette soudaine agitation fut de cligner des yeux. Athéna ne lui prêta pas attention, car elle avait le nez en l'air et scrutait toujours la déco asiatique du restaurant. Si elle l'avait un peu plus étudié, elle aurait surement reconnu dans ses petits yeux inexpressifs le Géolithe qui lui avait broyé la jambe pendant son combat contre Solem...


"Tu es sûre que ça ira?" lui demanda alors Lyndia en lui prenant délicatement la main.

Athéna se tourna vers son amante avec un sourire. Elle n'aimait pas Esperantown. Elle n'aimait pas l'odeur de plâtre et de peinture, elle n'aimait pas Sebastian, et par les six pattes de Giratina elle détestait le fait que chaque fichu rocher et chaque claquement de vagues au loin lui rappelle la main ectoplasmique de Mewtwo serrant sa gorge jusqu'à ce que ses yeux se révulsent.

Mais elle était là, bien vivante, et en compagnie de la plus belle femme du monde.
Elle devait se concentrer sur le présent. Ne pas se laisser submerger par ses émotions. Ses émotions la rendaient faible.

Son sourire s'élargit et elle répondit à son tour d'une voix calme :


"Je vais bien."

Ce n'était pas un mensonge... puisque Athéna le pensait vraiment.

La jeune blonde resserra sa main autour de celle de Lyndia et l'entraina à l'intérieur.
Elle poussa une double porte et se trouva dans un hall, la Championne à ses côtés et Antéros agrippé à son mollet. A sa gauche, la salle de restaurant, où toutes les tables étaient dressées. Une lumière chaude baignait des tableaux et des plantes décoratives bien plus belles au gout d'Athéna que l'extérieur tape à l’œil. Néanmoins les murs et les tapis du sol restaient de couleurs vives, bien que cela soit moins choquant maintenant que la jeune femme ne pouvait plus faire la comparaison avec les immeubles gris de dehors.

Face à elle, un escalier qui devait permettre l'accès aux chambres. La largeur et la solidité des marches devaient être étudiées pour supporter des Pokémon massifs, rendant l'ensemble très imposant.
Enfin, à droite, un comptoir d’accueil et son indémodable mur percé de multiples crochets auxquels pendaient les clefs numérotées des chambres.

Et c'est en découvrant l’hôtesse d’accueil qu'Athéna eut un sursaut : une Gardevoir aux pupilles dilatées la fixait gravement, les bras le long du corps.

Soudainement Athéna se dit que le hasard n'avait rien à voir avec le fait qu'un Gigalithe Chromatique et une Gardevoir, qui faisaient partis de l'équipe de Solem, soient, quelques mois plus tard, dans le staff de Sebastian. Ce n'était pas une coïncidence. Ce n'était même pas statistiquement probable.

Un seul écervelé pouvait adopter une bande de sociopathes comme l'équipe de Solem : Sebastian. Comme si sa seule existence n'était pas déjà un affront, l'ex-comateux venait remuer le couteau dans la plaie en se servant des Pokémon qui avaient presque causé la mort d'Athéna.

La jeune blonde pinça les lèvres et fixa à son tour la Gardevoir. Qu'elle ose faire un geste et Athéna en serait ravie : elle aurait une excuse pour coller un procès à Sebastian. Na.

Inconsciemment, la jeune femme serra la main de Lyndia jusqu'à ce que son geste n'ait plus rien de tendre et frise même le douloureux.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 11 Mar 2014 - 16:42


Le visage de Zelda se releva lorsque la porte s'ouvrit. Son faciès voulut n'afficher qu'un sourire bienveillant comme elle le faisait vis à vis de chaque client, mais lorsque la chevelure blonde et le cache-oeil noir des deux jeunes femmes firent leur apparition, la Gardevoir sut qu'elle ne parviendrait pas à se détendre aussi facilement. Athéna, qu'elle avait affronté quelques mois plus tôt, et Lyndia, qui avait causé la perte de Solem ce même jour maudit sur les plages de Maïlys.

Le temps sembla se figer dans l'esprit du pokémon Etreinte. Non pas parce qu'elle angoissait tant que ça, non pas parce qu'elle paniquait. Après tout, la mort de Solem avait permis l'éveil de Sebastian, événement que Zelda bénissait plus que tout au monde. Et puis si elle avait voulu, elle aurait pu étrangler ces deux étrangères d'un claquement de doigts. Non, ca n'était pas de la peur ou de la colère qui se déversait abondamment dans les tempes de la dame blanche, mais bel et bien de l'énergie psychique, vouée à réduire sa perception du temps et à enregistrer le plus d'informations possibles en l'espace d'une seconde, avant que les deux jeunes femmes ne se rendent compte de son petit manège.

Un rapide tour d'horizon de leurs esprits, une observation quant au fait qu'Athéna tienne la main de sa camarade avec une ferveur étrange, et il n'en fallut pas plus à Zelda pour savoir ce qu'elle voulait savoir. Elle avait bien assez d'éléments à utiliser contre elles si elle en décidait ainsi.

Et pour le moment, ce serait suffisant.

D'un clignement d'yeux, la lueur rouge de son regard disparut avant même d'avoir eu le temps d'être notable, et Zelda se pencha humblement pour accueillir les deux invitées. Sa voix résonna dans leur esprit, sans forcer, sans violence. Juste un discours diffusé librement autour du pokémon comme si elle eut parlé normalement.


*Bienvenue au Heaven Circus, mesdemoiselles. Nous vous attendions. Permettez que je vous accompagne à votre table.*

Sans attendre de réponse de leurs parts, Zelda saisit deux menus et leur emboîta le pas vers une salle à main droite de l'entrée. Chose surprenante puisque la pièce principale des clients se trouvait à leur gauche.



Lyndia sentit la poigne de la dresseuse se resserrer sur sa main, et nota une pointe de culpabilité qui naquit dans sa poitrine. Mais Athéna faisait de son mieux pour ne rien laissait paraître et pour se donner une allure forte. Il aurait été lui faire injure que de ruiner ce travail sur soi. Après tout, les pokémon de Solem n'étaient pas Solem. Et si Sebastian était devenu l'être aimable qu'Elèraine et qu'Esperantown décrivaient ces dernières semaines, alors les pokémons du Soleil Noir méritaient une deuxième chance.

Si le choix de la Gardevoir d'emmener les deux jeunes femmes dans un lieu isolé aurait pu avoir de quoi inquiéter Athéna, la Reine Noire s'empressa de mener son amante à la suite de la psychiste pour la mettre en confiance. Après tout, elle avait expressément demandé à Sebastian une table isolée, où elles pourraient discuter calmement sans être dérangées. D'autant que l'annonce de sa démission n'étant pas encore totalement officielle, s'asseoir dans un lieu publique aurait pu créer quelques émois. Pas ce soir. Ce soir, c'était juste elle et Athéna.

Le trio arriva rapidement dans une petite pièce qui était absolument superbe. Juste assez grande pour pas qu'on ne s'y sente oppressée, juste assez étroite pour rester intimiste et chaleureuse. Aux murs étaient accrochés quelques aquarelles modestes, sans grande valeur mais qui avaient au moins la qualité de ne pas être de mauvais goût, et étaient encadrés de grands drapés d'un rouge à peine plus vif que le bordeaux des murs. Lesquels tenaient quelques chandeliers qui donnaient à cet endroit une teinte chaude et rassurante, qui s'assortissait merveilleusement avec la lumière du ciel. Et quel ciel ! Tout le mur qui faisait face à la porte avait été démoli pour ne tenir qu'une grande baie vitrée qui laissait abondamment passer la lumière de la lune. Le temps étant ce soir particulièrement dégagé, la pièce baignait dans une double teinte chaud-froid qui aurait ravi les concepteurs de mise en scène de Pixar.

Et au centre de ce petit paradis, une table avec des couverts pour deux, un nouveau chandelier, et deux sièges qui se faisaient face, et qui étaient prêt à accueillir leurs invités.

Zelda invita les deux jeunes femmes à s'asseoir en reculant et avançant lesdits sièges télépathiquement, et leur offrit la carte des plats avant d'ajouter :


*Je vais prévenir Sebastian de votre arrivée. En attendant, désirez-vous boire quelque chose ?*

"Champagne ?"

S'enquit aussitôt Lyndia, le visage levé vers la Gardevoir mais ne pouvant détacher son œil d'Athéna.  Zelda acquiesça, disparut et ferma la porte derrière elle, rendant aux deux jeunes femme leur intimité. Celle-ci retrouvée, Lyndia saisit les mains d'Athéna et se pencha au dessus de la table pour l'embrasser à nouveau avant de saisir la carte et de commencer à réfléchir à ce qu'elle allait prendre. Son regard émeraude se perdit un instant dans la pièce et elle eut un rire amusé :

"Et bien, il n'a pas fait les choses à moitié pour nous recevoir."

Encore une preuve de sa bonne humeur. Elle voulait boire, se détendre, profiter de la soirée.

Comment aurait-elle pu se douter que l'immense baie vitrée, en plus d'offrir une vue splendide sur ce ciel d'Esperantown exceptionnellement sans nuages, offrait également à Athéna un spectacle dont elle se serait bien passée : le rocher et les falaises où elle avait rencontré Mewtwo.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 11 Mar 2014 - 17:59


Ah, les Pokémon. Créatures magnifiques, aux pouvoirs étranges et indéchiffrables, parfois de vaillants alliés de l'Homme, et parfois des ennemis mortels...

Comme par exemple cette Gardevoir, qui en plus d'être devenue clairement plus puissante, avait désormais la possibilité de PARLER par la pensée. Comme Mewtwo, en somme!

Athéna déglutit péniblement et fit tout son possible pour masquer la forte nausée qui venait de lui tordre l'estomac. La voix de la Gardevoir frôla doucement son esprit plutôt que de l'envahir par la force, mais Athéna n'était pas dupe. Elle ferma de son mieux les recoins de sa pensée et écouta le discours monotone de la psychiste sans la quitter des yeux.

Si la jeune blonde n'avait pas fait partie de ses gens qui pensent que les Pokémon ne deviennent méchants que parce que leurs Dresseurs le sont, elle n'aurait jamais pu envisager de supporter la présence des Pokémon de Solem une seconde de plus. Et même si elle n'était pas encore prête à leur faire confiance (surtout pas à cette Gardevoir), elle ne s'autorisait pas le droit de leur en vouloir éternellement.


Crispée, mais courageuse, Athéna accepta d'être guidée par le Pokémon Psy. Voir des chaises bouger toutes seules et subir l'écho de la télépathie n'arrangea pas sa nausée ni son manque de confiance, mais la jeune blonde tint bon. Elle n'allait pas s'énerver, elle n'allait pas prendre ses jambes à son cou, elle n'allait pas ruiner cette soirée et l'annonce clairement importante que devait lui faire Lyndia : elle serait forte et joyeuse. Tout le contraire de ce qu'elle était depuis un mois.
Rien de difficile!

La Gardevoir les avait installé dans une pièce à l'écart, ce qu'Athéna nota mais ne commenta pas. Aussitôt assise, elle sentit Antéros poser ses pattes sur sa cuisse. Sans baisser la tête, elle l'attrapa et le posa sur ses genoux, et instantanément le panda s'adossa à sa poitrine et se mit à contempler la vaisselle sur la table.
Personne ne le savait, mais Antéros était bon comédien. S'il arborait un air innocent, c'était pour mieux tromper la vigilance de sa Dresseuse et, dans ce cas précis, de la Gardevoir. Le Pokémon Psy ne lui inspirait rien de bon, et le petit panda la surveillait du coin de l’œil tout en feignant de n'être intéressé que par le moelleux des seins d'Athéna.

Lyndia commanda du champagne et Athéna n'eut pas le cœur de dire non. Elle aurait préféré ne pas boire d'alcool, pour garder des réflexes vifs et l'esprit alerte, mais si sa compagne désirait faire la fête, elle n'allait pas faire la rabat-joie.


Enfin la Gardevoir sortit de la pièce. Athéna ne put retenir un léger soupir de soulagement.
Délivrée de la présence du Pokémon Étreinte, la jeune femme observa enfin l'endroit dans lequel elle allait passer sa soirée.

La pièce était splendide. Conçue pour accueillir une seule table de convives, elle avait le luxe et l'intimité d'une loge d'opéra. Athéna se sentit privilégiée, et bien qu'elle ne l'aurait pas admis à voix haute, elle était reconnaissante à Sebastian de leur offrir ce traitement de faveur. Après tout, de ce qu'Athéna savait, c'était Élèraine qui l'avait aidé à reprendre une vie normale, pas Lyndia. Le jeune homme aurait pu la traiter comme une connaissance, plutôt qu'une amie... et pourtant il tendait clairement une main bienveillante vers Lyndia, et indirectement vers Athéna. Dans sa paranoïa récemment acquise, le jeune blonde se demanda si c'était le signe d'une réelle gentillesse de sa part, ou de la culpabilité d'avoir été la raison de toutes les folies de Solem? Peut-être en apprendrait-elle d'avantage ce soir.
Alors qu'elle s’apprêtait à tourner la tête pour admirer la vue, Lyndia détourna son attention en se penchant pour déposer un baiser sur ses lèvres. Athéna lui sourit en répondant au baiser et prit à son tour une carte, qu'elle parcouru attentivement à la recherche d'un plat sans viande.

Alors que la jeune Dresseuse tentait de lire sa carte tout en empêchant Antéros de jouer avec un verre à vin, Lyndia lui parla.

La jeune femme regarda son amante avec fascination. Elle avait rarement vu la Championne aussi joyeuse et détendue. Ravie, Athéna lui répondit par un large sourire, et se força à reconnaitre une qualité à Sebastian.

Du moins, elle songea qu'il serait de bon ton de reconnaitre une qualité à Sebastian. Juste avant que son cerveau décide que non, décidément, elle n'aimait pas ce type.


"Je dois admettre qu'il a mis les petits plats dans les grands. Il te doit de l'argent?" demanda-t-elle avec humour et en haussant un sourcil moqueur.

Intérieurement elle ne blaguait pas vraiment. Mais Lyndia n'avait pas besoin de le savoir.

Feignant l’innocence avec autant de brio qu'Antéros, la blonde tourna la tête vers la baie vitrée pour éviter le regard de Lyndia,  qui lui reprocherait peut-être d'être un peu dure avec Sebastian.
Mais au lieu de profiter de l'une des vue les plus romantiques de Maïlys, Athéna fut assaillie par les souvenirs de son combat contre Mewtwo. Son regard glissa à peine sur le rocher à fleur d'eau depuis lequel le Clone l'avait attaqué, mais cela fut suffisant pour la faire tressaillir. Elle tourna vivement la tête et se replongea dans le menu, cachant sa pâleur derrière les listes interminables de mets délicats. Elle inspira profondément, déglutit, et ne sortit de sa cachette que quand elle fut assurée de la qualité de son sourire.

Finalement ce n'était peut-être pas une mauvaise idée de prendre un peu de champagne...


Avant que Lyndia ne puisse répondre, la Gardevoir apparut près d'elles, en silence et avec une économie de mouvements qui rendait Athéna encore plus suspicieuse. Derrière le Pokémon Psy, un seau d'eau fraiche et de glaçons et une bouteille de champagne flottaient à quelques centimètres au dessus du sol. La Gardevoir s'approcha et pencha la tête humblement vers ses clientes, puis déposa le seau à côté de la table. Toujours à l'aide de ses pouvoirs, elle déboucha la bouteille avec un POP! qui brisa outrageusement le silence, puis servit deux verres. Au mouvement de tête approbatif de Lyndia (il ne fallait rien attendre d'Athéna qui surveillait la Gardevoir en grinçant des dents, tout comme Antéros qui en oublia presque de tâter la poitrine de sa Dresseuse), le Pokémon se retira.


~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 11 Mar 2014 - 18:35


Lyndia sourit à la remarque d'Athéna. Si elle était assez soucieuse de l'état de sa compagne, l'ex-Championne était trop submergée par sa propre joie pour noter l'ironie qui pouvait filtrer dans sa voix. La Reine Noire était une jeune femme paradoxale en ce point que s'il avait fallu lui attribuer un type en tenant compte de sa personnalité, c'aurait probablement été le type Psy. Pour son aptitude a comprendre l'être humain, à lire en eux, et pour son caractère réfléchi et posé. Mais avec les années, le type ténèbres avait pris le dessus, et Lyndia était devenu comme les pokémons qui composaient désormais son équipe : impossible à cerner. Et ce au détriment de cette empathie qui aurait pu la caractériser jadis. Aussi ne fut-elle pas en mesure de distinguer la haine farouche que la jeune dresseuse semblait vouer au Roi Blanc.

Zelda revint avec le Champagne et disparut presque aussitôt. La boisson, elle, resta, pour le plus grand plaisir de la rousse qui saisit le verre entre ses doigts et invita Athéna à trinquer avec elle. Le breuvage avalé, elle le reposa délicatement sur la table, remis une mèche de cheveux en place et croisa les bras avant de se pencher un peu en avant, un sourire aux lèvres. Elle savait qu'elles avaient toute la soirée pour discuter, mais elle ignorait quand et pendant combien de temps Sebastian comptait faire son apparition. Elle se rappelait d'un lui fascinant, redoutable, mais aussi parfois tellement persuadé de son efficacité qu'il ne pouvait plus lâcher la jambe de son auditoire. Autant briser la glace dès maintenant.


"Bon. Comme je te l'ai dit j'avais une nouvelle à t'annoncer..."

Sa gorge se serra. De bonheur pour le coup, elle ne savait pas vraiment comment formuler la chose. Une petite boule dans son ventre popa soudain, l'invitant à se demander si la dresseuse prendrait la chose aussi bien qu'elle le pensait. Oh boy. Trop tard pour faire demi-tour.

"Disons que ce soir, après le repas, je serais ravie de te raccompagner et de passer la soirée avec toi puisque je ne me lève pas demain."

La Reine Noire porta de nouveau la coupe de Champagne à ses lèvres et ajouta, avec un sourire charmeur, avant de boire une nouvelle rasade :

"Ni après demain d'ailleurs."

C'est ce moment que Zelda choisit pour réapparaître rapidement, s'excusant de la part de Sebastian qui avait beaucoup de monde à gérer ce soir là, et qui lui avait donc demandé de prendre leur commande. Il les rejoindrait plus tard. Lyndia commanda donc une entrecôte saignante avec une salade, et attendit qu'Athéna ait également fait son choix. La Gardevoir n'eut pas besoin de prendre de notes. Après tout, quand on est un pokémon psy, retenir quelques plats pendant quelques minutes, c'est dans vos moyens. Puis elle disparut, les pieds ne touchant même pas le sol, et laissant sa traîne flotter dans l'air avant de refermer derechef la porte derrière elle.

Cette petite distraction n'avait pas détendu la rousse qui peina à reprendre la parole. Quelque part, elle attendit de voir la réaction d'Athéna, espérant que celle-ci comprenne sans qu'elle n'ait à approfondir. Diantre, pourquoi se sentait-elle si effrayée tout d'un coup ? Ce choix, elle l'avait fait en toute connaissance de cause ! La dresseuse ne pourrait pas la juger mal pour cela !

...Si ?

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Lun 17 Mar 2014 - 19:16


Athéna suivit des yeux la main de son amante qui remettait une mèche de cheveux rebelle derrière une oreille ronde et délicate, puis retraça le trajet de ses doigts sous sa poitrine généreuse, et se perdit avec bonheur sur les courbes de deux seins rebondis.
Tout en prenant une deuxième gorgée de Champagne, la jeune blonde poussa un soupir tremblotant qui résonna dans le cristal du verre comme un ronronnement. Seul Antéros l'entendit, et il haussa un sourcil amusé mais compréhensif vers sa Dresseuse.


"Tu baves." lui dit le panda avec un sourire.

Mais Athéna ne pouvait pas le comprendre et même s'ils avaient parlé la même langue, toute son attention était fixée sur (les seins de) Lyndia.
Son ronronnement de plaisir s'arrêta néanmoins quand la rousse lui expliqua qu'elle ne se lèverait pas le lendemain. Ni le surlendemain. Ce n'était surement pas LA grande nouvelle qu'elle devait lui annoncer, mais plutôt une partie de l'annonce. Que voulait vraiment dire Lyndia? Athéna écarquilla les yeux de surprise, puis fronça les sourcils.


"Mh... On sera en week-end demain? Ah, non, aujourd'hui c'est mardi." conclut Athéna d'elle-même. Que mijotait donc la Championne?

"Oh, tu as pris des vacances!" s'exclama la Dresseuse, certaine d'avoir trouvé la bonne réponse à cette énigme.

"La dernière fois que tu t'es accordée des vacances, tu venais de capturer Artikodin. Ne me dis pas que c'est toi qui as eu Electhor?!" demanda une Athéna émerveillée.

Comme la jeune femme n'avait pas regardé la télévision depuis les lustres, elle pouvait parfaitement avoir manqué une annonce aussi fracassante. Et c'était assez important pour que Lyndia lui fasse part de cette capture autour d'un bon diner et soit d'excellente humeur.

Les deux jeunes femmes n'avaient pas pu fêter la capture d'Artikodin comme il se devait, puisqu'à cette époque Athéna venait de frôler la mort et gisait lamentablement dans le canapé de Lyndia, blessée et au bord de la dépression nerveuse. Mais si la Championne avait réalisé un second exploit en capturant l'Oiseau Légendaire de la Foudre, alors Athéna mettrait tout son cœur à féliciter son amante correctement, maintenant qu'elle était guérie. Clairement Lyndia n'était pas contre ce type de récompense si elle proposait déjà de passer la nuit chez la blonde...

Ravie, Athéna attendait la réponse certainement positive de la rousse en se penchant au dessus de la table, compressant ainsi Antéros entre le bord de la table et sa poitrine. Le panda ne s'en plaignait pas.


C'est à cet instant que la Gardevoir réapparut avec les plats. La porte s'ouvrit, et Athéna tourna la tête et foudroya le Pokémon du regard. Indifférente au courroux d'Athéna, la Gardevoir fit flotter les assiettes jusqu'à la table, s'inclina, et disparut.

Quand Athéna fut assurée que le Pokémon Psy ne reviendrait pas tout de suite, elle reporta son attention sur la nourriture. Une énorme salade de chèvre chaud l'attendait, débordant de son assiette et couverte de croutons beurrés desquels coulait un fromage encore fumant. Une divine odeur de lardons grillés lui monta au nez, et la jeune femme poussa un grognement satisfait. Sebastian était peut-être un meurtrier et un égoïste, mais il savait arranger ses plats, le bougre!


Toutefois la Dresseuse n'allait pas planter couteau et fourchette dans sa salade sans avoir une réponse de la part de Lyndia. Elle releva le menton pour fixer son amante, mais croisa d'abord le spectacle macabre d'un morceau de viande dégoulinant de sang. Le bout de muscle, à peine cuit, épousait le coude de l'assiette de Lyndia comme une dépouille sur son lit de mort. Athéna porta une main à sa bouche et couvrit son envie soudaine de régurgiter avec une fausse quinte de toux. Dans la panique, elle sentit des gouttes de sueur perler le long de ses tempes et ne put qu’espérer que Lyndia s'imagine qu'elle avait seulement trop chaud.
Après s'être raclé la gorge, la jeune Dresseuse s'excusa de ses toussotements et sourit.


"Alors? Des vacances?" demanda-t-elle de nouveau en tirant Antéros par une oreille pour l'empêcher de manger un crouton au fromage.
Elle avait la nausée, mais ce n'était pas une raison pour laisser le panda manger sa salade!

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Lun 17 Mar 2014 - 21:21


Lyndia s'amusa de l'apparente candeur dont faisait preuve Athéna. Son incompréhension était adorable, toute autant que sa tentative de rationaliser une situation qui lui paraissait inenvisageable. La Reine Noire comprit vite qu'aux yeux de la dresseuse, il n'était pas concevable qu'elle ait démissionné. Bien, elle allait le lui annoncer elle même alors. Ou du moins elle envisagea de le faire lorsque Zelda revint avec les plats. Le steak saignant qu'elle avait demandé embauma dans la pièce à peine eut-il franchi la porte, au même titre que le fromage de chèvre réclamé par Athéna.

Au départ de la dame blanche, Lyndia s'empressa de planter ses couverts dans la viande saisie à souhait pour en vérifier la cuisson. Le sang qui en émana se déversa dans l'assiette et laissa à présager du meilleur des goûts à l'oeil de l'ex-Championne. Et elle ne fut pas déçue quand elle porta un morceau de ce qui avait jadis été un Tauros à sa bouche. Elle ferma les yeux de plaisir. A croire que Sebastian s'était souvenu de comment elle préparait ses propres burger à l'époque où ils trainaient ensemble au lycée.

Toutefois, malgré son euphorie gustative, la Reine Noire nota la lueur de panique qui naquit dans l'oeil d'Athéna lorsqu'elle commença son assiette. Aurait-elle fait une bourde? Un regard rapide dans son assiette lui fit prendre conscience de la totale absence de viande dans celle-ci. La blonde n'était pas végétarienne tout de même? Je veux dire, ok leur relation s'était construite à l'envers, mais elle n'avait tout de même pas pu omettre un détail pareil... si? Non. Le souvenir de leur première rencontre et de leur dîner chez Elèraine, où la jeune femme s'était régalé des poissons du pêcheur, lui rappela que cette éventualité n'était pas crédible. Alors quoi? L'odeur? La viande de Tauros? Athéna aurait eu un passé difficile avec ces pokémon?


"Alors? Des vacances?"

Lyndia avala sa bouchée, et se promit d'interroger Athéna plus tard dans la soirée. Car si elle pouvait comprendre les angoisses de son amante vis à vis d'Esperantown ou des pokémon de Solem, un steak lui paraissait tout de même vachement moins agressif. Mais pour le moment, la dresseuse voulait changer de sujet. Comme plus tôt dans la soirée, la Reine Noire décida de respecter ce choix et continua comme si de rien n'était.

"Pas exactement..."
Elle porta la serviette à sa bouche et s'essuya les lèvres avant de lancer, avec un grand sourire satisfait : "... J'ai démissionné! Je ne suis plus membre du Conseil des 4!"

...Ok, c'est seulement en prononçant ces mots que Lyndia se rappela que ça pouvait ne pas sonner aussi génial que ça ne l'était dans son esprit. Mais afin de ne pas perdre la face en exprimant la gêne évidente ressentie par ce genre de bourde, l'ex Championne garda son sourire ravi, toutes dents dehors, bras écartés comme si elle était fière de son choix. Ce qui était le cas en plus. Au moins, comme ça, Athéna ne pouvait pas se tromper quant à la teneur qu'avait la décision dans l'esprit de la rousse.

Détonation dans trois... deux... un...

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 18 Mar 2014 - 18:04


Antéros avait abandonné l'idée de manger des croutons. Sa cruelle Dresseuse ne voulait pas partager. Et la rousse aux gros nibards dégustait de la viande : le seul met qu'un panda herbivore ne pouvait pas apprécier.
Sans nourriture et sans occupation, Antéros se mit à observer son environnement à la recherche d'une bêtise à faire. Il remarqua que la baie vitrée était immaculée ; pas une trace de doigt ou une giclée de sauce. Le panda sourit de toutes ses dents, et bondit à terre. D'un pas dansant, il alla se planter devant la vitre épaisse qui laissait voir le merveilleux port d'Esperantown. Après avoir salué son reflet d'un clin d’œil, le petit panda plia les genoux, tira la langue, et lécha la vitre de bas en haut, en se redressant jusqu'à être sur la pointe des orteils. La longue langue du Pokémon glissa dans un couinement et déposa cinquante centimètres de bave gluante et tenace sur ce qui avait été une vitre propre. Et Antéros souriait en imaginant la tête de la Gardevoir quand elle découvrirait, trop tard, le crime de lèse-vitrage.


En temps normal, Athéna avait un don pour prédire la prochaine idiotie de son protégé. Mais à cet instant, elle mettait toute son énergie à ne pas vomir sur sa salade, tandis que Lyndia découpait avec une vigoureuse élégance son steak de Tauros. La blonde respirait lentement, profondément, les yeux rivés sur ses couverts et chaque neurone affairé à repousser d'horribles souvenirs de gorges tranchées et de marres de sang. Au quatrième salto arrière de son estomac, elle porta une main tremblante à son ventre et massa discrètement la zone douloureuse. Mais cela ne lui apporta aucun soulagement.

Arceus ayant un humour discutable, Lyndia, la cause principale de son mal-être, se transforma en remède en lui annonçant...

... sa démission?!

Athéna ouvrit la bouche et laissa échapper un air abruti.
Elle regarda son verre de champagne à peine entamé, puis celui à moitié plein de Lyndia. La théorie du début de cuite affectant son audition écartée, il ne lui restait aucune explication plausible à cette annonce paranormale.


"Hein?" dit-elle enfin avec beaucoup de subtilité.

"Mais... mais... le Conseil des Quatre! C'est! C'est!... c'est le Graal!" balbutia-t-elle en écarquillant un peu plus les yeux à chaque syllabe.

Ce que racontait la Championne --errh, Ex-Championne?-- n'avait aucun sens. Pourquoi quelqu'un ayant obtenu le titre prestigieux, glorieux, auréolé, sacré de Champion du Conseil des Quatre de la Ligue Pokémon voudrait-il se débarrasser d'un statut aussi convoité, aussi respecté, et aussi bien payé??

... Lyndia avait-elle pris de la poudre d'Ortide?

Quelques secondes et Altaria passèrent dans un silence digne du Cimetière de Lakit. Athéna ouvrit et ferma la bouche à plusieurs reprises telle une Magicarpe hors de l'eau, cligna des yeux, et finalement posa un regard perdu sur son amante.


"Je ne comprends pas du tout pourquoi tu as lâché le meilleur poste au monde." déclara-t-elle sur un ton repentant, comme si elle s'excusait de son incompréhension.

Elle se mordilla la lèvre un instant en observant la réaction de Lyndia. Le visage de la rousse passait de l'euphorie à la crainte, et la blonde fronça les sourcils. Après avoir intensément réfléchi, elle affirma avec un sourire :


"Mais bon! Ça semble te plaire... Beaucoup." ajouta-t-elle en repensant à l'inébranlable bonne humeur de sa compagne depuis le début de la soirée.

"Donc ça me plait." conclut Athéna en retrouvant son sourire branché en 220 volts.

"Et puis... tu ne te lèves pas demain."
Haussement de sourcils suggestif et sourire prédateur : enclenchés.


Antéros jeta un coup d’œil à ses deux femmes qui se faisaient des sourires par dessus la nappe et bientôt du pied par en dessous. Bien! Il n'y avait personne pour le surveiller. Quelle serait la prochaine victime de son ennui?

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 18 Mar 2014 - 18:37


Comme elle le pensait, Athéna n'avait pas une réaction des plus encourageante. Mais étrangement, pas pour les raisons auxquelles Lyndia s'était attendue. Elle avait vu venir des reproches plus gros, plus cruels, plus infondés également. Elle se voyait déjà traitée de lâche qui fuyait le combat, de fénéante qui repoussait ses responsabilités. Mais en aucun cas avait-elle une seule seconde imaginé que la dresseuse puisse à ce point admirer son poste qu'elle n'en voie pas les inconvénients. Après les balbutiements d'Athéna et après avoir remis de l'ordre dans son propre esprit, la Reine Noire poussa un soupir soulagé et reprit:

"Ton but dans la vie est d'être Maître Pokémon. Ca n'a jamais été le mien. Comme je te l'ai dit je me suis spécialisé dans l'étude des Pokémon Ténèbres après les incidents d'il y a dix ans et, à mon arrivée à Maïlys, un siège était libre et on me l'a proposé. Je n'avais alors aucune raison de refuser."

Elle avala une nouvelle bouchée de son steak, but une gorgée de champagne, et se mit à regarder d'un œil inattentif le spectacle que la baie vitrée avait à lui offrir. Son regard se posa même sur le petit Pandespiègle qui déposait un peu de son ADN sur le verre impeccable du lieu sans réaliser vraiment ce qu'il faisait. Sous la table, son pied se mit à caresser la jambe d'Athéna avec tendresse.

"La politique, la guerre, les travaux de bureau, rien de tout cela n'est pour moi, au fond. Je suis un peu comme Gabrielle Mindd à ce niveau là. Je me plairais d'avantage dans une bibliothèque et au milieu d'archives poussiéreuses que sur le champ de bataille. Et malheureusement c'est un peu le rôle qui m'est tombé dessus ces derniers mois. Un rôle de leader, de général."

Elle eut un rire jaune. Si elle avait réalisé combien la chose était inadaptée à son caractère, le fait de l'exprimer oralement pour la première fois faisait naître une amertume nouvelle dans son coeur.

"J'écrivais avant. Je lisais. Je ne côtoyais pas grand monde, je voyageais, je m'entrainais avec Athos, Nyx et Ridley et me penchais sur le mystère de Darkrai. Et même si le cas de Sebastian n'était pas réglé, cela me plaisait."

Elle revint à Athéna et eut un rictus dépité. Sa main saisit de nouveau la coupe de champagne qu'elle porta à ses lèvres sans en boire.

"Cela fait deux ans que je n'ai pas écrit une ligne, un an que je n'ai pas fini un bouquin, et mon dernier voyage s'est terminé sur moi manquant de me faire empaler par les pieux de givre d'un oiseau légendaire qui ne supportait pas qu'Olga et moi ne pénétrions dans son repère. Tout ça... Pour la Ligue."

Elle but cette fois une plus grande rasade du breuvage alcoolisé et reposa délicatement le verre sur la table avant de conclure:

"Siéger au Conseil des 4 est un honneur. C'est un travail prenant, plein de défis et de combats, c'est un travail qui nous prend autant qu'il nous donne. Mais je crois qu'après des mois et des mois la tête dans le guidon, à utiliser toute mon énergie à me battre et à faire forte impression, j'ai découvert le principal soucis de cet emploi."

Un silence. La main de l'ex-Championne glissa vers celle d'Athéna et lui caressa le dessus des doigts du bout du majeur.

"Il n'était juste pas fait pour moi." Conclut-elle avec un demi-sourire.

Voilà. Elle avait tout dit. Si Athéna devait de nouveau s'interroger sur les raisons de son choix, elle lui répondrait volontiers. Mais elle ne savait plus vraiment quoi ajouter. La dresseuse avait déjà confirmé qu'elle acceptait et respectait la décision de son amante, mais Lyndia craignait toujours ses réactions. Comme si elle culpabilisait d'avoir fait ce choix, ce choix personnel, ce choix de vie, sans l'avoir concerté auparavant. C'était idiot, mais son œil perdu sur les clavicules de la blonde ne sembla pas vouloir trahir la moindre lueur d'intelligence ce soir.

Un coup de vent à l'extérieur amena à la fenêtre un vieux T-shirt déchiré et trempé qui se plaqua sur la vitre dans un grand "splorch" face au petit pokémon Ténèbres, avant de disparaître presque aussitôt. Le bruit fit tourner la tête à la rousse qui haussa un sourcil et s'amusa cette fois des facéties d'Antéros.



~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 25 Mar 2014 - 17:45


Tout en haut du Volcan de Maïlys, Gabrielle Mindd éternua sur le dossier qu'elle étudiait, faisant voler quelques feuilles qui retombèrent lentement jusqu'au sol. La jeune femme renifla et grommela quelque chose qui ressemblait furieusement à : "Voilà ce qu'il reste au Conseil : des courants d'airs!" ; puis elle ramassa sa paperasse et se remit au travail.


Athéna souriait délicatement à son amante. Pour la jeune blonde, Lyndia serait toujours une Championne. Elle en avait toutes les qualités : force, détermination, courage, loyauté. Et elle avait fait beaucoup pour la Ligue, beaucoup plus que bien des membres connus des autres Régions. Si elle souhaitait prendre une retraite anticipée, Athéna ne pouvait qu'approuver.

Les paroles de Lyndia se voilaient peu à peu de regret, et Athéna comprit que la rousse avait délaissé trop longtemps ses véritables passions. Pour une jeune femme comme Athéna, qui n'avait fait que courir après son rêve (et s'en rapprocher!), les plaintes de Lyndia éveillaient une immense compassion dans son cœur.

Bien sûr, Athéna restait étonnée par le choix de son amante. Mais elle pouvait le comprendre. Et même si cela ne lui avait pas convenu, de quel droit aurait-elle fait des reproches à Lyndia?

De plus, la rousse semblait oublier que cette nouvelle situation apportait de bonnes nouvelles pour Athéna :
Tout d'abord, Lyndia se remettrait à écrire. Athéna était une fan incontestée : elle dévorerait le nouvel ouvrage de son amante avec autant d'appétit que le corps de l'auteure elle-même. Et même si c'était un métier prenant, ce n'était pas aussi contraignant que la Ligue. Enfin des week-ends garantis!
Et surtout, si l'ex-Championne ne siégeait plus au Conseil, elles n'auraient pas à s'affronter dans un match officiel. Et cela soulageait grandement Athéna : leur relation pouvait être ébruitée, elles n'auraient plus à craindre que Lyndia soit accusée de laisser Athéna gagner, ou une autre rumeur de cet acabit. Plus de poste de Championne, plus de possible favoritisme.

La lumière se fit dans l'esprit de la jeune Dresseuse : cet aspect de la démission de Lyndia expliquait que la rousse l'ait presque molesté sur le pas de sa porte!...
... Oh.
... Oh, yeah!
Athéna poussa un long et profond soupir de contentement.


Les orteils de Lyndia étaient partis à l'aventure le long de la jambe d'Athéna, qui oublia soudain de respirer. En conséquence immédiate, la blonde prit un teint de coquelicot et attrapa d'une main tremblante sa coupe de champagne pour se donner du courage.
Une Lyndia détendue était inhabituel. Une Lyndia flirtant ouvertement avec elle était étrange. Une Lyndia au bord de l'attentat à la pudeur était particulièrement anormal, mais tellement excitant!

Un sourire un peu idiot aux lèvres, Athéna caressa les doigts de son amante avec la main qui n'était pas en train d'essayer de porter son verre à sa bouche en tremblotant pitoyablement. Si elle ne faisait pas de crise de panique avant la fin de la soirée, Athéna était certaine que ce serait la meilleure soirée de sa vie. En attendant la meilleure nuit de sa vie. Dans quelques heures. Seulement.

Malgré sa cervelle engluée dans les litres d'endorphines, Athéna se souvint qu'il fallait qu'elle réponde à son amante. Surtout après une tirade aussi bien tournée.
Malheureusement la blonde ne savait que répondre. Elle comprenait le mal-être de l'ex-Championne, son envie de changer de vie et de cesser les nombreux sacrifices volontaires qu'elle s'infligeait depuis des années. Et cela, elle l'affirmait depuis cinq minutes en opinant du chef et en souriant de façon encourageante à Lyndia. Que dire de plus?

L'effet de surprise qu'avait créé l'annonce de sa démission s'estompait, et soudain cela ne paraissait plus si important. Athéna se rendit compte qu'elle commençait à se sentir apaisée : elle avait retenu son souffle pendant très longtemps, mais maintenant l'attente était terminée, les résultats annoncés, et Lyndia et elle décrochaient le gros lot en se faisant tranquillement du pied sous la table. Que demander de plus?

En l'absence de quelque chose d'intelligent à dire, mais ne pouvant choisir le silence, Athéna pencha pour une blague. Et pourquoi pas?


"Lyndia, si c'est ce dont tu as besoin, alors tu as forcément fait le bon choix. Et j'ai hâte de te lire!" dit-elle avec un immense sourire.

Puis elle se massa le menton d'un air songeur.

"Mais rassure-moi... tu ne m'en voudras pas si je te piques la place?" demanda-t-elle d'un air faussement inquiet.


Le bruit d'un vêtement qui s'étale contre la baie vitrée ne fit pas tourner la tête à Athéna. Lyndia occupait tout son esprit, et de toute façon il aurait fallut quelque chose de plus suspicieux pour forcer la Dresseuse à poser de nouveau ses yeux verts sur le paysage apocalyptique du port d'Esperantown.

Antéros, lui, bondit en arrière, les yeux écarquillés de peur. Il se força à ne pas couiner mais porta une patte sur son cœur affolé. Il insulta copieusement le t-shirt et le vent. Du moins, en pensée. Inutile d'attirer l'attention des deux jeunes femmes sur ce moment de honte.
Blessé dans son orgueil (qu'il avait fort développé), le petit Pandespiègle entreprit de trouver une occupation moins risquée. Un coup d’œil à sa Dresseuse balaya l'idée de remonter sur ses genoux pour lui peloter les seins : Athéna ronronnait en caressant de façon presque obscène les doigts de Lyndia et sa main encore libre plantait une fourchette dans sa salade avec une vigueur renouvelée.

Le jeune panda s'ennuyait. Il n'y avait rien à faire ici. Ou plutôt, plus rien à faire qui ne lui vaille pas un aller simple pour sa LuxeBall. Antéros se demanda alors s'il y avait d'autres Pokémon dans le restaurant. De potentiels camarades de jeu!
Aussitôt le jeune ursidé s’aplatit au sol et rampa discrètement jusqu'à la porte. Sa maîtresse ne faisait surement pas attention à lui, mais mieux valait se méfier de la rousse.

Cela lui prit du temps, mais le Pokémon noir et blanc atteint la porte qui menait au reste du restaurant. Toujours allongé sur le ventre, Antéros approcha une patte du bas de la porte, prêt à la tirer vers lui et à s'enfuir vers un nouveau terrain de jeu...

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 25 Mar 2014 - 18:19


Les épaules de Lyndia se détendirent d'un coup, accompagnant dans ce mouvement descendant un soupir de soulagement dans lequel on put sentir toute la culpabilité et toutes les inquiétudes qui s'envolaient d'un coup. Athéna acceptait sa décision, mieux encore : la soutenait. Cela dénoua aussi sec l'estomac de la Reine Noire qui se rappela de ce qui l'attendait dans son assiette. Lâchant, non sans regret, les mains de la dresseuse, la rousse reprit ses couverts et reprit son repas, motivée à profiter de la soirée comme il se devait maintenant que le plus dur était passé. Aussi reprit-elle en haussant un sourcil à la dernière réplique d'Athéna:

"Je croyais que tu visais le poste de Maître, ne me dis pas que tu te dégonfles?" Son sourire était trop ravi pour que cette phrase puisse être prise au sérieux. D'ailleurs, Lyndia n'attendit pas de réponse et reprit : "J'ai étudié les effets de la nuit et du cycle lunaire sur les Pokémon Ténèbres. J'ai écrit, avec Gabrielle Mindd pour consultante, une autre étude sur les liens forts et les faussés qui unissaient ou séparaient le type Psy et le type Ténèbres. Ce ne sont que deux livre, et j'ai l'impression de ne pas savoir où donner de la tête pour le prochain."

Elle avala un morceau de viande et enchaîna: "Mon éditeur me laisse carte blanche, c'est l'avantage d'avoir écrit deux premiers livres qui ont bien marchés. Mais maintenant j'ai l'embarras du choix. 'Les Pokémons Ténèbres et leurs modes de vie'? 'Dompter les Ténébreux'? Ou des choses plus spécifiques comme 'Méthode de chasse des Scalpion : Les Pokémon ne naissent pas libres et égaux en droits'. Je ne sais pas. Il va falloir que je me penche sur le sujet."

Lyndia était détendue. Et euphorique. L'un de ces aspects était rare, la combinaison des deux était inespérée. Et cela se manifestait sur le visage de la Championne par une expressivité insoupçonnée. Son sourcil se fronçait et se haussait au rythme de la conversation, son œil vif passait de son assiette à son amante avec le même appétit dévorant, même sa voix prenait des intonations plus variées qu'à l'accoutumée. Pour Athéna, le contraste devait être saisissant.

"Oh!" Lyndia avala une dernière bouchée et s'interrompit avant de secouer négativement la tête en rougissant. "Excuse-moi, je monopolise la conversation. Toi. Toi, comment vas-tu? Comment vont tes pokémons? Où en est ton équipe et ton voyage?"

Lyndia voulut demander comment les choses allaient depuis Solem, mais préféra se retenir, sentant bien depuis le début de la soirée que le sujet était encore sensible.

C'est ce moment que choisit Zelda pour franchir le pas de la porte, laissant celle-ci ouverte et annonçant simplement:


*Mon Maître me fait vous dire qu'il vous rejoindra pour le dessert.  Je repasserai dans un moment mais n'hésitez pas à m'appeler si vous avez terminé.*

Après un signe de tête de la rousse, la Gardevoir disparut en fermant la porte derrière elle. Ni la Reine Noire, ni la Dame Blanche ni Athéna ne s'étaient rendus compte que ce court entracte avait donné tout loisir au petit Antéros de se faire la malle et de commencer à déambuler dans les couloirs du Heaven Circus, probablement découragé d'entrer dans la salle à manger principale par la présence d'Onox le Tranchodon. Seul dans les couloirs menant à différentes autres pièces, il pourrait bientôt sentir dans son dos quelque chose d'inquiétant. Quelque chose d'aussi fouineur et blagueur que lui.

Quelque chose qui aimait avoir mal.


"Bouh."

Lança son ombre à ses pieds, laquelle avait soudain gagné de grands yeux rouges et un sourire hilare. C'est à ce moment que le vent décida de faire claquer un des volets de la plus proche fenêtre.

Oui. Le hasard est une grosse pute envers les Pandespiègles.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 25 Mar 2014 - 20:43


A la première réplique de Lyndia, Athéna lui tira la langue.
Si, si.

Ensuite, elle l'écouta attentivement, comme toujours, et se réjouit intérieurement de voir son amante si enjouée. Elle espérait secrètement que la rousse ne croise pas un miroir, qui lui montrait aussitôt son sourire béat et ses joues roses, contraste fracassant avec son habituel extérieur sombre et détaché.

Athéna se surprenait elle-même à détendre les muscles crispés de sa mâchoire : elle sourirait tellement qu'elle en avait des crampes aux zygomatiques. Si elle avait toujours eu un visage malléable, la blonde gardait souvent une expression neutre, parfaite pour éviter les conflits. D'un naturel contemplatif et mélancolique, Athéna n'avait découvert la facette  la plus colérique de sa personnalité -et donc la plus combative- que récemment. Et l'euphorie donnée par Lyndia comme de la morphine en intraveineuse était une nouveauté acclamée par les nerfs à vif de la jeune Dresseuse.
Le temps n'était pas aux combats, aux Badges et à la lutte pour sa simple survie.

Il était temps de vivre.

Du moins jusqu'à ce que Lyndia oriente la conversation vers elle.
Athéna contempla son assiette presque vide. Deux feuilles de salade faisaient de l'ombre à un coin de crouton oublié. Ni la salade, ni le crouton ne savaient quoi répondre à Lyndia, et Athéna se trouva seule face à cette question aussi dangereuse qu'un Luxray affamé :
"Toi, comment vas-tu?"

La blonde ne savait pas comment ne pas dire la vérité, tout en évitant de mentir à son amante. Quelle genre de pirouette linguistique pouvait-elle servir à Lyndia pour éviter de parler du mois qui venait de s'achever? Oh, elle pouvait en parler. Claquer sa langue contre ses dents et produire des sons : c'était possible. Ne pas faire une crise d'angoisse, ne pas insulter Sebastian, et ne pas partir en courant, son Pandespiègle sous le bras... c'était déjà plus difficile.

Soudain, un miracle. La Gardevoir poussa la double porte et coupa net le début de balbutiement abruti qu'allait émettre Athéna. Certes, c'était pour annoncer l'arrivée de Sebastian, mais cela laissait soixante secondes à la Dresseuse pour former une phrase complète.

Une minute. Une longue minute pour trouver un sujet, un verbe, et -extravagance!- un complément.

Lyndia se tourna de nouveau vers la Dresseuse, qui, après avoir froncé les sourcils à l'apparition de la Gardevoir, se tenait désormais droite comme un Miradar, pupilles et narines dilatées.

Une minute de préparation pour déclarer avec la finesse d'un footballeur :


"Euuuuuuh..."

Prise au piège, Athéna subtilisa la bouteille de champagne et remplit son verre jusqu'à ce que le liquide frôle le bord. Avec sa coupe trop pleine, elle n'eut d'autre choix que d'utiliser ses deux mains, donnant ainsi l'image de quelqu'un d'assoiffé... ou d'une sacrée pochtronne.
Après avoir aspiré la moitié du contenu pétillant en une seule gorgée, la jeune femme, privée de temps et à court d'excuse pour en gagner un peu plus, dit la première chose qui lui vint à l'esprit.


"J'ai un Pingoléon et un Incisache."

Immédiatement Athéna regretta cette déclaration. Si Lyndia lui demandait à quelles occasions ses Pokémon avaient évolué, elle allait devoir raconter l'Arène de Leane... puis la visite à ses parents.

Néanmoins, elle avait encore le contrôle de ses émotions. Tant qu'elle pouvait prédire les questions de Lyndia, et s'y préparer, elle pourrait conserver la bonne ambiance générale et ne pas gâcher une sortie au restaurant avec son aimée.

Une discrète inspiration anti-panique et un sourire toutes dents dehors suffiraient à tromper la vigilance de l'ex-Championne. Athéna se força à baisser ses épaules et à détendre sa nuque avant que son état d'alerte permanente ne saute aux yeux de la rousse. Elle piqua ses dernières feuilles de salade avec sa fourchette en souriant, innocente comme au premier jour.


Pendant ce temps, Antéros courrait.
Il courait pour échapper à son ombre, qui voulait le manger. Il couru tout le long d'un couloir, passa plusieurs portes fermées, tourna à un angle et VLAN! la tête dans les jambes d'un client qui sortait de sa chambre. Le panda tomba sur les fesses. L'homme en costume, cheveux grisonnants et une mallette à la main, baissa des yeux marrons et étonnés sur le Pokémon.


"Tu es perdu, petit?" demanda-t-il d'une voix de basse au léger accent slave.

Mais Antéros n'avait pas le temps de discuter. Son ombre voulait le manger, man!
Il bondit sur ses pattes, se massa l'arrière-train un court instant et fila à l'étage suivant en prenant les escaliers. Arrivé en haut des marches, il se retourna.

Personne.

Il regarda ses pieds : son ombre, existant à peine à cause de la faible lumière venant du plafond, ne bougeait pas, ne souriait pas, et surtout ne parlait pas.
Antéros poussa un soupir de soulagement. C'était surement cet endroit bizarre qui lui jouait des tours! Il n'avait pas l'habitude d'être enfermé entre quatre murs aussi longtemps, voilà tout. Ah! ça, pour sûr, c'était une hallucination : si son ombre était vraiment possédée par un esprit frappeur, il aurait pu le déloger et lui casser la gueule, pardi! Antéros, le Pokémon Combat, le bagarreur, le fier...

"Salut." lui dit l'ombre du meuble juste à côté de lui.

"AAAAAAAAAAAAAHHH!!!!" répondit Antéros en prenant ses jambes à son cou.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mar 25 Mar 2014 - 21:27


Essayez de vous rappeler de Dragon Ball Z. Maintenant essayez de vous rappeler de Majin Buu/ Boubou/ peu importe comment vous l'appelez. Ce démon rose composé à 90% de chewing gum.

Voilà, vous avez un aperçu de la façon dont Majora quitta le sol pour se stanquer devant le petit Pandespiègle fuyard, lui coupant la route avant d'atteindre les escaliers.

Car loin de garder l'habituelle épaisseur des Ectoplasma, lesquels réussissaient généralement à conserver cet aspect "naturel" pour eux afin de prouver leur parfaite maitrise de leur état, Majora était un spectre qui se laissait aller et qui laissait aller son corps gazeux à toutes les absurdités possibles et imaginable. Son visage rond comme une boule jaillit de sous le meuble, suivi par une longue trainée mauve et fine qui s'étendait sur plusieurs mètres et qui le suivait comme un ruban. Lorsque le visage amusé du fantôme masochiste arriva devant le pokémon Combat, sa "boule faciale" s'arrêta en l'air, tête en bas, et le reste de son corps ne tarda pas à le rejoindre, prenant tant bien que mal sa forme naturelle.


"Fufufu. T'es rigolo toi. Qu'est-ce tu fous là? T'es fort? Tu sais faire mal?"

Toujours suspendu à l'envers, l'Ectoplasma ne quittait pas l'intrus de ses grands yeux rouges et espérait réussir à le provoquer assez pour l'inciter à l'affronter. Après tout, s'il était plus faible que lui, il n'aurait qu'à se laisser un peu faire.

Puis techniquement, même si le panda était plus fort que lui, il se laisserait faire.



/////////



Pendant ce temps, à niaiserie-land, Lyndia était trop absorbée par la soirée pour remarquer l'absence d'Antéros. Et Athéna semblait toute aussi absorbée qu'elle, bien qu'un peu plus paniquée. Si la rousse dut admettre que les tentatives de son amante pour faire comme si de rien n'était étaient assez convaincantes, Athéna ne s'était pas rendue compte que les 60 secondes de bégaiement, de regard paniqué et de mimiques éperdues n'avaient pas jouées en sa faveur.

Mais de nouveau La Reine Noire décida de ne pas insister. Après tout elles avaient la soirée pour elles, inutile de précipiter les choses. Elle lui tirerait les vers du nez après un bon massage. Et plus si affinitées. Ahaha. Beaucoup plus. Lyndia plissa les yeux un moment puis s'écria:

"Ohh. Bonne initiative. Un bon pokémons et, effectivement, bien adapté à ton équipe. Et c'est une bonne nouvelle pour Ladon. Les dragons, c'est toujours un travail de longue haleine. Cela t'en fait six, non? Envisages-tu d'en attraper d'autres? Il y a quelques pokémons sauvages dans le coin. Rien qu'Antéros ne serait pas en mesure de t'aider à attraper."

... Damn. Elle était à table à un resto classe à diner avec la femme de sa vie et elle essayait encore de parler boulot. Un boulot qui, en l'occurrence, n'était même plus le sien. Clap. Clap. Clap. Remettant une mèche en arrière, l'ex-Championne se rendit compte que le niveau de la bouteille de champagne avait beaucoup baissé, et ce principalement par sa faute. Voilà, elle commençait à perdre ses moyens. Son esprit était toujours clair et lucide, mais sa maîtrise de ses propos commençait à se faire envahir par les effluves de l'alcool. Elle voulut prendre une nouvelle rasade de champagne pour compenser mais s'arrêta juste à temps, et reprit tant bien que mal:

"Enfin, on est pas pressées. Après tout on est bien ici aussi. Heheh. He. Hehe."

Clap. Clap. Clap.



//////////////



"J'suis sûr que t'es pas si fort que ça au fond. Pfeuh. T'as l'air d'avoir bien flippé comme une flipette quand tu m'as vu. Ahaha. Faible. Mauvais. Lâche. Pleutre. Kowarde. Ca a des petits poings et ça sait pas s'en servir? Elle est belle la jeunesse panda de nos jours..."

Cela faisait environ 3 minutes et 37 secondes que Majora avait entamé ce petit manège. Il avait bien évidemment oublié que dans son dos, il y avait des escalier.

Et que les pokémon spectres étaient insensibles aux attaques combats.



//////////////



Quelques échanges et quelques rires plus tard, la porte s'ouvrit à nouveau dans la salle où dinaient les deux jeunes femmes. Sebastian entra, suivi par Zelda, s'essuya le front d'un chiffon et s'exclama:

"Bonsoir à vous! Et désolé de l'attente. Depuis mon récent coup de pub par Adam, je ne désemplis pas. Mais il a du te raconter, n'est-ce pas Lyn?"

Lyndia se leva, avança vers son ami d'enfance en souriant et lui fit la bise en haussant un sourcil:

"Il a omis de me parler de cela. Mais connaissant la délicatesse légendaire du Gant de Fer, ca ne m'étonne pas vraiment."
La Reine Noire se tourna vers Athéna et ajouta: "Seb, je te présente Athéna."

Le Roi Blanc perdit un peu de son sourire pour gagner une nouvelle expression. Une expression inattendue de la part du restaurateur puisqu'elle n'évoquait qu'une grande culpabilité. Ses sourcils légèrement inclinés, une moue navrée au bord des lèvres, le jeune homme s'avança vers la dresseuse blonde, lui tendit la main pour la lui serrer, et lança sans préavis:

"Enchantée, Athéna. Je sais qu'il n'est peut-être pas le meilleur moment pour vous dire ça, et je sais que c'est peut-être chose déplacée de ma part, mais il me semblait important de vous remercier et de m'excuser. Ce que vous a fait vivre Solem est impardonnable, et malgré tout c'est en partie grâce à vous que je suis là aujourd'hui. Donc vraiment, je tenais à vous dire ces deux choses avant de faire plus ample connaissance, puisque c'est la première fois que nous nous rencontrons réellement: Merci, et Désolé."

S'il ne retint pas la poignée de main de la dresseuse inutilement longtemps, Sebastian ne la lâcha toutefois pas de suite, appuyant la sincérité de ses propos avec une légère pression lorsque le nom de Solem fut évoqué. De toutes évidences cette histoire le bouleversait encore et il avait du prendre sur lui pour prononcer ces mots d'une traite. Il ne pouvait espérer qu'une chose désormais: que si Athéna ne lui accorde pas son amitié, elle lui accorde au moins son pardon.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mer 2 Avr 2014 - 12:46


Antéros freina sa course avant de heurter le fantôme. Ses griffes se plantèrent dans le tapis du couloir, son corps bascula en avant mais le panda évita la chute de justesse, une patte avant agrippée au mur (dont il lacéra la tapisserie).

La chose informe braqua deux yeux rouges sur lui et se mit à sourire. Antéros recula d'un pas. Si Arceus avait créé un Pokémon pareil, c'était surement après une fête divine trop arrosée. On ne pouvait pas imaginer un truc aussi immonde en étant sobre. No way.

L'ectoplasme ouvrit sa bouche immense et se moqua longuement d'Antéros, qui se fichait totalement de ce que pouvait raconter le spectre. Tout ce que le panda voulait, c'était trouver un moyen de fuir et de rejoindre sa Dresseuse. Rien au monde ne pouvait mieux le protéger qu'Athéna, d'abord parce qu'elle l'aimait, et ensuite parce qu'aucun être vivant ne pouvait résister au pouvoir hypnotique de sa paire de nichons. Pas même un fantôme : après tout s'il était toujours dans le monde des vivants c'était qu'il devait y trouver un intérêt...

Malheureusement le jeune Pokémon Combat ne pouvait pas rebrousser chemin sans retomber sur le russe aux cheveux poivre-et-sel qui ne lui inspirait pas confiance, avec son air de Poképhile. Seule échappatoire : les escaliers... Derrière le spectre.

Antéros prit une grande inspiration et balança un Poing-Karaté dans la figure flottante.
Son petit poing traversa le spectre de part en part, qui fut parcouru d'ondulations comme si Antéros avait frappé dans un lac, puis le corps entier du panda, emporté par l'élan, traversa à son tour le fantôme et se retrouva en suspension au dessus des escaliers juste assez longtemps pour qu'Antéros puisse s'écrier :

"FUCK!!"

Avant de s'écraser le nez sur une marche et de dévaler l'escalier dans un terrible fracas.

Antéros vit trente-six Funécire et quelques Stari lui tourner autour de la tête avant de comprendre qu'il était en train de faire la bise à une contremarche. Dans un grognement suivi par le bruit de vertèbres qui reprennent leur place, le panda se redressa et leva la tête vers l'ectoplasme médusé.


"Huh?" s'étonna le spectre un instant, puis, comprenant ce qui venait de se passer, le Pokémon éclata de rire. Un rire machiavélique, démoniaque, qui résonna dans le couloir et rebondit dans la boite crânienne endommagée du panda.

"Crétin! Abruti!" le nargua l'Ectoplasma, "Tu sais pas te battreuuuuh, tu sais pas te battre!" se mit-il à chantonner comme un gosse de cinq ans.

Non, Antéros ne savait pas se battre. Ses gènes étaient faits pour le combat, les duels à mort et les champs de bataille, mais lui, il était fait pour la séduction, la répartie et l'humour gras. Son environnement de prédilection s'étendait entre la chambre à coucher et le frigo, en passant par le canapé. Il n'avait jamais lutté pour survivre, et d'ailleurs trouvait le concept totalement obsolète.

Couvert de d'ecchymoses et de bosses, le jeune panda était sur le point de baisser les bras et de laisser le spectre l'insulter et peut-être lui croquer un bout de peau jusqu'à ce qu'il se lasse et change de victime, ou jusqu'à ce que le vieux polonais vienne à son secours... Quand soudain, le fantôme dit la seule chose qui pouvait rendre Antéros fou de rage :


"J'suis sûr que t'as un Dresseur. Ou une Dresseuse. Ah, je vois sur ta tronche de lâche que c'est une Dresseuse! Elle doit être nulle si elle a un Pokémon comme toi, qui ne sait même pas se battre! Ooooh, tu fronces les sourcils? Ça t'énerve que je parle d'elle?" demanda-t-il en flottant jusqu'en bas des escaliers.

Le spectre s'approcha d'Antéros, son sourire de dément toujours plaqué sur sa face. Très content de voir le panda réagir à ses paroles, il enfonça le clou :


"Elle est jolie? Allez, dis-moi! Elle est bonne? Tu sais, nous les Spectres, on peut espionner les humains comme on veut... J'aimerais bien profiter un peu du spectacle, la prochaine fois qu'elle prendra une douch--"

L'Ectoplasma n'eut pas le temps de finir sa phrase car Antéros venait de lui bondir dessus. Cela eut pour effet de dissoudre le spectre, et le pauvre panda retomba au sol avec un bruit sourd. Il se releva aussitôt, un poing levé. Il cogna, cogna, cogna jusqu'à s'essouffler, jusqu'à ce que son épaule brûle, mais le fantôme était intouchable. Majora riait aux éclats, son corps gazeux se décomposant et se recomposant à l'infini, parfois en boule, parfois en cube, mais toujours hilare.

Pour narguer encore une fois le jeune Pokémon Combat, l'Ectoplasma allongea l'un de ses bras et tendit un doigt moqueur vers la truffe du panda. Il s'apprêtait à lui mettre une pichenette pour achever l'humiliation totale d'Antéros. Désespéré, le panda baissa ses bras inutiles contre le fantôme et utilisa la seule arme qu'il lui restait : ses dents.
Le panda referma sauvagement la gueule sur la main du spectre et secoua la tête de droite à gauche. Ça ne lui ferait surement rien, mais il n'allait pas se laisser toucher sans réagir!

Antéros ne savait pas qu'il venait d'utiliser Mâchouille. Majora, lui, ne put pas l'ignorer.





Pendant ce temps, Athéna, sourire un peu raide et coupe de champagne vidée, hochait positivement la tête aux paroles de son amante. Mais pas trop vite : à chaque mouvement brusque, elle voyait flou.
La blonde se passa une main sur la nuque et apprivoisa une mèche rebelle en la bloquant derrière une oreille. Oreille qu'elle trouva bouillante. Donc certainement rouge. Bien, il était temps d’arrêter le champagne.

Si Lyndia semblait s’être mise dans l'embarras en parlant capture de Pokémon, Athéna était ravie. Le sujet s'éloignait un peu d'elle, et pour une fois elle savait quoi dire. De plus, la rousse venait de lui faire remarquer quelque chose de très intéressant : pourquoi s’arrêter à six Pokémon? Avec ses Badges actuels, elle pouvait prétendre à de meilleures sommes d'argent empochées par combat, ce qui lui permettrait de nourrir un Pokémon de plus sans difficulté. Plus de monstres voulait dire plus de choix, et plus de possibilités stratégiques.

Bon, ça voulait surtout dire un pote en plus, mais ce n'était pas très professionnel comme argument...

Tandis que Lyndia s'embourbait dans un rire nerveux, Athéna gloussa et lui prit délicatement la main. Elle lui fit remarquer que l'idée était charmante, et qu'après d'éventuelles autres activités, si elles avaient toujours assez d'énergie, une capture de Pokémon serait envisageable. Insérez haussement de sourcils coquin.

Athéna aurait bien continué sur sa lancée quand soudain la double porte s'ouvrit. Un homme châtain, au teint pâle et au physique presque maigre s'avança vers la table, suivi de près par la Gardevoir qui faisait le service.

Ce qu'Athéna remarqua en premier fut la taille de l'homme. Sebastian était grand, beaucoup plus grand qu'elle, et le contraste était d'autant plus saisissant qu'elle était assise et lui debout, le dos bien droit dans sa chemise blanche surmontée d'un gilet noir. Un pantalon assorti au gilet flottait autour des cuisses atrophiées du restaurateur, qui malgré son évidente faiblesse de corps affichait un sourire radieux et un regard lumineux. Athéna s'attarda sur le nez droit, le menton rond, décoré d'un petit bouc, les lèvres fines et roses. Le bas du visage de Sebastian était si doux qu'il frôlait le féminin, tandis que ses sourcils épais, ses yeux verts-gris et leurs minuscules pattes d'oie trahissaient son âge, et lui donnaient un charme virile sans être bourru.

Oui, Sebastian était charmant. Il lui manquait trois kilos de graisse et cinq kilos de muscles, mais le faciès, plaisant, compensait le physique rachitique.

Mais Athéna n'était pas dupe. Les vêtements : longuement étudiés pour masquer sa maigreur. Le bouc : sensé être témoin d'un laisser-aller de mec qui ne se prend pas la tête, mais en réalité parfaitement taillé aux ciseaux avec une précision qui frôle le TOC. Les cheveux : longs, pour un genre romantique, a priori pas coiffés. En vrai? Athéna pouvait sentir l'après-shampoing, le masque, et le soin capillaire, ainsi que le nombre de chiffres sur l'étiquette du prix de chaque produit depuis sa chaise. Dès qu'il s'approcha pour faire la bise à Lyndia, ce qui fit tressaillir de dégout la jeune Dresseuse, elle devina les pointes fraichement coupées et la très légère coloration qui devait servir à masquer le manque de brillant d'une touffe de cheveux qui n'avait pas vu le soleil depuis dix ans. Et la paire de lunettes! Sérieusement? Voilà un type qui s'était fait bouffer par un portail inter-dimensionnel à dix-sept ans, âge auquel il était peut-être myope, admettons. Mais que foutait-il avec de minuscules lunettes griffée Ray-Ban qu'il portait sur le bout du nez comme un presbyte? On n'a pas de souci pour voir de près à vingt-sept ans, quand même! Athéna elle-même n'en portait que pour lire et zoner devant l'écran d'un ordinateur, certainement pas pour ce donner un petit air intellectuel. Et puis des lunettes en cuisine? Il faut moins de dix minutes pour que les fumées chargées de gras vous pourrissent les verres, donc pourquoi les porter au boulot? Rah! Ce type. Se. Pavanait.
Sous le nez de Lyndia, en plus.

Cerise sur le gâteau, Sebastian se rua sur l'ex-Championne sans croiser le regard d'Athéna, ni même lui faire un signe de tête. A croire qu'il se moquait ouvertement d'elle. Athéna se leva, planta son regard courroucé sur l'arrière du crâne de Sebastian et attendit que cet énergumène daigne lui dire bonsoir.

Lyndia intervint rapidement, et amorça les politesses. Sebastian réagit comme s'il venait de découvrir la jeune Dresseuse. Cette dernière haussa un sourcil et se retint à grande peine de lui faire remarquer qu'elle se tenait à moins d'un mètre de lui depuis deux longues minutes. Hormis ces quelques mouvements de sourcils involontaires, Athéna resta le plus neutre possible et se contenta d'un très léger plissement de lèvres qui aurait dû être un sourire.

Dès que Sebastian posa ses yeux ternes sur elle, son visage perdit toute sa lumière et se froissa dans un rictus de politicien qui tente d'avoir l'air gêné. Ses joues cireuses et moites de sueur se creusèrent, la commissure de ses lèvres pointa vers le bas, et ses sourcils broussailleux s'en allèrent se toucher au centre de son front qu'il avait d'ailleurs trop large.
Soudain, une main osseuse se tendit vers Athéna et serpenta jusqu'à la sienne qu'elle ne pouvait tout de même pas cacher dans son dos comme une enfant. Prise au piège, elle laissa Sebastian lui serrer la main. La sensation était atrocement déplaisante. Athéna eut l'impression d'être agrippée par une araignée dont le corps ne serait pas poilu, mais plutôt couvert d'une peau molle et grasse. Tout les muscles de sa nuque se tendirent à l’extrême et elle dû faire appel à tout son sang-froid pour ne pas arracher vivement sa main à cette étreinte repoussante.

Complétement obnubilée par l'arachnide qui lui explorait la main, Athéna faillit ne pas comprendre un seul mot de la tirade de Sebastian. Le nom de Solem lui fit tout de même tendre l'oreille. Elle fixa le regard presque larmoyant du châtain à travers ses carreaux décoratifs, et fut bien embêtée de n'y déceler aucune hypocrisie. Sebastian Comstock se prenait toujours pour un Don Juan de dix-sept ans, mais il était gentil.

Et Athéna ne pouvait pas lui reprocher d'être gentil.

La blonde pinça les lèvres un instant, puis se détendit quand Sebastian se décida enfin à lui lâcher la main. Il la regardait avec ses grands yeux de chiot battu, penaud, ses bras en fil de fer le long de son corps en allumette.
Il faisait peine à voir.

Athéna se trouva partagée entre l'envie de lui coller une baffe, et l'envie de lui proposer une chaise et une coupe de champagne. D'un côté cet petit Machiavel lui sortait son grand jeu devant Lyndia, interdisant ainsi à Athéna de l'envoyer sur les roses, et de l'autre il semblait si sincère, si inquiet de sa réaction... comme s'il était à deux doigts de mettre un genou à terre et de lui jurer allégeance comme un Chevalier des temps anciens.

La jeune Dresseuse poussa un soupir et coupa le silence qui commençait à devenir embarrassant.

"Faire des excuses et remercier quelqu'un n'est jamais chose déplacée, Monsieur Comstock. Néanmoins, si j'apprécie votre sollicitude, sachez qu'elle n'est pas nécessaire. Vous n'êtes pas ici grâce à moi, mais grâce à Lyndia. Vous n'êtes pas en bonne santé grâce à moi, mais grâce aux bons soins de Monsieur Elèraine. Et je doute fortement que vous ayez eu le moindre pouvoir sur Solem pendant votre coma, ce qui fait de vous un innocent qui n'a ni besoin de s'excuser, ni besoin de me remercier."

*Belle auto-persuasion, ma grande. Tu progresses.* pensa Athéna en décochant un large sourire à Sebastian.

"Si vous voulez bien, recommençons." dit-elle avec légèreté.

Athéna se racla la gorge et imita la voix grave de Sebastian, tout en tendant la main. Elle se forçait, car l'idée de toucher de nouveau Sebastian lui donnait la nausée, mais Sebastian était un ami d'enfance de Lyndia. Si elle ne le faisait certainement pas pour être en bon terme avec le châtain, elle le faisait volontiers pour apaiser son amante.


"Enchanté, Athéna." susurra-t-elle d'une voix de barriton.

Puis, reprenant sa véritable voix : "Enchantée, Sebastian. C'est un honneur de rencontrer l'ami de Lyndia. Auriez-vous le temps de vous joindre à nous pour le dessert?"

Voilà, le plus dur était passé. Athéna espérait secrètement que Sebastian ne pourrait pas rester, et qu'il filerait en cuisine avec sa fichue Gardevoir (qui les épiait en arrière-plan), mais elle n'y comptait pas trop...

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mer 2 Avr 2014 - 13:54


Le visage de Sebastian se détendit et s'illumina, rassuré par les paroles de la jeune dresseuse qui semblait ne lui tenir aucune rancune. Les quelques signes de tensions visibles sur le visage d'Athéna pouvaient être dus à son malaise, lequel était compréhensible, mais la blonde était assez bonne comédienne pour que le Roi Blanc ne voit en son discours aucun mensonge. Ou du moins le faisait-elle croire, mais peu importait. Sebastian gardait en tête que si elle cherchait à sauver les meubles et à dissimuler ses pensées réelles, c'était peut-être qu'elle avait conscience que celles-ci étaient adressées à la mauvaise personne. Et le jeune restaurateur ne pouvait que saluer cette lucidité et cette force de caractère.

Lyndia, par contre, plissa les yeux, bien plus sceptique vis à vis du discours de son amante, mais ne dit rien.


"Si ma présence ne vous importune pas, ce sera avec plaisir que je vous tiendrai compagnie, au moins quelques temps. Zelda, peux-tu aller nous chercher la carte des desserts je te prie?"

La Gardevoir s'inclina respectueusement, débarrassa les couverts et les assiettes vides qui trônaient encore sur la table et disparut sans autre forme de procès en fermant la porte derrière elle.

Saisissant un siège installé dans un angle de la pièce, Sebastian se joignit donc aux deux jeunes femmes en posant la chaise dossier en avant, bras appuyés sur celui-ci. Dans un premier temps, son attention ne put se porter sur autre chose que sur la blonde. Il l'observait le regard intrigué, sans vulgarité, sans appétit, mais avec la curiosité de quelqu'un fasciné de découvrir quelque chose d'important. Lyndia haussa un sourcil et eut un sourire provocateur:


"Tu sais qu'elle n'est pas à vendre j'espère?" Ses propos se ponctuèrent d'un regard amusé vers la blonde. Propos auxquels le Roi Blanc s'empressa de rire, gêné.

"Ah, désolé. Je pensais à ce que me racontait Elèraine de vous et je me disais que sa description vous faisait honneur. Vous êtes aussi charmante qu'il me l'avait raconté."
Son sourire dura un instant puis il se tourna vers Lyndia, un peu plus sérieux: "Au fait Lyn, excuse-moi de te demander cela maintenant mais... tu es sûre que tout est terminé avec Solem?" La Reine Noire ne cacha pas son incompréhension et répondit simplement:

"Elle est enfermée dans le Monde des Cauchemars, le seul texte permettant de l'ouvrir à ma connaissance a été détruit par Elèr' et moi, donc je pense que oui, pourquoi?"


"Elle ne t'a pas parlé d'alliés, de gens qui pouvaient poursuivre son combat ou quoi que ce soit par hasard?"

Le regard de Lyndia se fit plus méfiant que jamais et elle se laissa reculer sur le dossier de sa chaise, une main posée sur la table, anormalement proche de ses couverts, et plus précisément de son couteau
. "Où est-ce que tu veux en venir au juste?"

"Je viens de passer dix ans dans une dimension où on te plante des aiguilles sous les ongles au p'tit dej, où on t'épile les bras poil par poil et ils repoussent aussitôt, où on te fait subir des liposuccion dont on ne nourrit à midi et où les seuls bruits de fond ressemblent à une version dubstep de la BO de Persona 3. Donc, excuse moi si je suis un peu inquiet d'y retourner un jour?"
Son sourire exagéré souligna l'évidence de sa réflexion et l'absurdité des doutes de Lyndia. Laquelle parut gênée et eut un rire amusé qui trahit son soulagement.

"Tu as raison, excuse moi. Et pour te répondre, non, je ne pense pas qu'il n'y ait quoi que ce soit à craindre du côté de Solem. Je l'ai toujours vu agir seule et il n'y a pas de raisons que cela ait changé. Après tout, elle était trop barge pour avoir des amis après ce qu'il s'est passée."

Le Roi Blanc eut une moue sceptique et laissa échapper un murmure approbateur faussement convaincu avant d'enchainer:

"Enfin! Heureusement que vous n'avez pas eu à connaître ça, Athéna. Croyez moi. J'ai rien contre Persona 3, loin de là, mais au bout de 10 ans de ce traitement votre seul rêve et d'empaler le compositeur de ce jeu sur un Brutapode."

Sebastian n'avait pas terminé sa phrase que Zelda entra de nouveau dans la salle avec la carte des déserts qu'elle tendit aux deux invitées avant de se pencher sur l'épaule et de lui transmettre quelque chose télépathiquement.

"Pas de soucis, je prendrai juste une part de tatin et je te rejoins." Zelda acquiesça et se releva, attendant les commandes de Lyndia et d'Athéna avant de repartir. L'ex-Championne n'hésita pas une seule seconde et décida de suivre son vieil ami pendant que la dresseuse faisait encore son choix.


////


Lorsqu'elle était sortie la première fois de la salle où dînaient le couple de jeunes femmes, Zelda avait cru entendre un bruit venant des escaliers. Elle ne mit pas longtemps à trouver un petit Pandespiègle en train de se chamailler avec Majora, lequel avait probablement fait de son mieux pour mettre de l'huile sur le feu. Son délire avait fonctionné puisque lorsque l'attaque Mâchouille se referma sur sa main, il poussa un cri de douleur avant de pousser un gémissement de plaisir et de faire à peu près cette tête là.

Reconnaissant sans peine le pokémon d'Athéna, le pokémon étreinte s'élança dans leur direction, exaspérée, et utilisa aussitôt ses pouvoirs psychiques pour séparer les deux sales gosses avant de continuer sur sa lancée vers une direction où le panda ne s'était pas encore rendu. Une salle un peu isolée par rapport aux autres et verrouillée. Arrivée devant, Zelda n'eut qu'à manipuler la serrure mentalement pour l'ouvrir, jeter les deux pokémon dedans et se taper les mains comme si elle en essuyait la crasse accumulée par cette démarche.


*Excusez-moi, mais je ne peux pas me permettre d'avoir deux gêneurs dans mes pattes pendant le service. Attends ici le temps que le repas finisse. Je viendrai te chercher quand ta dresseuse aura fini son repas. Et toi Majora, il serait temps que tu t'achètes une conduite. Nous ne sommes plus les Pokémon de Solem!*

Faisant volte-face, la Gardevoir claqua la porte derrière elle, laquelle se ferma à triple tour à son départ.

La pièce dans laquelle Majora et Antéros avaient été jetés était une vaste pièce dans laquelle se trouvaient un grand nombre d'installations diverses et variées. Au plafond, quelques néons apportaient un éclairage pâle mais efficace à l'endroit, les murs paraissaient faits d'aciers et de nombreux tuyaux et valves circulaient ça et là. A dire vrai on se serait d'avantage cru dans la salle des moteurs d'un navire que dans un restaurant. Le moteur en moins. Quelques armoires étaient fermées, les poignées retenues par des cadenas, et au dessus de la porte une lampe pouvant s'éclairer voulait exprimer quelque chose sans que l'on ne puisse deviner quoi. Le temps que Zelda ouvre la porte, elle était rouge. Désormais, elle était verte.

Cet endroit, c'était la cave du restaurant. Chose paradoxale dans la mesure où il ne reposait là aucune nourriture.

Majora se releva de sa chute en se massant le crâne et en se laissant tomber assis en geignant.


"Tfeuh! Même pas drôle..."
cracha-t-il simplement avant de regarder dans la direction de son compagnon de cellule: "Hey, Panda, t'es mort?"

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mer 16 Avr 2014 - 16:09


Les narines d'Athéna frémirent de colère sous le regard appuyé de Sebastian. Elle ne venait pas d'enterrer la hache de guerre pour que ce bouffon puisse la reluquer avec son regard bovin d'ado mal dégrossi!

La remarque protectrice de Lyndia évita à la jeune blonde d'avoir à répondre, et l’apaisa un peu. Sans son amante à ses côtés, Athéna n'aurait pas supporté cette comédie pendant toute la fin du repas. Elle en venait à espérer que quelque chose explose en cuisine pour que le châtain soit obligé de partir. Mais Arceus n'écoutait pas ses prières ce soir.

Et malgré le compliment de Sebastian, auquel Athéna répondit par un sourire poli, la jeune blonde ne lui faisait pas confiance et n'appréciait nullement sa présence. Elle l'écouta tout de même avec attention quand ce dernier évoqua Solem. Encore.

Aux mots "poursuivre son combat", la blonde retint un rire jaune. C'était une façon bien politiquement correcte de parler de la quête insensée de Solem. Si, dix ans auparavant, elle avait peut-être pensé à sauver son amant du Monde des Cauchemars, il était évident que sur la fin, elle pensait surtout à éradiquer tout être vivant qui croisait son chemin. Et qu'en plus, elle aimait ça.

La description qui suivit du Monde des Cauchemars sembla bien édulcorée à Athéna. La jeune Dresseuse n'avait fait que le frôler, mais elle était certaine que cette dimension réservait de plus cruelles tortures à ses habitants que ce que Sebastian voulait bien en dire. Néanmoins, ils étaient à table, et Athéna appréciait que le châtain n'en rajoute pas trop.

Athéna pencha la tête vers l'ex-Championne et plissa les yeux. La réponse de Lyndia aux inquiétudes de Sebastian ne l'avait pas convaincu. Elle ne s'était jamais demandé si Solem avait des alliés, mais Sebastian, avec un don particulier qu'Athéna commençait seulement à entrapercevoir, venait de pointer du doigt une faille dans le "dossier Solem" qu'Athéna croyait clos.

En une seconde, le restaurateur venait d'ajouter une ligne à la longue liste des angoisses d'Athéna. Elle ne l'en remerciait pas.

Athéna tenta de se réconforter en pensant à Mewtwo. Voilà bien un allié qui surpasserait sans souci celui, hypothétique, de Solem. Malheureusement, la jeune Dresseuse avait découvert récemment qu'elle avait des ennemis, pluriel. Le voleur chez ses parents n'avait peut-être pas frappé au hasard, et les Zodiac semblaient croiser sa route trop souvent. Un sentiment nouveau de forte paranoïa envahit Athéna, qui plissa les lèvres en observant le profil de Sebastian. Et si ce type avait raison? Et si elle n'avait pas les moyens de se défendre? Et si... s'il arrivait quelque chose à Lyndia?

Sebastian s'adressa à elle et coupa le flot de pensées noires d'Athéna. A la blague du châtain, elle répondit par un sourire forcé qu'elle espérait crédible. Si Sebastian était aussi fou qu'elle le pensait, ce n'était pas une musique de fond qui l'avait rendu dingue. Il était barge avant d'entrer dans ce foutu Portail, et Athéna n'était pas encore convaincue que dix ans de torture l'aient rendu doux comme un Wattouat.

La Gardevoir qui s'appelait Zelda empêcha une autre blague, et Athéna poussa un soupir de soulagement discret. La compagnie de Sebastian lui mettait les nerfs à vif. Plus vite le dessert serait là, plus vite elle pourrait attraper Lyndia par la manche et prendre la poudre d'escampette. Athéna commanda une salade de fruits d'un ton aussi posé que possible et tenta désespérément de ne pas tiquer en entendant Lyndia prendre la même chose que Sebastian.


*C'est son ami d'enfance. Comme Élèraine. Calme-toi. Donne-lui une chance, à ce type. Donne-lui une chance, parce que tu dois bien ça à Lyndia. C'est ça ma grande, pense à Lyndia, et respire à fond.*

Athéna contrôla sa respiration et sourit à Sebastian qui se tournait de nouveau vers son auditoire.





Antéros mordit la patte de l'Ectoplasma avec satisfaction. Jusqu'à ce que celui-ci gémisse de plaisir. Là, Antéros lâcha sa main avec un rictus de dégout et se frotta la langue avec une patte. Ce fantôme était cinglé! Aussi cinglé que ce resto plein de gens cinglés et de Pokémon cinglés et-- pourquoi les pattes du panda ne touchaient-elles plus le sol?!

La Gardevoir de tout à l'heure l'avait trouvé! A deux contre un, Antéros était vraiment dans la mélasse. Mais le Pokémon Psy ne l'assomma pas. Elle le fit voltiger dans une pièce à l'écart, et enferma les deux zouaves à triple-tour. Damn, c'était vraiment une journée de m*rde.
Au moins le garde du corps en robe lui fit la promesse de venir le chercher et de le rendre à Athéna. La promesse d'une paire de seins remonta immédiatement le moral du panda.

Allongé sur le dos, le Pandespiègle se massa le crâne, pas pressé de se redresser. Après autant de coups et de chutes, il estimait avoir assez combattu pour le siècle à venir. Son comparse le fantôme ne l'entendait pas de cette oreille et se mit à lui causer.

Antéros tourna la tête vers le Spectre assis non loin de lui.


"Non man, mais si je meurs, ça sera de ta faute." répondit-il en boudant.

Un rapide coup d'oeil autour de lui ne lui appris rien d'intéressant. Antéros vit des tuyaux, des machines qui émettaient des "bips" étranges, des néons crépitant au plafond, des murs en métal brillant et un sol en béton froid et poussiéreux. S'il en avait eu la force, le panda aurait tenté d'ouvrir les cadenas qui fermaient les casiers appuyés au mur, en espérant y trouver à manger, mais il n'avait ni l'énergie de se lever, ni l'envie de se faire gronder par la Gardevoir.

En face de lui, la porte par laquelle le Pokémon Psy les avait balancé, lui et "Majora" le fantôme. Une grosse lumière verte brillait au dessus du dormant de la porte. Ce n'était surement pas pour dire qu'elle était ouverte : Antéros avait bien entendu la serrure cliquetait au départ de la Gardevoir.

Sans attendre que Majora trouve une bêtise à dire ou à faire, le panda se leva lentement et s'avança, tout aussi mollement, vers la grande porte. Il l'observa un instant en faisant la moue. Ni lui ni le Spectre ne pouvait bouger la serrure par la seule force de l'esprit. Et la taille et l'épaisseur de la porte n'inspiraient aucun acte d’héroïsme à Antéros, qui n'avait pas envie de se déboiter une épaule pour rien.

La Gardevoir avait promis de revenir. Il pouvait donc attendre, tout simplement.

En compagnie de Majora l'Ectoplasma.


*Hell no!* pensa le panda, et il se rua sur la porte avec une attaque Poing-Karaté, en priant pour ne pas se casser tout les doigts.




Zelda fit demi-tour après son arrêt "dépôt de délinquants" et revint, desserts en lévitation autour d'elle, dans la salle où attendaient un Sebastian rieur, une Lyndia souriante, et une Athéna au bord de l'implosion, même si elle le cachait très bien.
Le Pokémon Étreinte posa deux Tatins et une salade de fruits de saison avec ses habituelles courbettes, puis croisa le regard de son maître et s'en alla dans un claquement de robe blanche.

Athéna enfourna aussitôt deux cuillères de fruits dans sa bouche : cela lui évitait d'avoir à parler pour le moment.

Elle trouva ainsi plusieurs parades à toute forme de conversation. Bien qu'elle resta polie, et même souriante, elle n'entama aucun nouveau sujet de discussion et se garda bien de poser des questions. Sebastian et Lyndia avaient des choses à se dire, et Athéna préférait écouter plutôt que commenter.

Au bout d'une vingtaine de minutes à écouter les borborygmes de Sebastian, Athéna ne pensait plus qu'à s'enfuir avec Lyndia. Malgré elle, son attention se décrochait lentement de la conversation. Après la dernière bouchée de fruits frais, la blonde ne savait plus comment s'occuper les mains. Elle aurait bien voulu qu'Antéros fasse une gaffe à ce moment précis, lui donnant un prétexte pour quitter la table, mais le panda ne s'était pas manifesté depuis un moment. S'était-il endormi sous la table?

Athéna jeta un rapide coup d’œil sous la nappe. Pas de Pandespiègle. Où était donc ce garnement? Regard à droite, regard à gauche : pas de Pokémon.

Le cœur d'Athéna manqua un battement.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mer 16 Avr 2014 - 19:15


Le petit poing du panda d'Athéna s'enveloppa d'une aura brune qui luit de milles feux avant d'éclater dans une myriade de couleurs et de lumières lorsqu'il se détendit pour frapper la porte. Laquelle, ahurie par tant de puissance, vola en éclat en se jurant de ne plus jamais enfermer un Pandespiègle contre sa volonté, surtout s'il pouvait décharger une attaque de type Combat aussi dévastatrice pour son espèce, les portae maximus.

Ou pas.

Ca c'est la version "si la cave avait été une pièce normale". Sauf que ce n'était pas le cas. Au lieu de ça, le petit poing du panda d'Athéna ne s'enveloppa de rien et s'abattit sur l'épaisse porte en métal. On entendit un "crack" sourd qui venait probablement des phalanges d'Antéros, et la porte ne broncha pas. Sous un certain éclairage, Majora cru même pouvoir la voir faire ":I" .

Qu'une porte en fer résiste à un coup, même à un coup de pokémon, n'était pas des plus surprenants. Toutefois ce qu'Antéros devrait vite remarquer, c'est que son attaque n'avait pas pu être portée correctement. Comme si, au moment de lancer le coup, celui-ci s'était privé de son énergie combative et transformé en un simple coup de poing. Pas "comme si" à vrai dire. C'était exactement ce qu'il s'était passé.

Majora poussa un soupire dépité avant de lancer :


"Pas la peine de te fatiguer. Nos attaques et Talents sont totalement inutilisables ici."

En signe de démonstration, le spectre se fondit dans le sol en une immense flaque de gaz noir qui se rua vers le mur avant de l'escalader, faisant le tour du plafond et revenant à son emplacement d'origine.


"Moi même je ne peux pas sortir de là ! Alors que j'suis un fantôme!" Une glissade spectrale plus tard, l'Ectoplasma sortir le visage du sol vers le petit Panda et conclut : "Cette pièce... tu sais selon quelle technologie elle a été conçue?"

Son ombre se découpa en deux bandes noires faisant le tour du Panda avant de se réunir dans son dos, s'élevant en une fine trainée où transparaissait uniquement le sourire moqueur du pokémon poison qui répondit à sa propre interrogation:

"Celle des Pokéballs."



/////



L'attitude d'Athéna durant le repas n’échappa à personne. Si ses premiers efforts pour paraître courtoise et détendue avaient à peu près portés leurs fruits, Lyndia sentait bien que plus le temps passait, plus la dresseuse se tendait, se crispait, au point de ne plus prononcer un mot et de ne plus réagir même quand la Reine Noire essayait de l'impliquer dans les conversations. Au final, Arceus soit loué, le temps passa assez vite pour que les desserts fassent leur apparition sans qu'aucun incident n'ait eu lieu.

N'ayant aucunement l'intention d'infliger à son amante plus horrible torture, la rousse s'empressa d'avaler sa tatin et de vider son verre et encouragea Sebastian à en faire autant sans prononcer un mot. Les deux amis s'étaient retrouvés comme au bon vieux temps et certaines choses n'avaient pas changées.

Le repas terminé, le Roi Blanc n'eut qu'à claquer des mains pour que Zelda fasse son apparition dans l'encadrement de la porte, aidant son maître à desservir la table avant de disparaitre à nouveau. Lorsque Lyndia demanda au restaurateur ce qu'elle lui devait, celui-ci lui rit au nez avant de faire volte face, lui signifiant bien que, ce soir, elles étaient ses invitées.

Dans le couloir, Zelda sentit quelque chose.

Même si Solem avait passé sa période de dresseuse à l'éduquer différemment, les Gardevoirs et les Gallames étaient des pokémons qui réagissaient aux émotions. Ils diffusaient des émotions, ressentaient les émotions, comprenaient les émotions. Plus qu'aucun autre. Et la crainte féroce qui jaillit d'Athéna à ce moment de la soirée retentit dans la poitrine de la psychiste comme un coup de poignard. Elle se serait bien passée de cette compassion, mais elle même savait, à son grand dam, qu'elle ne maitrisait pas son empathie naturelle.

L'idée de faire pleurer la dresseuse un moment était on ne peut plus tentante. Mais cela ne faisait pas partie du plan. Sebastian voulait que tout soit parfait pour ses invitées, et tout serait parfait. Ainsi, à peine les assiettes et couverts eurent-ils été remis en cuisine que Zelda se téléporta dans la cave où elle avait enfermé Antéros, ouvrit la porte du plus vite qu'elle put, appela le Pokémon en annonçant qu'il était "l'heure de partir", le souleva de son empreinte psychique et le ramena à sa dresseuse en l'espace d'une poignée de secondes.

Un visage extérieur aurait vu cet enchaînement d'événements comme une précipitation. Mais de la part d'Athéna et Lyndia, la Gardevoir devait avoir simplement passé le seuil de la porte et avoir fait demi tour avec le petit Pandespiègle flottant à ses côtés, enveloppé d'une aura rose qui le maintenait en l'air avant qu'il ne soit rendu à sa propriétaire.


*Il était dans une chambre à jouer avec Majora. Je l'ai gardé à l’œil pendant le repas, ne vous en faites pas.*

Zelda était une excellente menteuse. Si elle ne contrôlait pas les signes qu'elle recevait des autres, elle contrôlait parfaitement ceux qu'elle leur envoyait. Toutefois elle ne soupçonna pas une seule seconde que le nom de Majora, associé dans l'esprit d'Athéna à celui d'un Spectrum masochiste qui avait fait explosion au visage de son Furaiglon, défigurant celui-ci à vie, puisse créer le moindre problème.

Oops.


Le départ se fit sans plus d'encombres. Lyndia remercia chaleureusement Sebastian avant de l'embrasser et de quitter les lieux en saisissant le bras de sa bien aimé. Après d'habituelles politesses, le Roi Blanc les avait laissé partir sans soucis. Le restaurant étant de toutes façons trop plein pour qu'il puisse se permettre le luxe de glandouiller plus longtemps.

La Reine Noire hésita à appeler Nyx pour rentrer. Athéna aurait très probablement besoin d'un bon chocolat chaud et d'un calin après avoir subi une soirée aussi éprouvante émotionnellement. Non. Lyndia voulait se faire pardonner maintenant, pas dans deux heures.

"Tu veux marcher un peu?" Lui proposa-t-elle alors avec un grand sourire, invitant son amante à se détendre à ses côtés avant de reprendre la route. Elle ne la cuisinerait pas pour autant. Pas ce soir. Elle avait plein de questions à poser à Athéna quand celle-ci serait plus détendue, plus reposée, bref : plus à même de pouvoir lui répondre. Pour l'instant, elle l'écouterait, elle lui parlerait, elles profiteraient de la présence l'une de l'autre, bref...

...elle serait là pour elle.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Mer 16 Avr 2014 - 21:24


Antéros entendit, mais n'écouta pas Majora. Le jeune panda tenait sa patte droite contre son torse, pupilles dilatées par la surprise. Lentement, les larmes lui montèrent aux yeux, en même temps que la douleur lui monta au cerveau.
Cela commença comme un coup, une douleur profonde, mais localisée. Puis elle se propagea à travers sa patte, grimpa le long de son avant-bras en brulant les os de l'intérieur. Telle de la lave en fusion, la peine consuma le membre jusqu'à l'épaule, laissant Antéros le souffle court, les yeux embués de pleurs qu'il refusa de verser.
Il n'osa pas bouger, de peur qu'un gémissement de souffrance ne lui échappe. Et il savait d'instinct qu'aucun des trois doigts de sa patte ne répondrait à ses ordres.

Paralysé, le panda fixa la porte. S'il s'était attendu à ne pas pouvoir l'ouvrir, il n'avait pas imaginé une seconde que ses pouvoirs disparaissent soudainement. L'explication de Majora, tardive, lui apporta une réponse cohérente, mais aucun soulagement.

Quand la Gardevoir réapparut et le souleva grâce à sa télékinésie, Antéros, groggy, se laissa faire. Il serra contre lui sa patte désarticulée dont le poignet gonflait déjà. Athéna. Il avait besoin de sa Dresseuse. De soins. De seins.




Athéna prit appui sur la table pour se lever d'un coup, affolée, mais l'entrée de Zelda coupa son élan. Mi-assise et mi-debout, la jeune blonde vit le Pokémon Psy débarquer avec Antéros à côté d'elle, flottant dans l'air et prisonnier des pouvoirs psychiques de la Gardevoir.

Athéna se leva lentement, en inspirant à fond, tandis que Zelda lui faisait son petit rapport. En effet, la Gardevoir était une bonne menteuse. Athéna ne pouvait ni lire ses expressions de visage, ni définir les vibrations de sa voix.

Ce n'était pas pour autant que Zelda pouvait la prendre pour une conne.

La jeune Dresseuse serra les dents jusqu'à ce que le bruit de l'émail maltraité couvre les conversations lointaines des autres clients. Majora. Le Spectrum qui avait failli couter un œil à Alcyon. Et Zelda, cette sale hypocrite, qui soulevait Antéros avec ses pouvoirs comme s'il n'était qu'un sac poubelle percé qu'elle s’apprêtait à jeter dans un broyeur à déchets. Toutes les courbettes et les formules de politesse ne rachèteraient jamais Zelda aux yeux d'Athéna après un coup pareil.

La jeune Dresseuse prit son Pokémon dans ses bras. Antéros se blottit contre elle, et pour une fois il n'y avait rien de pervers dans l'attitude du petit panda. Il ressemblait à un nourrisson abandonné. Ses grands yeux noirs trouvèrent ceux d'Athéna, et la Dresseuse vit qu'il se tenait une patte. Son crâne était cabossé, et son poils couvert de poussière. "Je l'ai gardé à l’œil", lui avait dit Zelda.

Garce. Elle se payait sa tête.

Athéna était sur le point de faire une folie quand Antéros tira sur le col de son chemisier avec sa patte valide. Le panda lui fit un maigre sourire puis regarda Lyndia avec insistance. Athéna se mordit les lèvres, partagée entre l'envie d'étrangler Zelda et celle d'éviter le scandale. Elle poussa un grognement de frustration et resserra son étreinte sur Antéros, qui soupira d'aise. Elle avait d'autres priorités que le meurtre. Pour l'instant.

Lyndia se chargea des politesses. Athéna salua Sebastian d'un signe de tête, haussant les épaules en désignant Antéros pour s'excuser de ne pas lui serrer la main. Qu'il soit dupe ou non, à ce stade de la soirée Athéna s'en fichait royalement.

Lyndia glissa un bras au coude à peu près libre d'Athéna, qui répartit le poids d'Antéros de l'autre côté. La blonde fit un sourire à son amante, sincère mais fatigué. L'air frais du début de la nuit souffla dans ses mèches rebelles, calmant un peu son humeur. Elle mourrait d'envie de hurler son indignation à Lyndia, de lui faire remarquer que Sebastian se comportait en prince charmant avec elle alors qu'il n'était qu'un échappé d'asile, probablement parricide! Que Zelda avait surement capturé Antéros pendant le repas, et l'avait torturé! Que les autres Pokémon de Solem n'allaient pas mieux, clairement, et que sans doute Sebastian ne faisait qu'alimenter leurs tares!
Pourquoi, au nom d'Arceus, personne ne voyait Sebastian pour ce qu'il était : une menace!
Tout ce qui avait un rapport avec Solem était une menace! Tout!

Sauf Lyndia, qui se cramponnait à son bras en lui faisant les yeux doux, qui proposait de se balader, tranquillement, dans les parties plus boisées d'Esperantown. Athéna sentit la rage quitter sa poitrine et n'eut plus le cœur à déverser son venin sur l'ex-Championne. Avec un soupir, la blonde acquiesça et suivit son amante.


Au bout de quelques minutes passées dans un silence qui n'arrivait pas à être confortable, les deux femmes trouvèrent un sentier de marche qui descendait vers les forets de Maïlys. Le chemin était assez large pour laisser passer une petite voiture et fait de terre tassée par les nombreux passages. De chaque côté du sentier, la végétation reprenait lentement ses droits : touffes d'herbes, buissons, et de rares arbustes perçaient la roche et la terre sèche des Falaises Abruptes. A l'horizon, la canopée verdoyante des Forêts Denses pointait le bout de ses branches comme un lointain souvenir.

Athéna avait mal aux bras. Elle s'arrêta au milieu du sentier, et déposa avec une grande délicatesse Antéros, qui gémit en sentant sa Dresseuse s'éloigner. En fouillant dans ses poches, puis dans la pochette qu'elle portait en bandoulière, Athéna trouva une baie Sitrus encore juteuse qu'elle donna à Antéros. Le panda la goba tout rond pour ne pas sentir le gout acide du fruit, mais fit tout de même la grimace. Le fruit soulagea un peu la douleur dans sa patte et lui rendit les idées plus claires... assez claires pour protester quand sa Dresseuse voulut le rentrer dans sa Luxe Ball. Non, non, non, pas question d'être enfermé encore une fois aujourd'hui!

Devant l'agitation inhabituelle d'Antéros, Athéna rangea la Ball en fronçant les sourcils. Le panda était trop inquiet pour être séparé d'elle, et la jeune blonde partageait assez son inquiétude pour ne pas insister. Elle demanda au Pokémon de se mettre de dos, l'attrapa sous les aisselles et le hissa sur ses épaules. Ainsi juché sur le dos de sa Dresseuse, le panda était content et Athéna avait les mains libres.

La blonde reprit la marche avec son amante. Si cette dernière avait enfin remarqué l'état d'Antéros, elle ne l'avait pour l'instant pas commenté.

La nuit était calme et illuminée par la pleine lune. Un vol de Chovsourir traversait parfois le ciel, et de petits Pokémon rongeurs fuyaient sous les broussailles en entendant le pas des deux jeunes femmes. Un parfum sauvage, mélange du sel de l'océan et des sous-bois lointains, accompagnait la marche silencieuse et chatouillait le nez d'Antéros. Athéna se détendit enfin.

Soudain, quelque chose brisa une brindille sur la droite d'Athéna. La jeune blonde décrocha son bras gauche de celui de son amante, tout les sens en alerte. La détente n'avait pas duré.

Une branche touffue bougea dans l'arbuste juste à côté d'Athéna. La blonde pencha la tête, intriguée. Un Pokémon devait se cacher là-dedans. Surement un petit Simularbre, ces bestioles aimaient bien les zones assez boisées pour se dissimuler, mais assez arides pour correspondre à leur Type Roche. La jeune femme allait passer son chemin, ayant écarté la possibilité d'un danger, quand la branche se décrocha de l'arbuste et lui cogna l'épaule avec une force qui la fit reculer d'un pas.


"Qu'est-ce que...??" s'interrogea Athéna en écarquillant les yeux.

Antéros, lui, menaça l'arbre d'un grognement.

L'arbre leva la tête. Ce n'était pas un arbre, mes les bois feuillus d'un Haydaim qui avait l'air mort de trouille. Le quadrupède venait de percuter Athéna, et maintenant il s’emmêlait les pattes en essayant de reculer pour prendre la fuite.

Antéros toisa la créature cornue qui osait taper sa Dresseuse. Pourquoi Athéna attirait-elle tout les fous de l'île, hein?! Le panda bomba le torse, serra sa patte cassée contre lui, et sauta des épaules d'Athéna pour atterrir en grognant sur le dos du Haydaim.

Pris de panique, le cervidé recula, trébucha sur une pierre, et bascula dans les broussailles où il disparut avec Antéros.


"Que-quoi-mais!" bredouilla Athéna en levant les mains au dessus de sa tête. Avant qu'elle ne plonge dans la végétation pour récupérer son Pokémon, le Haydaim ressurgit en ruant, Antéros toujours sur son dos et se tenant avec une patte aux poils du Pokémon Plante qui n'avait pas l'air d'apprécier.

Le daim se mit à courir en cercles autour des deux femmes abasourdies, tandis qu'Antéros se découvrait une passion pour le rodéo.


"Haha! Essaie de me faire tomber pour voir, tête de platane!" se moqua Antéros jusqu'à ce qu'une ruade du Haydaim lui cogne le fessier sur la colonne vertébrale de sa monture, ce qui lui referma aussitôt la bouche dans un claquement de dents douloureux.

Athéna observa la scène, partagée entre l'envie de rire et celle de rappeler Antéros dans sa Luxe Ball pour le mettre à l'abri.

Soudain, une troisième possibilité germa dans son esprit. Elle pouvait attraper le Haydaim. Un Pokémon Plante, ce serait un bon complément à son équipe. Certes, celui-ci avait l'air un peu abruti, mais avec de l'entrainement tout était possible!... Bon, l'entrainement, ça n'avait pas marché sur Antéros. Et Orthros se comportait toujours comme un chiot. Bon d'accord, elle n'avait pas de garantie, mais en ce moment il y avait -30% sur les Hyper Balls à Megapagopolis, alors au pire elle referait son stock après cette capture pour pas trop cher.

Athéna haussa les épaules en direction de Lyndia et lui dit :


"Bon. On n'avait pas parlé de me trouver un nouveau Pokémon?... Je crois que c'est fait."

En vérité Athéna n'était pas certaine qu'Antéros, dans son état, puisse venir à bout d'un Haydaim qui avait l'air du même niveau que lui. Si la situation tournait mal, elle rappellerait aussitôt le panda dans sa Ball et laisserait le Pokémon Plante prendre la fuite. Mais elle avait bien envie de faire un essai. Et peut-être d'impressionner un peu Lyndia.

"Antéros, essaie Mâchouille."

Le panda se réjouit d'entendre que sa Dresseuse prenait cette menace au sérieux. Il se demanda un instant pourquoi elle ne lui demandait pas tout simplement d'assommer sa monture, puis il se souvint que sa seule patte valide lui servait à rester en selle... Dépité, le Pandespiègle ouvrit grand la gueule et attrapa l'oreille gauche de son adversaire.

Le Haydaim hennit, furieux, et rua comme un forcené. Antéros tenait bon.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Jeu 17 Avr 2014 - 11:18


Que faire et que dire? Pendant la petite marche dans les zones boisées en bordure d'Esperantown, Lyndia s'était attendu à ce que son amante ne lance un minimum la conversation. Ou à avoir plus d'inspiration pour la lancer elle-même. Mais le plus gros du trajet fut enveloppé d'un mutisme qui, s'il aurait pu être apaisant, était pour l'ex-Championne presque angoissant. D'ordinaire elle appréciait ce genre de privilège et de proximité. Pouvoir être proche de quelqu'un, à l'aise en sa présence, sans avoir besoin d'émettre le moindre son? Elle adorait. Mais ayant conscience de l'état de nerf dans lequel devait se trouver Athéna , la Reine Noire ne pouvait s'empêcher de se trouver incompétente à l'aider convenablement. Et ce même si le temps et l'expérience lui avaient montré que, le plus souvent, il valait mieux laisser la jeune blonde respirer pour l'aider à reprendre ses esprits.

L'ambiance sembla se détendre jusqu'au moment où un Haydaim particulièrement maladroit ne croise leur route en percutant Athéna. Lyndia rattrapa sa compagne par les épaules du mieux qu'elle put avant que le pokémon sauvage ne commence à fuir, pris en chasse par un petit panda furieux qui ressurgit quelques minutes plus tard sur son dos.

A l'instar d'Athéna, Lyndia ne savait pas si elle devait rire ou non. Mais la façon qu'eut la dresseuse de voir le bon côté des choses rassura grandement la rousse sur son état et se recula un peu pour lui laisser donner ses ordres.

Malheureusement, Antéros était blessé. L'ex-Championne l'avait remarqué en sortant du restaurant, mais le caractère habituellement casse-cou du panda avait rendu la chose assez peu surprenante et assez peu inquiétante. Ne connaissant pas le tempérament des pokémons de Solem, elle ne s'en était donc pas inquiétée. Mais dans le cas présent, c'était plus problématique. A cause de cette blessure à la patte, le Pandespiègle ne pouvait pas utiliser les attaques de poing dont son espèce raffolait tellement, et du type Combat qui lui aurait donné un avantage non négligeable sur un pokémon Normal.

"Antéros risque d'avoir un peu de mal dans son état, je pense qu'un peu d'aide ne sera pas de trop. Tu permets?" Demanda-t-elle simplement, sans mépris, sans moquerie, avec un sourire tendre, avant de saisir dans sa poche intérieure la pokéball de Ridley, son Ténéfix, un de ses plus anciens camarades.

Le petit mangeur de gemmes apparut dans un flash lumineux, regardant autour de lui dressé sur ses jambes comme un suricate avant de remarquer le spectacle cocasse qui se déroulait devant ses yeux. Il eut du mal à ne pas pouffer.


"Donne lui un coup de main, Ridley. Mais n'en fais pas trop, on cherche à capturer ce pokémon. Ce serait bien qu'il garde une première impression positive de sa dresseuse."

"Pourquoi vous l'affrontez alors? :A"


Lança le Ténéfix qui, bien habitué à ne pas être comprit de sa maîtresse, n'attendit pas de réponse et s'élança dans la melée à son tour. Un rapide coup d'oeil lui permit de constater l'aspect surréaliste de la scène et l'espèce de bêtise qui émanait du Haydaim. Il hésita à lancer une Onde Folie avant de se faire la remarque que, vu l'animal, ca lui rendrait peut-être service. Bon. On allait faire simple, classique et efficace. Plongeant dans le sol pour réapparaitre devant le cerf, Ridley ouvrit grand sa gueule où se réunirent des flammèches sombres qu'il cracha sur son adversaire afin de le brûler. Les Feux Follets firent mouche et le daim et son cavalier passèrent au travers du spectre qui fut presque déçu de ne pas pouvoir compter sur un peu de challenge dans cet affrontement.

"C'est nul d'être fort en fait..." soupira-t-il en se grattant l'arrière du crâne.

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Lun 2 Juin 2014 - 16:24


Athéna acquiesça en souriant à Lyndia. Elle aurait aimé pouvoir réussir cette capture seule, mais avec un seul Pokémon affaibli, c'était presque impossible. Et puis c'était Antéros... celui qui refusait de combattre depuis qu'il avait rejoint son équipe.

A ce propos, le jeune panda semblait très motivé à arracher une oreille à son adversaire.

*J'aurais dû l'appeler Tyson.* songea Athéna avec amusement.

La jeune Dresseuse s'étonna intérieurement du comportement d'Antéros. Était-ce parce que ce Haydaim les avait menacé que le petit panda prenait ce combat au sérieux? Quelque que soit la raison, Antéros se battait, et fichtre! il se battait bien.

Le Feu Follet du Tenefix de Lyndia donnait un bon avantage sur la durée. L'important désormais, c'était de ne pas passer sous les sabots du Haydaim paniqué. Ridley semblait parfaitement blasé par l'agitation des autres combattants autour de lui. Pourtant, le Tenefix était minuscule comparé au Haydaim. Ses petits membres squelettiques parcourus de spasmes étranges et son regard inexpressif mettaient Athéna mal à l'aise, mais ne donnaient pas au Pokémon Spectre un aspect très costaud... il avait plutôt l'air de pouvoir s'envoler à la moindre bourrasque de vent. Pourtant, il restait planté là, au milieu du champ de bataille, avec l'air de s'ennuyer ferme.

Athéna cligna des yeux et décida de faire abstraction du gout prononcé de son amante pour les Pokémon bizarroïdes. Elle avait un Haydaim à capturer. Une bestiole avec des poils, des sabots, des yeux avec des pupilles et des paupières autour, et le bon nombre d'organes internes. Ainsi que le bon nombre de têtes, contrairement à Nyx. Urgh, ce Dragon et sa bave!

Pendant ce temps, le Haydaim tentait toujours de faire tomber Antéros. Mais le panda s'accrochait fermement à une touffe de poils brune sur la nuque du cervidé, et serrait de son mieux ses petits genoux autour des flancs de sa monture effrayée. Dans ses ruades et ses sauts, le Pokémon Plante perdait des feuilles à foison, qu'Antéros se prenait dans les yeux et dans la bouche. Il en mangea d'ailleurs quelques unes.


"Alors la plante verte! Tu déclares forfait?"

En guise de réponse, le Pokémon secoua vigoureusement la tête et éparpilla son feuillage tout autour de lui. Dans sa précipitation, il se prit les sabots dans des racines qui dépassaient du sol et s'aplatit de tout son long par terre, projetant Antéros par dessus son encolure, droit dans un arbuste qui amortit sa chute.

Le panda se releva assez vite, un peu sonné mais prêt à en découdre. Le Haydaim quant à lui n'arrivait pas à se remettre sur ses pattes, trop tremblantes de peur pour trouver l'équilibre. Bave aux lèvres et écume aux naseaux, le cervidé fixa ses pupilles dilatées sur Antéros et essaya une attaque à distance qui ne l'obligeait pas à se relever : Éco-Sphère.

Une boule verte et lumineuse se forma devant le nez du Haydaim et fut propulsée à grande vitesse vers Antéros qui resta pétrifié.


"Tranche!" ordonna Athéna en espérant qu'Antéros ait assez observé ses compagnons pour savoir comment repousser l'attaque de son adversaire avec une autre attaque.

Le Haydaim n'était pas très doué avec les attaques spéciales, alors qu'Antéros transpirait la force physique. C'était risqué, mais jouable.

Antéros avait la trouille de sa vie, et songeait que cette journée ne pouvait pas être pire. Clairement, il n'était pas dans l'équipe d'Athéna depuis très longtemps.
Tandis que l'énergie du Haydaim lui fonçait dessus, le panda concentra son pouvoir dans sa patte valide, et pria pour avoir été un excellent joueur de base-ball dans une vie antérieure.

Étrangement, cela fonctionna. A peu près.
La boule lumineuse d'Éco-Sphère se fracassa contre Tranche, qui fut assez puissante pour exploser la boule d'énergie et la rendre inoffensive. Enfin sauf pour les multiples éclats verdâtres qui volèrent tout autour du panda et lui rongèrent les oreilles comme des gouttes d'acide.

Antéros regarda sa patte encore toute blanche d’Énergie Normale. Puis il regarda Athéna, les yeux pleins d'admiration pour sa Dresseuse, qui lui rendit un sourire plein de fierté.

Le Haydaim profita de l'inattention de son adversaire pour se relever, bien décidé à s'enfuir. Il n'avait pas envie de combattre. Il n'avait jamais voulu bousculer cette fille, par Reshiram! Il était pacifique, lui! D'un pas mal assuré, le cervidé se retourna complétement et couru vers les broussailles. Mais sur son chemin, sortant du sol avec nonchalance, apparu Ridley.


"Pas bouger." lui dit calmement le Spectre en pointant une griffe sur le Haydaim.

Avant que le daim ne puisse hennir de peur, Ridley lança un Regard Noir qui le figea sur place et l'empêcha de prendre la fuite. Ridley bailla à s'en décrocher la mâchoire, puis fixa Antéros avec insistance.

Le panda se racla la gorge et bomba le torse en faisant semblant de ne pas avoir sérieusement besoin de l'aide de Ridley. Tandis que le Haydaim tremblait de tout son corps sous le regard hypnotique du Tenefix, Antéros s'approcha et lui décocha un Poing-Karaté magistral sur le haut du crâne. Le Pokémon Plante s'affaissa comme une poupée de chiffon au sol et resta sonné quelques secondes pendant lesquelles Antéros roula des mécaniques sous le regard impressionné de sa Dresseuse.

Athéna en oublia presque de chercher une Ball dans sa pochette. Comme elle n'avait nullement prévu de faire de la capture ce soir-là, elle n'en trouva qu'une : une HyperBall qu'elle avait surement oublié au fond de son sac. Elle oubliait des Balls vides presque partout, à vrai dire, une sorte d'habitude de Dresseur, surement poussée par l'espoir un peu fou de croiser un Chromatique au détour d'une rue de Mégapagopolis.

Le Haydaim releva la tête pour trouver deux Tenefix qui le toisaient en gloussant et plein de petits Stari autour de ses bois. Le pauvre Pokémon Plante s'imaginait déjà être le prochain diner de cette créature à la dentition de Sharpedo.

Avant que le cervidé ne trouve la force de se relever, Antéros bondit sur son adversaire avec une attaque Plaquage. Le Haydaim se retrouva comprimé au sol, Antéros assit sur sa nuque et une patte appuyée sur sa tête, entre les bois feuillus. La Brûlure empêcha le daim de se débattre tout de suite, laissant le temps à Athéna de sortir son HyperBall. Mais il était difficile de viser juste avec un Pokémon encore en état de se défendre et Antéros juste à côté. Athéna hésita.

Haydaim saisit sa chance et tenta de se relever. Il plia les pattes, secoua la tête, essaya même de mordre Antéros, mais le panda ne bougea pas. Mais rester en selle ne suffit pas à empêcher le cervidé de se relever.

Antéros poussa un cri de colère. Cette sale bête ne voulait pas abandonner! S'il le laissait s'enfuir, Athéna serait déçue. Si Athéna était déçue, pas de récompense! Pas de récompense, pas de câlin. Donc. Pas. De. Boobs.


"Rah! Reste à terre, le cornu!" hurla Antéros en se tenant aux bois de son adversaire. Mais le Haydaim ne voulait pas être mangé, et la volonté de rester en vie était une très bonne stimulation. Ridley se gratta le menton.

Antéros rageait. Il n'aimait pas se battre, mais il aimait le regard tendre et fier de sa Dresseuse. Et il avait vraiment envie qu'elle regarde encore de cette façon ce soir. Puis qu'elle le prenne dans ses bras et qu'elle le plaque contre sa poitrine. Mais pour ça, ce Haydaim devait mordre la poussière.
Le panda banda tout ses muscles et essaya de se rendre plus lourd. Il pesa contre la tête du Haydaim, cherchant à le faire piquer du nez vers le sol. La créature ne se laissa pas faire et se jeta dans un taillis d'acacia dont les branches fouettèrent Antéros. Le panda ne tomba pas. Étrangement, sa prise s'assura. Ses jambes trouvèrent une meilleure accroche. Sa patte empoigna plus de crinière. Et le Haydaim lui parut soudainement plus petit.

Une intense lumière blanche entoura Antéros et aveugla Athéna et Lyndia. Ridley voulu plisser les yeux. Puis opta pour mettre une main en visière. La boule lumineuse qui avait la forme du Pandespiègle sembla ramollir comme s'il n'y avait plus aucun os dans le petit panda. Il se déforma, gonfla, et aussi soudainement que cela avait commencé, la lumière reprit la forme d'un être vivant et disparut. A sa place, deux mètres dix de panda hirsute écrasait, grâce à ses cent-trente six kilos de muscles et de bedaine, un Haydaim au bord de l'apoplexie.

Très content de lui, Antéros descendit de sa monture (tâche rendue facile par le fait que le Haydaim était maintenant au sol), et se posa à côté de son adversaire avec un immense sourire d'où dépassaient de longues canines blanches.

Athéna cligna des yeux, bouche bée, et oublia comment respirer. Quelque chose lui piqua le coude. Elle baissa les yeux sur Ridley qui pointa une griffe impatiente sur l'HyperBall qu'elle tenait toujours à la main.


"Oh." articula-t-elle en clignant encore une fois des yeux comme si elle avait du mal à croire à ce qu'elle voyait.

D'une main presque distraite, elle envoya la Ball qui rebondit sur le feuillage du Haydaim et l'avala sans souci. Deux tremblements métalliques plus tard, et la Ball s'apaisa. Athéna cligna des yeux. Ridley se passa une main sur le visage. Et Antéros fonça sur sa maitresse pour enfouir sa tête entre ses seins.

Sauf qu'en s'approchant d'Athéna, Antéros fut surpris de ne pas avoir à réclamer qu'elle le prenne dans ses bras pour atteindre sa poitrine. A vrai dire, il eut besoin de se pencher. Beaucoup. Et de plier un peu les genoux. Quand sa truffe fut à deux centimètres du chemisier de sa Dresseuse, Antéros se dit qu'il allait être difficile de mettre sa molestation sur le compte d'un gros câlin de panda. Il se redressa.

Athéna cligna des yeux, en levant le menton vers son Pokémon.
Antéros la fixa. En baissant un peu la tête.

Un long silence s'installa autour de la Dresseuse et de son Pokémon, tandis que Ridley se grattait le bas du dos avec un air d'ennui profond sur le visage.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyndia
La Reine Noire
La Reine Noire
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 08/09/2012
Age : 29

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Lun 2 Juin 2014 - 17:02


La soirée avait pris une tournure étonnante. Amusante, même. L'ex Championne connaissait le flegme légendaire du pokémon Obscurité, et savait très bien qu'elle n'avait pas à lui donner le moindre ordre pour qu'il sache exactement quoi faire. La dextérité de Ridley et son aisance à faire tourner le combat en la faveur du panda sans la moindre directive n'était donc pas vraiment une surprise. Toutefois, elle ignorait tout du petit Pandespiègle qu'elle avait offert à Athéna. Son habileté, ses combats, son "niveau" actuel, tout ce qui pouvait le définir en tant que combattant lui était inconnu.

Réaliser qu'il avait en vérité assez d'expérience pour pouvoir évoluer était donc assez inespéré.

Si le combat ne s'était pas exactement déroulé dans les règles de l'art, il en était néanmoins ressorti une Athéna victorieuse et dotée d'un pokémon supplémentaire dans son équipe. L'incompréhension totale de celle-ci vis à vis du Pandarbare nouvellement apparu fit rire la Reine Noire qui s'avança enfin:


"Les Pandespiègles sont des pokémon très étonnants. Avec les Baggaïd, ils sont les seuls pokémon à partager le type Combat et le type Ténèbres. Mais contrairement à ceux-ci, ils n'acquièrent ce second type qu'en évoluant."
La rousse arriva au niveau de son amante et leva les yeux vers Antéros, particulièrement fière de ce qu'il était devenu. "Et cette évolution ne peut s'accomplir qu'aux côtés d'un autre pokémon ténèbres."

"Genre c'est ma faute."
Lança Ridley, sans que personne ne le comprenne.

L'oeil vert de la jeune femme, pétillant de bonheur au vu de la soirée qu'elle venait de passer, se posa sur Athéna, lourd de sens et de sous entendus. Elle ne lui avait pas offert ce pokémon par hasard. Elle ne savait d'ailleurs rien des plans de la dresseuse au moment où elle lui avait fait ce cadeau. Mais dès le début elle avait eu bon espoir que ce serait à ses côtés qu'Antéros évoluerait, tout comme elle espérait réussir un jour à aider Athéna dans sa quête et l'aider à évoluer elle-même. Car là était le but de tout voyage pour devenir Maître Pokémon : grandir, s'émanciper, s'endurcir, évoluer. Du bout des doigts, elle souleva le menton de la jeune blonde, toujours ahurie, et lui ferma la bouche en riant légèrement.


"Tu vas gober un Munja si ça continue."
Puis, se tournant vers Antéros: "Comment te sens-tu, là haut?"

En lui posant cette question, Lyndia se rappela avec nostalgie de son propre Pandarbare. Lequel elle avait libéré en même temps que le reste de ses pokémon lorsqu'elle avait quitté ses fonctions. Elle ne l'avait pas côtoyé longtemps. Elle n'avait même pas eu la chance de le faire évoluer elle-même à vrai dire. Elle l'avait capturé ainsi, peu de temps après avoir récupéré Artikodin. Au final c'était une espèce qu'elle ne connaissait que très peu, bien que les ayant étudiés pour ses études. Une pointe de regret naquit dans son cœur, qu'elle s'empressa de chasser en revenant à Athena, se demandant ce que la jeune dresseuse comptait faire maintenant.

Du bout du bras, elle rappela donc Ridley dans sa pokéball et, penchant la tête avec un sourire, elle se contenta de demander :


"On rentre?"

~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-aube.bb-fr.com
Athéna

avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 14/09/2012

Mon Personnage
Mon équipe:

MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   Lun 2 Juin 2014 - 17:58


Athéna écouta son amante d'une oreille distraite, les yeux toujours plantés dans ceux d'Antéros. Le grand Antéros. L'immense Antéros. Oh par Arceus, Arktos allait devenir fou en découvrant que le panda était désormais plus grand que lui!

Antéros tourna la tête vers Lyndia en haussant un sourcil, puis entreprit de s'étudier en se regardant les pattes, le ventre, le torse... il en conclut qu'il était trop badass et cool et que l'évolution, c'était bien.

Heureusement que Lyndia lui ferma la bouche, sinon Athéna aurait passé une partie de sa soirée et de sa nuit à regarder son Pandarbare sans dire un mot. Un seul combat. C'est tout ce qu'il avait fallu à son petit Antéros pour évoluer. Soit son espèce évoluait vite, soit ce Pokémon était déjà expérimenté. S'était-il battu avant d'être le Pokémon d'Athéna? Est-ce qu'il avait accepté ses ordres aujourd'hui parce qu'elle avait fait ses preuves? La jeune blonde espéra à cet instant qu'Antéros l'avait enfin accepté comme Dresseuse, et qu'il se battrait à ses côtés jusqu'au Conseil des Quatre. Et plus loin encore.

Antéros semblait ravi de son nouveau corps, bien qu'un peu déstabilisé. A la question de Lyndia, il poussa un grognement satisfait, qui fit beaucoup plus de bruit que ce à quoi il s'attendait. Tout autour d'eux, les rares Pokémon qui étaient revenus dans les fourrés après le combat s'éclipsèrent aussitôt, effrayés par les grondements du panda.

Antéros poussa un autre grognement qui pour lui était un rire, et s'approcha de sa Dresseuse qui n'avait toujours pas émit le moindre son. S'il ne pouvait pas avoir son habituel câlin, il fallait trouver une autre solution, et maintenant qu'il était grand et fort il pouvait se permettre d'autres approches... comme par exemple soulever Athéna dans ses larges bras poilus et la serrer contre lui.

Athéna poussa un cri aigu de surprise à l'instant où ses pieds quittèrent le sol. Le panda l'avait saisi par la taille et la soulevait sans difficulté, ses deux grosses pattes faisant le tour du ventre de sa Dresseuse et se touchant dans son dos. Droite comme un i et un peu inquiète, la jeune femme posa ses mains sur les avant-bras noueux du Pokémon pour garder l'équilibre. Antéros émit un son semblable à un ronronnement et enfoui sa grosse tête sous la poitrine d'Athéna, avant de la remuer de droite à gauche en soupirant d'aise.

Athéna se figea, puis rougit des orteils jusqu'à la racine des cheveux. Même en essayant d'être délicat, Antéros était tout de même en train de lui couper la respiration, et surtout de faire rebondir ses seins sur son crâne hirsute. S'il y mettait un peu plus de vigueur, il allait lui remonter les baleines de son soutien-gorge, et là ce serait la honte absolue.

"Mh... Antéros, moi aussi je suis contente que tu aies évolué, mais là tu m'étouffes mon grand..." dit-elle en remuant maladroitement les pieds dans le vide.

Antéros recula la tête et fit une moue boudeuse. S'il avait encore été un Pandespiègle, Athéna aurait trouvé cela adorable, mais sur son visage de Pandarbare aux yeux noirs sans iris, il avait plutôt l'air de faire une indigestion.

A regret, Antéros la déposa au sol. Athéna eu l'impression de descendre du wagon d'une montagne russe. Elle se tourna vers Lyndia avec un sourire étourdi, enchanté et maladroit à la fois. Voyant son amante rappeler son Pokémon, elle décida de faire de même. Antéros bouda en apercevant la LuxeBall, mais lui-même devait bien reconnaitre qu'il était fatigué et qu'il n'avait pas envie d'apprendre à marcher avec ses nouvelles pattes sur un terrain aussi traitre.

Quand Lyndia lui proposa de rentrer, Athéna acquiesça tranquillement. C'était reposant d'être enfin totalement seule avec Lyndia, même au milieu de nulle part et à la tombée de la nuit. Elle en oubliait presque Sebastian et tout ses tracas.

Athéna saisit délicatement la main de Lyndia et lui sourit.


"Je te suis." dit-elle dans un murmure, comme si hausser la voix risquait de réveiller les habitants des Falaises.

Lyndia appela Nyx, son Trioxhydre, sur lequel elle monta avec aisance. Athéna s'installa dans son dos et mit ses bras autour de la taille de son amante. Il y avait quelque chose de familier et de rassurant dans le fait d'être derrière Lyndia, sur le dos du Dragon. Qu'importe le vent froid qui lui fouettait le visage, qu'importe l'humidité de l'air ou les soubresauts de Nyx, Athéna se sentait protégée, sereine. Elle ferma les yeux et appuya sa tête entre les omoplates de Lyndia, et se laissa guider jusqu'à son appartement, à Mégapagopolis.

~~~~~~



Avatar et Pixel Art (c) Lyndia

Carte de Dresseuse :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Libérée, Délivrée (8) [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Libérée, Délivrée (8) [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boutons de livrée XIX/XXème - et indéterminés même période
» Bouton de livrée - Couronne Comtale et Initiales
» Offre terminée.
» Bouton de livrée britannique - deuxième moitié XIXème
» boutons de livrée (entreprises )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Pokémon Aube :: Maïlys - Zones Civilisées :: Esperantown-
Sauter vers: